entete


UNE ÉVOCATION DU 13ÈME ARRONDISSEMENT DE 1860 AUX ANNÉES 30

sans titre 1

SAVIEZ-VOUS QUE...

Le 26 octobre 1874 (un lundi), la Société municipale de Secours mutuels des quartiers de la Maison-Blanche et Croulebarbe, donnait, à 2 h., au théâtre des Gobelins, un concert au profit de sa caisse des retraites.


Edmond Gondinet (7 mars 1828, Laurière – 19 novembre 1888, Neuilly-sur-Seine) dont une rue du 13ème arrondissement porte le nom était un auteur de théâtre qui fit jouer sur les scènes parisiennes une quarantaine de pièces.
On lui doit notamment "Le Plus Heureux des trois" en collaboration avec Eugène Labiche.


Le Paris-Soir du 24 octobre 1932 rapportait que, rue de la Glacière, un magasin de jouets affichait sur sa porte cette pancarte : « Ici on remplace les mauvaises têtes » et commentait en écrivant : « Quel dommage que cette chirurgie miraculeuse ne puisse encore s'appliquer qu'aux belles poupées de porcelaine rose ! »

menu-nouveautés sans titre 1

C'est arrivé dans le 13ème

 Dans un bal - 1900

Dans un bal

Le Journal ― 21 mars 1900

Une bagarre s'étant produite la nuit dernière dans l'intérieur du bal de l'Alcazar, avenue de Choisy, les gardes républicains de service à cet endroit furent appelés pour expulser les perturbateurs.

Un de ces derniers, Jean Rollanger, âgé de dix-huit ans, né à Metz, mégissier, demeurant rue Jonas prolongée, s'arma d'un couteau et vint menacer le garde républicain Taron, de la caserne Mouffetard.

Ce garde, croyant qu'il allait être frappé, tira, dans sa précipitation à se défendre, un coup de revolver sur son agresseur.

Rollanger, atteint au ventre par la balle, s'affaissa, après avoir fait quelques pas et il a été transporté mourant à l'hôpital Cochin. M. Rocher, commissaire de police, a ouvert une enquête sur cette affaire.


 Le feu.- 1er février 1897

Le feu.

Le Matin - 1er février 1897

Un incendie s'est déclaré, hier soir, vers huit heures, dans les étuves de laines de M. Moreau, mégissier, 109, rue de la Glacière. Le feu a pu être rapidement éteint pour les pompiers de Port-Royal. Les dégâts sont peu importants.


LIEUX DU TREIZIÈME

 Barrière de la Gare

La Barriere de la Gare

Nous venons de traverser la Seine, qui est là dans sa plus grande largeur et ressemble à un fleuve un peu plus sérieusement que partout ailleurs, en aval ou en amont. Cela nous a fourni l’occasion de jeter en passant quelques pièces de monnaie « dans les flots, » suivant l’antique usage, afin de nous rendre les Dieux et les Divinités favorables. De la rive droite nous voilà sur la rive gauche, un peu moins riche en barrières.

La barrière de la Gare qui vient la première de ce côté de la Seine, était située, avant 1815, à l’extrémité du quai d’Austerlitz sur un emplacement voisin du pont de ce nom; mais, à cette époque, le petit village d’Austerlitz ayant été enfermé dans Paris elle fut reculée et, plus tard, décorée de deux pavillons dans le goût de ceux de Le Doux— c’est-à-dire fort laids.

Elle tenait son nom de son voisinage d’une gare destinée à mettre les bateaux à l’abri des glaces, laquelle n’a jamais été terminée.

Le seul, souvenir qui se rattache à cette barrière est celui du Port-à-l’Anglais, un amas de guinguettes qui trempaient leurs pieds dans l’eau de la Seine, — et peut-être aussi leurs tonneaux. C’est là, raconte M. Fournier en son Histoire des Hôtelleries, qu’au sortir des bains du quai Saint-Bernard, tritons et naïades se donnaient rendez-vous. Plus d’une soubrette qui, au sortir de l’eau, s’était trompée d’ajustements, y venait leste et pimpante sous les atours de sa maîtresse, et nul marquis n’était assez mal avisé pour se plaindre de la métamorphose; plus d’une grande dame, à qui le même accident faisait troquer la robe traînante pour le court, jupon, s’y fourvoyait de même parmi les grands laquais et ne s’en plaignait pas davantage. C’était dans les mœurs du temps.

« De la maitresse à la soubrette
Et de l’hôtel à la guinguette,
On passe du grand au petit :
Changement pique l’appétit. »

Les deux sœurs Loyson, les deux nymphes souveraines du quai Saint-Bernard, venaient chaque soir d’été au Port-à-l’Anglais. C’est là que Regnard les connut. Libertin magnifique, débauché spirituel, « cynique mitigé, » comme il. s’appelle lui-même quelles splendides orgies le poète grand seigneur des Folies amoureuses devait y ordonner. C’était comme à Grillon, où il aimait tant faire la fête à ces aimables libertines : même gaité, mêmes vins, mêmes convives. Notre poète d’abord, l’architriclin présidant au repas, ajustant chaque ragoût, veillant  tous les Vins, et, par sa bonne mine, prévenant d’avance en faveur des mets friands qu’il annonçait; car lui aussi, fier de son teint fleuri, la meilleure enseigne des bons repas, il pouvait dire comme l’homme de bonne chère de sa comédie des Souhaits :

« Cet embonpoint des plus brillants,
Qui fidèlement m’accompagne
Est pétri de mets succulents
Et broyé de vin de Champagne.»

Ensuite venaient Davaux, le plus cher des amis du poète ; Duché, qui, pour composer des tragédies sacrées, ne s’enivrait que mieux ; Dufresny, le second poétique de Regnard et, comme Henri IV, dont il se croyait le descendant, ayant le triple talent d’aimer, de boire et de rimer, sinon de combattre. Enfin, au milieu de ce groupe de convives joyeux paraissaient les deux sœurs Loyson, les reines de l’orgie, la Doguine et Tontine, — pour les appeler par leurs noms de guerre et de débauche. Tout s’animait avec elles leur gaieté donnait l’élan  la gaieté des autres; leur voix donnait le ton aux refrains bachiques et dominai le chorus des chants les plus grivois; leur verre, toujours le premier plein, citait toujours le premier vide. Les joyeuses filles ! elles avaient pour chacun un toast et un amour, elles buvaient et elles aimaient à la ronde. La Doguine surtout, cette blonde passionnée que Regnand aimait tant, et qu’il célébrait de si bon cœur en ses jours d’ivresse :

« Quelle est aimable,
Quand Bacchus la tient sous ses lois!
Mais bien qu’elle triomphe à table,
L’amour ne perd rien de ses droits,
Quelle est aimable !

Tous à la ronde
Vidons ce verre que voilà,
C’est à cette charmante ronde.
Peut-être elle nous aimera
Tous à la ronde! »

Folles filles et joyeux compères, poètes et courtisanes ont disparu depuis longtemps, avec d’autres gens et d’autres choses plus dignes qu’eux de mémoire et de respect : on ne se souvient pas plus aujourd’hui de Tontine et de la Doguine que de Macette la Blonde et de Maschecroue la Rousse; de Regnard quelque fois, — à la Comédie-Française. Quant au Port-à-l’Anglais, les anciens du quartier en ont entendu parler avec éloge autrefois...

Un autre souvenir — plus récent — se rattache encore à la barrière de la Gare : c’est celui de la maison  d’arrêt de la garde nationale, située à quelque distance de là, entre le quai d’Austerlitz et le chemin de fer d’Orléans, et qu’on est en train de démolir.

Cette prison aura été un des châteaux des rois de Bohême contemporains; presque tous y sont venus — malgré eux — demander une hospitalité de vingt—quatre ou de quarante—huit heures : Alfred de Musset, Théophile Gautier, Gavarni, A. de Chatillon, Lorentz, Bertall, Decamps, Devéria, Frédéric Bérat, Théodore Pelloquet, Commerson, —- et cinquante autres littérateurs, peintres ou musiciens. Je l’ai décrite ailleurs, et ne me sens nulle envie de la décrire de nouveau.

ALFRED DELVEAU - 1865
Histoire anecdotique des Barrières de Paris

Barrière de la Gare par Palaiseau - 1819
sans titre 1

Ailleurs sur Paris-Treizieme

Fabrique d’asticots

S'il vous plait tomber sur une « trichinerie », allez au treizième arrondissement, prenez l'avenue des Gobelins et suivez la rue Croulebarbe. SI l'odeur ne vous arrête pas on route, poussez jusqu'au n°63, une maison « mangée aux vers » qui n'a pas besoin d'autre enseigne.
Tout le quartier est en émoi. La rue Croulebarbe est devenue la rue Croule-Peste ! (1883)

Lire

Le monument d'Ernest Rousselle

L'inauguration du monument élevé à la mémoire de M. Ernest Rousselle, qui fut président du Conseil municipal de Paris et du Conseil général de la Seine, a eu lieu hier dans le jardin du dispensaire de la Maison-Blanche. (1901)

Lire

Décentralisation artistique

Peu de lecteurs du Journal soupçonnaient qu’une exposition rassemblât, à la mairie du treizième, des œuvres exquises de fraîche beauté. Qu'ils fassent voyage. Ils connaîtront un vieux quartier de Paris dont il est aisé d'apprendre le charme. (1912)

Lire

M. Félix Faure à l’École Estienne

Les « écoles laïques » ont fait une armée de ratés, qui fatalement deviendra une armée de révolutionnaires. Les écoles professionnelles forment des ouvriers distingués, des artistes spéciaux qui sont placés avant d'avoir terminé leur apprentissage et qu'attend un avenir non moins heureux que paisible.
C'est donc avec joie que nous avons vu hier le chef de l'État honorer de sa présence l'inauguration de l'école Estienne. (1896)

Lire

sans titre 2
sans titre 2

© paris-treizieme.fr pour la transcription du texte