entete


UNE ÉVOCATION DU 13ÈME ARRONDISSEMENT DE 1860 AUX ANNÉES 30

sans titre 1

SAVIEZ-VOUS QUE...

La place Valhubert porte le nom du général Jean-Marie Mellon Roger, plus connu sous le nom de Jean-Marie Valhubert (également orthographié Walhubert) qui fut tué à la bataille d'Austerlitz. Celui-ci a sa statue à Avranches.


En mars 1911, à la suite de nombreuses plaintes déposées par des commerçants de l'avenue des Gobelins et du boulevard Saint-Marcel. M. Yendt, commissaire de la Salpêtrière, arrêtait et envoyait au dépôt, sous l'inculpation de vol, les nommés Auguste Doré dit Godard, vingt-quatre ans, demeurant en garni rue Grange-aux-Belles, et Pierre Debosse, vingt-six ans, sans domicile.


Le Paris-Soir du 24 octobre 1932 rapportait que, rue de la Glacière, un magasin de jouets affichait sur sa porte cette pancarte : « Ici on remplace les mauvaises têtes » et commentait en écrivant : « Quel dommage que cette chirurgie miraculeuse ne puisse encore s'appliquer qu'aux belles poupées de porcelaine rose ! »

menu-nouveautés sans titre 1

C'est arrivé dans le 13ème

 Un roulottier arrêté - 1888

Un roulottier arrêté

Le Petit-Parisien ― 15 juin 1888

Un nommé Ferdinand Régnier laissait une voiture chargée de légumes, de sacs, etc., en station en face le numéro 60 de l'avenue des Gobelins.

Un nommé Georges S… l'accosta et lut raconta qu'il était sans travail et sana ressources depuis longtemps.

Pris de pitié, M. Régnier conduisit l'inconnu chez un marchand de vins du voisinage et lui fit servir, ainsi qu'à lui-même, un bon dîner.

Comme il était las d’une course qu'il avait faite dans la journée, il s'endormit à table.

Quand il se réveilla, il ne retrouva plus son compagnon ni… sa voiture.

Georges S... la lui avait dérobée.

Régnier apprit que sa voiture avait été vendue par le voleur à une dame G... passage Crouin.

Cette dame s’empressa de la remettre à sa disposition.

Le roulottier ayant été rencontré hier rue du Château-des-Rentiers par le plaignant, a été mis en état d'arrestation.

Il a été envoyé au Dépôt.


 A nous le coffre-fort.- 27 mars 1897

A nous le coffre-fort.

Le Matin – 27 mars 1897

Un brocanteur de la rue Nationale, M. Monteil, s'était rendu au théâtre jeudi soir.

Quand il rentra chez lui, vers minuit et demi, il fut surpris de trouver sur la table de la salle à manger une lampe allumée. Bientôt, il constata que des cambrioleurs avaient pénétré dans sa boutique pendant son absence. Les malfaiteurs s'étaient introduits, dans la maison, qui n'a pas de concierge, en escaladant une fenêtre du premier étage. De là, ils avaient pénétré dans l’arrière boutique où, se trouve, scellé dans le mur le coffre-fort du brocanteur. Les voleurs n'ayant pu le forcer, l'avaient défoncé à l'aide d'une énorme barre de fer qui a été retrouvée sur les lieux. Au préalable, ils avaient essayés de le desceller en démolissant une partie du mur.

Le vol commis par les malfaiteurs s'élève à 7,500 francs environ, tant en espèces qu'en valeurs au porteur.

Le service de Sûreté a été chargé de rechercher les auteurs de ce vol audacieux.


LIEUX DU TREIZIÈME

 LA BARRIÈRE DE FONTAINEBLEAU

La barrière de Fontainebleau

Elle s’est appelée aussi Barrière d’Italie, parce que c’était le chemin que prenaient autrefois les chaises de poste qui emportaient les touristes et les amoureux vers le pays regretté de Mignon, — le pays où fleurit l’oranger. Elle s’est appelée aussi Barrière Mouffetard, parce qu’elle servait de limite cette rue fangeuse et populacière à propos de laquelle les étymologistes ont flotté longtemps comme de simples bouchons de liège sur l’Océan de l’incertitude : était-ce, en effet, mons cetarius ou mons cetardus ? Grave question ! perplexité gordienne que je ne me charge pas de trancher.

Cette barrière de Fontainebleau - ainsi nommée parce qu’elle conduisait au pays où mûrit le chasselas et où excursionnent les paysagistes - s’est appelée enfin Barrière des Gobelins,-à cause de son voisinage de la célèbre .manufacture de tapisseries fondée par Louis XIV, c’est-à-dire par Colbert, dans l’hôtel du président Leleu, situé au milieu d’aulnaies et de bois baignés par la petite rivière de Bièvre.

Le quartier Saint-Marcel, qu’il faut traverser pour arriver à cet établissement sans rival, est un des plus laids et des plus tristes de Paris,-probablement parce qu’il est le plus pauvre. On ne l’appelle pas pour rien le faubourg souffrant. Mais quand on a franchi cette zone puante qui commence à la rue Descartes, et qu’on est arrivé au sommet de la rue Mouffetard, c’est-à-dire au rond-point de la barrière de Fontainebleau, on est amplement dédommagé des émanations subies tout le long de la route, et, si l’on n’est point ingrat, on se remercie du spectacle qu’on s’offre alors sans qu’il en coûte rien. En se plaçant au point d’intersection du boulevard de l’Hôpital et du boulevard des Gobelins, derrière le grand café qui se trouve élevé juste sur l’ancienne Butte-aux-Cailles — où, le 3 juillet 1815, le matin même de la dernière capitulation de Paris, étaient deux obusiers et seize pièces de canon, — on a devant soi la montagne Sainte-Geneviève, dont les principaux monuments se découpent majestueusement sur le ciel : le dôme du Val-de-Grâce, le clocher de Saint-Étienne-du-Mont, la tour du collège Henri IV, le dôme du Panthéon, le clocher de Saint-Jacques du-Haut-Pas; puis, au-dessous, descendant comme les gradins d’un amphithéâtre vers le fond du vallon où serpente la Bièvre, d’innombrables rangées de toitures pittoresques, de séchoirs de mégissiers, de greniers de tanneurs, et, plus bas encore, des étendages de blanchisseuses, qui sont du meilleur effet à cette distance.

L'endroit est plaisant à l'œil et je comprends qu'il ait été choisi autrefois comme séjour par de grands seigneurs et par de grandes dames. On le croirait difficilement aujourd'hui, à cause des émanations nidoreuses qui s'échappent de ces Marais-Pontins de l’industrie parisienne ; cependant les chroniques l’affirment. On a même découvert en 1813, dans le sable des bords de la Bièvre, derrière les Gobelins, cette inscription sur cuivre, portant la date de 1527 :

« DANS CE POURPRIS LE GRAND FRANCOYS PREMIER
TREUVE TOUSOUR JOUISSANCE NOVELLE
QU'IL EST HEUREUS CE LIEU SOVEF RECELE
FLEUR DE BEAUTE DIANE DE POITIERS »

Ah ! cher Clos-Payen ! poétique. Champ-de-l'Alouette ! je vous donne ici le .salut suprême, car j'ai peur de ne plus vous retrouver, au train dont sont les « embellissements » de Paris. Quand je repasserai au printemps prochain pour entendre le sifflement ironique des merles qui se cachent dans vos haies, les chansons égrillardes des lavandières qui se cachent derrière vos saules, — Galathées en sabots, — les chants auront cessé...

C'est par la barrière d'Italie que, le soir du 20 mars 1815, Napoléon rentrait dans Paris, au moment où Louis XVIII en sortait par la barrière de Clichy. Le 26 février, il avait quitté l’île d’Elbe avec quatre cents hommes de sa garde. Le 1er mars, il entrait dans le golfe Juan et se rendait à Cannes, puis à Grasse. Le 3, il couchait à Barême. Le 4, il dînait à Digne. Le 5, il couchait à Gap ; le 6 à Gorp, le 7 à Grenoble, le 8 à Bourgoin. De Grenoble à Lyon, marche triomphale. Le 10, à neuf heures du soir, il traversait la Guillotière presque seul, mais environné d’une population immense. Il repartait le 11, arrivait le 13 à Villefranche, franchissait au pas de course Mâcon, Tournus, Châlons. Le 15, il couchait à Autun, le 16 à Avallon, le 17 à Auxerre, le 18 à Fossard, et, le 20 mars, à quatre heures du matin, il arrivait à Fontainebleau. Ainsi, — pour parler comme le Moniteur, qui avait une injure pour tous les vaincus et un éloge pour tous les vainqueurs, quels qu’ils fussent,— ainsi s’était terminée, sans répandre une goutte de sang, sans trouver aucun obstacle, cette légitime entreprise qui rétablissait la Nation dans ses droits, dans sa gloire, et effaçait la souillure que la trahison et la présence de l’étranger avaient répandue sur la capitale ! Ainsi s’était vérifié ce passage de l’Adresse de 1’Empereur aux soldats « que l’aigle, avec les couleurs nationales, volerait de clocher en clocher jusqu’aux tours Notre-Dame ». En dix-huit jours, le brave bataillon de la garde avait franchi l’espace — compris entre le golfe Juan et Paris, — espace qu’en temps ordinaire on mettait quarante-cinq jours à parcourir ! C’était, en effet, merveilleux.

Un souvenir moins triomphal qui se rattache à la barrière de Fontainebleau, c’est le meurtre du général Bréa et l’exécution de ses meurtriers, — le dernier épisode des lugubres journées de juin 1848.

Le 25 juin, alors que l’insurrection était étouffée dans les autres quartiers de Paris, 2,500 insurgés tenaient bon encore à cette barrière, où s’élevaient de menaçantes barricades. Le général Bréa de Ludre, qui, la veille avait pris le commandement exercé par le général Damesme, mortellement blessé au Panthéon, vint les reconnaître à la tête de deux bataillons d’infanterie de ligne, de deux pièces d’artillerie et de détachements de gardes mobiles. Avant d’en venir aux mains, il voulut faire une tentative pacifique et s’avança pour parlementer vers la principale barricade, qu’il franchit, suivi du capitaine Mangin, son aide de camp, de M. Desmaretz, chef de bataillon au 24e de ligne, et de M. Gobert, chef de bataillon de la 12e légion de la garde nationale. Une demi-heure après, son aide de camp et lui étaient fusillés par les insurgés, exaspérés par une injuste soif de représailles. Quant à MM. Desmaretz et Gobert, ils étaient parvenus à s’échapper.

Six mois après, le 15 janvier 1849, vingt-quatre des insurgés de la barrière Fontainebleau étaient traduits devant le conseil de guerre de Paris, présidé par le colonel Cornemuse, pour rendre compte de l’assassinat du général Bréa et du capitaine Mangin. Le 7 février, trois d’entre eux étaient acquittés et cinq condamnés à mort : Chopart, commis libraire ; Vappereaux jeune, garçon marchand de chevaux; Noury, garnisseur de couvertures ; Lahr, maçon, et Dais, dit le Bon Pauvre, administré de Bicêtre. Ces deux derniers seuls furent exécutés, le 17 mars, au rond-point intérieur de la barrière, devant l’arbre de la liberté planté là en février 1848.

ALFRED DELVEAU - 1865
Histoire anecdotique des Barrières de Paris
sans titre 1

Ailleurs sur Paris-Treizieme

L'assainissement de la cité Jeanne-d'Arc

Au cours de sa dernière session, le Conseil municipal a été unanime à approuver le projet présenté par le préfet de la Seine relatif à l'assainissement de la cité Jeanne-d'Arc. (1934)

Lire

Un éboulement aux fortifications

Hier soir, il cinq heures, au moment où les élèves d'une école enfantine passaient boulevard Kellermann, à la hauteur de la rue des Peupliers, un formidable grondement souterrain se fit tout à coup entendre. En même temps, le talus des fortifications se soulevait sous l'irrésistible poussée d'une énorme gerbe d'eau. (1912)

Lire

Rue des Peupliers, une trombe d'eau dévaste tout sur son passage

Les habitants de la rue des Peupliers, dans le 13e arrondissement, étaient mis en émoi, hier matin à sept heures, par une violente détonation immédiatement suivie de longs et redoutables grondements. C'était une des nombreuses conduites d'eau placées dans la chaussée du boulevard Kellermann qui venait de se rompre brusquement ! (1911)

Lire

Fabrique d’asticots

S'il vous plait tomber sur une « trichinerie », allez au treizième arrondissement, prenez l'avenue des Gobelins et suivez la rue Croulebarbe. SI l'odeur ne vous arrête pas on route, poussez jusqu'au n°63, une maison « mangée aux vers » qui n'a pas besoin d'autre enseigne.
Tout le quartier est en émoi. La rue Croulebarbe est devenue la rue Croule-Peste ! (1883)

Lire

sans titre 2
sans titre 2

© paris-treizieme.fr pour la transcription du texte