entete


UNE ÉVOCATION DU 13ÈME ARRONDISSEMENT DE 1860 AUX ANNÉES 30

sans titre 1

SAVIEZ-VOUS QUE...

Le pont de Tolbiac franchissant les voies de chemin de fer de la compagnie d'Orléans avait été inauguré le 15 juillet 1895 en présence du Président de la République, M. Félix Faure, qui, à cette occasion, dit quelques mots aimables.
Ce pont entièrement métallique, mis à part la chaussée, mesurait 162 mètres de longueur en trois travées de 51 mètres, 60 et 51 mètres.


Le 19 juillet 1927, le nom de rue de Gentilly fut donné à la rue du Gaz. Le nom de rue de Gentilly avait été, jusqu'en 1899, celui de la rue Abel-Hovelacque d'aujourd'hui. Cette nouvelle rue de Gentilly perdit ensuite son nom au profit de Charles Moureu et d'Albert Bayet.


Le Paris-Soir du 24 octobre 1932 rapportait que, rue de la Glacière, un magasin de jouets affichait sur sa porte cette pancarte : « Ici on remplace les mauvaises têtes » et commentait en écrivant : « Quel dommage que cette chirurgie miraculeuse ne puisse encore s'appliquer qu'aux belles poupées de porcelaine rose ! »

menu-nouveautés Article - inclus

Noté dans la presse...

1870

Avis à la population

Il est établi dans le 13e arrondissement des cantines pour le service des militaires qui montent la garde sur les remparts.

Lire la suite...

sans titre 1

C'est arrivé dans le 13ème

 Le meurtre de la rue Jeanne d‘Arc - 1905

Le meurtre de la rue Jeanne d‘Arc

Le Figaro — 3 septembre 1905

Un ouvrier cordonnier, Charles Trubert, âgé de quarante-cinq ans, demeurant 73, rue Jeanne-d'Arc, feignait hier soir, à onze heures, de chercher querelle à un militaire retraité, M. Paul Cezille, qui descendait l'escalier de sa maison et qui venait de dîner chez des amis. Tout à coup, après quelques mots échangés, il sortait un couteau de sa poche et en frappait le vieillard dans la région du cœur.

M. Paul Cezille tomba. Il avait été tué, sur le coup. Charles Trubert a été arrêté par M. Yendt, commissaire de police, qui a établi que M. Paul Cezille avait touché 295 francs dans la journée, et que quand on releva son cadavre, il n'avait plus que 20 francs sur lui.

Le vol serait donc le mobile du crime. Trubert a été envoyé au Dépôt ainsi que sa femme et un nommé Mouzol, qu'on suppose complices.


 Une antipatriote - 1917

Une antipatriote

Le Figaro — 26 janvier 1917

Boulevard de la Gare, mercredi matin, une femme, s'adressant aux ouvrières qui se rendaient aux usines de guerre, essayait de les détourner de leur travail, menaçant et frappant même celles qui ne voulaient pas l'écouter.

Signalée à la police, cette femme a été arrêtée hier matin, au moment où elle s'apprêtait à recommencer. C'est une nommée Renaudat, demeurant rue des Malmaisons.

Elle a été envoyée au Dépôt.


Faits divers

 Bataille rangée entre consommateurs à la porte d'un café - 1939

Une réconciliation qui finit mal

Bataille rangée entre consommateurs à la porte d'un café

Éventré d'un coup de couteau, à demi assommé à coups de talon par une femme, un des combattants est enfin jeté sous les roues d'un taxi

Paris-Soir ― 12 mars 1939

Dans un café, avenue de la porte de Choisy, deux consommateurs, Charles Glatre, 36 ans, dit Charlot la Peinture, demeurant 13, rue Nationale, à Ivry, et Michel Denebond, 36 ans, rémouleur, dit Micky la Pédale, habitant 16, passage de l'Avenir(*), discutaient en buvant le verre de l'amitié.

Tous les deux avaient été, durant de longs mois, des ennemis farouches. Mais depuis quelques jours ils s'étaient réconciliés. Micky la Pédale, voulant donner la preuve de son pacifisme, sortit un revolver d'ordonnance, modèle 1892, et dit à son camarade :

― Tu vois que je veux faire la paix, puisque je retire les balles de mon pétard.

― Ah ! tu avais un « feu », s'écria Charles, redevenu soudain méchant. Si je l'avais su, je ne me serais pas raccommodé !

― Puisqu'il en est ainsi, répartit Micky, je recharge mon arme.

Un autre consommateur, Léger Lepie(**), dit Titi. 33 ans, demeurant 34, passage Henri, dont la sœur est l'amie de Denebond, intervint ; il s'empara du revolver et le déchargea. Mais un quatrième personnage, Louis Bouvet, dit Boubou, 26 ans, coutelier, demeurant 59, passage de l'Avenir, ne goûta pas l'intervention de Lepie, qui partait cependant d'un si bon naturel :

―  De quoi te mêles-tu ? dit-il, furieux.

Lepie, vexé, répliqua vertement. Si bien que les deux hommes décidèrent enfin, d'un commun accord, d'aller s'expliquer dans la rue.

Lepie porta plusieurs coups de crosse de revolver à Bouvet, qui eut l'œil gauche crevé. La sœur de Bouvet, Maria Grolier, qui existait à la lutte, rentra précipitamment dans le débit, en criant : « Au secours ! on tue mon frangin ! »

Aussitôt, des consommateurs, au nombre d'une douzaine, firent irruption hors du débit, et ce fut une véritable bataille rangée.

Soudain, Lepie, atteint d'un coup de couteau au ventre, s'affaissa.

Maria Graulier sauta sur lui et se mit à lui écraser le visage à coupe de talons.

Pendant ce temps, Micky et ses partenaires tenaient un conciliabule : ils décidèrent de se débarrasser  définitivement de Lepie, en le jetant sous une voiture.

Un taxi survenant, ils mirent leur projet à exécution ; mais le chauffeur eut juste le temps de bloquer ses freins. Micky et ses compagnons se hâtèrent alors de fuir.

Le chauffeur alerta la police et le blessé fut transporté à la Pitié, où il succomba peu après son admission.

Les inspecteurs Thiébaud, Dumond, Laroque et Verdois de la police judiciaire, ont pu arrêter les sept auteurs de ce drame et établir le rôle de chacun. C'est Alfred Mangin, dit Frédo-le-Rémouleur, associé de Bouvet, qui a tué Lepie.


(*) Le passage de l'Avenir (qui n'en avait guère) reliait l'avenue de la porte d'Ivry à l'avenue de la porte de Choisy en longeant plus ou moins le boulevard de la Zone. Son emplacement est aujourdhui occupé par les terrains de sport en bordure du périphérique intérieur. (NdE)

(**) Paris-Soir écrit "Lepie" mais la majorité des quotidiens relatant cete triste affaire évoque Robert Lepic.

sans titre 1

Ailleurs sur Paris-Treizieme

La question de la zone parisienne

Ce n'est jamais sans un sentiment de gêne, pour ne pas dire de honte, qu'en arrivait aux portes de la grande, cité parisienne, on franchit cet espace de 250 mètres de largeur qui longe encore en une ceinture presque continue les fortifications et qu'on appelle la Zone. (1932)

Lire

Les jardins des Gobelins menacés ?

Les jardins des Gobelins forment dans un quartier populeux une oasis de fraîcheur et de verdure. Ils couvrent près de trois hectares et constituaient naguère une île entre deux bras de la Bièvre. (1933)

Lire

Un syndicat des « rouspéteurs » vient de se créer à Paris

Nous sommes déjà près d'un millier dans le treizième arrondissement, déclare son fondateur, M. Chartrain de la rue Vaqndrezanne. (1927)

Lire

L'ancienne nécropole Saint-Marcel

Une large tranchée est actuellement creusée, pour l'établissement d'une conduite cimentée, sur le trottoir, à l'extrémité du boulevard St-Marcel, près de l'avenue des Gobelins. (1913)

Lire

Menu faits divers

Faits divers

Mutilé par son amie - 1914

Malgré cinq ans de vie commune, Émile Daucourt, polisseur, âgé de trente ans, et sa maîtresse, Marie Pécret, une forte femme de trente-cinq ans, ne formaient pas un couple parfait.

Lire


Un Agent parachute - 1894

La jeune Louise Cardon, âgée de quatre ans, demeurant chez ses parents, rue Broca,était montée, sur une chaise...

Lire


Inondation boulevard Kellermann - 1901

A la hauteur du numéro 26 du boulevard Kellermann, entre la porte de Bicêtre et la poterne des Peupliers, se trouve l'accès d'une double rampeaboutissant d'une part à la rue du Moulin-de-la-Pointe et d'autre part à la rue Damesme.

Lire


Une femme tue son amant - 1911

Hier, vers une heure de l'après-midi, la concierge de l'immeuble, 198, rue de Tolbiac, voyait descendre, échevelée, un revolver à la main, une de ses locataires...

Lire


Un brigadier de police tue sa femme dans un accès de fureur et disparaît - 1932

La jalousie et la colère n'ont pas seules le triste privilège de pouvoir être évoquées comme les seuls mobiles de drames sanglants. L'avarice conduit parfois au crime ceux qu'elle hante.

Lire


Au bas de la pente - 1911

Hier matin, à deux heures, il soufflait un vent violent. Dans sa chambre du premier étage, donnant sur la rue de l'Amiral-Mouchez, numéro 18, Mme Baugrand entendait ses enfants se plaindre du froid qui entrait par de trou d'un carreau brisé...

Lire


La rupture d'une conduite d'eau - 1930

Avenue de la Porte-d'Italie, sur la zone récemment annexée, une conduite d'eau s'est rompue hier matin, vers 9 heures. (Cet accident en répétait un autre, identique, qui se produisit là, il y a dix-huit mois.)

Lire


Une usine incendiée - 1911


Drame de l'alcoolisme - 1903


La mort de Céline Pasquet - 1908


La police devra-t-elle assiéger dans la cité Jeanne-d'Arc Henri Odoux qui blessa sa voisine ? - 1935


L'ivrogne qui avait blessé sa voisine est arrêté - 1935


Cité Jeanne-d'Arc - Les agents protègent les ouvriers démolisseurs des taudis - 1935


Tentative d'émeute cette nuit rue Nationale - 1er mai 1934


A l'hôpital de la Pitié un fou cherche à tuer un surveillant de nuit - 1908


Sombre histoire de charbon - 1937


Les fureurs d'un alcoolique - 1894


Terrible méprise - 1897


Les étrangleurs des Gobelins - 1895


Crue de la Bièvre - 1881


Un cimentier italien découvert blessé dans le sous-sol d'un immeuble en construction - 1931


sans titre 2

© paris-treizieme.fr pour la transcription du texte