entete


UNE ÉVOCATION DU 13ÈME ARRONDISSEMENT DE 1860 AUX ANNÉES 30

sans titre 1

SAVIEZ-VOUS QUE...

C'est le 25 mai 1827 que Honoré-François Ulbach tua de plusieurs coups de couteau Aimée Millot, la bergère d'Ivry.


Le nom d'Émile Deslandres fut donné en juillet 1936 à un tronçon de l'ancien passage Moret pour que cette rue honore l' ancien conseiller municipal qui représenta le 13e à l'Hôtel de Ville pendant près de 30 ans.


Le Paris-Soir du 24 octobre 1932 rapportait que, rue de la Glacière, un magasin de jouets affichait sur sa porte cette pancarte : « Ici on remplace les mauvaises têtes » et commentait en écrivant : « Quel dommage que cette chirurgie miraculeuse ne puisse encore s'appliquer qu'aux belles poupées de porcelaine rose ! »

menu-nouveautés Article - inclus

Noté dans la presse...

1877

La Butte-aux-Cailles

Situé sur les confins du XIVe et du XIIIe arrondissement, l'ancien quartier de la Glacière est, ou plutôt était, il y a peu de temps, un des côtés les plus curieux du nouveau Paris. Las deux bras de la Bièvre s'enchevêtrant, à peine ombragés par quelques maigres peupliers, dans les replis escarpés de la Butte-aux-Cailles.

Lire la suite...

sans titre 1

C'est arrivé dans le 13ème

 Un drame de la jalousie - 1905

Un drame de la jalousie

Le Temps — 25 juin 1904

Ce matin, à huit heures, un voiturier. Paul Perrotel, âgé de quarante-cinq ans, demeurant 26, rue Bourgon, passait rue Abel- Hovelacque, en compagnie d'une femme, la veuve Fléchel, âgée de cinquante-cinq ans, avec laquelle il entretient des relations intimes.

Leur conversation était très animée. Soudain Perrotel, qui était porteur d'une canne à épée, en tira la lame et frappa la veuve Fléchel dans le dos, la blessant grièvement. Puis il sortit de sa poche un rasoir dont il tenta de se couper la gorge.

Des passants, intervenus immédiatement, firent donner des soins aux deux blessés qui ont été ensuite transportés à l'hôpital Cochin.


 Une journée sanglante - 1895

Une journée sanglante.

Le Matin 25 mars 1895

C’est ainsi qu’on pourrait nommer la journée d’hier, au cours de laquelle il n’a été question que de coups de revolver et de coups de couteau.

Un sujet belge, Mime, se trouvant en état d’ivresse, cherche noise, rue de la Butte-aux-Cailles, à un sieur Beaucheron. Les agents Rostan et Carpentier interviennent. Mime décharge un- revolver sur le groupe et blesse Beaucheron au-bras gauche.

Le meurtrier qui s’enfuyait a pu être arrêté.


Faits divers

 Les deux assassins ont été vus à l'angle de la rue Croulebarbe et de la rue Corvisart - 1930

Le crime de la Butte-aux-cailles


Les deux assassins ont été vus à l'angle de la rue Croulebarbe et de la rue Corvisart

Bien que l'identité de la victime reste encore inconnue, on croit à un meurtre politique

Paris-Soir — 5 mars 1930

La petite cité aux rues tortueuses qui, village dans la ville, se tasse entre la place Paul-Verlaine et le boulevard Auguste-Blanqui, bourdonne ce matin d'un naturel émoi. À chaque angle de venelle ont poussé de petits groupes qui s'entretiennent de « l'affaire » et les ménagères qui se pressent au marché Corvisart ne parlent que de cela en soupesant des choux- fleurs. Venant après tant de crimes mystérieux, l'assassinat de la rue des Cinq-Diamants mérite une telle rumeur : une victime, dont on ignore non seulement la vie, mais l'identité, des meurtriers présumés « politiques », sept coups de revolver, un acharnement rare à tuer, voilà plus qu'il n'en faut pour que tout un quartier s'agite — et surtout celui-ci où, de tout temps, les commères s'en donnèrent à langue que veux-tu.

Cependant, si l'on parle beaucoup, rares sont ceux qui virent. Il y a d'abord la bonne du « Papillon d'Or », Mlle Simone Guimbert ; puis la marchande de journaux installée dans un renfoncement du passage des Artistes ; enfin, le vendeur de journaux qui se tient, dès 5 h. 30, à la porte de la station du métro Corvisart.

Dans l'escalier du passage des Artistes

Joseph WernerMlle Guimbert, on le sait, reçut, samedi et dimanche, un jeune étranger, — grand, mince, vêtu d'une gabardine claire — qui lui demanda le numéro de la chambre où logeait Robert Werner.(*) Quelques secondes après le crime, elle croira dans le couloir de l'hôtel un homme qui la bouscula dans sa course :

— C'est le même que celui de dimanche, a-t-elle déclaré aussitôt.

Les deux autres témoignages sont plus intéressants, car ils précisent à la fois le nombre, le signalement et l'itinéraire des meurtriers.

À quelques pas de l'hôtel du « Papillon d'Or » s'ouvre une ruelle fort pittoresque, bordée de maisons basses et dont les pavés inégaux retiennent, même par temps sec et par un miracle qu'on ne voit qu'à la Butte-au Cailles, des flaques stagnantes de boue. Celte ruelle, la rue Jonas, est longue seulement de quelques mètres, aboutit à la plus extraordinaire venelle, baptisée pompeusement passage des Artistes. Ce passage n'est, en réalité, qu'un escalier de pierre, zigzaguant, gluant, glissant, qui, s'ouvrant sous porte, se glisse entre les maisonnettes de planches, de papier goudronné, de plaques de boîtes à conserves, dans un décor de misère qu'égaient quelques arbres semés au hasard par le vent. Sur le boulevard Auguste-Blanqui, le passage débouche dans une sorte de cour mal pavée et c'est dans un coin de cette cour que, derrière une table de planches, Mme B… exerce un commerce de journaux.

L'éventaire de Mme B… est assiégé de curieux et la brave commerçant - une petite femme, boulotte, rose et rieuse — en était ce matin, à 9 heures, au moins à son douzième récit :

— J'ai vu, dit-elle, deux hommes, dont l'un était plus grand que l'autre, descendre en courant le passage. Le premier portait un béret basque, le second un chapeau de feutre. Voilà tout.

— On a dit qu'un de ces deux hommes avait laissé tomber et ramassé aussitôt un revolver et un mouchoir.

— C'est exact. Mais c'est un de mes clients qui assista à cette scène rapide.

Ce malheureux client — qui tient à conserver le plus strict incognito — est payé pour s'en souvenir. Il montait, en effet, paisiblement l'escalier des Artistes quand deux hommes, survenant en trombe, le heurtèrent et le firent tomber. C'est en se relevant qu'il vit l'homme qui l'avait bousculé perdre et ramasser son arme.

Deux bêtes traquées

Le marchand de journaux du métro Corvisart a fait une déposition plus précise encore et il l'a faite avec un luxe de détails et dans un style imagé  qui en soulignent encore l'importance :

— Voilà, dit ce brave homme. Il était environ 6 h. 15 quand je vis deux hommes déboucher à toute allure du passage des Artistes. J'ai reconnu immédiatement qu'il s'agissait de deux types dont la conscience n'était pas propre, car, à six heures du matin, on ne court, pas comme cela si l'on ne se croit pas poursuivi. On aurait dit deux bêtes traquées.

» Le premier, grand, mince, était vêtu de noir. Il ne portait pas de chapeau et j'ai pu voir qu'il avait les cheveux noirs comme du jais. Il courait comme un champion de course à pied, a longues foulées, la tête rejetée en arrière et les mains ouvertes à hauteur des épaules. On ne voit courir de cette façon que dans les stades; pour moi, ce devait être un sportif.

» Le second, plus petit, s'essoufflait visiblement pour le suivre. Celui-ci portait un chapeau de feutre, une gabardine beige, une paire de lunettes à monture de métal ; il avait les cheveux blonds… C'est, parait-il, celui-là qui a tiré.

» Tous deux s'engouffrèrent à six pas de moi, sous la voûte qui supporte la ligne du métro et, traversant le boulevard Auguste-Blanqui, se jetèrent dans la rue Corvisart.

» Je fus tellement intrigué par ces deux coureurs que je me dérangeai et, jetant mes journaux malgré de nombreux clients qui se trouvaient là, allai les regarder à l'angle de la voûte. Malheureusement au bout de la rue Corvisart commence la rue Croulebarbe et, comme elle fait un coude brusque, je ne sais pas dans quelle direction les deux assassins se sont sauvés. »

On perd la piste

Ont-ils, descendant la rue Croulebarbe, filé jusqu'à l'avenue des Gobelins pour prendre le métro à la station nouvelle ? Ont-ils pris le petit passage des Reculetes pour remonter vers la place d'Italie, avec l'intention de brouiller leurs traces ? À l'angle de la rue Corvisart et de la rue Croulebarbe la piste se perd. Nul commerçant de ces deux rues ne se souvient d'avoir vu passer les deux singuliers coureurs.

Au métro « Gobelins » on ne se rappelle pas plus leur passage.

— D'ailleurs, nous dit l'employé, occupe au pointage des tickets, ce n'est pas moi qui étais à ce poste hier.

L'ouverture de la nouvelle ligne a bouleversé le service et nous sommes obligés de nous remplacer continuellement. D'ailleurs, à six heures du matin, la clientèle est nombreuse, beaucoup d'ouvriers habitant le quartier et se rendant, a ce moment-là, à  leur travail ; il est donc possible que nous n'ayons pas remarqué ces deux voyageurs plus que n'importe quels autres.

L'étudiant-cordonnier n'est pas encore identifié

Quoiqu'il en soit, la brigade spéciale ne désespère pas de retrouver les deux meurtriers. Toute la matinée a été occupée par les enquêteurs à essayer de préciser l'identité de la victime. C'est en vain qu'on a fouillé dans les fiches. Joseph Werner n'avait point de carte d'étranger  et il est inconnu de la légation tchécoslovaque. On conclut qu'il avait intérêt à cacher son identité, et on suppose dès maintenant que le meurtre eut des raisons politiques. C'est donc, dans les milieux tchécoslovaques que, pour le moment du moins, s'aiguillent les recherches.

Malgré les enquêtes faites aux deux hôtels où le soi-disant Joseph Werner avait habité avant de loger rue des Cinq-Diamants, aucun renseignement n'a pu être recueilli encore sur la mystérieuse existence de cet étudiant singulier qui, tandis qu'il suivait des cours de journalisme, confectionnait dans sa chambre, pour vivre, des sandalettes d'enfants en cuir tressé.


(*) Le prénom varie au fil du texte (NdE)


A lire également

L'article du 4 mars 1930

L'article du 6 mars 1930

sans titre 1

Ailleurs sur Paris-Treizieme

Des ossements humains découverts par des terrassiers

Une rumeur étonnante et capable d’alimenter toutes les conversations circulait, hier après-midi vers 5 heures, dans le quartier de la Maison-Blanche. Des terrassiers, en creusant pour faire une cour, avaient découvert des ossements... (1923)

Lire

Expulsion de zoniers à la Porte de Gentilly

Espérons que la rudesse et la brutalité avec lesquelles la main de l'autorité militaire vient de s'abattre sur les pauvres zoniers de la porte de Gentilly, aura pour résultat de ramener cette importante question à l'ordre du jour, et de lui faire faire un pas vers une solution impatiemment attendue. (1895)

Lire

La Fondation Singer-Polignac

La fondation Singer-Polignac est une maison ouvrière. La maison a été construite en un an. Il y a trois mois, une bande de calicot tendue sur la façade annonçait que soixante-quatre logements étaient à louer dans cet immeuble. Deux cent quatre-vingt-dix-sept postulants se présentèrent. Il y a donc actuellement, au quartier de la Maison-Blanche, deux cent trente-trois ménages en quête d'un logis neuf. (1911)

Lire

Les fêtes de Jeanne d'Arc dans le 13e

Il semble que dans ce lointain faubourg parisien le peuple ait voulu fleurir avec plus de ferveur la fille du peuple, la petite bergère de Domrémy qui sauva la France. (1913)

Lire

Menu faits divers

Faits divers

Le crime de l'avenue d'Italie - 1899

Au numéro 23 de l'avenue d'Italie, dans une petite boutique, un vieillard de soixante-trois ans avait installé, il y a quelque temps, un atelier de réparations de bicyclettes. Une jeune fille de vingt-six ans, nommée Lucie Carronneille, qu'il faisait passer pour sa fille, demeurait avec lui.

Lire


Le drame de la rue Coypel - 1888

Un drame sanglant s'est déroulé hier, vers cinq heures, au numéro 13, de la rue Coypel. A cette adresse habite un ex-brigadier de gardiens de la paix , âgé de soixante-quatre ans, qui maria sa fille, il y a quelques années, à un marchand ambulant..

Lire


Le drame de l'avenue de Choisy - 1888

Les locataires d'un hôtel situé au n°33 de l'avenue de Choisy étaient réveillés, la nuit dernière, par les plaintes d'une femme.

Lire


Le drame de l'avenue de Choisy - 1911

Marius Lafontaine, un robuste ouvrier emballeur de trente-deux ans, et Juliette Berthier, vingt-quatre ans, teinturière, s'étaient épousés il y a six ans. Ils pensaient avoir trouvé le bonheur. Hélas ! la désillusion vint vite., Quinze jours à peine y suffirent.

Lire


Bataille rangée entre consommateurs à la porte d'un café - 1939

Éventré d'un coup de couteau, à demi assommé à coups de talon par une femme, un des combattants est enfin jeté sous les roues d'un taxi

Lire


Le soldeur Gauzy qui donna asile à Bonnot est blessé mystérieusement d'un coup de revolver - 1914

Rue Nationale, à Paris, au n° 13, à 200 mètres de la porte d'Ivry, près du boulevard Masséna et d'un terrain vague longeant les fortifications et appelé communément « champ de manœuvres d'Ivry », se trouve un petit débit le café des Trois Marches vertes, tenu par M. Paul Guignard.

Lire


On a tenté de tuer Gauzy qui naguère abrita Bonnot fugitif et chez qui M. Jouin trouva la mort - 1914

Il était 8 heures du soir, mardi, quand M. Fauvel, secrétaire au commissariat du quartier de la Gare, fut averti par téléphone que deux coups de revolver venaient de retentir dans un débit, rue Nationale.

Lire


Le meurtrier de Gauzy est connu - 1914


Le meurtrier de Gauzy est arrêté - 1914


Sous la protection de la police, des ouvriers ont entrepris la démolition de la trop fameuse cité Jeanne-d'Arc - 1935


Je disparaîtrai sans donner d'ennui à personne », avait dit le professeur - 1938


Un veuf tire sur sa maîtresse puis se suicide - 1914


Un soir à la Porte d'Italie - 1895


Drame de la jalousie - 1897


Chronique du feu - 1879


Le drame du quartier de la Gare - 1896


Le drame de la rue Dunois - 1892


Le drame de la rue Dunois - 1892 - dernières nouvelles


L'Affaire de la Place Jeanne-d’Arc - 21 mars 1897


Les assiégés de la cité Jeanne-d'Arc se sont rendus ce matin - 1934


Scène sanglante dans un Bal Avenue de Choisy - 1910


sans titre 2

© paris-treizieme.fr pour la transcription du texte