entete


UNE ÉVOCATION DU 13ÈME ARRONDISSEMENT DE 1860 AUX ANNÉES 30

sans titre 1

SAVIEZ-VOUS QUE...

Par son vote du 26 mai 1859, la Chambre des députés décidait de porter, à compter du 1er janvier 1860, les limites de Paris jusqu'au pied du glacis de l'enceinte fortifiée. Cette loi désignait le 13ème arrondissement sous le nom d'arrondissement des Gobelins.


La rue Gustave Geffroy, avant de recevoir le nom de administrateur de la manufacture nationale des Gobelins, s'appela rue Léon Durand jusqu'en 1937. Cette rue fut créée en 1906.


Le Paris-Soir du 24 octobre 1932 rapportait que, rue de la Glacière, un magasin de jouets affichait sur sa porte cette pancarte : « Ici on remplace les mauvaises têtes » et commentait en écrivant : « Quel dommage que cette chirurgie miraculeuse ne puisse encore s'appliquer qu'aux belles poupées de porcelaine rose ! »

menu-nouveautés Article - inclus

Noté dans la presse...

1941

M. Steeg, maire de Berlin, à l'école de la rue Küss

Le Docteur Steeg, maire de Berlin, ou plus exactement, président de l'administration municipale de la capitale du Reich est, depuis quelques jours, on le sait, l'hôte de Paris.

Lire la suite...

sans titre 1

C'est arrivé dans le 13ème

 A nous le coffre-fort.- 27 mars 1897

A nous le coffre-fort.

Le Matin – 27 mars 1897

Un brocanteur de la rue Nationale, M. Monteil, s'était rendu au théâtre jeudi soir.

Quand il rentra chez lui, vers minuit et demi, il fut surpris de trouver sur la table de la salle à manger une lampe allumée. Bientôt, il constata que des cambrioleurs avaient pénétré dans sa boutique pendant son absence. Les malfaiteurs s'étaient introduits, dans la maison, qui n'a pas de concierge, en escaladant une fenêtre du premier étage. De là, ils avaient pénétré dans l’arrière boutique où, se trouve, scellé dans le mur le coffre-fort du brocanteur. Les voleurs n'ayant pu le forcer, l'avaient défoncé à l'aide d'une énorme barre de fer qui a été retrouvée sur les lieux. Au préalable, ils avaient essayés de le desceller en démolissant une partie du mur.

Le vol commis par les malfaiteurs s'élève à 7,500 francs environ, tant en espèces qu'en valeurs au porteur.

Le service de Sûreté a été chargé de rechercher les auteurs de ce vol audacieux.


 Cris séditieux - 1894

Cris séditieux.

Le Matin — 24 novembre 1894

Un individu qui criait hier soir : Vive l'anarchie ! » dans la rue Nationale a été arrêté par les agents.

Conduit aussitôt devant M. Bolot, commissaire de police du quartier de la Gare, cet homme a dit se nommer Alphonse Chauvel, cordonnier. Il a ajouté qu'il avait proféré ce cri pour ennuyer... sa femme,

Cette excuse n'a pas paru suffisante au magistrat, qui a envoyé Chauvel au Dépôt.


Faits divers

 Deux voleurs d'autos arrêtés sur les… toits -1931

Deux voleurs d'autos arrêtés sur les… toits

Le Petit-Parisien — 19 août 1931

Pourchassés et étant entré en collision avec un taxi, ils avaient abandonné la voiture et leur compagne et s'étaient réfugiés dans un immeuble de la rue Poliveau.

Les voleurs d'automobiles jouent de malchance depuis quelques semaines. Traqués, surveillés, dépistés, lorsqu'ils échappent à la police, un accident vient généralement mettre fin à leurs déplorables agissements.

Tel est le cas des jeunes voleurs : Roger Bartel, né le 28 juin 1912 à Choisy-le-Roi, plombier, sana domicile fixe; Maurice Goujaud, né le 7 décembre 1910 à Paris, également sans domicile, et Jeanne Importe, femme de mœurs légères, née le 22 mars 1899 à Paris, et demeurant 102, avenue d'Ivry. Ce trio de malfaiteurs, sorti indemne d'une collision au cours de laquelle un chauffeur de taxi fut blessé, a été heureusement « cueilli » grâce à la prompte intervention de la police, après les péripéties d'une chasse à l'homme qui ne laissa pas d'être émouvante. Il était 13 heures et quart, hier. L'agent Jolicierc, en service au carrefour Tolbiac, fut interpellé d'une voiture conduite par M. Poitreau, garagiste, 2, rue Gambetta, au Kremlin-Bicètre

— Montez avec moi. dit le conducteur. Vite, je suis une voiture volée hier; nous allons tâcher de la rejoindre. Le gardien de la paix prit aussitôt place à côté de M. Poitreau, et les deux automobilistes ne tardèrent pas à rejoindre une conduite intérieure bleue la 735-E-44, où trois occupants, deux hommes et une femme, semblaient en proie à une vive inquiétude. Arrivé par le travers de la voiture, l'agent siffla et intima l'ordre de stopper aux malfaiteurs; mais ceux-ci, accélérant l'allure, poursuivirent leur route boulevard de l'Hôpital.

Dans leur course, ils heurtèrent durement le taxi 3743-G-7 qui fut bousculé sur le trottoir gauche et sérieusement endommagé. Le chauffeur, M. Raoul Depardieu, vingt-trois ans, domicilié 24, rue Michal, blessé, eut de la peine à se dégager de sa voiture, dont une des roues avait été arrachée. Tandis qu'on s'empressait autour de la victime, qui fut pansée à l'hôpital de la Pitié, les deux malfaiteurs prenaient la fuite, abandonnant leur compagne. Celle-ci tenta, à son tour, de fuir mais elle fut vite rejointe par l'agent Joliclerc, qui la conduisit au poste de police de la rue Geoffroy-Saint-Hilaire. Dans le même temps, le poste de police-secours de la mairie d'Italie était alerté et le brigadier Huvey, accompagné de gardiens, arrivait sur les lieux de l'accident.

Les fuyards, aux dires des témoins, s'étaient engagés dans un immeuble portant le numéro 25 de la rue Poliveau et avaient gagné les toits. L'immeuble fut immédiatement cerné, tandis que les agents Specen, Leduc et Le Gars réussissaient à atteindre les malfaiteurs après mille acrobaties dangereuses et d'audacieuses décisions.

Au moment où ils se rendirent, les jeunes voleurs se débarrassèrent furtivement d'une lourde clé à molette, qu'ils jetèrent dans une cheminée. Peut-être avaient-ils fait disparaître ainsi, auparavant, une arme, car on n'en trouva point sur eux.

Conduits au commissariat du Jardin-des-Plantes, les malfaiteurs, qui y ont retrouvé leur complice, la femme Laporte, déclinèrent leur identité. L'un, Bartel, avoua avoir volé la veille, vers 20 heures, l'automobile bleue à la porte d'un cinéma de Bicêtre.

— J'étais sans travail depuis longtemps, a-t-il expliqué je pensais vendre la « bagnole » et tout au moins en faire mon domicile d'une nuit (sic). J'ai rencontré Goujaud et sa compagne vers midi, le lendemain, à la poterne des Peupliers, je leur proposai une promenade en auto et nous nous dirigions vers la Pitié dans l'intention de rendre visite à des camarades hospitalisés lorsque nous nous sommes aperçus qu'on était « filés ».

Il a été établi, en effet, que le jeune vaurien avait passé la nuit dans la voiture qu'il avait « garée » dans un terrain vague de Villejuif.

Les vérifications faites ont permis d'établir que le véhicule appartenait à M. Paul Blasier, 44, rue de Paris, à Bicêtre.

sans titre 1

Ailleurs sur Paris-Treizieme

Nécrologie : Eugène Bonneton

Une triste nouvelle nous arrive du front. Eugène Bonneton, le peintre
délicat du vieux Paris, de la Bièvre et des hivers parisiens, vient de s'éteindre dans une ambulance de l'Argonne. (1915)

Lire

L'assainissement de la cité Jeanne-d'Arc

Au cours de sa dernière session, le Conseil municipal a été unanime à approuver le projet présenté par le préfet de la Seine relatif à l'assainissement de la cité Jeanne-d'Arc. (1934)

Lire

Un éboulement aux fortifications

Hier soir, il cinq heures, au moment où les élèves d'une école enfantine passaient boulevard Kellermann, à la hauteur de la rue des Peupliers, un formidable grondement souterrain se fit tout à coup entendre. En même temps, le talus des fortifications se soulevait sous l'irrésistible poussée d'une énorme gerbe d'eau. (1912)

Lire

Rue des Peupliers, une trombe d'eau dévaste tout sur son passage

Les habitants de la rue des Peupliers, dans le 13e arrondissement, étaient mis en émoi, hier matin à sept heures, par une violente détonation immédiatement suivie de longs et redoutables grondements. C'était une des nombreuses conduites d'eau placées dans la chaussée du boulevard Kellermann qui venait de se rompre brusquement ! (1911)

Lire

Menu faits divers

Faits divers

Rue de l'Amiral-Mouchez une jeune femme est enlevée en taxi par quatre hommes. - 1931

Un entrepreneur de plomberie, de la rue de l'Amiral-Mouchez venait, au début de l'après-midi d'hier, déclarer au commissariat du quartier de la Maison-Blanche que ...

Lire


Sur la zone du XIIIè arrondissement un ivrogne blesse grièvement sa femme d'un coup de couteau - 1933

Au numéro 1 de la villa Sainte-Hélène, tout près de la poterne des Peupliers, sur la zone annexée du XIIIè arrondissement, la famille Nesler occupe une baraque de trois pièces, au fond d'un petit terrain clos dont elle est locataire.

Lire


L'Accident de la Poterne des Peupliers a fait 300,000 francs de dégâts - 1912

Mettant à profit les loisirs d'un dimanche ensoleillé, près de vingt mille Parisiens ont défilé hier, sous la poterne des Peupliers, pour se rendre compte des dégâts causés par l'accident de samedi soir.

Lire


Les fortifications s'effondrent sur plus de cent mètres - Le Journal 28 janvier 1912

La poterne des Peupliers, située à l'extrémité de la rue des Peupliers, entre les portes de Gentilly et de Bicêtre, fait partie d'un groupe d'ouvrages militaires se rattachait au système des fortifications de Paris reconstruit en 1889 pour assurer la défense de la vallée de la Bièvre.

Lire


Une chasse à l'ours en plein Paris - 1906

Une chasse à l'ours dans Paris ! Voilà qui sort de la banalité. Ce fait, rare, mais authentique, s'est produit la nuit dernière, avenue des Gobelins.

Lire


On repêche de la Seine, le cadavre d'un enfant - 1911

M. Jean Fatigué, un gars de vingt-quatre ans, lavait à grande eau, hier matin, le pont de la Louise, une longue péniche noire qui, depuis quelques jours, est amarrée au quai d'Austerlitz, non loin du pont de Bercy.

Lire


Un journaliste yougoslave assassiné à la Butte-aux-Cailles - 1930

Accrochée au boulevard Blanqui, la rue des Cinq-Diamants escalade la Butte-aux-Cailles. Rue morne et sans fantaisie, elle aligne, le long de maigres trottoirs, une vulgarité perspective de maisons lisses, crises, mornes, trouée, çà et là, par les contrevents vert pomme d'un bar ou par la façade blanchie à la chaux d'un meublé pauvre.

Lire


Les deux assassins ont été vus à l'angle de la rue Croulebarbe et de la rue Corvisart - 1930


Le crime de la Buttes-aux-Cailles - 1930


Le pénible drame du quartier Croulebarbe - 1929


Une cartomancienne assassine son ami - 1921


L'incendie de la rue des Cordelières - 1895


Grave affaire de fraude dans le quartier Croulebarbe - 1904


Des bandits en auto dévalisent une passante puis attaquent une crémière - 1931


Le drame de la rue Brillat-Savarin - 1900


Le drame de la rue de Tolbiac : un mari qui tue sa femme - 1902


Le drame de la rue de Tolbiac : un commis boucher blesse grièvement sa femme puis se suicide - 1936


Le drame de la rue de Tolbiac : Un soldat tire sur sa femme et la blesse mortellement - 1908


Le drame de la rue de Tolbiac : le cordonnier violent avait tué avec un tranchet - 1912


Le drame de la rue de Tolbiac : un drame passionnel fait deux morts - 1906


Le drame de la rue de Tolbiac : double tentative de meurtre - 1895


sans titre 2

© paris-treizieme.fr pour la transcription du texte