entete


UNE ÉVOCATION DU 13ÈME ARRONDISSEMENT DE 1860 AUX ANNÉES 30

sans titre 1

SAVIEZ-VOUS QUE...

En 1930, la piscine de la Butte-aux-Cailles, l'une des rares piscines municipales de l'époque, exigeait de tout baigneur la production ou l'achat d'un morceau de savon.


En 1911, selon Le Gaulois, on comptait onze ruelles dans Paris dont trois dans le treizième arrondissement : la ruelle des Gobelins, la ruelle des Kroumirs et la ruelle des Reculettes.


Le Paris-Soir du 24 octobre 1932 rapportait que, rue de la Glacière, un magasin de jouets affichait sur sa porte cette pancarte : « Ici on remplace les mauvaises têtes » et commentait en écrivant : « Quel dommage que cette chirurgie miraculeuse ne puisse encore s'appliquer qu'aux belles poupées de porcelaine rose ! »

menu-nouveautés sans titre 1

C'est arrivé dans le 13ème

 Jetée dans le fossé - 1897

Jetée dans le fossé

Le Figaro — 28 juin 1897

Des gardiens de la paix ont trouvé, hier matin, à quatre heures, dans le fossé des fortifications, en face de la rue du Château-des Rentiers, une femme Augustine Jourdan, âgée de trente-huit ans, demeurant avenue d'Italie. Cette femme a dit, d'abord, aux agents qu'elle avait fait une chute accidentelle puis, se ravisant, elle a déclaré qu'elle avait été précipitée dans le fossé par deux hommes et une femme parce qu'elle avait refusé de leur donner l'argent qu'elle avait sur elle.

La femme Jourdan qui se plaignait de vives douleurs internes a été conduite à l'hôpital Cochin.


 Excédé de l'inconduite de sa femme un gazier la blesse d'un coup de revolver - 1929

Excédé de l'inconduite de sa femme un gazier la blesse d'un coup de revolver

Le Petit-Parisien  ― 10 janvier 1929

Au cour» d'une querelle de ménage, survenue, hier soir, vers 21 heures, au sixième étage, 137, boulevard de l'Hôpital, Henri Noirot, vingt-huit ans, gazier, a tiré deux coups de revolver sur sa femme, Alice, vingt-neuf ans. Celle-ci  a été atteinte d'une balle dans le dos.

Prévenus par des voisins, des gardiens de la paix ont transporté la blessée à la Pitié où son état n'a pas été jugé grave. Arrêté, le mari meurtrier a déclaré que depuis trois années, ses trois enfants et lui menaient une existence lamentable, sa femme se livrant à la boisson et à la débauche.

Hier soir, comme d'habitude, Noirot, en rentrant de son travail, n'avait pas trouvé le diner  prêt ; ses enfants n'étaient pas encore débarbouillés. Il adressa  à sa femme des reproches, auxquels elle répondit par des injures et des menaces. D'où le drame. Les témoignages des voisins sont favorables au gazier.


LIEUX DU TREIZIÈME

 Hôpital de Lourcine

Hôpital de Lourcine.

A peu de distance de la manufacture des Gobelins, dans la rue de Lourcine, est l'hôpital qui porte le même nom, et dont on ne peut parler que pour mémoire, car il est invisitable, même pour les élèves en médecine qui n'y peuvent entrer qu'avec une carte spéciale.

C'est, du reste, aussi un hôpital spécial, réservé aux femmes atteintes de maladies vénériennes, pour lesquelles il y a 198 lits de chirurgie, 78 de médecine et 36 d'accouchement.

Il n'a cette destination que depuis 1836 ; avant cela, la maison, qui occupe une partie des bâtiments de l'ancien couvent des Cordelieres, supprimé à la Révolution et qui avait été fondé en 1283 par la reine Marguerite de Provence, femme de saint Louis, était un hospice pour les mendiants infirmes. Ces mendiants ayant été transférés ailleurs en 1833, on y mit les orphelins du choléra, qu'on n'y garda que trois ans.

L'hôpital de Lourcine n'a d'ailleurs rien de remarquable, les bâtiments conventuels dans lesquels il est installé, ayant été reconstruits au siècle dernier, mais il y a quelque chose de fort curieux dans la rue, c'est le pont-viaduc sur le quelle boulevard Arago, qui n'est pas du même niveau, tant s'en faut, la traverse; il y en a bien un autre aussi et pour le même usage, dans la rue Pascal, toute voisine, mais celui de la rue de Lourcine est plus pittoresque parce qu'on a ménagé, de chaque côté, des escaliers qui permettent aux piétons de passer d'une rue dans l'autre sans faire un long détour.

Paris et ses merveilles, par L. Huard -1890

Rue de Lourcine sous le boulevard Arago

sans titre 1

Ailleurs sur Paris-Treizieme

Nouvelle ligne d'autobus

A dater du 28 octobre 1923, la S. T. C. R. P. mettra en service une nouvelle ligne d’autobus dénommée AI bis, « Place d’Italie-Gare Saint-Lazare » (1923)

Lire

Nécrologie : Eugène Bonneton

Une triste nouvelle nous arrive du front. Eugène Bonneton, le peintre
délicat du vieux Paris, de la Bièvre et des hivers parisiens, vient de s'éteindre dans une ambulance de l'Argonne. (1915)

Lire

L'assainissement de la cité Jeanne-d'Arc

Au cours de sa dernière session, le Conseil municipal a été unanime à approuver le projet présenté par le préfet de la Seine relatif à l'assainissement de la cité Jeanne-d'Arc. (1934)

Lire

Un éboulement aux fortifications

Hier soir, il cinq heures, au moment où les élèves d'une école enfantine passaient boulevard Kellermann, à la hauteur de la rue des Peupliers, un formidable grondement souterrain se fit tout à coup entendre. En même temps, le talus des fortifications se soulevait sous l'irrésistible poussée d'une énorme gerbe d'eau. (1912)

Lire

sans titre 2
sans titre 2

© paris-treizieme.fr pour la transcription du texte