entete


UNE ÉVOCATION DU 13ÈME ARRONDISSEMENT DE 1860 AUX ANNÉES 30

sans titre 1

SAVIEZ-VOUS QUE...

Le monument élevé à la Gloire des mères françaises implanté sur le boulevard Kellermann à proximité de la porte d'Italie est dû au ciseau des sculpteurs Henri Bouchard et Alexandre Descatoire. Le jardin qui l'entoure a éré dessiné par l'architecte Paul Bigot. Ce monument a été inauguré le 23 octobre 1938 par le président de la République, M. Albert Lebrun. Le maréchal Pétain était présent à cette cérémonie.


L'Eglise Sainte-Anne de la Maison Blanche, de style romano-byzantin, est due à l'architecte Bobin.


Le Paris-Soir du 24 octobre 1932 rapportait que, rue de la Glacière, un magasin de jouets affichait sur sa porte cette pancarte : « Ici on remplace les mauvaises têtes » et commentait en écrivant : « Quel dommage que cette chirurgie miraculeuse ne puisse encore s'appliquer qu'aux belles poupées de porcelaine rose ! »

menu-nouveautés Article - inclus

Noté dans la presse...

1913

L'ancienne nécropole Saint-Marcel

Une large tranchée est actuellement creusée, pour l'établissement d'une conduite cimentée, sur le trottoir, à l'extrémité du boulevard St-Marcel, près de l'avenue des Gobelins.

Lire la suite...

sans titre 1

C'est arrivé dans le 13ème

 Les discussions tragiques

Les discussions tragiques

Le Petit Parisien ― 25 juin 1923

S'étant pris de querelle avec un inconnu, dans un débit de l'avenue des Gobelins, le soldat Indigène Laignaca, trente ans, du 23è colonial, caserné à Lourcine. a été blessé assez grièvement d'un coup de couteau à la tête, et a été transporté au Val-de-Grâce. Son agresseur est recherché.


 Un drame boulevard de l’Hôpital - Le Figaro – 5 mars 1897

Un drame boulevard de l’Hôpital

Le Figaro – 5 mars 1897

M. Edmond Laflesselle, employé dans une Compagnie d'assurances, se mariait il y a trois mois avec une jeune fille de dix-huit ans, Juliette Nassot, avec laquelle il entretenait des relations depuis longtemps déjà.

D'un caractère très jaloux, Laflesselle, se croyant trompé, avait averti sa femme qu'il la tuerait si jamais il apprenait… ce qu'il appelait couramment… son malheur.

En fut-il informé? On ne le sait. Toujours est-il que, rencontrant Juliette, hier soir, à neuf heures, en face du n° 119, du boulevard de l'Hôpital, il lui tira deux coups de revolver. Frappée au front, la jeune femme s'affaissa sans proférer un cri. Elle était morte. Le meurtrier se logea ensuite une balle dans la tempe droite. Il est soigné à l'hôpital de la Pitié. Son état est très grave.

Le corps de la défunte a été transporté d'abord a la Morgue, puis, après qu'on eut établi son identité à l'aide des papiers trouvés sur son mari, au domicile de sa mère.


Faits divers

 La tentative d'émeute cette nuit rue Nationale - 2 mai 1934

La tentative d'émeute cette nuit rue Nationale

Le Journal — 2 mai 1934

Des incidents très graves qui ont rapidement pris le caractère d'une véritable émeute, se sont produits tard dans la soirée rue Nationale, dans le XIIIè arrondissement.

Cliché : Paris-Soir en date du 3 mai 1934

Entre le 79 et le 81 de cette vole s'ouvre la cité Jeanne-d'Arc, vaste îlot habité par un grand nombre de familles. Vers 20 heures, plusieurs centaines d'individus s'étaient groupés dans la rue et s'étaient mis à lapider les taxis qui passaient.

Quatre chauffeurs et leurs voyageurs avaient été blessés et pansés à l'hôpital de la Pitié.

La préfecture de police, alertée par le commissariat, envoya des cars chargés d'agents sur les lieux. Mais; entre temps, la plupart des manifestants s'étaient réfugiés dans les maisons tandis que quelques autres dressaient à la hâte une barricade, à l'endroit où la rue fait un coude devant le numéro 164.

La barricade

Cette barricade, faite de tas de pavés dont quelques-uns débordaient des poubelles où ils étaient entassés, était double. Deux rangées de pierres encadraient la grille qui ferme la cité Jeanne-d'Arc et en défendaient l'accès.

Bientôt un feu de joie alimenté par des bois de lit, des matelas, des portes et par toutes sortes de planches éclaira sinistrement ce décor tragique.

On voyait, derrière les barreaux de fer de la cité, des têtes qui s'agitaient dans la pénombre et qu'éclairait parfois une lueur rouge. Un drapeau rouge piqué dans les pierres de la rue semblait être lui-même une flamme qu'agitait parfois le bras d'un communiste.

De temps en temps, comme pour empêcher les voisins de dormir, une phrase de l'Internationale s'échappait d'une fenêtre, et puis de nouveau le feu de planches crépitait.

Les péripéties de la lutte

Quand, vers minuit, les agents, arrivent sur les lieux, ils sont accueillis par une fusillade nourrie qui les oblige à battre en retraite:

Le brigadier Jamet, blessé au ventre s'écroule. On le transporte dans une pharmacie voisine où il reçoit des soins en attendant d'être transféré à la maison de santé des gardiens de la paix.

1 heure. — M. Paul Guichard, qui vient d'arriver, s'avance en dehors du barrage formé par les cars de la préfecture, dans l'intention de parlementer avec les émeutiers.. Mais des coups de feu sont tirés sur lui et le directeur de la police municipale doit se retirer.

La rue Nationale est complètement barrée maintenant entre la place Nationale et le boulevard de la Gare. Les communistes se servent de revolvers, de carabines et de fusils.

1 heure 45. — M. Guichard vient de nous déclarer :

— Comme, à pareille heure, la circulation peut sans inconvénient être interrompue, je ne veux pas risquer la vie de mes hommes, d'autant plus que si cette bande d'individus se réfugiaient dans la cité Jeanne-d'Arc, celle-ci deviendrait pour nous un véritable coupe-gorge dont nous ne pourrions-nous tirer sans risquer de nombreuses vies humaines.

2 heures. — M. Langeron, préfet de police, accompagné de M. Bressot, directeur de son cabinet, arrive rue Nationale.

On apprend que parmi les arrestations qui ont été opérées, figurent la femme Ida Battu et son ami, Louis Bermini, demeurant 24, rue du Tage, qui s'étaient livrés à des voies de fait sur un gardien de la paix ; la femme Bavolet et son mari, qui avaient attaqué chez lui et molesté leur voisin, le gardien de la paix Serini.

2 heures 15. — M. Paul Guichard, à la sortie d'une conférence tenue sur place avec M. Langeron, décide de faire appel aux pompiers et demande par téléphone le matériel d'assaut de la Police judiciaire.

Dès que quelqu'un apparaît rue Nationale en dehors du barrage des camions de la Préfecture, les coups de feu crépitent. Les balles viennent s'aplatir sur la carrosserie des cars.

L'aspect provincial de la petite place Nationale contraste avec le déploiement des forces policières qui, silencieusement, s'y groupent et attendent.

Voici les voitures, munies de phares aveuglants, qui, pour la première fois, vont entrer en action.

De temps à autre, la sirène du téléphone de Police-Secours domine la sourde rumeur. La rue Nationale est déserte, mais les trous des fenêtres ouvertes, prudemment éteintes, sont autant de menaces.

Tout au bout, les flammes de la barricade sont sans cesse ranimées et de plus en plus vives; elles voilent son aspect du côté de la place Nationale, mais quand on la voit du boulevard de la Gare, dont elle est beaucoup plus proche, on s'aperçoit qu'une douzaine d'individus seulement la gardent, prêts à donner l'alerte si l'assaut en était entrepris.

L'assaut

2 heures 30. — MM. Langeron, Paul Guichard et le capitaine Pillien, de la caserne de pompiers de Poissy, viennent de .tenir une nouvelle conférence à la suite de laquelle l'ordre a été lancé de donner l'assaut aux émeutiers.'

À cet effet, plusieurs cars vides pilotés par un seul chauffeur, sont mis en marche à reculons dans la rue Nationale, en direction de la barricade.

Derrière les cars marchent une centaine de gardiens de la paix coiffés de casques et revêtus de cuirasses.

La barricade flambe toujours et des coups de feu, de temps à autre, claquent dans le silence impressionnant.

La barricade est prise

3 heures. — La .colonne d'assaut, composée d'agents, de gardes et dé pompiers, encadrée de puissants projecteurs, arrive à proximité de la barricade sans rencontrer de résistance. Les émeutiers se sont réfugiés dans les immeubles de la cité Jeanne-d'Arc.

En quelques secondes, la barricade est enlevée. Les pompiers noient les matériaux enflammés et, dès qu'une fenêtre s'entr'ouvre, dirigent leur jet dans sa direction.

La rue est absolument déserte. Les coups de feu ont cessé. Mais ce n'est là que la première partie de la tâche assignée à la police.

Maintenant les inspecteurs de la brigade spéciale, munis de casques et de boucliers, vont pénétrer dans l'immeuble d'où sont partis les coups de carabine et vont s'efforcer de retrouver l'homme qui a grièvement blessé le brigadier Jamet.

On devine dans la maison des allées et venues incessantes. Que vont faire les locataires qui tout à l'heure « tiraillaient » sur la police ?

Les dernières dispositions sont prises par MM. Langeron et Guichard avant l'attaque définitive.

3 heures 15. — Oh apprend que les émeutiers, qui ont quitté la rue Nationale à l'approche de la colonne d'assaut, ont construit une nouvelle barricade rue Jeanne-d'Arc. La police s'apprête à lui donner l'assaut.

Quatre arrestations

3 heures 45. — La seconde barricade vient d'être enlevée. Les émeutiers ont fui à l'arrivée de la police.

D'autre part, les inspecteurs de la brigade spéciale ont réussi à pénétrer à l'hôtel Le Beugé, 161,rue Nationale, d'où étaient partis les coups de feu. MM. Langeron et Paul Guichard accompagnaient le petit groupe des inspecteurs, revêtus de salopettes bleues.

Au premier étage de l'immeuble, les représentants de la loi trouvèrent quatre hommes couchés, qui feignaient de dormir. Le préfet de police les mit lui-même en état d'arrestation. Ce sont les nommés Max Delavallée, Maurice Laborde, Émile Laborde et Jean Esperle. Ils sont âgés de 25 à 30 ans. Ils ont été conduits au commissariat du quartier de la Gare, où ils sont interrogés.

On a l'impression que les quatre individus se sont mis au lit quand ils ont vu la police arriver et prête à pénétrer dans l'hôtel. Ce serait bien eux qui ont tiré des coups de carabine.

Les autres émeutiers se sont retirés dans la cité Jeanne-d'Arc, dont les grilles sont fermées et cadenassées.

Le service d'ordre, bien que l'émeute paraisse terminée, reste sur les lieux.


A lire également

Le récit du Petit-Parisien

Le récit du Figaro

sans titre 1

Ailleurs sur Paris-Treizieme

La villa des chiffonniers

Il faudrait battre longtemps Paris pour y trouver quelqu\'un de comparable à M. Enfert, qui vient de faire bénir, à la Maison-Blanche, une nouvelle œuvre. (1897)

Lire

Nouvelle ligne d'autobus

A dater du 28 octobre 1923, la S. T. C. R. P. mettra en service une nouvelle ligne d’autobus dénommée AI bis, « Place d’Italie-Gare Saint-Lazare » (1923)

Lire

Nécrologie : Eugène Bonneton

Une triste nouvelle nous arrive du front. Eugène Bonneton, le peintre
délicat du vieux Paris, de la Bièvre et des hivers parisiens, vient de s'éteindre dans une ambulance de l'Argonne. (1915)

Lire

L'assainissement de la cité Jeanne-d'Arc

Au cours de sa dernière session, le Conseil municipal a été unanime à approuver le projet présenté par le préfet de la Seine relatif à l'assainissement de la cité Jeanne-d'Arc. (1934)

Lire

Menu faits divers

Faits divers

Haustrate aux Assises -1907

Le 7 avril dernier, dans l'après-midi, le sous-brigadier Mariton, de service rue Nationale, voyait venir à lui un individu en proie à une violente émotion et qui lui déclara :
— Conduisez-moi au poste, car je viens de tuer un homme qui m'avait emmené dans sa chambre, 1, cité Jeanne-d'Arc.

Lire


Les étrangleurs des Gobelins - 1895

Depuis quelque temps, le quartier des Gobelins était infesté d'individus suspects, gens sans aveu qui, le soir venu, s'attaquaient aux passants, dévalisaient les ivrognes endormis sur les bancs et pratiquaient l'occasion le coup du « père François ».

Lire


Un drame boulevard de l'Hôpital - 1897

Un drame sanglant s'est déroulé, hier soir, vers neuf heures, sur le boulevard de l'Hôpital. Un mari a tué sa femme, puis a tenté ensuite de se suicider, C'est l'éternel et banal drame conjugal.

Lire


Un jeu dangereux - 1897

Le jeu que les gamins appellent « bourdouler » consiste se laisser rouler le long d'un talus.
Une dizaine d'enfants se livraient hier après-midi, vers deux heures, à ce divertissement au bord de la Bièvre, du côté de la rue Barrault.

Lire


Un héros de Gaboriau - 1901

La police a enfin réussi à mettre la main, hier, sur l'insaisissable Goirand, ce malfaiteur-protée dont Gaboriau eût fait certainement le héros d'un de ses romans, s'il avait vécu de son temps.

Lire


Une bande d'aigrefins - 1897

Depuis longtemps, plusieurs grandes maisons de tannerie des quartiers de la Maison-Blanche et Croulebarbe étaient victimes de vols de peau importants. Mais on n'avait jamais pu mettre la main sur les coupables...

Lire


Une singulière hallucination - 1901

Un employé de la Compagnie du gaz, M. François Mourzé, demeurant 77, avenue d'Italie, se présentait, avant-hier soir, au commissariat...

Lire


Le cochon en ribotte - 1897


Les roulottiers - 1906


Les escroqueries d'une jolie fille - 1897


Drame de la jalousie - 1905


La traite des blanches - 1923


Un meurtre boulevard de la Gare - 1897


Le crime de l'avenue d'Italie - 1897


Attaqué par un lion - 1897


Le crime de la rue des Cordelières - 1879


Un scélérat - 1896


En sortant du théâtre. - 1903


Un drame sur un échafaudage. - 1903


Le drame de la rue Barrault - 1893


Une bataille sous une porte - 1903


sans titre 2

© paris-treizieme.fr pour la transcription du texte