entete


UNE ÉVOCATION DU 13ÈME ARRONDISSEMENT DE 1860 AUX ANNÉES 30

sans titre 1

SAVIEZ-VOUS QUE...

Par son vote du 26 mai 1859, la Chambre des députés décidait de porter, à compter du 1er janvier 1860, les limites de Paris jusqu'au pied du glacis de l'enceinte fortifiée. Cette loi désignait le 13ème arrondissement sous le nom d'arrondissement des Gobelins.


Le bureau du Comité du 13e arrondissement du Groupement général des classes moyennes organisa une première réunion de propagande le 6 juillet 1937 au café du Clair de Lune à l'angle de la Place d'Italie et de l'avenue de Choisy.


Le Paris-Soir du 24 octobre 1932 rapportait que, rue de la Glacière, un magasin de jouets affichait sur sa porte cette pancarte : « Ici on remplace les mauvaises têtes » et commentait en écrivant : « Quel dommage que cette chirurgie miraculeuse ne puisse encore s'appliquer qu'aux belles poupées de porcelaine rose ! »

menu-nouveautés sans titre 1

C'est arrivé dans le 13ème

 La « Crème des Gobelins » - 1899

La « Crème des Gobelins »

Le Radical — 10 février 1899

Toto, dit « la Crème des Gobelins », avait pour maitresse une fille qu'on appelait « la Belle » sans plus, comme si, malgré son nez camus, elle représentait l'idéal suprême de la beauté. Un jour, à la fête des Gobelins, il vit « la Belle » payer les chevaux de bois à « Bibi-la-Ripette ». Cela le rendit furieux, et il administra à la fille une correction qui la mit en marmelade.

Le fait a valu, hier, « la Crème des Gobelins », de la part de la dixième chambre correctionnelle, une condamnation à treize mois de prison. C'est la cinquième qui le frappe.


 Folle de misère - 1909

Folle de misère

Le Journal — 18 janvier 1909

Une jeune femme vêtue de haillons qui, depuis quelques instants, se livrait, hier matin, place d'Italie, à d'inquiétantes excentricités, s'arrêta soudain lorsqu'il y eut autour d'elle un cercle de badauds assez compact et rejetant ses guenilles apparut bientôt sans voile. Un agent intervint, pour mettre fin au scandale. Ce ne fut pas chose facile. L'inconnue se démena en effet et à coups de dents, à coups de pied, tenta de se dégager. Elle fut enfin maîtrisée, enveloppée dans une couverture et transportée au commissariat du passage Sicault.

C'était une jeune femme, Octavie Liégard, âgée de vingt-trois ans, sans domicile connu, que la misère avait rendue folle.

Elle a été envoyée à l'infirmerie spéciale du Dépôt par M. Simard, commissaire de police du quartier.


LIEUX DU TREIZIÈME

 Hôpital de Lourcine

Hôpital de Lourcine.

A peu de distance de la manufacture des Gobelins, dans la rue de Lourcine, est l'hôpital qui porte le même nom, et dont on ne peut parler que pour mémoire, car il est invisitable, même pour les élèves en médecine qui n'y peuvent entrer qu'avec une carte spéciale.

C'est, du reste, aussi un hôpital spécial, réservé aux femmes atteintes de maladies vénériennes, pour lesquelles il y a 198 lits de chirurgie, 78 de médecine et 36 d'accouchement.

Il n'a cette destination que depuis 1836 ; avant cela, la maison, qui occupe une partie des bâtiments de l'ancien couvent des Cordelieres, supprimé à la Révolution et qui avait été fondé en 1283 par la reine Marguerite de Provence, femme de saint Louis, était un hospice pour les mendiants infirmes. Ces mendiants ayant été transférés ailleurs en 1833, on y mit les orphelins du choléra, qu'on n'y garda que trois ans.

L'hôpital de Lourcine n'a d'ailleurs rien de remarquable, les bâtiments conventuels dans lesquels il est installé, ayant été reconstruits au siècle dernier, mais il y a quelque chose de fort curieux dans la rue, c'est le pont-viaduc sur le quelle boulevard Arago, qui n'est pas du même niveau, tant s'en faut, la traverse; il y en a bien un autre aussi et pour le même usage, dans la rue Pascal, toute voisine, mais celui de la rue de Lourcine est plus pittoresque parce qu'on a ménagé, de chaque côté, des escaliers qui permettent aux piétons de passer d'une rue dans l'autre sans faire un long détour.

Paris et ses merveilles, par L. Huard -1890

Rue de Lourcine sous le boulevard Arago

sans titre 1

Ailleurs sur Paris-Treizieme

Fabrique d’asticots

S'il vous plait tomber sur une « trichinerie », allez au treizième arrondissement, prenez l'avenue des Gobelins et suivez la rue Croulebarbe. SI l'odeur ne vous arrête pas on route, poussez jusqu'au n°63, une maison « mangée aux vers » qui n'a pas besoin d'autre enseigne.
Tout le quartier est en émoi. La rue Croulebarbe est devenue la rue Croule-Peste ! (1883)

Lire

Le monument d'Ernest Rousselle

L'inauguration du monument élevé à la mémoire de M. Ernest Rousselle, qui fut président du Conseil municipal de Paris et du Conseil général de la Seine, a eu lieu hier dans le jardin du dispensaire de la Maison-Blanche. (1901)

Lire

Décentralisation artistique

Peu de lecteurs du Journal soupçonnaient qu’une exposition rassemblât, à la mairie du treizième, des œuvres exquises de fraîche beauté. Qu'ils fassent voyage. Ils connaîtront un vieux quartier de Paris dont il est aisé d'apprendre le charme. (1912)

Lire

M. Félix Faure à l’École Estienne

Les « écoles laïques » ont fait une armée de ratés, qui fatalement deviendra une armée de révolutionnaires. Les écoles professionnelles forment des ouvriers distingués, des artistes spéciaux qui sont placés avant d'avoir terminé leur apprentissage et qu'attend un avenir non moins heureux que paisible.
C'est donc avec joie que nous avons vu hier le chef de l'État honorer de sa présence l'inauguration de l'école Estienne. (1896)

Lire

sans titre 2
sans titre 2

© paris-treizieme.fr pour la transcription du texte