entete


UNE ÉVOCATION DU 13ÈME ARRONDISSEMENT DE 1860 AUX ANNÉES 30

sans titre 1

SAVIEZ-VOUS QUE...

La rue Duméril s'appela rue du Gros-Caillou au XVIIè siècle, puis fit partie de la rue du Marché-aux-Chevaux. Son nom actuel lui fut donné en 1865 en l'honneur de Constant Duméril, naturaliste (1774-1860). La rue ne communique avec le boulevard que par un escalier.


L'école 8 rue Kuss, a été construite en 1934, par l'architecte Roger-Henri Expert, qui utilisa largement le béton.


Le Paris-Soir du 24 octobre 1932 rapportait que, rue de la Glacière, un magasin de jouets affichait sur sa porte cette pancarte : « Ici on remplace les mauvaises têtes » et commentait en écrivant : « Quel dommage que cette chirurgie miraculeuse ne puisse encore s'appliquer qu'aux belles poupées de porcelaine rose ! »

menu-nouveautés Article - inclus

Noté dans la presse...

1867

Ouverture d'une nouvelle voie dans le 13e arrondissement.

On va prochainement soumettre aux formalités d'enquête le projet d'ouverture de la rue du Transit, partie comprise entre la rue de la Glacière et la rue du Château-des-Rentiers. Cette portion du 13e arrondissement est généralement peu connue ces Parisiens du boulevard. C'est une région arrosée par la nauséabonde rivière de Bièvre, dont un des bras prend le nom de rivière morte.

Lire la suite...

sans titre 1

C'est arrivé dans le 13ème

 Les étrangleurs des Gobelins - Le Matin — 12 décembre 1894

Les étrangleurs des Gobelins.

Le Matin — 12 décembre 1894

M. Gustave Louridon, marchand de vins, rue du Banquier, 19, rentrait chez lui, la nuit dernière, à une heure du matin.

Soudain, au moment où il sonnait à sa porte, trois individus qui passaient sur le même trottoir se jettent sur lui. En un instant ils lui passent une lanière autour du coup et dépouillent de tout ce qu'il porte dans ses vêtements.

Ms étaient déjà 'loin quand des gardiens de paix survenant le trouvèrent étendu à terre et râlant.

Transporté au poste de police des Gobelins, on put lui faire recouvrer connaissance.

L'état de M, Louridon .est grave.


 Est-ce un empoisonnement - 1894

Est-ce un empoisonnement ?

Le Petit-Parisien — 28 décembre 1894

Hier, à trois heures de l'après-midi, M. Ferdinand Wendertieffoff, âgé de cinquante-cinq ans, journalier, et Mme veuve Henriette Masillier, âgée de cinquante-deux ans, demeurant avenue d'Ivry, 67, se présentaient chez M. Cornet, pharmacien, rue Coypel, et lui disaient qu'ils souffraient de douleurs d'estomac et de nausées dont ils ne pouvaient s'expliquer la cause. Envoyés à l'hôpital de la Pitié par M. Perruche, commissaire de police, Mme Masillier déclara, après avoir reçu quelques soins, qu'en sortant d'un restaurant où ils avaient déjeuné, son compagnon et elle s'étaient trouvés subitement malades.

Une enquête est ouverte à l'effet de savoir si le restaurateur désigné n'a pas commis l'imprudence de faire cuire des aliments dans une casserole en cuivre mal étamée.


Faits divers

 Les deux assassins ont été vus à l'angle de la rue Croulebarbe et de la rue Corvisart - 1930

Le crime de la Butte-aux-cailles


Les deux assassins ont été vus à l'angle de la rue Croulebarbe et de la rue Corvisart

Bien que l'identité de la victime reste encore inconnue, on croit à un meurtre politique

Paris-Soir — 5 mars 1930

La petite cité aux rues tortueuses qui, village dans la ville, se tasse entre la place Paul-Verlaine et le boulevard Auguste-Blanqui, bourdonne ce matin d'un naturel émoi. À chaque angle de venelle ont poussé de petits groupes qui s'entretiennent de « l'affaire » et les ménagères qui se pressent au marché Corvisart ne parlent que de cela en soupesant des choux- fleurs. Venant après tant de crimes mystérieux, l'assassinat de la rue des Cinq-Diamants mérite une telle rumeur : une victime, dont on ignore non seulement la vie, mais l'identité, des meurtriers présumés « politiques », sept coups de revolver, un acharnement rare à tuer, voilà plus qu'il n'en faut pour que tout un quartier s'agite — et surtout celui-ci où, de tout temps, les commères s'en donnèrent à langue que veux-tu.

Cependant, si l'on parle beaucoup, rares sont ceux qui virent. Il y a d'abord la bonne du « Papillon d'Or », Mlle Simone Guimbert ; puis la marchande de journaux installée dans un renfoncement du passage des Artistes ; enfin, le vendeur de journaux qui se tient, dès 5 h. 30, à la porte de la station du métro Corvisart.

Dans l'escalier du passage des Artistes

Joseph WernerMlle Guimbert, on le sait, reçut, samedi et dimanche, un jeune étranger, — grand, mince, vêtu d'une gabardine claire — qui lui demanda le numéro de la chambre où logeait Robert Werner.(*) Quelques secondes après le crime, elle croira dans le couloir de l'hôtel un homme qui la bouscula dans sa course :

— C'est le même que celui de dimanche, a-t-elle déclaré aussitôt.

Les deux autres témoignages sont plus intéressants, car ils précisent à la fois le nombre, le signalement et l'itinéraire des meurtriers.

À quelques pas de l'hôtel du « Papillon d'Or » s'ouvre une ruelle fort pittoresque, bordée de maisons basses et dont les pavés inégaux retiennent, même par temps sec et par un miracle qu'on ne voit qu'à la Butte-au Cailles, des flaques stagnantes de boue. Celte ruelle, la rue Jonas, est longue seulement de quelques mètres, aboutit à la plus extraordinaire venelle, baptisée pompeusement passage des Artistes. Ce passage n'est, en réalité, qu'un escalier de pierre, zigzaguant, gluant, glissant, qui, s'ouvrant sous porte, se glisse entre les maisonnettes de planches, de papier goudronné, de plaques de boîtes à conserves, dans un décor de misère qu'égaient quelques arbres semés au hasard par le vent. Sur le boulevard Auguste-Blanqui, le passage débouche dans une sorte de cour mal pavée et c'est dans un coin de cette cour que, derrière une table de planches, Mme B… exerce un commerce de journaux.

L'éventaire de Mme B… est assiégé de curieux et la brave commerçant - une petite femme, boulotte, rose et rieuse — en était ce matin, à 9 heures, au moins à son douzième récit :

— J'ai vu, dit-elle, deux hommes, dont l'un était plus grand que l'autre, descendre en courant le passage. Le premier portait un béret basque, le second un chapeau de feutre. Voilà tout.

— On a dit qu'un de ces deux hommes avait laissé tomber et ramassé aussitôt un revolver et un mouchoir.

— C'est exact. Mais c'est un de mes clients qui assista à cette scène rapide.

Ce malheureux client — qui tient à conserver le plus strict incognito — est payé pour s'en souvenir. Il montait, en effet, paisiblement l'escalier des Artistes quand deux hommes, survenant en trombe, le heurtèrent et le firent tomber. C'est en se relevant qu'il vit l'homme qui l'avait bousculé perdre et ramasser son arme.

Deux bêtes traquées

Le marchand de journaux du métro Corvisart a fait une déposition plus précise encore et il l'a faite avec un luxe de détails et dans un style imagé  qui en soulignent encore l'importance :

— Voilà, dit ce brave homme. Il était environ 6 h. 15 quand je vis deux hommes déboucher à toute allure du passage des Artistes. J'ai reconnu immédiatement qu'il s'agissait de deux types dont la conscience n'était pas propre, car, à six heures du matin, on ne court, pas comme cela si l'on ne se croit pas poursuivi. On aurait dit deux bêtes traquées.

» Le premier, grand, mince, était vêtu de noir. Il ne portait pas de chapeau et j'ai pu voir qu'il avait les cheveux noirs comme du jais. Il courait comme un champion de course à pied, a longues foulées, la tête rejetée en arrière et les mains ouvertes à hauteur des épaules. On ne voit courir de cette façon que dans les stades; pour moi, ce devait être un sportif.

» Le second, plus petit, s'essoufflait visiblement pour le suivre. Celui-ci portait un chapeau de feutre, une gabardine beige, une paire de lunettes à monture de métal ; il avait les cheveux blonds… C'est, parait-il, celui-là qui a tiré.

» Tous deux s'engouffrèrent à six pas de moi, sous la voûte qui supporte la ligne du métro et, traversant le boulevard Auguste-Blanqui, se jetèrent dans la rue Corvisart.

» Je fus tellement intrigué par ces deux coureurs que je me dérangeai et, jetant mes journaux malgré de nombreux clients qui se trouvaient là, allai les regarder à l'angle de la voûte. Malheureusement au bout de la rue Corvisart commence la rue Croulebarbe et, comme elle fait un coude brusque, je ne sais pas dans quelle direction les deux assassins se sont sauvés. »

On perd la piste

Ont-ils, descendant la rue Croulebarbe, filé jusqu'à l'avenue des Gobelins pour prendre le métro à la station nouvelle ? Ont-ils pris le petit passage des Reculetes pour remonter vers la place d'Italie, avec l'intention de brouiller leurs traces ? À l'angle de la rue Corvisart et de la rue Croulebarbe la piste se perd. Nul commerçant de ces deux rues ne se souvient d'avoir vu passer les deux singuliers coureurs.

Au métro « Gobelins » on ne se rappelle pas plus leur passage.

— D'ailleurs, nous dit l'employé, occupe au pointage des tickets, ce n'est pas moi qui étais à ce poste hier.

L'ouverture de la nouvelle ligne a bouleversé le service et nous sommes obligés de nous remplacer continuellement. D'ailleurs, à six heures du matin, la clientèle est nombreuse, beaucoup d'ouvriers habitant le quartier et se rendant, a ce moment-là, à  leur travail ; il est donc possible que nous n'ayons pas remarqué ces deux voyageurs plus que n'importe quels autres.

L'étudiant-cordonnier n'est pas encore identifié

Quoiqu'il en soit, la brigade spéciale ne désespère pas de retrouver les deux meurtriers. Toute la matinée a été occupée par les enquêteurs à essayer de préciser l'identité de la victime. C'est en vain qu'on a fouillé dans les fiches. Joseph Werner n'avait point de carte d'étranger  et il est inconnu de la légation tchécoslovaque. On conclut qu'il avait intérêt à cacher son identité, et on suppose dès maintenant que le meurtre eut des raisons politiques. C'est donc, dans les milieux tchécoslovaques que, pour le moment du moins, s'aiguillent les recherches.

Malgré les enquêtes faites aux deux hôtels où le soi-disant Joseph Werner avait habité avant de loger rue des Cinq-Diamants, aucun renseignement n'a pu être recueilli encore sur la mystérieuse existence de cet étudiant singulier qui, tandis qu'il suivait des cours de journalisme, confectionnait dans sa chambre, pour vivre, des sandalettes d'enfants en cuir tressé.


(*) Le prénom varie au fil du texte (NdE)


A lire également

L'article du 4 mars 1930

L'article du 6 mars 1930

sans titre 1

Ailleurs sur Paris-Treizieme

Les Bijoutiers

Savez-vous ce que c'est qu'un Bijoutier ?...
C'est un de ces industriels qui achètent aux laveurs de vaisselle des restaurants les débris de viande cuite jugés indignes d'être offerts à la clientèle, et qui vendent ces débris, connus sous le nom d'arlequins, aux pauvres gens des quartiers populeux.
Or, depuis quelque temps, les étalages des bijoutiers du marché des Gobelins étaient mieux fournis que d'habitude... (1872)

Lire

La Fête Nationale du 30 juin 1878 dans le 13e arrondissement

Il faudrait tout notre journal pour être complet sur le treizième arrondissement. (1878)

Lire

Le bal des Quart'z'Arts

C'est derrière la mairie du treizième arrondissement, dans le vieux marché des Gobelins, que la jeunesse des Beaux-arts avait organisé hier soir le bal annuel des Quat'z'Arts. (1914)

Lire

Des ossements humains découverts par des terrassiers

Une rumeur étonnante et capable d’alimenter toutes les conversations circulait, hier après-midi vers 5 heures, dans le quartier de la Maison-Blanche. Des terrassiers, en creusant pour faire une cour, avaient découvert des ossements... (1923)

Lire

Menu faits divers

Faits divers

Un drame sur un échafaudage. - 1903

Installé sur l'échafaudage d'une maison en construction, boulevard de la Gare, un ouvrier maçon sifflotait Carmen, son air favori...

Lire


Le drame de la rue Barrault - 1893

Au numéro 10 de la rue Barrault, dans un petit logement situé au troisième étage, une jeune femme de vingt-six ans, Mme Louise Breton, née Devrot, a tenté de se tuer avec son enfant.

Lire


Une bataille sous une porte - 1903

La pluie qui tombait à verse hier matin forçait, vers onze heures, des passants à se réfugier sous une porte cochère de la rue de Tolbiac

Lire


Par amour ! - 1903

Un nommé. Raphaël Dorcher, âgé de vingt-huit ans, garçon charcutier, passait hier avenue d'Italie...

Lire


Un crédit néfaste - 1903

Deux frères. Charles et Victor Deschamps, âgés de vingt et vingt-deux ans, rêvaient depuis longtemps d'installer dans le quartier de la Gare un magasin de bicyclettes.

Lire


En jouant - 1912

Deux gamins jouaient, hier, vers six heures du soir, devant une tranchée, avenue des Gobelins.

Lire


Le crime de l’avenue de Choisy - 1889

L'avenue de Choisy sert de quartier général à des bandes de rôdeurs c'est, le pays par excellence des attaques nocturnes, des rixes, des vols, bref, des exploits variés des escarpes et des chourineurs de la rive gauche.

Lire


Un drame rue de la Maison-Blanche - 1897


La bande des deux moulins - 1894


Rivalité d'amour. - 1895


Rue de Tolbiac, un voyageur est tué par des Apaches - 1908


Le drame de la rue Corvisart - 1905


Tentative d’assassinat - 1903


Un mari meurtier - 1903


Précoces Criminels - 1895


Le perroquet enlevé - 1896


Une scène scandaleuse - 1894


Une mère tue sa fillette et tente de se suicider - 1912


La lune de miel fut de courte durée - 1923


Un pickpocket - 1885


La bagarre de la cité Jeanne-d'Arc - 1902


sans titre 2

© paris-treizieme.fr pour la transcription du texte