entete


UNE ÉVOCATION DU 13ÈME ARRONDISSEMENT DE 1860 AUX ANNÉES 30

sans titre 1

SAVIEZ-VOUS QUE...

L'École Estienne est installée à son emplacement actuel depuis novembre 1889 mais n'a été inaugurée que le 1er juillet 1896 par le président de la République, M. Félix Faure.


Le pont de Tolbiac, en cours de construction depuis 1879, fut grandement endomagé par la grande débacle des glaces de janvier 1880 mais les dégats furent vite réparés.


Le Paris-Soir du 24 octobre 1932 rapportait que, rue de la Glacière, un magasin de jouets affichait sur sa porte cette pancarte : « Ici on remplace les mauvaises têtes » et commentait en écrivant : « Quel dommage que cette chirurgie miraculeuse ne puisse encore s'appliquer qu'aux belles poupées de porcelaine rose ! »

menu-nouveautés sans titre 1

C'est arrivé dans le 13ème

 Un jeune héros - 1895

Un jeune héros

Le Petit-Parisien ― 6 février 1895

Une dizaine d'écoliers s'amusaient, hier après-midi, dans le bas de la rue des Tanneries, à faire des glissades sur la glace qui recouvre la Bièvre, très profonde en cet endroit.

Soudain le jeune Émile Brajus, âgé de onze ans, demeurant chez ses parents, rue des Cordelières, 38, s'étant aventuré au milieu de la rivière, poussa un cri de désespoir.

La glace venait de se rompre; le malheureux enfant disparut sous l'eau.

Aussitôt un de ses camarades, Émile Berne, âgé de treize ans, plongea résolument à trois reprises différentes et fut assez heureux pour saisir son camarade par ses vêtements.

Néanmoins, l'intrépide écolier, bien qu'il fût excellent nageur, était épuisé. Le froid engourdissait ses membres.

Eugène Billion, âgé également de treize ans, se porta à son tour au secours de ses petits amis; il se coucha à plat ventre sur la glace et tandis que les autres gamins le retenaient par les pieds, il aida Berne, qui n'avait pas abandonné Brajus, à sortir de l'eau.

Dans la soirée, M. Perruche, commissaire de police du quartier, est allé rendre visite à victime et à son brave sauveteur.


 Précoce voleur - 1896

Précoce voleur

La Lanterne ― 27 janvier 1896

Le jeune Hippolyte Couteux, âgé de quinze ans et demi, demeurant chez ses parents, 166, rue Nationale, dérobait hier matin, sans être aperçu, une casquette d'une valeur minime, à l'étalage d'un magasin situé, 53, avenue des Gobelins. La casquette ne lui allant pas, le petit filou eut l'audace de la rapporter au magasin où il l'avait prise, demandant à l'échanger contre une autre à sa pointure. Le vol fut reconnu et le jeune escroc fut conduit au commissariat de M. Perruche, qui l'a envoyé au Dépôt.


LIEUX DU TREIZIÈME

 AOIP - 1933

Les résultats obtenus par l'association des ouvriers en instruments de précision

Le Journal — 3 mai 1933

Le Parisien que ses occupations ou les hasards d'une promenade conduisent dans le 13è arrondissement ne découvre pas sans surprise, dans le populeux quartier de la Maison-Blanche, un véritable « building », qui, de sa masse imposante et blanche, écrase les vieilles maisons voisines.

La perspective de cet immeuble neuf, percé de larges baies et coiffé de terrasses, fait un vif contraste avec le groupe sombre des toits qui l'entourent. Et ses proportions, sa ligne de conception moderne constituent, dans ce coin de Paris, un premier sujet d'étonnement.

Au fronton de la grande porte d'entrée qui s'ouvre 8, rue Charles-Fournier, s'inscrivent quatre lettres : A.O.I.P., lisez : « Association des ouvriers en instruments de précision ».

Les derniers agrandissements de l'A.O.I.P. sont relativement récents puisqu'ils furent inaugurés le 12 décembre dernier par M. Dalimier.

Cette consécration officielle a attiré l'attention sur une coopérative ouvrière jusqu'alors à peu près ignorée du public. Une visite l'obligera à' l'admiration ; car l'œuvre — on le verra — est forte et belle, à l'image de l'immeuble qui l'abrite.

Photo de la façade de l'A.O.I.P., rue Charles Fourier (vers 1930), extraite d'un projet de modification.
Source originale : http://www.aoip-scop.fr

C'est en 1896 que fut fondée l'Association des ouvriers en instruments de précision.

Les débuts, s'ils furent audacieux, ne permirent d'enregistrer d'abord que des résultats fort modestes : trois membres associés, un atelier de quelques mètres carrés abritant quatre machines au pied et à main.

Les organisateurs ne se découragèrent point et peu à peu virent leurs efforts couronnés de succès.

L'essor de l'association devait se manifester d'abord par une extension progressive et continue des ateliers. En 1907, on procède aux premiers agrandissements, deux ans plus tard l'A.O.I.P. double la superficie des terrains attenants à ses usines. Plus récemment, un magasin d'exposition est créé rue du Renard.

Enfin, au mois de juillet 1931, les plans de nouveaux bâtiments sont établis; bâtiments destinés à un groupement des bureaux et à une organisation plus moderne des ateliers. Dix-huit mois après, le ministre du travail inaugurait ces constructions nouvelles et consacrait ainsi officiellement la réussite de l'A.O.I.P. Le nombre des ouvriers adhérents s'est accru d'année en année et, à l'heure actuelle, plus de 550 sont employés chaque jour à l'usine. Le chiffre d'affaires de l'association dépasse 30 millions de francs.

Cet admirable développement est dû pour une bonne part à l'heureuse gestion de l'A.O.I P., mais aussi à l'extension que prend chaque jour l'usage du téléphone et à l'effort poursuivi par l'État pour l'amélioration des réseaux existants. Cela se traduit pour l'A.O.I.P. par des commandes importantes et souvent renouvelées.

L'activité des dirigeants de l'association ne s'est pas bornée aux aménagements professionnels. C'est ainsi que les bénéfices réalisés ont permis la création successive d'un service social, d'une caisse de secours, d'une maison de repos et enfin d'un centre d'éducation à l'usage de nombreux apprentis.

Tel est, en moins de quarante ans, l'admirable bilan d'un groupement digne du plus haut intérêt puisqu'il est un magnifique exemple d'entr'aide sociale par le travail et la persévérance.


Communiqué

ON PEUT GUÉRIR LE RHUME DES FOINS

Il a semblé que le rhume des foins sévissait de plus en plus depuis quelques années. Voici à ce sujet l'opinion du Docteur Georges Schoengrun. ex-laryngologiste assistant des Hôpitaux de Paris, spécialiste de la question.

Le Docteur Schœngrun, dont les travaux sur le sympathique nasal sont connus dans le monde entier, en effet, a communiqué dernièrement à l'Académie de médecine les remarquables résultats de ses travaux concernant sa nouvelle méthode de traitement du rhume des foins.

Le rhume des foins n'est pas grave, mais c'est une maladie horripilante qui provoque des éternuements, des troubles des yeux, de la gorge, et même de l'asthme. Cette affection poursuit les malades pendant des années et se répète à chaque saison. Souvent ces derniers désespèrent de se guérir. Depuis trois ans, le Docteur Schœngrun a prouvé qu'il s'agit d'un trouble du système sympathique qui subit, par l'intermédiaire du nez, l'influence des poussières végétales.

Sans vouloir donner des détails techniques, on peut dire qu'il suffit au Docteur Schœngrun de toucher-un point de la muqueuse nasale avec un liquide approprié selon chaque cas pour arrêter des rhumes des foins récents ou anciens, même en pleine crise, et souvent les empêcher de se reproduire les années suivantes. Cela montre tout l'intérêt de ce traitement. Il s'agit, de la part du spécialiste, d'une manœuvre délicate mais inoffensive et indolore.

Parfois une seule application suffit. En moyenne, deux à cinq sont nécessaires, l'ensemble se fait en quelques jours. Le traitement ne dérange pas le malade de ses occupations habituelles et réussit, suivant des statistiques impartiales, dans la majorité des cas. Cette méthode, entre les mains expérimentées de son auteur, a donné des résultats qui n'ont jamais été obtenus avec aucune autre.

Ceci est d'autant plus digne d'intérêt que le rhume des foins était généralement considéré comme incurable.

sans titre 1

Ailleurs sur Paris-Treizieme

Rue Charles-Bertheau plusieurs immeubles menacent maintenant de s'effondrer

Dimanche, dans la nuit, un craquement sinistre a éveillé les locataires d'un des vieux immeubles de cette rue. une maison d'un étage, portant le numéro 10. D'un coup la maison s'était lézardée du haut en bas. menaçant de s'effondrer. (1929)

Lire

54 habitants de la rue Charles Bertheau sont sans logis

Le quartier de la Gare est en émoi. A la suite de perturbation du sol, peut-être aussi de fissures de conduites d'eau et d'infiltrations, la plupart des immeubles de la rue Charles-Bertheau, dont certains sont neufs, menacent ruine (1937)

Lire

Les sinistrés de la rue Charles-Bertheau attendent en vain un logement et des secours

Les 84 sinistrés de la rue Charles-Bertheau ont manifesté pour obtenir de la ville de Paris des logements ou un secours suffisant. (1937)

Lire

Les Bijoutiers

Savez-vous ce que c'est qu'un Bijoutier ?...
C'est un de ces industriels qui achètent aux laveurs de vaisselle des restaurants les débris de viande cuite jugés indignes d'être offerts à la clientèle, et qui vendent ces débris, connus sous le nom d'arlequins, aux pauvres gens des quartiers populeux.
Or, depuis quelque temps, les étalages des bijoutiers du marché des Gobelins étaient mieux fournis que d'habitude... (1872)

Lire

sans titre 2
sans titre 2

© paris-treizieme.fr pour la transcription du texte