entete


UNE ÉVOCATION DU 13ÈME ARRONDISSEMENT DE 1860 AUX ANNÉES 30

sans titre 1

SAVIEZ-VOUS QUE...

Depuis le lundi 26 août 1935, et dans un premier temps à titre d'essai, la circulation des véhicules s'effectue à sens unique, d'est en ouest, sur chacune des rampes de la voûte dite « Poterne des Peupliers ».


C'est en octobre 1894 que le conseil municipal de Paris décida, sur le rapport de M. Caplain, que la rue du Pot-au-Lait serait désormais appelée rue Brillat-Savarin.


Le Paris-Soir du 24 octobre 1932 rapportait que, rue de la Glacière, un magasin de jouets affichait sur sa porte cette pancarte : « Ici on remplace les mauvaises têtes » et commentait en écrivant : « Quel dommage que cette chirurgie miraculeuse ne puisse encore s'appliquer qu'aux belles poupées de porcelaine rose ! »

menu-nouveautés Article - inclus

Noté dans la presse...

1882

Deux promenades autour du boulevard Saint-Marcel

Le boulevard Saint-Marcel prend naissance au boulevard, de l'Hôpital, vis-à-vis la Salpêtrière, et va aboutir en ligne directe à l'avenue des Gobelins, où il se rencontre avec les boulevards Arago et Port-Royal pour former un spacieux rond-point.

Lire la suite...

sans titre 1

C'est arrivé dans le 13ème

 Un soldat blesse une jeune fille

Un soldat blesse une jeune fille d'un coup de revolver

Il est lynché par la foule

Au cours d'une discussion, avenue des Gobelins, le soldat Charles Schaffer, du 516e régiment de chars d'assaut, a blessé d'une balle de revolver à la jambe droite Mlle Renée Lendeau, couturière, demeurant 28 bis, rue Pascal. La jeune fille a été admise à la Pitié.

Le soldat, lynché par la foule, a dû être transporté au Val-de-Grâce.

Le Matin —15/11/1926

 Un fiacre dans un chantier - Quatre blessés - 1909

Un fiacre dans un chantier - Quatre blessés

Le Journal 20 janvier 1909

Un fiacre conduit par le cocher Henri Terrier, demeurant 13, rue Barrault, et dans lequel avaient pris place M. Paul Frébault. infirmier, 10, impasse Damesme ; Mme Marie Fournier, soixante-quatre ans, 88, rue de la Voie-Verte, et Mlle Angèle Leconte, 4 bis, rue Ernest-Cresson, a été se jeter, l'autre nuit, .dans un chantier  non éclairé de la rue Martin-Bernard.

La voiture renversa et ses trois voyageurs, ainsi que le cocher. ont eu plus ou moins à souffrir de la terrible chute. Les blessés, après avoir reçu des soins dans une, pharmacie voisine, ont été reconduits leurs domiciles respectifs.

M. Delanglade commissaire de police du quartier  de la Maison Blanche a ouvert une enquête sur ce bizarre accident.


Faits divers

 Treize émeutiers de la Cité Jeanne-d’Arc ont été arrêtés hier matin - 1934

Treize émeutiers de la Cité Jeanne-d’Arc ont été arrêtés hier matin

Le trop fameux Marty tente de ranimer les troubles

Le Figaro — 3 mai 1934

Du moins, retenons l’enseignement. Les bagarres de la cité Jeanne-d’Arc et celles d’AlfortviIle, après celles de Mantes démontrent péremptoirement l’existence par noyautages, d’une organisation frénétique dans la région parisienne.

L’arrestation du député communiste du 13è arrondissement, Monjauvis, que nous avons relatée, avait causé une vive effervescence dans la rue Nationale et les petites rues voisines, quartier général de ses fidèles électeurs.

Des incidents qui prirent rapidement une allure d’extrême gravité devaient se préciser tard dans la nuit et se développer.

Le prétexte en fut la sortie des garages des environs de taxis dont les chauffeurs allaient assurer leur service de nuit habituel malgré les appels à la grève générale qui avaient été strictement suivis par les communistes de l’endroit.

Des pierres volèrent dans les vitres des autos, un chauffeur fut blessé au visage, une barricade s’éleva.  « Police secours » fut alertée.

À leur arrivée, les agents furent accueillis à coups de revolver, ils durent se replier hâtivement en attendant de nouveaux renforts, Quand ceux-ci arrivèrent, sous la direction de M. Paul Guichard, directeur de la police municipale, on jugea bon, pour éviter toute effusion de sang, de faire le siège de la Cité Jeanne-d’Arc, centre de l’émeute. Des barrages de police furent installés rue Jeanne d’Arc et rue Nationale à une distance respectable de la Cité.

Devant la tactique de la police décidée à lasser les manifestants, les plus hardis de ceux-ci sortirent des immeubles, et édifièrent une nouvelle barricade rue Nationale où ils entassèrent les objets les plus hétéroclites auxquels ils mirent le feu.

La police riposta en installant des projecteurs pour aveugler les assiégés Puis, un certain calme semblant revenu, une dizaine d’agents tentèrent use reconnaissance vers la Cité. Ils firent accueillis par des coups de feu et des morceaux de fonte ou des pavés.

Le brigadier Jamet s’écroula blessé au ventre, tandis que le gardien Génard était tout aussi gravement atteint par un morceau de fonte à la tête. Battant en retraite, les gardiens de la paix emmenèrent leurs camarades blesses, qui furent transportés à la Maison de santé des gardiens de la paix.

Les émeutiers, qui avaient déjà tiré plusieurs centaines de coups de feu, s’avancèrent jusqu’aux magasins voisins de la Cité tout en continuant à faire usage de leur armes. Ils défoncèrent les devantures de ces boutiques et pillèrent toutes les marchandises.

Il était deux heures du matin. M. Langeron prit alors la direction du service d’ordre, Il fut décidé de ne pas donner l’assaut à la Cité avant d’avoir sous la main le matériel nécessaire. La présence dans la Cité de nombreuses femmes et d’une multitude d’enfants, commandait, en effet, aux chefs de la police de n’agir qu’avec la plus grande prudence.

Vers 4 heures, les pompiers arrivèrent et mirent en batterie leurs lances les plus puissantes avec lesquelles ils inondèrent les barricades en feu. . A 4h15, les manifestants ne résistant plus a ce déluge se retirèrent des immeubles.

La police s’avança alors dans la rue Nationale, précédée de projecteurs puissants. Des inspecteurs de la police judiciaire munis de cuirasses et accompagnés d’agents revolver au poing s’engagèrent dans les immeubles de la Cité.

Treize arrestations

Treize Individus suspects, chez lesquels on avait retrouvé des armes, des pierres et des pièces de fonte qui devaient être utilisées comme projectiles furent arrêtés.

Ce sont : Émile Laborde, 17 ans, locataire d’une chambre d’où les coups de feu furent tirés et où l’on a découvert un couteau de chasse dans sa gaine ; Jean-Marie Sinquin. 30 ans, membre du syndicat unitaire du bâtiment, qui avait un revolver d’ordonnance, dix cartouches, un fusil de chasse, et a reconnu avoir tiré de la chambre de Laborde. André Noblet, 24 ans, camelot, qui aurait tiré également  d’après les déclarations de Sinqin ; Georges Hilldebrand, 41 ans, manœuvre en chômage ; Étienne Polette, 33 ans, débardeur ; Julien Ménard, 48 ans, homme de peine ; Paul Linier, 41 ans, serrurier; Francois Perez, 26 ans, ajusteur ; Émile Brillant, 18 ans, tôlier ; Maurice Laborde, 18 ans, frère de Laborde Émile : Jean Esperden, 28 ans Marceau Delavallèe, 27 ans, et Jean Dhubert 37 ans.

Tous ont  été conduits à la direction de la police judiciaire.

L’interrogatoire

Interrogés par M. Marcel Guillaume, commissaire divisionnaire, les apaches — quel autre nom — ont avoué qu’ils avaient eu l’intention d’assiéger le poste de police où le député communiste Monjauvis fut conduit après son arrestation, qui eut lieu, commue noua l’avons dit, dans la matinée du 1er mai, à la porte d’une usine d’automobiles avenue d’Ivry.

En groupe, ils se dirigeaient vers le poste du passage Ricault lorsqu’ils furent dispersés vers 21 heures, par des forces de police dirigées par M. Caulet, commissaire chef du treizième arrondissement. Ce magistrat, au cours de la bagarre fut même très légèrement blessé.

À 23 heures, à la suite d’une bagarre plus violente, des renforts de police arrivaient rue Jeanne-d’Arc.

Jean-Marie Sinquin a reconnu avoir tué des coups de revolver sur les agents. Noblet était à ses côtés. Diverses contradictions ont été relevées dans les interrogatoires des inculpés. Jusqu’à présent, d’après eux, seul Sinquin aurait fait usage d’une arme à feu.

Ces treize individus ont été mis à la disposition du Parquet.

D’autre part, M. Meyer, directeur de la police judiciaire et M. Frédérique, commissaire de police du quartier de la Gare, ont procédé à des nombreuses perquisitions dans les immeubles de la Cité.

Au Parquet.

Les individus arrêtés ont été conduits au Petit Parquet devant M. Terrier, substitut, qui les a mis à disposition de MM. Saussier et Linais, juges d’instruction lesquels leur ont fait subir un interrogatoire d’identité et les ont fait écrouer à la prison de la Santé.

Une information sera ouverte aujourd’hui sur diverses inculpations.

Le communiste Marty à l’œuvre

On sait que depuis longtemps un projet de démolition de la Cité Jeanne d’Arc a été décidé par le Conseil municipal. C’est le conseiller communiste du quartier de la Gare, précisément, l’ex-officier félon de la mer Noire, Marty, qui s’y est jusqu’ici opposé.

Il s’est rendu, d’ailleurs, hier, au début de l’après-midi, à la Cité —- qui offrait encore les restes lamentables de la  hideuse rébellion nocturne — et a harangué ses électeurs, au nom d’on ne sait quelle Internationale, tentant de ranimer en eux une nouvelle flamme de haine.

Propagandistes appréhendés

Signalons que, hier, après-midi, boulevard de l’Hôpital, des agents ont arrêtés vers 4h30, Robert Mémin, 16 ans, demeurant 49, rue Croulebarbe et Raymond Bayard, 27 ans, demeurant 20, rue Albert, qui distribuaient des tracts annonçant pour le soir, à 20h30, une réunion 163 boulevard de l’Hôpital : 1° pour protester contre l’arrestation du député Monjauvis ; 2° pour demander le retrait des forces policières qui gardent actuellement la Cité Jeanne-d’Arc ; 3° pour la libération des gens arrêtés à la suite des incidents de la Cité Jeanne-d’Arc.

Une lettre à M. Villey

Le conseiller du quartier de Maison-Blanche, M. Louis Gélis a écrit au préfet de la Seine pour lui demander « à qui incombera la responsabilité des actes de vandalisme commis la nuit dernière par une bande de meneurs sans conscience ni scrupules, profitant de la misère du moment et de la crédulité naïve des malheureux ».

Le sort de la Cité Jeanne-d’Arc

A la chute du Premier Empire, iI fut décidé que de logements destinés aux chiffonniers seraient édifiés dans le 13è arrondissement. (*) Peu de temps après, deux vastes corps de bâtiments s’élevaient, l’un fut la Cité Jeanne d’Arc, l’autre cité Dorée qui s’est éboulée dernièrement et qui se trouvait à côté, sur le boulevard de la Gare.

La Cité Jeanne d’Arc était autrefois la propriété de l’Assistance Publique ; les immeubles furent vendus ultérieurement à la Ville de Paris. Le bulletin Municipal du 14 janvier 1934 relate la décision prise pour la démolition de cette cité.

Un regain d’agitation

Hier soir vers 21h30, la police municipale était avisée que des groupes de communistes se massaient rue Nationale à l’angle de la cité Jeanne d’Arc et recommençaient à dépaver la chaussée pour élever des barricades. Des renforts furent immédiatement dirigés à cet endroit. À l’arrivée des gardiens, les émeutiers s’empressèrent de prendre la fuite. L’incident n’eut pas de suite, bientôt le calme était rétabli.

Toutefois, un service de surveillance a été organisé par M. Meyer, commissaire divisionnaire, du 7è district. Il resta sur place durant toute la nuit.

*
*      *

Les communistes qui s’étaient réunis au nombre de deux cent cinquante dans une salle du boulevard de l’Hôpital pour s’échauffer en commun contre le service d’ordre et la politique nationale se sont dispersés sans incident à 3 heures 35, chantant à peine une timide Carmagnole.


138 ARRESTATIONS ONT ÉTÉ OPÉRÉES AU COURS DE LA JOURNÉE DU 1er MAI

Le chiffre total des arrestations au cours de la journée du 1 mai (en banlieue, à Paris, y compris celles de la Cité Jeanne-d’Arc s’élève à 138. Le nombre de celles qui seront maintenues n’est pas encore fixé.


(*) C'est una approximation de la part du rédacteur. En fait, les immeubles de la Cité Jeanne d'Arc furent édifiés à partir de 1860. (NdE)


A lire également

Le récit du Journal

Le récit du Petit-Parisien

sans titre 1

Ailleurs sur Paris-Treizieme

Inauguration de l'hôpital école de la Croix-Rouge

La Société de la Croix-Rouge française a inauguré, hier après-midi, l'hôpital-école qu'elle a fait édifier, rue des Peupliers, dans le treizième arrondissement. (1908)

Lire

M. Steeg, maire de Berlin, à l'école de la rue Küss

Le Docteur Steeg, maire de Berlin, ou plus exactement, président de l'administration municipale de la capitale du Reich est, depuis quelques jours, on le sait, l'hôte de Paris. (1941)

Lire

M. Félix Faure dans le 13è

Le pont de Tolbiac est dans le treizième arrondissement, c'est-à-dire dans une région de Paris où jamais, en aucun temps, chef d'État n'a mis le pied. (1895)

Lire

Ouverture d'une nouvelle voie dans le 13e arrondissement.

On va prochainement soumettre aux formalités d'enquête le projet d'ouverture de la rue du Transit, partie comprise entre la rue de la Glacière et la rue du Château-des-Rentiers. Cette portion du 13e arrondissement est généralement peu connue ces Parisiens du boulevard. C'est une région arrosée par la nauséabonde rivière de Bièvre, dont un des bras prend le nom de rivière morte. (1867)

Lire

Menu faits divers

Faits divers

L'incendie de la rue des Cordelières - 1895

Hier soir, vers sept heures et demie, le feu s'est déclaré, avec une grande violence, dans l'immeuble situé 24, rue des Cordelières (13è arrondissement), où se trouvent une fabrique d'eau de seltz et un dépôt d'eaux minérales appartenant à M. Aureau.

Lire


Grave affaire de fraude dans le quartier Croulebarbe - 1904

Les sels dénaturés utilisés par les tanneurs de la Bièvre servaient ensuite pour la confection des glaces, sorbets et gaufrettes

Lire


Des bandits en auto dévalisent une passante puis attaquent une crémière - 1931

D'audacieux bandits, des jeunes gens, si l'on en croit le signalement donné par les victimes, ont opéré, l'autre nuit, d'abord rue du Bois-de-Boulogne, à Neuilly, puis rue Brillat-Savarin, en utilisant une automobile volée.

Lire


Le drame de la rue Brillat-Savarin - 1900

Rue Brillat-Savarin, dans un modeste logement du troisième étage, habitait depuis quelque temps un journalier, Jean Simon, âgé de quarante ans, et sa fille, laquelle fréquentait un employé de commerce, Lucien Grandet, qui venait la voir quotidiennement.

Lire


Le drame de la rue de Tolbiac : un mari qui tue sa femme - 1902

Un drame sanglant s'est déroulé hier soir, vers huit heures et demie, au n°204 de la rue de Tolbiac.
M. André Gastin, âgé de quarante-cinq ans, établi marchand de vins à cette adresse, avait cessé son commerce le mois dernier, mais il continuait d'habiter le rez-de-chaussée de l'immeuble.

Lire


Le drame de la rue de Tolbiac : un commis boucher blesse grièvement sa femme puis se suicide - 1936

Il semble que seule la neurasthénie ait poussé Paul Seguin, quarante-neuf ans, commis boucher, vouloir tuer sa femme pour se loger ensuite une balle dans la tête.

Lire


Le drame de la rue de Tolbiac : Un soldat tire sur sa femme et la blesse mortellement - 1908

Un drame conjugal s'est déroulé, hier soir, 245, rue de Tolbiac.

Lire


Le drame de la rue de Tolbiac : le cordonnier violent avait tué avec un tranchet - 1912


Le drame de la rue de Tolbiac : un drame passionnel fait deux morts - 1906


Le drame de la rue de Tolbiac : double tentative de meurtre - 1895


Le drame de la rue de Tolbiac : double tentative de meurtre - 1895 (Petit-Parisien)


Le drame de la rue Jenner n°27 - 1893


Le drame de la rue Jenner n°6 - 1893


Le drame de la rue des Tanneries - 1932


Le drame des Gobelins - 1904


Le crime de la rue de Tolbiac - 1902


Fiançailles d'Apaches - 1904


Un meurtre rue Baudricourt - 1904


Quadruple empoisonnement - 1893


Une bataille boulevard "Liabeuf" entre Agents et Apaches - 1911


Une équipe de terrassiers découvre cinq squelettes à la Maison-Blanche - 1923


sans titre 2

© paris-treizieme.fr pour la transcription du texte