entete


UNE ÉVOCATION DU 13ÈME ARRONDISSEMENT DE 1860 AUX ANNÉES 30

sans titre 1

SAVIEZ-VOUS QUE...

La société des fourneaux de Saint-Vincent de Paul, le 5 novembre 1897 ouvraient, comme chaque année, ses fourneaux (au nombre de 26 en 1897) qui restèrent ouverts jusqu’au 30 avril 1898, tous les jours non fériés, de huit heures à onze heures du matin. Trois d'entre eux étaient situés dans le 13ème : 45 rue Corvisart, 35 rue de la Glacière et 87 bis rue Jenner.
Avec un bon de dix centimes, les malheureux recevaient une portion de pain, bouillon, viande, légumes, etc. enfin, de quoi se réconforter.
Ces établissements charitables étaient dirigés par les Sœurs.


Gustave Geffroy fut directeur de la Manufactures des Gobelins. Il n'est donc pas anormal que la rue qui porte son nom soit situtée tout près de celle-ci.


Le Paris-Soir du 24 octobre 1932 rapportait que, rue de la Glacière, un magasin de jouets affichait sur sa porte cette pancarte : « Ici on remplace les mauvaises têtes » et commentait en écrivant : « Quel dommage que cette chirurgie miraculeuse ne puisse encore s'appliquer qu'aux belles poupées de porcelaine rose ! »

menu-nouveautés sans titre 1

C'est arrivé dans le 13ème

 Un Trésor dans la Bièvre - 1895

Un Trésor dans la Bièvre

Le Petit-Parisien ―  14 septembre 1895

Hier matin, à cinq heures, M. Guillou, teinturier, demeurant 2, passage Moret, apercevait, flottant sur la Bièvre, devant Guillet, une serviette en cuir noir.

Le teinturier repêcha l'épave, et grande fut surprise en constatant qu'elle contenait pour 6.000 francs environ de valeurs diverses.

La précieuse trouvaille a été déposée par M. Guillou au bureau de M. Perruche, commissaire de police, qui a ouvert une enquête.


 Un drame de la jalousie - 1905

Un drame de la jalousie

Le Temps — 25 juin 1904

Ce matin, à huit heures, un voiturier. Paul Perrotel, âgé de quarante-cinq ans, demeurant 26, rue Bourgon, passait rue Abel- Hovelacque, en compagnie d'une femme, la veuve Fléchel, âgée de cinquante-cinq ans, avec laquelle il entretient des relations intimes.

Leur conversation était très animée. Soudain Perrotel, qui était porteur d'une canne à épée, en tira la lame et frappa la veuve Fléchel dans le dos, la blessant grièvement. Puis il sortit de sa poche un rasoir dont il tenta de se couper la gorge.

Des passants, intervenus immédiatement, firent donner des soins aux deux blessés qui ont été ensuite transportés à l'hôpital Cochin.


LIEUX DU TREIZIÈME

 LA BARRIÈRE DES DEUX-MOULINS

La barrière des deux moulins

A l’origine, elle se trouvait sur le boulevard de l’Hôpital, en face de la rue du Marché-aux-Chevaux, à côté d’une Poudrière qui a joué un certain rôle dans la Révolution de 1830. Elle devait son nom aux deux moulins de la Salpêtrière, ses voisins immédiats, et ils étaient rasés depuis longtemps qu’on en parlait encore, à cause de la galette qu’on allait y manger.

Cette place, qu’elle occupa jusqu’à la Restauration, était à peu près celle qu’elle avait occupée avant 1784, ainsi que le constate le plan de J.-B. Nolin, de 1699. Il y a même, eu pendant de longues années un poste de soldats à l’endroit même où se trouvait jadis la Hutte des Gardes. Plus tard, lorsque le village de guinguettes, appelé Village d’Austerlitz, fut enclavé dans Paris, c’est-à-dire vers 1818, le mur d’enceinte, qui était alors sur le boulevard de l’Hôpital, fut reporté beaucoup plus loin, jusqu’au delà des rues Bruant et Bellièvre, et, tout naturellement, la barrière des Deux-Moulins et sa voisine, la Barrière d’Ivry, durent se reculer d’autant.

A proprement parler, et quoique les Dictionnaires et les Plans de Paris constatent l’existence indépendante de ces deux barrières, elles n’en formaient qu’une seule et unique, si mes souvenirs de jeunesse me servent bien. Ce que les plans appellent la Barrière d’Ivry, c’est ce que le peuple du faubourg Marceau a toujours appelé la Barrière des Deux-Moulins. Pour ma part, je n’en ai jamais connu d’autre, au plus loin que je me reporte dans le passé : c’est bien celle qui se trouvait à l’extrémité de trois rues, la rue d’Austerlitz, la rue du Chemin des Étroites-Ruelles et la rue de l’Hôpital, — ces deux dernières transformées depuis l’une en rue de Campo-Formio, l’autre en rue Pinel.

Barrière des Deux-Moulins ou Barrière d’Ivry, elle avait une physionomie bien tranchée, — à faire croire qu’elle n’appartenait en aucune façon au Paris qui l’avait accaparée, par un caprice de millionnaire qui ferait collection de liards, par une fantaisie de coquette qui s’enguirlanderait de haillons. C’était le jour et la nuit, la soie et la bure, les bottines vernies et les sabots, l’eau de lavande et l’eau du ruisseau. Les Deux-Moulins étaient, — et sont encore un peu, parce qu’on ne décrète pas l’abolition de la Misère aussi facilement que l’abolition de la Contrainte par corps, — les Deux-Moulins sont un pays d’où l’on vient, mais où l’on ne va pas, et les habitants de ce pays-là ne s’occupent pas plus des autres pays, c’est-à-dire des autres quartiers, qu’ils ne s’occupent des Samoyèdes ou des Patagons. Ils ont leurs mœurs à part, leur besogne à part, leurs peines à part, — à part aussi leurs plaisirs. Dans cet ancien village d’Austerlitz, et au delà de la barrière des Deux-Moulins, sont des rues bordées de maisons basses, bâties comme pour l’amour de Dieu, avec un peu de plâtre et beaucoup de boue; cela ressemble plus à des rabouillères, à des huttes de Lapons, qu’à des habitations de civilisés : maisons de petites gens, en effet, que ces maisons—là! Maisons dignes des rues, rues dignes des maisons, et habitants dignes des maisons et des rues. On se sent dans le voisinage de la Salpêtrière, — une maison de folles qui a commencé par être une maison de gueux.

Je vous recommande la Cité Doré, ou Villa des Chiffonniers, à laquelle mon bien cher et bien regretté Privat d’Anglemont a consacré une quinzaine de pages de son Paris-Anecdote. C’est très pittoresque, et encore plus affligeant.

Alfred DELVEAU- 1865
Histoire anecdotique des barrières de Paris
sans titre 1

Ailleurs sur Paris-Treizieme

La Fondation Singer-Polignac

La fondation Singer-Polignac est une maison ouvrière. La maison a été construite en un an. Il y a trois mois, une bande de calicot tendue sur la façade annonçait que soixante-quatre logements étaient à louer dans cet immeuble. Deux cent quatre-vingt-dix-sept postulants se présentèrent. Il y a donc actuellement, au quartier de la Maison-Blanche, deux cent trente-trois ménages en quête d'un logis neuf. (1911)

Lire

Les fêtes de Jeanne d'Arc dans le 13e

Il semble que dans ce lointain faubourg parisien le peuple ait voulu fleurir avec plus de ferveur la fille du peuple, la petite bergère de Domrémy qui sauva la France. (1913)

Lire

La Butte-aux-Cailles

Situé sur les confins du XIVe et du XIIIe arrondissement, l'ancien quartier de la Glacière est, ou plutôt était, il y a peu de temps, un des côtés les plus curieux du nouveau Paris. Las deux bras de la Bièvre s'enchevêtrant, à peine ombragés par quelques maigres peupliers, dans les replis escarpés de la Butte-aux-Cailles. (1877)

Lire

La Place Paul Verlaine

Une délibération municipale, approuvée par un arrêté préfectoral que ratifia, le 28 juillet dernier, un décret présidentiel, a donné le nom de Paul Verlaine à une place sise à Paris dans le 13e arrondissement, à l'intersection des rues Bobillot, du Moulin-des-Prés et de la Butte-aux-Cailles. (1905)

Lire

sans titre 2
sans titre 2

© paris-treizieme.fr pour la transcription du texte