entete


UNE ÉVOCATION DU 13ÈME ARRONDISSEMENT DE 1860 AUX ANNÉES 30

sans titre 1

SAVIEZ-VOUS QUE...

Le 18 novembre 1929, un incendie détruisit le dépôt de chiffons situé à l'angle de la rue Croulebarbe et du boulevard Blanqui. Le feu se propagea aux terrains vagues situés entre la rue Croulebarbe et la rue des Cordelières et détruisit aussi des baraques en planches qui y étaient construites.


Le pont de Tolbiac franchissant les voies de chemin de fer de la compagnie d'Orléans avait été inauguré le 15 juillet 1895 en présence du Président de la République, M. Félix Faure, qui, à cette occasion, dit quelques mots aimables.
Ce pont entièrement métallique, mis à part la chaussée, mesurait 162 mètres de longueur en trois travées de 51 mètres, 60 et 51 mètres.


Le Paris-Soir du 24 octobre 1932 rapportait que, rue de la Glacière, un magasin de jouets affichait sur sa porte cette pancarte : « Ici on remplace les mauvaises têtes » et commentait en écrivant : « Quel dommage que cette chirurgie miraculeuse ne puisse encore s'appliquer qu'aux belles poupées de porcelaine rose ! »

menu-nouveautés Article - inclus

Noté dans la presse...

1912

Décentralisation artistique

Peu de lecteurs du Journal soupçonnaient qu’une exposition rassemblât, à la mairie du treizième, des œuvres exquises de fraîche beauté. Qu'ils fassent voyage. Ils connaîtront un vieux quartier de Paris dont il est aisé d'apprendre le charme.

Lire la suite...

sans titre 1

C'est arrivé dans le 13ème

 Est-ce un empoisonnement - 1894

Est-ce un empoisonnement ?

Le Petit-Parisien — 28 décembre 1894

Hier, à trois heures de l'après-midi, M. Ferdinand Wendertieffoff, âgé de cinquante-cinq ans, journalier, et Mme veuve Henriette Masillier, âgée de cinquante-deux ans, demeurant avenue d'Ivry, 67, se présentaient chez M. Cornet, pharmacien, rue Coypel, et lui disaient qu'ils souffraient de douleurs d'estomac et de nausées dont ils ne pouvaient s'expliquer la cause. Envoyés à l'hôpital de la Pitié par M. Perruche, commissaire de police, Mme Masillier déclara, après avoir reçu quelques soins, qu'en sortant d'un restaurant où ils avaient déjeuné, son compagnon et elle s'étaient trouvés subitement malades.

Une enquête est ouverte à l'effet de savoir si le restaurateur désigné n'a pas commis l'imprudence de faire cuire des aliments dans une casserole en cuivre mal étamée.


 Le coup de l'anévrisme..- 26 février 1897

Le coup de l'anévrisme.

Le Matin — 26 février 1897

On avait annoncé qu'une dame Caroline Foussier, demeurant quai de la Gare, dans le quartier des Gobelins, était morte victime d'un empoisonnement criminel. On avait même échafaudé sur la fin de cette femme tout un roman auquel les affirmations des voisins paraissaient donner un semblant de vérité.

M. le docteur Vibert a pratiqué, hier, à la Morgue, l'autopsie du cadavre de Mme Foussier et il a reconnu que cette personne avait tout simplement succombé à la rupture d'un anévrisme.

Néanmoins, les viscères ont été envoyées au laboratoire de toxicologie M. le docteur Ogier en fera l'analyse.


Faits divers



Le meurtrier de Gauzy est arrêté

Il se rendait à la poste restante pour retirer l'argent qui devait lui permettre de fuir à l'étranger

Le Matin — 7 juin 1914

Identifié seulement quarante-huit heures après l'attentat dont il s'était rendu coupable, Antonin Mazoyer, dit « le Marseillais », le meurtrier du soldeur Gauzy, avait eu le temps de dépister les policiers lancés à sa recherche. Bien qu'il ait eu soin de ne point reparaître dans les différents endroits où il avait coutume de fréquenter, Antonin Mazoyer a fini par être découvert. Il a été arrêté, hier après-midi, dans le vingtième arrondissement, au moment où il se rendait à la poste pour retirer, bureau restant, de l'argent que sa maîtresse lui envoyait, afin qu'il pût fuir à l'étranger. Vendredi matin, Mme Gauzy avait reçu une carte-lettre d'Antonin Mazoyer, dans laquelle il lui demandait pardon d'avoir fait feu sur son mari.

M. Guillaume, commissaire divisionnaire, chef du quatrième district, ayant eu connaissance de la missive reçue par Mme Gauzy, fit saisir la carte-lettre. Elle émanait bien du Marseillais et elle portait le cachet du bureau de poste de Nogent-sur-Marne. Ainsi Mazoyer se trouvait jeudi dans la petite ville où les deux tragiques bandits Garnier et Vallet furent assiégés et tués. Avait-il donc trouvé à Nogent-sur-Marne l'hospitalité discrète d'un camarade ? M. Guillaume envoya des inspecteurs à Nogent. En dépit de leurs investigations, ils ne recueillirent aucune indication pouvant les mettre sur la trace du Marseillais.

En filant la "Belle Marie"

Mais, dans la soirée d'avant-hier, un renseignement des plus intéressants parvenait au quatrième district. Si le Marseillais restait introuvable, sa maîtresse, une fille soumise, connue sous le nom de la « Belle Marie », venait de faire son apparition aux abords de la gare Montparnasse.

Des inspecteurs du quatrième district prirent en mature la Belle Marie. Ils furent assez heureux pour apprendre que la maîtresse de Mazoyer cherchait à se procurer le plus d'argent possible, afin de le faire parvenir au meurtrier de Gauzy.

Hier matin, les policiers virent la Belle Marie remettre de l'argent et une enveloppe toute préparée à une amie qui se rendit aussitôt dans un bureau de poste voisin de la gare Montparnasse. Ce ne fut qu'un jeu pour les policiers d'apprendre que les bons de poste pris au guichet par la camarade de la Belle Marie avaient été glissés dans une enveloppe pneumatique pourtant des initiales et l'adresse restante d'un bureau du quartier de Charonne.

Arrêté, le Marseillais avoue et pleure

M. Guillaume décida d'établir une surveillance autour de ce bureau de poste, où, sans aucun doute, Mazoyer viendrait chercher l'argent qu'il attendait. De nombreux inspecteurs furent postés dans toutes les rues avoisinantes.

Vers trois heures et demie, les inspecteurs Bornel, Borelly et Daniel., qui se tenaient à l'angle de la rue des Vignoles et de la rue Planchat, aperçurent tout à coup, à quelques mètres d'eux, un fort gaillard d'une trentaine d'années, brun vêtu d'un complet marron et coiffé d'une casquette grise. C'était Antonin Mazoyer. Il sortait d'un café que fréquentent habituellement des anarchistes.

D'un bond, les policiers s'élancèrent sur le Marseillais qui, d'ailleurs, sans esquisser le moindre geste de défense, se laissa docilement passer les menottes et pousser dans un taxiauto.

Le prisonnier, conduit directement à la mairie du treizième arrondissement, était introduit peu après dans le cabinet de M. Guillaume.

Après que le commissaire divisionnaire eut fait fouiller Mazoyer — il n'avait aucune arme sur lui et était en possession de 14 francs — il lui fit subir un simple interrogatoire d'identité.

Antonin Mazoyer se mit alors à pleurer à chaudes larmes et déclara eue c'était bien lui qui, dans la salle du café des Trois Marches vertes, avait tiré un coup de revolver sur Gauzy.

"Je suis un malheureux"

D'une voix lasse, le Marseillais, tout en sanglotant, fit ensuite le récit suivant :

— Je suis un malheureux. C'est dans un geste de colère que j'ai blessé Gauzy, mon ami, car je n'avais nullement prémédité mon acte.

» J'avais avec Gauzy des difficultés d'intérêts au sujet du « déballage » que nous avions ouvert en mars à Gentilly. Nous nous étions rendus au Café des Trois Marches vertes, précisément pour nous expliquer en présence du patron, M. Guignard. Mais Gauzy se fâcha. Il me parla alors en patois, me reprochant de m'adonner à l'absinthe et de vivre aux crochets de la Belle Marie. Puis il m'accusa d'être un mouchard, une « casserole ». Sous cette insulte, je perdis la tête et, m'emparant du revolver que j'avais toujours sur moi, je fis feu sur lui.

» M. Guignard me désarma... Je partis... Pendant quatre jours, j'ai erré aux Halles, dans Paris et la banlieue. J'ai couché à la belle étoile, n'osant pénétrer dans un hôtel de peur d'être reconnu et arrêté. Jeudi, je me trouvais à Nogent-sur-Marne où, dans un petit hôtel, situé près de la rivière, on n'a point voulu me recevoir, parce que je n'avais ni papier ni bagage. J'ai écrit de Nogent à Mme Gauzy pour implorer son pardon et celui de son mari.

» Dans la nuit, j'ai regagné Paris et me suis rendu dans le quartier de Charonne où je connais des amis, des camarades. Aucun n'a voulu me recevoir. On me reprochait durement d'avoir attenté à la vie de Gauzy.

» Je résolus alors de fuir à l'étranger. Mais je n'avais pas assez d'argent en ma possession. Je fis prévenir mon amie, la Belle Marie, ne voulant pas aller la retrouver, me doutant bien qu'on la surveillait.

» Sur mes recommandations, elle devait me faire parvenir de l'argent poste restante. J'allais à la poste quand j'ai été arrêté.

» Je suis un malheureux. Je regrette ce que j'ai fait... Pardon... Ma pauvre mère ! »

Mme Gauzy se porte partie civile

Le Marseillais, dont le repentir est sincère, a été conduit dans la soirée au Palais, où il a comparu devant M. Corne, juge d'instruction. Après un court interrogatoire, le meurtrier de Gauzy a été écroué à la prison de la Santé.

Mme Gauzy a décidé de se porter partie civile au nom de son mari dans le procès qui va être engagé contre Antonin Mazoyer. Me André Berthon en a fait part à M. Corne, en indiquant que Mme Gauzy n'entendait réclamer qu'un franc de dommages-intérêts, ayant surtout l'intention de veilleur à ce que la réputation de son mari, dont l'état est des plus inquiétants, ne fût point attaquée.

Disons que les inspecteurs du quatrième district ont retrouvé les deux clients qui, consommant mardi soir au café des Trois Marches vertes, furent témoins de l'attentat. Ce sont MM. Louis Louvet, vingt-sept ans, sellier, rue Nationale, à Paris, et M. Auguste Blandet, trente-sept ans, ouvrier raffineur, demeurant à Ivry. Les deux ouvriers, entendus par le juge d'instruction, ont confirmé tous les détails qui ont été déjà donnés sur la dispute ayant mis aux prises Gauzy et son ex-associé.


Antoine Gauzy, né à Nîmes le 4 septembre 1879, est mort à Viry-Châtillon le 12 juin 1963, à l'âge de 83 ans. Il se remit donc des blessures causées par Antonin Mazoyer.


A lire également

L'article paru dans Le Matin du 4 juin

Les articles parus dans Le Matin des 5 et 6 juin

sans titre 1

Ailleurs sur Paris-Treizieme

Les Bijoutiers

Savez-vous ce que c'est qu'un Bijoutier ?...
C'est un de ces industriels qui achètent aux laveurs de vaisselle des restaurants les débris de viande cuite jugés indignes d'être offerts à la clientèle, et qui vendent ces débris, connus sous le nom d'arlequins, aux pauvres gens des quartiers populeux.
Or, depuis quelque temps, les étalages des bijoutiers du marché des Gobelins étaient mieux fournis que d'habitude... (1872)

Lire

La Fête Nationale du 30 juin 1878 dans le 13e arrondissement

Il faudrait tout notre journal pour être complet sur le treizième arrondissement. (1878)

Lire

Le bal des Quart'z'Arts

C'est derrière la mairie du treizième arrondissement, dans le vieux marché des Gobelins, que la jeunesse des Beaux-arts avait organisé hier soir le bal annuel des Quat'z'Arts. (1914)

Lire

Des ossements humains découverts par des terrassiers

Une rumeur étonnante et capable d’alimenter toutes les conversations circulait, hier après-midi vers 5 heures, dans le quartier de la Maison-Blanche. Des terrassiers, en creusant pour faire une cour, avaient découvert des ossements... (1923)

Lire

Menu faits divers

Faits divers

Le drame de la rue des Tanneries - 1932

Cet après-midi, à 13 h. 30, dans un petit logement, 4, rue des Tanneries, s'est déroulé un rapide drame de l'amour.

Lire


Le drame des Gobelins - 1904

Il y a trois ans, les époux Vey louaient un appartement d'un loyer annuel de 185 francs, au rez-de-chaussée d'un immeuble sis 28, rue des Cordelières, dans le quartier des Gobelins.

Lire


Le crime de la rue de Tolbiac - 1902

Hier soir, vers huit heures et demie, un drame de la jalousie s'est déroulé dans le treizième arrondissement.

Lire


Fiançailles d'Apaches - 1904

La subite passion de «Gueule d'Or» pour «La Tringle» fait une victime collatérale en la personne d'un terrassier dont l'état est presque désespéré.

Lire


Un meurtre rue Baudricourt - 1904

La rue Baudricourt a été hier soir le théâtre d'un drame passionnel. Un nommé Armand Féler, journalier, a tué de deux coups de couteau un ouvrier serrurier, Napoléon Stevenotte.

Lire


Quadruple empoisonnement - 1893

On appelle arlequins les restes des grands restaurants, lycées, etc., qui, après avoir été accommodés par certains commerçants exploitant ce commerce, sont revendus par eux, pour quelques sous, aux ouvriers nécessiteux.

Lire


Une bataille boulevard "Liabeuf" entre Agents et Apaches - 1911

À trois heures du matin, boulevard Arago — le boulevard Liabeuf, comme l'appellent maintenant, les apaches du quartier — une fusillade terrible s'est engagée entre agents et rôdeurs, sur l'emplacement même où fut exécuté le meurtrier de la rue Aubry-le-Boucher.

Lire


Une équipe de terrassiers découvre cinq squelettes à la Maison-Blanche - 1923


Le crime de l'avenue d'Italie - 1899


Le drame de la rue Coypel - 1888


Le drame de l'avenue de Choisy - 1888


Le drame de l'avenue de Choisy - 1911


Bataille rangée entre consommateurs à la porte d'un café - 1939


Le soldeur Gauzy qui donna asile à Bonnot est blessé mystérieusement d'un coup de revolver - 1914


On a tenté de tuer Gauzy qui naguère abrita Bonnot fugitif et chez qui M. Jouin trouva la mort - 1914


Le meurtrier de Gauzy est connu - 1914


Le meurtrier de Gauzy est arrêté - 1914


Sous la protection de la police, des ouvriers ont entrepris la démolition de la trop fameuse cité Jeanne-d'Arc - 1935


Je disparaîtrai sans donner d'ennui à personne », avait dit le professeur - 1938


Un veuf tire sur sa maîtresse puis se suicide - 1914


Un soir à la Porte d'Italie - 1895


sans titre 2

© paris-treizieme.fr pour la transcription du texte