entete


UNE ÉVOCATION DU 13ÈME ARRONDISSEMENT DE 1860 AUX ANNÉES 30

sans titre 1

SAVIEZ-VOUS QUE...

Dans la semaine du 15 au 22 mars 1929, le cinéma Clisson Palace (61-63 rue de Clisson) jouait "Trois jeunes filles nues".


Initialement, le boulevard Arago devait s'appeler Boulevard de la Santé.


Le Paris-Soir du 24 octobre 1932 rapportait que, rue de la Glacière, un magasin de jouets affichait sur sa porte cette pancarte : « Ici on remplace les mauvaises têtes » et commentait en écrivant : « Quel dommage que cette chirurgie miraculeuse ne puisse encore s'appliquer qu'aux belles poupées de porcelaine rose ! »

menu-nouveautés sans titre 1

C'est arrivé dans le 13ème

 Le gaz - 1927

Le gaz

Paris- Soir — 24 janvier 1927

Les locataires de l'hôtel Alary, 62, rue du Gaz, entendant des  gémissements qui provenaient d'une des chambres, avertirent la propriétaire. Celle-ci informa aussitôt M. Fauvel, commissaire de police du quartier de la Maison-Blanche.

La porte de la pièce enfoncée, le magistrat aperçut, râlant sur le parquet, les deux occupants : Mme Sarah Doline, âgée de 37 ans, sujette russe, exerçant la profession de sage-femme, et son fils, Théodore, âgé de 9 ans.

Les malades furent aussitôt transportés à l'hôpital de la Pitié.

S'agit-il d'une intoxication par absorption d'aliments avariés ou par toute autre cause ? On l'ignore pour l'instant : l'enquête de M. Fauvel fera sans, doute la lumière sur ce point.


 Soldats attaqués

Soldats attaqués

Le Gaulois — 13 juin 1904

Des soldats du 24e régiment d'infanterie coloniale sortaient, samedi soir, d'un bal du boulevard de la Gare.

Ils furent insultés et bousculés par quelques anti« militaristes de moralité douteuse.

L'un des soldats dégaina pour se .défendre. Entouré aussitôt par cinq ou six énergumènes, il fut désarmé et grièvement blessé avec son sabre-baïonnette.

Des agents attirés par le bruit arrivèrent à temps pour arrêter l'un des agresseurs Armand Piazza qui a refusé de nommer ses complices.

Le soldat blessé a été transporté au Val-de-Grace.


Lu dans la presse...

 Les prochains grands travaux de Paris : dans le 13ème - 1910

Les prochains grands travaux de Paris

DANS LE TREIZIÈME ARRONDISSEMENT

Le Petit Parisien — 18 août 1910

Sur l'emprunt de 900 millions, dont la majeure partie doit servir à exécuter dans Paris de grands travaux de voirie (ce qui n'exclut pas ceux qui ont été décidés antérieurement à l'adoption de ce vaste plan de campagne), les quatre quartiers du treizième arrondissement auront une assez forte part.

Plan des travaux à exécuter dans le 13ème arrondissement

Dans le quartier de la Salpêtrière, on procédera à l'achèvement de la rue Jeanne-d'Arc  (n° 1 du plan) en perçant la partie comprise entre le boulevard de la Gare et le boulevard de l'Hôpital. La largeur prévue pour cette nouvelle voie est de vingt mètres. Il y aura des pans coupés de six à douze mètres.

On en profitera pour supprimer la Cité Doré (n° 2 du plan), et effectuer une opération d'assainissement. Largeur prévue pour cette voie quinze mètres. Pans coupés de cinq mètres.  

Percement de la rue Oudry (n° 3 du plan) jusqu'au boulevard de l'Hôpital. Largeur quinze mètres. Pans coupés cinq mètres. On effectuera le raccordement de la rue Duméril (n° 4 du plan) avec la rue Jeanned'Arc. Largeur de la voie douze mètres. Pans coupés cinq mètres. Création d'une rampe de raccordement entre une voie de douze mètres et une de treize mètres de largeur.

Alignement de la rue Rubens n° 5 du plan). Largeur prévue pour la voie dix mètres. Rescindernent d'un immeuble isolé, suivant l'alignement décrété.

Alignement (rescindement d'un immeuble isolé, suivant l'alignement décrété) (n°6 du plan) et prolongement (prolongement d'une voie de dix mètres de largeur) de la rue du Banquier (n° 6 du plan) jusqu'à la rue Jeanne-d'Arc. Largeur prévue pour la voie dix et douze mètres. Pans coupés de cinq mètres.

Dans le quartier de la Gare on ouvrira des voies nouvelles (n° 7 du plan) entre le carrefour des rues Nationale et Tolbiac et la place d'Italie. Largeur de la voie vingt mètres. Pans coupés de cinq et huit mètres. Création d'une voie nouvelle (n° 8 du plan) entre la place Jeanne-d'Arc et la rue Danois, en prolongement de la rue Charcot. Largeur prévue pour cette voie douze mètres. Largeur des pans coupés cinq mètres. (Prolongement d une voie de dix mètres de largeur.) Autre voie nouvelle (n° 9 du plan) entre les rues de Patay et Albert. Largeur prévue pour cette voie quinze mètres, et pour les pans coupés cinq mètres.

Dans le quartier de la Maison-Blanche, on achèvera la rue de la Colonie (n° 10 du plan) Largeur prévue pour la voie dix mètres. Opérations de nivellement.

Également on procédera à l'achèvement de la rue du Moulin-des-Prés et au prolongement de la rue du Moulinet (n° 11 du plan). Largeur prévue pour la voie quinze mètres. Pans coupés de cinq et huit mètres de large.

Ouverture de la rue Kuss (n° 12 du plan). Largeur douze mètres. Pans coupés de cinq mètres. Cette voie raccordera la rue du Tage (largeur dix mètres) à la rue Brillat-Savarin (largeur douze mètres). Tracé déjà annoncé.

On procédera au prolongement de la rue du Tage (n° 13 du plan). Largeur prévue dix-huit mètres avec des pans coupés de huit mètres.

Prolongement de la rue Bourgon (n° 14 du plan). Largeur quinze mètres. Pans coupés huit mètres.

Relèvement de la rue de la Fontaine-à-Mulard (n° 15 du plan). Largeur douze mètres. Pans coupés cinq mètres (opération de nivellement et d'assainissement.) On prolongera la rue des Longues-Raies (n° 16 du plan) à douze mètres. Les pans coupés auront cinq mètres.

Dans le quartier Croulebarbe, on effectuera le prolongement de la ruelle des Gobelins jusqu'au boulevard Arago (n° 17 du plan). Largeur prévue pour la voie quinze mètres. Pans coupés cinq mètres. (Opération d'assainissement.)

Suppression de l'impasse Moret (n° 18 du plan). Largeur prévue pour cette nouvelle voie quinze mètres. Largeur des pans coupés cinq mètres. (Opération d'assainissement.)

Également suppression de la ruelle des Reculettes (n° 19 du plan). Largeur prévue pour la voie quinze mètres. Pans coupés cinq mètres. (Opération d'assainissement.) Rescindements rue des Gobelins (n° 20 du plan). Largeur prévue pour la voie dix mètres. (Exécution des alignements décrétés et en grande partie déjà exécutés.) On procédera à l'élargissement de la rue Corvisart (n° 21 du plan). Largeur prévue pour la voie treize mètres. Pans coupés cinq mètres. (Exécution des alignements décrétés.)

Élargissement de la rue Broca (n° 22 du plan). Largeur de la voie douze mètres. Largeur des pans coupés cinq mètres. (Exécution des alignements décrétés). Pan coupé agrandi.

IIl est aisé de se rendre compte par cet exposé de quelle importance seront les travaux qu'on va exécuter dans tous les quartiers du treizième arrondissement.

E-Michel AURAY.

A lire également

Ouverture d'une nouvelle voie dans le 13e arrondissement.

Les travaux à réaliser dans le 13ème

sans titre 1

Ailleurs sur Paris-Treizieme

Les fortifications s'effondrent sur plus de cent mètres - Le Journal 28 janvier 1912

La poterne des Peupliers, située à l'extrémité de la rue des Peupliers, entre les portes de Gentilly et de Bicêtre, fait partie d'un groupe d'ouvrages militaires se rattachait au système des fortifications de Paris reconstruit en 1889 pour assurer la défense de la vallée de la Bièvre.

Lire

Une chasse à l'ours en plein Paris - 1906

Une chasse à l'ours dans Paris ! Voilà qui sort de la banalité. Ce fait, rare, mais authentique, s'est produit la nuit dernière, avenue des Gobelins.

Lire

On repêche de la Seine, le cadavre d'un enfant - 1911

M. Jean Fatigué, un gars de vingt-quatre ans, lavait à grande eau, hier matin, le pont de la Louise, une longue péniche noire qui, depuis quelques jours, est amarrée au quai d'Austerlitz, non loin du pont de Bercy.

Lire

Un journaliste yougoslave assassiné à la Butte-aux-Cailles - 1930

Accrochée au boulevard Blanqui, la rue des Cinq-Diamants escalade la Butte-aux-Cailles. Rue morne et sans fantaisie, elle aligne, le long de maigres trottoirs, une vulgarité perspective de maisons lisses, crises, mornes, trouée, çà et là, par les contrevents vert pomme d'un bar ou par la façade blanchie à la chaux d'un meublé pauvre.

Lire

Menu article

Lu dans la presse...

Les palais des Reines Blanche aux Gobelins

Si le vieil hôtel de Sens est, sur la rive droite de la Seine, un édifice curieux à voir, deux hôtels non moins anciens et tout aussi intéressants s'offrent sur la rive gauche, dans le quartier des Gobelins, aux yeux des amateurs du gothique. (1878)

Lire


Deux promenades autour du boulevard Saint-Marcel

Le boulevard Saint-Marcel prend naissance au boulevard, de l'Hôpital, vis-à-vis la Salpêtrière, et va aboutir en ligne directe à l'avenue des Gobelins, où il se rencontre avec les boulevards Arago et Port-Royal pour former un spacieux rond-point. (1882)

Lire


La question de la zone parisienne

Ce n'est jamais sans un sentiment de gêne, pour ne pas dire de honte, qu'en arrivait aux portes de la grande, cité parisienne, on franchit cet espace de 250 mètres de largeur qui longe encore en une ceinture presque continue les fortifications et qu'on appelle la Zone. (1932)

Lire


Les jardins des Gobelins menacés ?

Les jardins des Gobelins forment dans un quartier populeux une oasis de fraîcheur et de verdure. Ils couvrent près de trois hectares et constituaient naguère une île entre deux bras de la Bièvre. (1933)

Lire


Un syndicat des « rouspéteurs » vient de se créer à Paris

Nous sommes déjà près d'un millier dans le treizième arrondissement, déclare son fondateur, M. Chartrain de la rue Vaqndrezanne. (1927)

Lire


L'ancienne nécropole Saint-Marcel

Une large tranchée est actuellement creusée, pour l'établissement d'une conduite cimentée, sur le trottoir, à l'extrémité du boulevard St-Marcel, près de l'avenue des Gobelins. (1913)

Lire


La reconstitution des Gobelins

On sait que la reconstitution partielle des Gobelins fut entreprise, il y a près de deux ans, sous l'habile direction de MM. Formigé et Jossely.
La façade du nouveau, bâtiment est déjà en partie débarrassée, de ses échafaudages. (1913)

Lire


La passerelle de la Maison-Blanche

Tout un coin du quartier de la Maison-Blanche est en fête : dans quelques jours on inaugurera solennellement la nouvelle et légère passerelle métallique qui, passant au-dessus des voies du chemin de fer de Ceinture, à la Glacière, relie maintenant entre eux deux points jusqu'à présent fort éloignés l'un de l'autre. (1907)

Lire


Une masure s'effondre au « Camp marocain »

À deux pas de la porte d'Italie, dans un grand espace situé rue Bobillot, se trouve une succession de masures misérables qui furent habitées, il y a une vingtaine d'années, par des nomades africains, prompts à jouer du couteau. (1910)

Lire


Les quartiers pauvres

Les quartiers pauvres et populeux de Paris sont négligés ou dédaignés par l'administration, tandis que les quartiers élégants sont « embellis » à grands frais.
Cette iniquité, à laquelle personne ne songe, et dont beaucoup de citoyens ont malheureusement à souffrir, a fini par provoquer les plaintes légitimes des habitants du 13e arrondissement, c'est-à-dire du coin abandonné qui comprend la route d'Italie, les Gobelins, la Bièvre et la Butte-aux Cailles. (1869)

Lire


Un syndicat d'indigents

La cour des Miracles était hier soir en grand émoi ; elle avait transporté cahin-caha, béquillant et gesticulant, ses pénates dans le quartier de la Gare, rue Nationale, tout là-bas, au bout de Paris, près de la barrière d'Italie. Il faut dire que le 13° arrondissement a un maire, M. Thomas, « qui fait des économies sur les fonds alloués par la Ville au service de bienfaisance, et qui, cette année, a rendu 50,000 francs à l'Assistance publique ». (1897)

Lire


L'épidémie de la Maison-Blanche

Au moment où le service de statistique municipale constatait avec satisfaction une décroissance notable de la mortalité dans Paris, une épidémie éclatait dans un quartier excentrique et y jetait l'effroi. Le quartier contaminé est celui de la Maison-Blanche, situé dans le treizième arrondissement, sur les bords de la Bièvre. (1890)

Lire


La reconstruction des Gobelins

Il paraît décidé qu'on conservera pieusement les ruines de la Cour des Comptes, comme souvenir de 1871. Mais il est un autre monument, également ruiné par la Commune et dont la vue séduit beaucoup moins : la façade de la manufacture des Gobelins « provisoirement » remplacée par une construction en platras et une palissade en planches. (1891)

Lire


Sauvons les Gobelins !

Dans la pénurie lamentable des crédits affectés aux beaux arts, le budget des Gobelins est peut-être le plus précaire. (1912)

Lire


sans titre 2

© paris-treizieme.fr pour la transcription du texte