entete


UNE ÉVOCATION DU 13ÈME ARRONDISSEMENT DE 1860 AUX ANNÉES 30

sans titre 1

SAVIEZ-VOUS QUE...

Henri Victor Yendt, commissaire de police de la ville de Paris, chargé des quartiers de la Salpêtrière et Croulebarbe, officier de Police Judiciaire, prit ses fonctions en 1897.


A l'école Estienne, en 1896, l'enseignement y est gratuit ; la cantine scolaire, qui fournit aux enfants le déjeuner et le goûter, est également gratuite pour les élèves habitant Paris. Les élèves de la banlieue peuvent apporter leur déjeuner ; ils peuvent aussi prendre leur repas à la cantine, sauf à payer une rémunération fixée par le règlement intérieur.


Le Paris-Soir du 24 octobre 1932 rapportait que, rue de la Glacière, un magasin de jouets affichait sur sa porte cette pancarte : « Ici on remplace les mauvaises têtes » et commentait en écrivant : « Quel dommage que cette chirurgie miraculeuse ne puisse encore s'appliquer qu'aux belles poupées de porcelaine rose ! »

menu-nouveautés Article - inclus

Noté dans la presse...

1932

La question de la zone parisienne

Ce n'est jamais sans un sentiment de gêne, pour ne pas dire de honte, qu'en arrivait aux portes de la grande, cité parisienne, on franchit cet espace de 250 mètres de largeur qui longe encore en une ceinture presque continue les fortifications et qu'on appelle la Zone.

Lire la suite...

sans titre 1

C'est arrivé dans le 13ème

 Arrestation d'un dangereux malfaiteur - 1930

Arrestation d'un dangereux malfaiteur

Le Petit Parisien — 15 mars 1930

Depuis quelques mois, les quartiers de la Salpêtrière et de Croulebarbe étalent le théâtre de nombreux cambriolages. À la suite d'une enquête, les inspecteurs Sergent et Belmadi, de la brigade nord-africaine, ont arrêté le nommé Roland Morges, vingt-trois ans, imprimeur, sans domicile fixe, qui avait le 12mars commis un vol dans un hôtel meublé, 101, boulevard de l'Hôpital. On recherche un complice qui l'aida dans cette affaire. Morges avoua être l'auteur de multiples méfaits ; six fois condamné depuis 1924, il est Interdit de séjour.


 Aux fortifs 1896

Aux fortifs

La Lanterne ― 27 janvier 1896

Un individu, paraissant âgé de quarante à quarante-cinq ans, vêtu proprement, a été trouvé, hier matin, mourant dans le fossé des fortifications près de la porte de Choisy.

Comment était-il là? Était-il un de ces pauvres honteux qui sont, hélas ! plus nombreux qu'on ne le croit ? Dans ce cas, on serait en présence d'un de ces drames de la misère qui sont une éloquente protestation contre l'absence de réformes sérieuses.

Transporté à l'hôpital Cochin, le malheureux y est mort dans la nuit sans avoir pu prononcer une seule parole.

Son identité n'ayant pas été établie, M. Remongin, commissaire de police, a envoyé son corps à la Morgue, où il est exposé


Faits divers



Le meurtrier de Gauzy est arrêté

Il se rendait à la poste restante pour retirer l'argent qui devait lui permettre de fuir à l'étranger

Le Matin — 7 juin 1914

Identifié seulement quarante-huit heures après l'attentat dont il s'était rendu coupable, Antonin Mazoyer, dit « le Marseillais », le meurtrier du soldeur Gauzy, avait eu le temps de dépister les policiers lancés à sa recherche. Bien qu'il ait eu soin de ne point reparaître dans les différents endroits où il avait coutume de fréquenter, Antonin Mazoyer a fini par être découvert. Il a été arrêté, hier après-midi, dans le vingtième arrondissement, au moment où il se rendait à la poste pour retirer, bureau restant, de l'argent que sa maîtresse lui envoyait, afin qu'il pût fuir à l'étranger. Vendredi matin, Mme Gauzy avait reçu une carte-lettre d'Antonin Mazoyer, dans laquelle il lui demandait pardon d'avoir fait feu sur son mari.

M. Guillaume, commissaire divisionnaire, chef du quatrième district, ayant eu connaissance de la missive reçue par Mme Gauzy, fit saisir la carte-lettre. Elle émanait bien du Marseillais et elle portait le cachet du bureau de poste de Nogent-sur-Marne. Ainsi Mazoyer se trouvait jeudi dans la petite ville où les deux tragiques bandits Garnier et Vallet furent assiégés et tués. Avait-il donc trouvé à Nogent-sur-Marne l'hospitalité discrète d'un camarade ? M. Guillaume envoya des inspecteurs à Nogent. En dépit de leurs investigations, ils ne recueillirent aucune indication pouvant les mettre sur la trace du Marseillais.

En filant la "Belle Marie"

Mais, dans la soirée d'avant-hier, un renseignement des plus intéressants parvenait au quatrième district. Si le Marseillais restait introuvable, sa maîtresse, une fille soumise, connue sous le nom de la « Belle Marie », venait de faire son apparition aux abords de la gare Montparnasse.

Des inspecteurs du quatrième district prirent en mature la Belle Marie. Ils furent assez heureux pour apprendre que la maîtresse de Mazoyer cherchait à se procurer le plus d'argent possible, afin de le faire parvenir au meurtrier de Gauzy.

Hier matin, les policiers virent la Belle Marie remettre de l'argent et une enveloppe toute préparée à une amie qui se rendit aussitôt dans un bureau de poste voisin de la gare Montparnasse. Ce ne fut qu'un jeu pour les policiers d'apprendre que les bons de poste pris au guichet par la camarade de la Belle Marie avaient été glissés dans une enveloppe pneumatique pourtant des initiales et l'adresse restante d'un bureau du quartier de Charonne.

Arrêté, le Marseillais avoue et pleure

M. Guillaume décida d'établir une surveillance autour de ce bureau de poste, où, sans aucun doute, Mazoyer viendrait chercher l'argent qu'il attendait. De nombreux inspecteurs furent postés dans toutes les rues avoisinantes.

Vers trois heures et demie, les inspecteurs Bornel, Borelly et Daniel., qui se tenaient à l'angle de la rue des Vignoles et de la rue Planchat, aperçurent tout à coup, à quelques mètres d'eux, un fort gaillard d'une trentaine d'années, brun vêtu d'un complet marron et coiffé d'une casquette grise. C'était Antonin Mazoyer. Il sortait d'un café que fréquentent habituellement des anarchistes.

D'un bond, les policiers s'élancèrent sur le Marseillais qui, d'ailleurs, sans esquisser le moindre geste de défense, se laissa docilement passer les menottes et pousser dans un taxiauto.

Le prisonnier, conduit directement à la mairie du treizième arrondissement, était introduit peu après dans le cabinet de M. Guillaume.

Après que le commissaire divisionnaire eut fait fouiller Mazoyer — il n'avait aucune arme sur lui et était en possession de 14 francs — il lui fit subir un simple interrogatoire d'identité.

Antonin Mazoyer se mit alors à pleurer à chaudes larmes et déclara eue c'était bien lui qui, dans la salle du café des Trois Marches vertes, avait tiré un coup de revolver sur Gauzy.

"Je suis un malheureux"

D'une voix lasse, le Marseillais, tout en sanglotant, fit ensuite le récit suivant :

— Je suis un malheureux. C'est dans un geste de colère que j'ai blessé Gauzy, mon ami, car je n'avais nullement prémédité mon acte.

» J'avais avec Gauzy des difficultés d'intérêts au sujet du « déballage » que nous avions ouvert en mars à Gentilly. Nous nous étions rendus au Café des Trois Marches vertes, précisément pour nous expliquer en présence du patron, M. Guignard. Mais Gauzy se fâcha. Il me parla alors en patois, me reprochant de m'adonner à l'absinthe et de vivre aux crochets de la Belle Marie. Puis il m'accusa d'être un mouchard, une « casserole ». Sous cette insulte, je perdis la tête et, m'emparant du revolver que j'avais toujours sur moi, je fis feu sur lui.

» M. Guignard me désarma... Je partis... Pendant quatre jours, j'ai erré aux Halles, dans Paris et la banlieue. J'ai couché à la belle étoile, n'osant pénétrer dans un hôtel de peur d'être reconnu et arrêté. Jeudi, je me trouvais à Nogent-sur-Marne où, dans un petit hôtel, situé près de la rivière, on n'a point voulu me recevoir, parce que je n'avais ni papier ni bagage. J'ai écrit de Nogent à Mme Gauzy pour implorer son pardon et celui de son mari.

» Dans la nuit, j'ai regagné Paris et me suis rendu dans le quartier de Charonne où je connais des amis, des camarades. Aucun n'a voulu me recevoir. On me reprochait durement d'avoir attenté à la vie de Gauzy.

» Je résolus alors de fuir à l'étranger. Mais je n'avais pas assez d'argent en ma possession. Je fis prévenir mon amie, la Belle Marie, ne voulant pas aller la retrouver, me doutant bien qu'on la surveillait.

» Sur mes recommandations, elle devait me faire parvenir de l'argent poste restante. J'allais à la poste quand j'ai été arrêté.

» Je suis un malheureux. Je regrette ce que j'ai fait... Pardon... Ma pauvre mère ! »

Mme Gauzy se porte partie civile

Le Marseillais, dont le repentir est sincère, a été conduit dans la soirée au Palais, où il a comparu devant M. Corne, juge d'instruction. Après un court interrogatoire, le meurtrier de Gauzy a été écroué à la prison de la Santé.

Mme Gauzy a décidé de se porter partie civile au nom de son mari dans le procès qui va être engagé contre Antonin Mazoyer. Me André Berthon en a fait part à M. Corne, en indiquant que Mme Gauzy n'entendait réclamer qu'un franc de dommages-intérêts, ayant surtout l'intention de veilleur à ce que la réputation de son mari, dont l'état est des plus inquiétants, ne fût point attaquée.

Disons que les inspecteurs du quatrième district ont retrouvé les deux clients qui, consommant mardi soir au café des Trois Marches vertes, furent témoins de l'attentat. Ce sont MM. Louis Louvet, vingt-sept ans, sellier, rue Nationale, à Paris, et M. Auguste Blandet, trente-sept ans, ouvrier raffineur, demeurant à Ivry. Les deux ouvriers, entendus par le juge d'instruction, ont confirmé tous les détails qui ont été déjà donnés sur la dispute ayant mis aux prises Gauzy et son ex-associé.


Antoine Gauzy, né à Nîmes le 4 septembre 1879, est mort à Viry-Châtillon le 12 juin 1963, à l'âge de 83 ans. Il se remit donc des blessures causées par Antonin Mazoyer.


A lire également

L'article paru dans Le Matin du 4 juin

Les articles parus dans Le Matin des 5 et 6 juin

sans titre 1

Ailleurs sur Paris-Treizieme

Trop de clairons dans le quartier de la Maison-Blanche

Tandis que les chauffeurs ne pourront claironner ou trompeter par les rues de Paris, des escouades de bruiteurs autorisés continueront, embouchure aux lèvres, leur pas accéléré quotidien dans les rues du quartier de la Maison-Blanche en général, boulevard Kellermann en particulier. (1929)

Lire

La Butte aux Cailles se modernise

Dans une semaine ou deux, on inaugurera la grande piscine de la Butte aux Cailles. C'est un établissement vraiment remarquable, de briques et de mortier, aux revêtements vernissés blancs, dominé d'une immense cheminée en ciment armé, de grande allure avec sa quadrature de colonne droite évidée aux angles, lesquels sont ainsi arrondis. (1924)

Lire

Rue Charles-Bertheau plusieurs immeubles menacent maintenant de s'effondrer

Dimanche, dans la nuit, un craquement sinistre a éveillé les locataires d'un des vieux immeubles de cette rue. une maison d'un étage, portant le numéro 10. D'un coup la maison s'était lézardée du haut en bas. menaçant de s'effondrer. (1929)

Lire

54 habitants de la rue Charles Bertheau sont sans logis

Le quartier de la Gare est en émoi. A la suite de perturbation du sol, peut-être aussi de fissures de conduites d'eau et d'infiltrations, la plupart des immeubles de la rue Charles-Bertheau, dont certains sont neufs, menacent ruine (1937)

Lire

Menu faits divers

Faits divers

Une bataille sous une porte - 1903

La pluie qui tombait à verse hier matin forçait, vers onze heures, des passants à se réfugier sous une porte cochère de la rue de Tolbiac

Lire


Par amour ! - 1903

Un nommé. Raphaël Dorcher, âgé de vingt-huit ans, garçon charcutier, passait hier avenue d'Italie...

Lire


Un crédit néfaste - 1903

Deux frères. Charles et Victor Deschamps, âgés de vingt et vingt-deux ans, rêvaient depuis longtemps d'installer dans le quartier de la Gare un magasin de bicyclettes.

Lire


En jouant - 1912

Deux gamins jouaient, hier, vers six heures du soir, devant une tranchée, avenue des Gobelins.

Lire


Le crime de l’avenue de Choisy - 1889

L'avenue de Choisy sert de quartier général à des bandes de rôdeurs c'est, le pays par excellence des attaques nocturnes, des rixes, des vols, bref, des exploits variés des escarpes et des chourineurs de la rive gauche.

Lire


Un drame rue de la Maison-Blanche - 1897

Plusieurs individus étaient attablés, avant- hier soir, dans un débit de vin, tenu, rue de la Maison-Blanche, par un nommé Louis P. Une querelle s'éleva entre les consommateurs.

Lire


La bande des deux moulins - 1894

Une véritable bataille s'est livrée hier soir, vers onze heures et demie, boulevard de la Gare, entre ouvriers et rôdeurs.

Lire


Rivalité d'amour. - 1895


Rue de Tolbiac, un voyageur est tué par des Apaches - 1908


Le drame de la rue Corvisart - 1905


Tentative d’assassinat - 1903


Un mari meurtier - 1903


Précoces Criminels - 1895


Le perroquet enlevé - 1896


Une scène scandaleuse - 1894


Une mère tue sa fillette et tente de se suicider - 1912


La lune de miel fut de courte durée - 1923


Un pickpocket - 1885


La bagarre de la cité Jeanne-d'Arc - 1902


Une femme étranglée - 1898


Le drame de la Cité Jeanne-d'Arc - 1865


sans titre 2

© paris-treizieme.fr pour la transcription du texte