entete


UNE ÉVOCATION DU 13ÈME ARRONDISSEMENT DE 1860 AUX ANNÉES 30

sans titre 1

SAVIEZ-VOUS QUE...

En décembre 1871, dans Paris assiégé, le 13e arrondissement comptait 79.828 habitants y compris les réfugiés.


Initialement, l'avenue des Gobelins devait s'appeler Boulevard Mouffetard.


Le Paris-Soir du 24 octobre 1932 rapportait que, rue de la Glacière, un magasin de jouets affichait sur sa porte cette pancarte : « Ici on remplace les mauvaises têtes » et commentait en écrivant : « Quel dommage que cette chirurgie miraculeuse ne puisse encore s'appliquer qu'aux belles poupées de porcelaine rose ! »

menu-nouveautés Article - inclus

Noté dans la presse...

1883

Fabrique d’asticots

S'il vous plait tomber sur une « trichinerie », allez au treizième arrondissement, prenez l'avenue des Gobelins et suivez la rue Croulebarbe. SI l'odeur ne vous arrête pas on route, poussez jusqu'au n°63, une maison « mangée aux vers » qui n'a pas besoin d'autre enseigne.
Tout le quartier est en émoi. La rue Croulebarbe est devenue la rue Croule-Peste !

Lire la suite...

sans titre 1

C'est arrivé dans le 13ème

 Dans un bal - 1900

Dans un bal

Le Journal ― 21 mars 1900

Une bagarre s'étant produite la nuit dernière dans l'intérieur du bal de l'Alcazar, avenue de Choisy, les gardes républicains de service à cet endroit furent appelés pour expulser les perturbateurs.

Un de ces derniers, Jean Rollanger, âgé de dix-huit ans, né à Metz, mégissier, demeurant rue Jonas prolongée, s'arma d'un couteau et vint menacer le garde républicain Taron, de la caserne Mouffetard.

Ce garde, croyant qu'il allait être frappé, tira, dans sa précipitation à se défendre, un coup de revolver sur son agresseur.

Rollanger, atteint au ventre par la balle, s'affaissa, après avoir fait quelques pas et il a été transporté mourant à l'hôpital Cochin. M. Rocher, commissaire de police, a ouvert une enquête sur cette affaire.


 Le manchot avait les doigts crochus - 1932

Le manchot avait les doigts crochus !

Le Journal ―11 août 1932

Mme Jeanne Vitrang, blanchisseuse 53, avenue de Choisy, constatait hier en rentrant du lavoir, que la porte de son domicile avait été fracturée et son logement cambriolé. Une montre, des billets de banque et du linge, le tout représentant environ 2.000 francs, avaient disparu. Ayant appris par des voisins qu'on avait vu rôder aux abords de la maison un manchot, la blanchisseuse rendit au commissariat de police du quartier Maison-Blanche pour y porter plainte.

Des recherches furent entreprises aussitôt et bientôt on retrouvait le voleur Léon Courtais, 60 ans, pensionnaire de l'hospice d'Ivry, fort occupé, dans un débit voisin du lieu de ses exploits, « liquider » la partie monnayée de son butin.


Faits divers

 Un Agent parachute - 1894

Un Agent parachute

Le Petit Parisien — 5 juin 1894

La jeune Louise Cardon, âgée de quatre ans, demeurant chez ses parents, rue Broca, 75, au quatrième étage, était montée, malgré la défense de sa mère, sur une chaise appuyée à la fenêtre pour jouer avec des fleurs plantées dans une petite caisse.

Tout à coup, l'imprudente, s'étant trop penchée au dehors perdit l'équilibre et fut précipitée dans le vide.

Par un merveilleux hasard, la petite fille tomba sur l'épaule d'un gardien de la paix du treizième arrondissement, qui passait ce moment.

La chute fut amortie de ce fait, et quand l'agent, ahuri du choc qu'il avait reçu, releva la fillette il s'aperçut qu'elle était saine et sauve.

Conduite, néanmoins, la pharmacie Ravaux, boulevard Arago, 31, on constata qu'elle n'avait reçu que des contusions sans gravité.



Communiqués

L'affluence du public a été considérable dimanche aux deux représentations du Nouveau Cirque  de la rue Saint-Honoré.

Les enfante ont voulu revoir cette amusante folie nautique la Noce de Chocolat, d'une gaieté si prodigieuse.

Les deux clowns Footit et Chocolat ont un entrain endiablé.

Ce n'a été qu'un long éclat de lire d'un bout à l'autre de la pantomime.


ENTRE AUGURES

A la suite d'une séance du dernier congrès de chirurgie, le docteur X... une des célébrités médicales de New-York, s'entretenait avec quelques médecin français du traitement des hémorroïdes. On discutait le meilleur mode à suivre en pareil cas, de la dilatation forcée ou de la cautérisation au fer rouge. ― Il y a bien longtemps, dit l'Américain, que Je ne fais plus opérer les hémorroïdaires je me contente, à leur grande satisfaction, de les guérir avec les sucs d'une plante qui pousse dans nos pays et qu'on appelle l'hamamelis virginica. ― En cela vous avez raison, reprit le professeur X…  Je fais de même depuis que j'ai essayé sur mes nombreux malades une nouvelle préparation bien française, l'Élixir de Virginie, qui non seulement contient de l'hamamelis, mais me parait  bien supérieure à vos préparations américaines par les plantes hémostatiques de France, stomachiques et dépuratives qu'elle renferme, aussi bien que par le capsicum, qui en est également une base et dont vous connaissez certainement mieux que moi les vertus souveraines contre toutes les maladies du système veineux. Aussi l'Élixir de Virginie réussit-il merveilleusement, et contre les hémorroïdes, dont la guérison est relativement facile, et contre les autres maladies bien plus rebelles du système veineux, varices, varicocèles, phlébites et enflures persistantes qui leur succèdent. Pour les mêmes raisons, ce médicament fait encore disparaître, comme par enchantement, les hémorragies, les congestions douloureuses, les vertiges, le.. étouffements, la tendance aux coups de sang et tous les troubles nerveux qui empoisonnent la vie de tant de femmes aux approches de l'âge critique.  ― S'il eu est ainsi, conclut l'Américain, je ne manquerai pas de préconiser l'emploi de votre élixir et de le taire connaitre à mes confrères  et à mes élève» à mon retour eu Amérique. L'Élixir de Virginie trouve chez Moride. 2. rue de la Tacherie, Paris. Le flacon, 4 fr.50 franco. Envoi gratuit de la brochure explicative.

sans titre 1

Ailleurs sur Paris-Treizieme

Les Bijoutiers

Savez-vous ce que c'est qu'un Bijoutier ?...
C'est un de ces industriels qui achètent aux laveurs de vaisselle des restaurants les débris de viande cuite jugés indignes d'être offerts à la clientèle, et qui vendent ces débris, connus sous le nom d'arlequins, aux pauvres gens des quartiers populeux.
Or, depuis quelque temps, les étalages des bijoutiers du marché des Gobelins étaient mieux fournis que d'habitude... (1872)

Lire

La Fête Nationale du 30 juin 1878 dans le 13e arrondissement

Il faudrait tout notre journal pour être complet sur le treizième arrondissement. (1878)

Lire

Le bal des Quart'z'Arts

C'est derrière la mairie du treizième arrondissement, dans le vieux marché des Gobelins, que la jeunesse des Beaux-arts avait organisé hier soir le bal annuel des Quat'z'Arts. (1914)

Lire

Des ossements humains découverts par des terrassiers

Une rumeur étonnante et capable d’alimenter toutes les conversations circulait, hier après-midi vers 5 heures, dans le quartier de la Maison-Blanche. Des terrassiers, en creusant pour faire une cour, avaient découvert des ossements... (1923)

Lire

Menu faits divers

Faits divers

Le crime de la Buttes-aux-Cailles - 1930

Les inspecteurs de la brigade spéciale poursuivent avec activité, mais sans résultats réellement intéressants, leur enquête sur l'assassinat dont fut, lundi, la victime le mystérieux Yougoslave Joseph Werner.

Lire


Le pénible drame du quartier Croulebarbe - 1929

Lamentable drame que celui qui jeta, hier soir, l'émoi dans le populeux quartier Croulebarbe.

Lire


Une cartomancienne assassine son ami - 1921

n cette pittoresque cité Jeanne-d'Arc, 166 bis rue Nationale, où gitent tant de laborieux chiffonniers, était, il y a quelque temps, venu se fixer un couple, assez mal assorti du reste, sur l'existence duquel on manque, pour l'instant, de renseignements.

Lire


L'incendie de la rue des Cordelières - 1895

Hier soir, vers sept heures et demie, le feu s'est déclaré, avec une grande violence, dans l'immeuble situé 24, rue des Cordelières (13è arrondissement), où se trouvent une fabrique d'eau de seltz et un dépôt d'eaux minérales appartenant à M. Aureau.

Lire


Grave affaire de fraude dans le quartier Croulebarbe - 1904

Les sels dénaturés utilisés par les tanneurs de la Bièvre servaient ensuite pour la confection des glaces, sorbets et gaufrettes

Lire


Des bandits en auto dévalisent une passante puis attaquent une crémière - 1931

D'audacieux bandits, des jeunes gens, si l'on en croit le signalement donné par les victimes, ont opéré, l'autre nuit, d'abord rue du Bois-de-Boulogne, à Neuilly, puis rue Brillat-Savarin, en utilisant une automobile volée.

Lire


Le drame de la rue Brillat-Savarin - 1900

Rue Brillat-Savarin, dans un modeste logement du troisième étage, habitait depuis quelque temps un journalier, Jean Simon, âgé de quarante ans, et sa fille, laquelle fréquentait un employé de commerce, Lucien Grandet, qui venait la voir quotidiennement.

Lire


Le drame de la rue de Tolbiac : un mari qui tue sa femme - 1902


Le drame de la rue de Tolbiac : un commis boucher blesse grièvement sa femme puis se suicide - 1936


Le drame de la rue de Tolbiac : Un soldat tire sur sa femme et la blesse mortellement - 1908


Le drame de la rue de Tolbiac : le cordonnier violent avait tué avec un tranchet - 1912


Le drame de la rue de Tolbiac : un drame passionnel fait deux morts - 1906


Le drame de la rue de Tolbiac : double tentative de meurtre - 1895


Le drame de la rue de Tolbiac : double tentative de meurtre - 1895 (Petit-Parisien)


Le drame de la rue Jenner n°27 - 1893


Le drame de la rue Jenner n°6 - 1893


Le drame de la rue des Tanneries - 1932


Le drame des Gobelins - 1904


Le crime de la rue de Tolbiac - 1902


Fiançailles d'Apaches - 1904


Un meurtre rue Baudricourt - 1904


sans titre 2

© paris-treizieme.fr pour la transcription du texte