entete


UNE ÉVOCATION DU 13ÈME ARRONDISSEMENT DE 1860 AUX ANNÉES 30

sans titre 1

SAVIEZ-VOUS QUE...

La couverture de la Bièvre, à l'angle de l'avenue des Gobelins, fut décidée lors de la séance du conseil municipal du 12 juillet 1893.


Le XIIIème arrondissement avait une superficie de 625 hectares à sa création.


Le Paris-Soir du 24 octobre 1932 rapportait que, rue de la Glacière, un magasin de jouets affichait sur sa porte cette pancarte : « Ici on remplace les mauvaises têtes » et commentait en écrivant : « Quel dommage que cette chirurgie miraculeuse ne puisse encore s'appliquer qu'aux belles poupées de porcelaine rose ! »

menu-nouveautés Article - inclus

Noté dans la presse...

1868

Le percement du boulevard Arago

Les démolitions qu'on exécute en ce moment dans le faubourg Saint Marcel viennent de remettre au jour un coin très pittoresque du vieux Paris.

Lire la suite...

sans titre 1

C'est arrivé dans le 13ème

 L'eau est faite pour se laver. - 1913

L'eau est faite pour se laver.

Le Matin — 18 juin 1913

Algérien et musulman, Mohamed Haar a une prédilection marquée pour les bains froids. Il se promenait, hier, paisiblement rue de Tolbiac rêvant sans doute quelque houri du paradis de Mahomet, quand, soudain, il se trouva en face d'une fontaine municipale.

La chaleur était accablante, La tentation fut trop forte pour ce fils du Soleil. Prenant une brusque résolution, il se dépouilla de son burnous, enleva ses chausses et léger de vêture, il s'ablutionna.

Conduit au poste de police, Mohamed déclara être âgé de vingt-huit ans et se trouver actuellement sans domicile. Il manifesta, en outre, beaucoup d'étonnement de se voir l'objet d'une arrestation pour un acte qui, à idée, est banal et naturel. Il ajouta :

— Les roumis sont bien méchants d'empêcher le fidèle croyant de se laver !

Malgré ses protestations, M, Lacroix,  commissaire de police du quartier de la Gare, a envoyé Haar au Dépôt.


 Deux oeufs cuisaient - 1915

Deux oeufs cuisaient.

Le Matin — 6 juin 1915

Deux œufs cuisaient dans la poêle, et le porteur aux Halles Adolphe Vialard, âgé de quarante ans, allait se mettre à table, hier matin, dans la modeste chambre qu'il occupe 166 bis, rue Nationale.

— Décidément, j'en ai assez ! déclarât-il soudain sa maitresse, Maria Monteiller, âgée de trente-quatre ans. Je sais que tu as remis à la maitresse de mon père une partie des outils qui me servent à « bricoler », et je t'en veux à mort !

La menace n'était pas vaine, car le coltineur — il est réparateur de parapluies, à l'occasion — s'empara d'un long poignard, et, à six reprises, le planta dans le flanc de sa compagne. Puis avec la même arme, toute ruisselante de sang, il se porta une douzaine de coups dans la poitrine. Prévenu aussitôt, M. Prodhon, commissaire de police du quartier de la Gare, fit transporter le couple à l'hôpital de la Pitié. L'état de Maria Monteiller n'inspire pas d'inquiétude. Par contre, on désespère de sauver le porteur aux Halles.


Faits divers

 La cité Jeanne d’Arc transformée en fort Chabrol - 1934

La cité Jeanne d’Arc transformée en fort Chabrol

Le Petit-Parisien — 2 mai 1934

Coups de feu et barricades

La nouvelle que M. Luien Monjauvis , député communiste du XIIIè, avait été arrêté au début de l'après-midi avenue de Choisy, devant les usines Panhard où il incitait les ouvriers à chômer, devait provoquer, parmi ses électeurs adhérents au parti communiste ou sympathisants une certaine agitation. Certaine s'employèrent à l'accentuer.

À la fin de l'après-midi, rue Nationale et dans les rues voisines ainsi que dans les débits de ce coin du XIIIè arrondissement, une vive effervescence régnait.

Vers 20 heures les chants révolutionnaires retentissaient dans le fameuse cité Jeanne-d'Arc, qui, on le sait, située 164 et 166, rue Nationale, abrite près de 4.000 personnes. Une seconde issue de la cité donne sur la rue Jeanne d’Arc même.

A la population de la cité étalent venus se joindre des « amis » du quartier et plusieurs militants qui prononcèrent de violentes harangues,

La plupart des habitants de la cité Jeanne-d'Arc ayant alors regagné leur logis respectifs pour le diner, des groupes compacts de gens criant et chantant se massèrent à l'entrée. Et comme des automobiles passaient de temps à autre, on décida de les obliger à stopper, Les occupant, furent tous houspillés ; certains, en raison de leur résistance ou protestations, furent brutalement frappés. Les véhicules furent lapidés et lacérés à coups de tessons de bouteille.

Vers 21 h.30,  huit des automobilistes ainsi attaqués et qui avaient réussi tant bien que mal à s'éloigner de la cité avaient dû trouver asile et soins à l'hôpital de la Pitié. La police, alertée, avait dépêché des agents rue Nationale. Mais, leur arrivée, les « manifestants » s'étaient réfugiés en hâte dans les immeubles.

A l’entrée de la cité, les gardiens de la paix furent … accueillis par une salve de coups de revolver tirés par les fenêtres.

Aucun projectile, heureusement, n'atteignit son but.

Barrages et projecteurs

Les agents se replièrent prudemment. Bientôt des renforts amenés en autocar arrivèrent rue Nationale. Pour éviter toute effusion de sang, il fut alors décidé que des barrages seraient installés rue Nationale et rue Jeanne-d'Arc à une distance respectable de la cité qui se trouve ainsi cernée.

Devant la tactique de la police décidée à faire le siège du nouveau « fort Chabrol » en lassant ses occupants les plus hardis de ceux-ci sortirent des immeubles et édifièrent devant la cité, à travers la rue Nationale, une sorte de barricade où ils entassèrent toutes sortes d'objets et les matériaux tes plus hétéroclites.

Puis vers 23 heures les « assiégés » ouvrirent le leu leur barricade. De temps en temps, des coups de revolver éclataient, toujours tirés des étages des immeubles.

À minuit le directeur général de la police municipale. M. Paul Guichard, vint prendre la direction du service d'ordre. Il fit installer des projecteurs afin d’éclairer et… d’aveugler aussi les « assiégés ».

Une dangereuse reconnaissance

Cependant, vers minuit, une certaine accalmie paraissant régner dans la cité, une dizaine d'agents résolurent d'y faire une « reconnaissance », A leur approche les « manifestants » se replièrent une fois de plus dans les immeubles. Et à peine les gardiens avaient-ils parcouru quelques mètres des coups de feu furent tirés et des morceaux de fer lancés dans leur direction,

Une dès balles atteignit au ventre le brigadier Jamet des compagnies de circulation, et un morceau de fonte blessa grièvement à la tête l’agent Génard.

Pillage

À 1 heure du matin, les « « manifestants » avaient réussi à construire une seconde barricade. Cette fois, rue Jeanne-d’Arc, devant la cité. Ils y mirent également le feu.

On évalue à plus de 800 nombre de coups de revolver tirés par les assiégés.

À 1 h. 30, les « manifestants »  qui continuaient à « tirailler » se sont aventurés jusqu'aux magasins proches de la cité. Ils ont brisé les devantures — de modestes boutiques d’alimentation pour la plupart —et ils en ont pillé toutes les marchandises.

Reddition ou assaut ?

M. Langeron, préfet de police, arriva devant le ‘fort Chabrol » à 1h.50. Il a décidé de maintenir les force de police assez loin de la cité et d'attendre une reddition possible,.

La cité Jeanne-d'Arc se trouve ainsi bloquée pour jusqu'à ce matin. On espère que l'heure du petit déjeuner fera sortir la plupart des assiégés, dont une nuit blanche aura fort amoindri la combativité.

Il se pourrait aussi qu'à l'aube l'assaut fut donné aux « manifestants » avec le concours des pompiers ayant mis leurs lances en batterie.

Les agents battirent en retraite emmenant leurs camarades blessés qui ont été transportés à la Maison de santé, des gardiens de la paix.


A lire également

Le récit du Journal

Le récit du Figaro

sans titre 1

Ailleurs sur Paris-Treizieme

Un nouveau boulevard pour le 12e arrondissement ?

Cette voie s'ouvrira en face la place de la Collégiale et viendra déboucher sur le boulevard extérieuraprès avoir coupé le faubourg Saint-Jacques. (1858)

Lire

Le percement du boulevard Arago

Les démolitions qu'on exécute en ce moment dans le faubourg Saint Marcel viennent de remettre au jour un coin très pittoresque du vieux Paris. (1868)

Lire

Le puits artésien de la Butte-aux Cailles

Les travaux du puits artésien qui est en cours d'exécution à la Butte-aux-Cailles, dans le 13e arrondissement de Paris, se poursuivent régulièrement, et la profondeur atteinte par l'instrument de forage dépasse aujourd'hui 350 mètres. (1868)

Lire

Le percement du boulevard Saint-Marcel

Le plus ancien vestige des édifices religieux encore debout en ce moment, mais qui disparaîtra au premier jour, est le porche de la chapelle Saint-Clément, qui date du quatrième siècle, et dans laquelle fut inhumé en 383 saint Marcel, évoque, de Paris, sous le règne de Théodose. (1868)

Lire

Menu faits divers

Faits divers

Le crime de la rue de Tolbiac - 1902

Hier soir, vers huit heures et demie, un drame de la jalousie s'est déroulé dans le treizième arrondissement.

Lire


Fiançailles d'Apaches - 1904

La subite passion de «Gueule d'Or» pour «La Tringle» fait une victime collatérale en la personne d'un terrassier dont l'état est presque désespéré.

Lire


Un meurtre rue Baudricourt - 1904

La rue Baudricourt a été hier soir le théâtre d'un drame passionnel. Un nommé Armand Féler, journalier, a tué de deux coups de couteau un ouvrier serrurier, Napoléon Stevenotte.

Lire


Quadruple empoisonnement - 1893

On appelle arlequins les restes des grands restaurants, lycées, etc., qui, après avoir été accommodés par certains commerçants exploitant ce commerce, sont revendus par eux, pour quelques sous, aux ouvriers nécessiteux.

Lire


Une bataille boulevard "Liabeuf" entre Agents et Apaches - 1911

À trois heures du matin, boulevard Arago — le boulevard Liabeuf, comme l'appellent maintenant, les apaches du quartier — une fusillade terrible s'est engagée entre agents et rôdeurs, sur l'emplacement même où fut exécuté le meurtrier de la rue Aubry-le-Boucher.

Lire


Une équipe de terrassiers découvre cinq squelettes à la Maison-Blanche - 1923

Mardi, vers trois heures du soir, au coin de la rue Damesme et de la rue Bourgon, le terrassier Fleurât qui, avec ses camarades, creusait la terre, pour l'aménagement d'un fournil, découvrait à moins d'un mètre du sol et quinze métrés environ de la rue, une caisse en bois tout à fait vermoulu, de 1 mètre 50 de large et 2 mètres de long.

Lire


Le crime de l'avenue d'Italie - 1899

Au numéro 23 de l'avenue d'Italie, dans une petite boutique, un vieillard de soixante-trois ans avait installé, il y a quelque temps, un atelier de réparations de bicyclettes. Une jeune fille de vingt-six ans, nommée Lucie Carronneille, qu'il faisait passer pour sa fille, demeurait avec lui.

Lire


Le drame de la rue Coypel - 1888


Le drame de l'avenue de Choisy - 1888


Le drame de l'avenue de Choisy - 1911


Bataille rangée entre consommateurs à la porte d'un café - 1939


Le soldeur Gauzy qui donna asile à Bonnot est blessé mystérieusement d'un coup de revolver - 1914


On a tenté de tuer Gauzy qui naguère abrita Bonnot fugitif et chez qui M. Jouin trouva la mort - 1914


Le meurtrier de Gauzy est connu - 1914


Le meurtrier de Gauzy est arrêté - 1914


Sous la protection de la police, des ouvriers ont entrepris la démolition de la trop fameuse cité Jeanne-d'Arc - 1935


Je disparaîtrai sans donner d'ennui à personne », avait dit le professeur - 1938


Un veuf tire sur sa maîtresse puis se suicide - 1914


Un soir à la Porte d'Italie - 1895


Drame de la jalousie - 1897


Chronique du feu - 1879


sans titre 2

© paris-treizieme.fr pour la transcription du texte