entete


UNE ÉVOCATION DU 13ÈME ARRONDISSEMENT DE 1860 AUX ANNÉES 30

 menu - Sur la Bièvre

Sur la Bièvre ...

Paris qui s'en va

A. Hermant (1865)

La Bièvre (in Croquis parisiens)

J.K. Huysmans (1880)

La Bièvre

J.K. Huysmans (1886)

La disparition de la Bièvre

Le Journal des débats politiques et littéraires (1893)

La Bièvre

G. Lenotre (1896)

La Bièvre déborde

Pierre Véron (1897)

La Bièvre

Louis Sauty (1898)

La Bièvre (Paris qui s'en va)

Gustave Coquiot (1903)

Le long de la Bièvre

Georges Cain (1905)

La perdition de la Bièvre

Adrien Mithouard (1906)

La rivière perdue (Léo Larguier)

Le Journal des débats politiques et littéraires (1926)

sans titre 1

SAVIEZ-VOUS QUE...

La piscine de la Butte aux Cailles a été inaugurée le 4 mai 1924.


La galerie de la manufacture nationale des Gobelins située sur l'avenue du même nom a servi d'hôpital pendant la première guerre mondiale.


Le Paris-Soir du 24 octobre 1932 rapportait que, rue de la Glacière, un magasin de jouets affichait sur sa porte cette pancarte : « Ici on remplace les mauvaises têtes » et commentait en écrivant : « Quel dommage que cette chirurgie miraculeuse ne puisse encore s'appliquer qu'aux belles poupées de porcelaine rose ! »

Article - inclus

Noté dans la presse...

1868

Intéressante découverte archéologique sur le chantier du boulevard Saint-Marcel

Les travaux qui s'exécutent dans le quartier Saint-Marcel ont amené des découvertes fort importantes au point de vue archéologique.

Lire la suite...

sans titre 1

C'est arrivé dans le 13ème

 Discussion vive rue Vandrezanne - 1888

Discussion vive rue Vandrezanne

Le Petit-Parisien — 24 octobre 1888

Une vive discussion éclatait, hier matin vers onze heures, dans un établissement de bouillon, 10, rue Vandrezanne, entre deux consommateurs nommés Courant, demeurant rue des Malmaisons, 23, et Pigard, demeurant rue Vandrezanne, 9.

Au plus fort de la querelle, Courant saisit un couteau sur une table et se précipitant sur son adversaire, l'en frappa d'un coup au côté droit.

Le meurtrier qui essayait de fuir fut arrêté par un gardien de la paix.

Il a été conduit au bureau de M. Debeury, commissaire de police.

Le blessé après avoir reçu des soins dans une pharmacie a été transporté à son domicile.

L'état de Figard est grave.


 L'eau est faite pour se laver. - 1913

L'eau est faite pour se laver.

Le Matin — 18 juin 1913

Algérien et musulman, Mohamed Haar a une prédilection marquée pour les bains froids. Il se promenait, hier, paisiblement rue de Tolbiac rêvant sans doute quelque houri du paradis de Mahomet, quand, soudain, il se trouva en face d'une fontaine municipale.

La chaleur était accablante, La tentation fut trop forte pour ce fils du Soleil. Prenant une brusque résolution, il se dépouilla de son burnous, enleva ses chausses et léger de vêture, il s'ablutionna.

Conduit au poste de police, Mohamed déclara être âgé de vingt-huit ans et se trouver actuellement sans domicile. Il manifesta, en outre, beaucoup d'étonnement de se voir l'objet d'une arrestation pour un acte qui, à idée, est banal et naturel. Il ajouta :

— Les roumis sont bien méchants d'empêcher le fidèle croyant de se laver !

Malgré ses protestations, M, Lacroix,  commissaire de police du quartier de la Gare, a envoyé Haar au Dépôt.


Sur les bords de la Bièvre

 La Bièvre - G. Lenotre - 1896

LA BIÈVRE

Le Monde Illustré ― 8 février 1896

Dans les bois qui font au château de Versailles une si magnifique ceinture de futaies, plus loin que l'endroit appelé le Désert, au fond d'un ravin étroit à ce point qu'il ressemble à une ruelle encaissée entre deux murailles de verdure, en un lieu où il n'y a ni maison, ni route, ni chemin, ni sentier, rien qu'un enchevêtrement de branches et un fouillis de grandes herbes, naît un ruisselet, si bien caché dans les roseaux qu'on a peine, d'abord, à le découvrir. Il fuit, sous l'ombre verte des arbres, suivant sans détours ni méandres le fond de la vallée... C'est la Bièvre.

La Bièvre, gracieuse, pure, innocente, qui semble si heureuse de courir dans les herbes, de refléter les aulnes, de cascader sur les cailloux, qu'elle est parvenue à attendrir les bicyclistes. Quelque invraisemblable que paraisse cette assertion, les bicyclistes ont respecté, en effet, le berceau de la Bièvre : ceux qui veulent lui rendre visite laissent leur machine à Guyancourt ou à Bouviers, et vont à pied, comme de simples mortels, lui porter leurs hommages. Je signale ce point de notre globe où la bécane n'est point parvenue : c'est dire combien ce coin de terre est reculé, solitaire, silencieux, discret et poétique.

Quand on fait en bateau-omnibus la traversée de la Seine, du pont d'Austerlitz à Auteuil. on aperçoit, par les basses-eaux, (quelque part dans les environs du Jardin des Plantes, une énorme bouche d'égout, qui, continuellement, déverse une sorte de liquide visqueux, épais, jaunâtre : de temps à autre, dans cette déjection ininterrompue, apparait, quelque masse verdie, informe. cadavre de chien gonflé comme un animal en baudruche, ou vieux chapeau juteux ballotté par la vase, pis encore… Les passagers des bateaux se détournent avec horreur; les pêcheurs à la ligne eux-mêmes — que ne rebutent pourtant ni la sortie du grand collecteur ni le fameux égout aux cataplasmes de l'Hôtel-Dieu — désertent ce confluent fétide, aux alentours duquel les poissons ne peuvent pas vivre.

Ce flux d'ordures. c'est la Bièvre. La Bièvre avilie, abjecte, boueuse, prostituée.

Il n'y a pas d'histoire plus dramatique et plus morale que celle de ce pauvre cours d'eau, histoire navrante et bien faite pour servir de leçon.

Pour son malheur, la Bièvre est née trop près de la grande ville : c'est ce qui a fait sa perte. Comme tant de pauvres filles des champs, le mirage de Paris la troublait dans ses grands bois; elle était attirée vers cette cité merveilleuse dont les féeries hantaient sa solitude. Sans doute les couples heureux qui, le dimanche, s'égaraient sur ses bords, ont-ils contribué à son malheur : la nymphe de sa source, à force de voir ces bandes de Parisiens, échappées pour un jour de leur prison, si gaies, si folâtres, si pleines d'entrain, a pensé peut-être que, dans cette ville d'où ils venaient, ce n'était que fête continuelle, idylle sans fin. Avait-elle entendu dire aussi que dans ce Paris fascinateur, une belle rivière n'avait qu'à se laisser couler, oisive et adorée des riverains, reflétant des cathédrales et des palais, sans une turbine à actionner, sans un moulin à faire mouvoir? Alors, ayant peur du travail, elle se sera dit : « Pourquoi pas moi aussi bien qu'une autre ?. » - C'est ce raisonnement qui les perd toutes!

Entrée de la Bièvere dans Paris à la Poterne des Peupliers
Entrée de la Bièvre dans Paris

Et pourtant les avertissements ne lui ont pas manqué. Un jour, un grand prince fit élever, dans les forêts où elle prend naissance, un admirable palais et disposer un parc somptueux, tout rempli de bassins sans eaux, de cascades sans chute, de canaux où l'on ne pouvait naviguer. Ce grand prince entendit parler de la Bièvre, et, tout de suite, la désira follement. Ce n'est point qu'il la trouvât jolie, jolie : elle semblait bien rustique à un si raffiné seigneur ; mais comme il n'y avait pas d'autre; rivière dans les en- virons, il conçut Je projet d'amener celle-ci à sa cour. Il vint lui faire visite , accompagné d'une troupe d'architectes célèbres, de jardiniers fameux, d'ingénieurs hydrographes illustres. La sotte eut peur, et se fit, ce jour-là, si menue, si discrète, si pauvre, que les courtisans, considérant et la grandeur du prince, et l'humilité de la rivière, dirent : « Sire, laissez cette péronnelle ; vous n'en sauriez faire rien ; nous vous amènerons la Loire ou l'Eure sur des aqueducs de six mille - arches : cela, du moins, sera digne de Votre Majesté. » Et comme cet argument sembla très raisonnable au grand roi, il tourna le dos à la Bièvre et n'y pensa plus.

Elle se réjouit de cette décision, l'infortunée ! Si pourtant, à cette heure d'où dépendait sa destinée, elle s'était tant soit peu mise en frais, si elle avait grossi sa voix, étalé sa robe et montré quelque désir de plaire, son eau, restée pure. baignerait depuis deux siècles, les blanches déesses de marbre des bassins de Versailles, dormirait dons les urnes de porphyre, jouerait dans les conques de bronze des tritons et s'épanouirait en belles gerbes sous des colonnades de granit rose. Tandis qu'aujourd'hui !...

*
*   *


Lire la suite
sans titre 1

Ailleurs sur Paris-Treizieme

La Fondation Singer-Polignac

La fondation Singer-Polignac est une maison ouvrière. La maison a été construite en un an. Il y a trois mois, une bande de calicot tendue sur la façade annonçait que soixante-quatre logements étaient à louer dans cet immeuble. Deux cent quatre-vingt-dix-sept postulants se présentèrent. Il y a donc actuellement, au quartier de la Maison-Blanche, deux cent trente-trois ménages en quête d'un logis neuf. (1911)

Lire

Les fêtes de Jeanne d'Arc dans le 13e

Il semble que dans ce lointain faubourg parisien le peuple ait voulu fleurir avec plus de ferveur la fille du peuple, la petite bergère de Domrémy qui sauva la France. (1913)

Lire

La Butte-aux-Cailles

Situé sur les confins du XIVe et du XIIIe arrondissement, l'ancien quartier de la Glacière est, ou plutôt était, il y a peu de temps, un des côtés les plus curieux du nouveau Paris. Las deux bras de la Bièvre s'enchevêtrant, à peine ombragés par quelques maigres peupliers, dans les replis escarpés de la Butte-aux-Cailles. (1877)

Lire

La Place Paul Verlaine

Une délibération municipale, approuvée par un arrêté préfectoral que ratifia, le 28 juillet dernier, un décret présidentiel, a donné le nom de Paul Verlaine à une place sise à Paris dans le 13e arrondissement, à l'intersection des rues Bobillot, du Moulin-des-Prés et de la Butte-aux-Cailles. (1905)

Lire

sans titre 2
sans titre 2

© paris-treizieme.fr pour la transcription du texte