entete


UNE ÉVOCATION DU 13ÈME ARRONDISSEMENT DE 1860 AUX ANNÉES 30

sans titre 1

SAVIEZ-VOUS QUE...

En 1920, on pouvait trouver un avertisseur public d''incendie à l'angle des rues Watt et du Chevaleret ainsi qu'au 31 quai de la Gare.


En 1930, la piscine de la Butte-aux-Cailles, l'une des rares piscines municipales de l'époque, exigeait de tout baigneur la production ou l'achat d'un morceau de savon.


Le Paris-Soir du 24 octobre 1932 rapportait que, rue de la Glacière, un magasin de jouets affichait sur sa porte cette pancarte : « Ici on remplace les mauvaises têtes » et commentait en écrivant : « Quel dommage que cette chirurgie miraculeuse ne puisse encore s'appliquer qu'aux belles poupées de porcelaine rose ! »

menu-nouveautés Article - inclus

Noté dans la presse...

1893

Les travaux à réaliser dans le XIIIè

La revue "Les Annales industrielles" a dressé la liste des travaux de voirie à réaliser dans le XIIIè arrondissement

Lire la suite...

sans titre 1

C'est arrivé dans le 13ème

 L'inévitable fou - 1900

L'inévitable fou.

Le Matin - 31 décembre 1900

M. Remongin, commissaire de police du quartier de la Maison-Blanche, a reçu, hier matin, la visite d'un pauvre diable, vêtu de loques sordides, qui lui a déclaré se nommer Charles-Camille Cuny, âgé de trente-sept ans, et être l'auteur du crime de la rue des Plâtrières.

— J'ai reçu du ciel la mission de couper en morceaux tous les hommes qui insulteraient le saint nom de Dieu, a-t-il dit, au magistrat.

Ce malheureux, qui est un pauvre déséquilibré, est en état de vagabondage. Il a été dirigé sur l'infirmerie spéciale du Dépôt.


 Une singulière victime

Une singulière victime.

Le Matin ― 25 août 1885

Dans la soirée d'hier, des gardiens de la paix attirés par des cris, trouvèrent, l'angle du boulevard Arago et de la rue de la Glacière, un individu terrassé qu'ils relevèrent et qui déclara avoir été assailli et dévalisé par trois rôdeurs, dont un lui avait porté un coup de couteau dans l'aine gauche.

Les agents requirent une voiture et, après avoir mené cet homme au bureau de M. Perruche, commissaire de police, qui reçut sa déclaration, le transportèrent à la pharmacie Rives.

Puis, sur les conseils du pharmacien, qui trouva la blessure trop grave, ils le conduisirent en voiture à l'hôpital de la Charité, où l'interne de service l'admit d'urgence et lui fit un premier-pansement. Quelques heures plus tard, on s'apercevait que cet homme, qui avait déclaré se nommer Ernest Vigne, âgé de dix-neuf ans, s'était évadé de la salle où il avait été transféré,, et que, pour des raisons particulières il avait cru- devoir prendre la  clef des champs.


Faits divers

 Bataille rangée entre consommateurs à la porte d'un café - 1939

Une réconciliation qui finit mal

Bataille rangée entre consommateurs à la porte d'un café

Éventré d'un coup de couteau, à demi assommé à coups de talon par une femme, un des combattants est enfin jeté sous les roues d'un taxi

Paris-Soir ― 12 mars 1939

Dans un café, avenue de la porte de Choisy, deux consommateurs, Charles Glatre, 36 ans, dit Charlot la Peinture, demeurant 13, rue Nationale, à Ivry, et Michel Denebond, 36 ans, rémouleur, dit Micky la Pédale, habitant 16, passage de l'Avenir(*), discutaient en buvant le verre de l'amitié.

Tous les deux avaient été, durant de longs mois, des ennemis farouches. Mais depuis quelques jours ils s'étaient réconciliés. Micky la Pédale, voulant donner la preuve de son pacifisme, sortit un revolver d'ordonnance, modèle 1892, et dit à son camarade :

― Tu vois que je veux faire la paix, puisque je retire les balles de mon pétard.

― Ah ! tu avais un « feu », s'écria Charles, redevenu soudain méchant. Si je l'avais su, je ne me serais pas raccommodé !

― Puisqu'il en est ainsi, répartit Micky, je recharge mon arme.

Un autre consommateur, Léger Lepie(**), dit Titi. 33 ans, demeurant 34, passage Henri, dont la sœur est l'amie de Denebond, intervint ; il s'empara du revolver et le déchargea. Mais un quatrième personnage, Louis Bouvet, dit Boubou, 26 ans, coutelier, demeurant 59, passage de l'Avenir, ne goûta pas l'intervention de Lepie, qui partait cependant d'un si bon naturel :

―  De quoi te mêles-tu ? dit-il, furieux.

Lepie, vexé, répliqua vertement. Si bien que les deux hommes décidèrent enfin, d'un commun accord, d'aller s'expliquer dans la rue.

Lepie porta plusieurs coups de crosse de revolver à Bouvet, qui eut l'œil gauche crevé. La sœur de Bouvet, Maria Grolier, qui existait à la lutte, rentra précipitamment dans le débit, en criant : « Au secours ! on tue mon frangin ! »

Aussitôt, des consommateurs, au nombre d'une douzaine, firent irruption hors du débit, et ce fut une véritable bataille rangée.

Soudain, Lepie, atteint d'un coup de couteau au ventre, s'affaissa.

Maria Graulier sauta sur lui et se mit à lui écraser le visage à coupe de talons.

Pendant ce temps, Micky et ses partenaires tenaient un conciliabule : ils décidèrent de se débarrasser  définitivement de Lepie, en le jetant sous une voiture.

Un taxi survenant, ils mirent leur projet à exécution ; mais le chauffeur eut juste le temps de bloquer ses freins. Micky et ses compagnons se hâtèrent alors de fuir.

Le chauffeur alerta la police et le blessé fut transporté à la Pitié, où il succomba peu après son admission.

Les inspecteurs Thiébaud, Dumond, Laroque et Verdois de la police judiciaire, ont pu arrêter les sept auteurs de ce drame et établir le rôle de chacun. C'est Alfred Mangin, dit Frédo-le-Rémouleur, associé de Bouvet, qui a tué Lepie.


(*) Le passage de l'Avenir (qui n'en avait guère) reliait l'avenue de la porte d'Ivry à l'avenue de la porte de Choisy en longeant plus ou moins le boulevard de la Zone. Son emplacement est aujourdhui occupé par les terrains de sport en bordure du périphérique intérieur. (NdE)

(**) Paris-Soir écrit "Lepie" mais la majorité des quotidiens relatant cete triste affaire évoque Robert Lepic.

sans titre 1

Ailleurs sur Paris-Treizieme

M. Steeg, maire de Berlin, à l'école de la rue Küss

Le Docteur Steeg, maire de Berlin, ou plus exactement, président de l'administration municipale de la capitale du Reich est, depuis quelques jours, on le sait, l'hôte de Paris. (1941)

Lire

M. Félix Faure dans le 13è

Le pont de Tolbiac est dans le treizième arrondissement, c'est-à-dire dans une région de Paris où jamais, en aucun temps, chef d'État n'a mis le pied. (1895)

Lire

Ouverture d'une nouvelle voie dans le 13e arrondissement.

On va prochainement soumettre aux formalités d'enquête le projet d'ouverture de la rue du Transit, partie comprise entre la rue de la Glacière et la rue du Château-des-Rentiers. Cette portion du 13e arrondissement est généralement peu connue ces Parisiens du boulevard. C'est une région arrosée par la nauséabonde rivière de Bièvre, dont un des bras prend le nom de rivière morte. (1867)

Lire

La nouvelle place d'Italie en haut de la rue Mouffetard.

Entre l'église Saint-Médard et la place d'Italie, la vieille et étroite rue Mouffetard se transforme à vue d'œil en une belle avenue de 40 mètres de largeur. (1868)

Lire

Menu faits divers

Faits divers

Scène surprenante avenue des Gobelins - 1874

Avant-hier à deux heures de l'après-midi, une voiture d'une forme spéciale était arrêtée avenue des Gobelins, à l'angle du boulevard Saint-Marcel.

Lire


Meurtre et bagarre sanglante - 1902

La cité Jeanne-d'Arc vient d'être une fois de plus le théâtre de scènes sanglantes.

Lire


Le drame de la rue Michal - 1904

Un événement des plus étranges et des plus poignants en même temps vient de survenir au numéro 2 de la rue Michal, dans le treizième arrondissement.

Lire


Drame de la misère et de l'ivrognerie à la Maison-Blanche - 1934

Un drame navrant de la misère et de l'ivrognerie a mis en émoi, à la fin de l'après-midi d'hier, le populeux quartier de la Maison-Blanche.

Lire


Le drame de la rue du Tage : Le parricide condamné à 5 ans de réclusion - 1935

Les Sorel ont abandonné le clair logis de Belleville et sont allés vivre, à l'autre bout de Paris, rue du Tage...

Lire


Le drame de la rue du Tage - 1903

Un drame qui a causé une profonde émotion dans le quartier de la Maison-Blanche s'est déroulé, hier soir à dix heures, dans l'immeuble portant le numéro 8 de la rue du Tage

Lire


Le drame de la rue Albert - 1907

Après avoir joué au Diabolo un forcené fait deux victimes.

Lire


Le drame de la rue de Patay - 1892


Le drame de la rue Duméril - 1888


Les crimes d'un alcoolique - 1898


Esclave de sa Colère - 1895


L'alcoolisme - 1895


Un bien triste individu - 1896


Un coup raté - 1891


Le crime de la Cité Jeanne d'Arc - 1907


Le crime de la Cité Jeanne d'Arc - 1907


Haustrate aux Assises -1907


Les étrangleurs des Gobelins - 1895


Un drame boulevard de l'Hôpital - 1897


Un jeu dangereux - 1897


Un héros de Gaboriau - 1901


sans titre 2

© paris-treizieme.fr pour la transcription du texte