entete


UNE ÉVOCATION DU 13ÈME ARRONDISSEMENT DE 1860 AUX ANNÉES 30

sans titre 1

SAVIEZ-VOUS QUE...

Le dernier étang du quartier de la Glacière fut comblé en août 1881 et sur son emplacement, on construisit une gare de marchandise connue sous le nom de gare de Rungis.


Le 7 décembre 1930, un beau dimanche, à l'angle de l'avenue des Gobelins et de la rue Philippe- de-Champaigne, le manœuvre géorgien Parmény Tchanoukvadzé, trente-six ans, abattait à coups de pistolet automatique M. Noé Ramichvili, quarante-neuf ans, ancien ministre de l'Intérieur du gouvernement menchevik de Géorgie, président à Paris du parti Tebanoukvadze social démocrate géorgien, blessant M. Menagarichvili, secrétaire du précédent, qui se portait au secours de son chef.


Le Paris-Soir du 24 octobre 1932 rapportait que, rue de la Glacière, un magasin de jouets affichait sur sa porte cette pancarte : « Ici on remplace les mauvaises têtes » et commentait en écrivant : « Quel dommage que cette chirurgie miraculeuse ne puisse encore s'appliquer qu'aux belles poupées de porcelaine rose ! »

menu-nouveautés sans titre 1

C'est arrivé dans le 13ème

 La folie du cordonnier - 1921

La folie du cordonnier

Le Gaulois  — 20 mars 1921

Un sujet russe, Bernard Steimann, cordonnier âgé de cinquante et un ans, demeurant 22, avenue de Choisy, menacé d'expulsion fut pris d'un acte de folie et se barricada dans sa boutique, menaçant de tuer ceux qui s'approcheraient.

L'intervention du commissaire de police n'eut aucun succès. Steimann restait enfermé. Alors il fut décidé qu'hier matin on lancerait par une fente de la porte de la boutique deux ampoules remplies d'un gaz soporifique, afin de pouvoir se rendre maître du forcené.

Or, à sept heures du matin, deux agents en surveillance aperçurent soudain deux jambes qui s'allongeaient sous le rideau de fer. Chacun en prit une et tira ; Steimann n'opposa aucune résistance. Le pauvre fou s'était blessé dans la, région du cœur avec un de ses tranchets à  chaussures.

Transporté immédiatement à la Pitié, le malheureux y a reçu les soins nécessaires.

Comme ses blessures ne présentent aucun caractère de gravité, il sera dirigé sur l'asile de Sainte-Anne.

A. Magne

 Blessé par une plaque de tôle - 1929

Blessé par une plaque de tôle

Le Gaulois — 5 janvier 1929

Avenue des Gobelins, M. Fernand Bertel, vingt-quatre ans, 56, avenue Victor-Hugo, à Choisy-Ie-Roi, a été blesse à l’épaule gauche par une plaque de tôle tombée d’un immeuble.

Il a reçu les soins à la Pitié.


LIEUX DU TREIZIÈME

 Paris qui s'en va - 1865 - La Bièvre

Paris qui s’en va.

Le monde illustré — 22 avril 1865

Après avoir parcouru un frais vallon, à l'ombre de magnifiques peupliers, la Bièvre se divise en deux branches, à la hauteur du boulevard des Gobelins; c'est là pour ainsi dire qu'elle fait sa véritable entrée dans Paris. Elle passe sous le boulevard des Gobelins et reparaît pour prêter ses eaux à une grande fabrique d'indienne.

A partir de cet endroit jusqu'à la Seine, la rivière devient une véritable rigole encaissée dans des parois de maçonnerie. Elle est éclusée, élargie, rétrécie, suivant les besoins; tous les quinze jours on la met à sec pour enlever les immondices qu'elle charrie ni plus ni moins qu'un des égouts de la ville. Elle n'a plus de rivière que le nom, et lorsqu'on suit ses bords, derrière les Gobelins par exemple, on se demande ce que peut être cet horrible ruisseau dont les eaux puantes sont recouvertes d'une couche d'ordures formant croûte et répandant une odeur fétide à plusieurs centaines de mètres à la ronde. Tel est l'état de la Bièvre qui fait la richesse de cent fabriques; on lui pardonne d'être sale en considération des richesses qu'elle procure, et de sentir mauvais parce que les gaz ammoniacaux qu'elle dégage, loin d'être insalubres, sont de véritables préservatifs, en temps d'épidémie, pour la nombreuse population ouvrière qui vit sur ses bords.

Dans la rue du Champ-de-l'Alouette nous rencontrons la blanchisserie Noiret, située près de l'emplacement de l'ancien moulin Croulebarbe, dont le régicide Fieschi fut longtemps le gardien; c'est là que se blanchit le linge des prisons. En descendant la rue Croulebarbe, on rencontre un grand nombre de mégisseries et surtout des blanchisseurs de linge. Le lavage se fait en contre-bas de la rue, dans la Bièvre. Chaque blanchisseur possède sur les bords de la rivière, enterrés jusqu'au bord, un certain nombre de tonneaux pour lesquels il paye une redevance à la ville; les lavandières entrent dans ces tonneaux jusqu'à mi-corps de façon à se trouver bien à portée de l'eau et à éprouver d'autant moins de fatigue qu'elles n'ont pas à se baisser. Lors- que les ouvrières ne travaillent pas, les tonneaux sont fermés au moyen de couvercles cadenassés et ce n'est que dans les cas d'oubli de cette précaution que le public peut profiter de cette installation.

La mégisserie et la teinturerie des peaux sont les deux industries qui salissent le plus la rivière; il est incroyable que l'eau puisse encore être utilisée quand elle a passé derrière deux ou trois de ces fabriques.

Les bordds de la Bièvre - Les laveuses

Nos dessins de ce jour représentent quelques-uns des principaux établissements situés sur le ruisseau parisien. A droite de la rue Croulebarbe est la blanchisserie pour les prisons militaires. Puis un atelier de sciage de peaux : cette industrie a pour objet de séparer les peaux dans le sens de leur épaisseur et d'en faire deux avec une. Puis viennent les tanneurs et les mégissiers : les peaux arrivent là sortant des abattoirs et ne repartent que propres à être livrées au maroquinier, au gantier ou au cordonnier.

Quai de lessivage, rue Croulebarbe

Les grattages de peaux, appelés bourres de laine, sont enlevés de ces usines et portés dans des ateliers spéciaux pour subir le triage et le lavage; c'est toujours la Bièvre qui fait les frais de cette seconde opération.

Le triage est opéré par des femmes qui séparent les couleurs et les espèces, et les bourres triées sont mises dans des mannes que des hommes placent à fleur d'eau et agitent à l'aide de grands bâtons jusqu'à nettoyage complet.

Il est impossible de donner une idée complète du pittoresque de ces quartiers ; nous engageons nos lecteurs parisiens à les visiter avant qu'ils disparaissent, persuadé que nous sommes qu'ils ne regretteront pas leur excursion à ces antipodes du boulevard des Italiens.

A. HERMANT.
sans titre 1

Ailleurs sur Paris-Treizieme

La suppression de la Bièvre

Le conseil ayant décidé, en 1899, après de lentes et nombreuses études, de faire procéder à la couverture de la Bièvre « dont les émanations exercent une influence fâcheuse sur la santé des riverains... (1907)

Lire

La villa des chiffonniers

Il faudrait battre longtemps Paris pour y trouver quelqu\'un de comparable à M. Enfert, qui vient de faire bénir, à la Maison-Blanche, une nouvelle œuvre. (1897)

Lire

Nouvelle ligne d'autobus

A dater du 28 octobre 1923, la S. T. C. R. P. mettra en service une nouvelle ligne d’autobus dénommée AI bis, « Place d’Italie-Gare Saint-Lazare » (1923)

Lire

Nécrologie : Eugène Bonneton

Une triste nouvelle nous arrive du front. Eugène Bonneton, le peintre
délicat du vieux Paris, de la Bièvre et des hivers parisiens, vient de s'éteindre dans une ambulance de l'Argonne. (1915)

Lire

sans titre 2
sans titre 2

© paris-treizieme.fr pour la transcription du texte