entete


UNE ÉVOCATION DU 13ÈME ARRONDISSEMENT DE 1860 AUX ANNÉES 30

 menu - Sur la Bièvre

Sur la Bièvre ...

Paris qui s'en va

A. Hermant (1865)

La Bièvre (in Croquis parisiens)

J.K. Huysmans (1880)

La Bièvre

J.K. Huysmans (1886)

La disparition de la Bièvre

Le Journal des débats politiques et littéraires (1893)

La Bièvre

G. Lenotre (1896)

La Bièvre déborde

Pierre Véron (1897)

La Bièvre

Louis Sauty (1898)

La Bièvre (Paris qui s'en va)

Gustave Coquiot (1903)

Le long de la Bièvre

Georges Cain (1905)

La perdition de la Bièvre

Adrien Mithouard (1906)

La rivière perdue (Léo Larguier)

Le Journal des débats politiques et littéraires (1926)

sans titre 1

SAVIEZ-VOUS QUE...

En mars 1897, M. Yendt, officier de paix, était nommé commissaire de police des quartiers de la Salpêtrière et de Croulebarbe, en remplacement de M. Perruche, admis à faire valoir ses droits à la retraite.


Le XIIIème arondissement comptait 72.203 habitants en 1876 et 92.221 en 1881 soit une augmentation de 20.018 habitants. Paris, en totalité en comptait 1.988.806 et 2.225.910, ces mêmes années.


Le Paris-Soir du 24 octobre 1932 rapportait que, rue de la Glacière, un magasin de jouets affichait sur sa porte cette pancarte : « Ici on remplace les mauvaises têtes » et commentait en écrivant : « Quel dommage que cette chirurgie miraculeuse ne puisse encore s'appliquer qu'aux belles poupées de porcelaine rose ! »

Article - inclus

Noté dans la presse...

1878

La Fête Nationale du 30 juin 1878 dans le 13e arrondissement

Il faudrait tout notre journal pour être complet sur le treizième arrondissement.

Lire la suite...

sans titre 1

C'est arrivé dans le 13ème

 Un affreux accident - 1875

Un affreux accident

Le Journal des débats politiques et littéraires ― 4 mai 1875

Un affreux accident est venu jeter avant-hier soir l'épouvante dans la rue Damesme. Un jeune garçon, âgé de quatorze ans, était monté sur le parapet du pont du chemin de fer de ceinture, quand, perdant l'équilibre, il tomba sur la voie au moment où le train n° 43 arrivait à la station de la Maison-Blanche. Malgré les signaux de détresse qui furent faits et l'empressement du mécanicien, qui avait renversé la vapeur, le train atteignit ce malheureux et passa, laissant d'un côté le corps, de l'autre les deux jambes.

Relevés par des employés de la ligne, ces débris humains, encore vivants, furent placés sur un brancard et transportés à l'hôpital de la Pitié- Le mourant ne put qu’indiquer la demeure de ses parents et demander un prêtre.


 Perfectionniste - 1883

Perfectionniste !

Gil Blas — 5 aout 1883

M. V… employé du Chemin de fer d'Orléans, habitant rue Lahire, souffrait depuis longtemps d'une maladie incurable.

Les douleurs qu'il endurait devinrent telles qu'il prit la résolution de se suicider.

Hier soir,  vers cinq heures, il rentra chez lui et, après s'être tiré un coup de revolver dans la tête, il se pendit l'aide d'une corde au plafond de sa chambre.

M. V… était âgé de trente-huit ans.


Sur les bords de la Bièvre

 La perdition de la Bièvre 2/

La perdition de la Bièvre 2/3

Il y avait longtemps que les méchants avaient juré sa perdition. Déjà au XIIè siècle, avant les jours où Dante vint habiter sur ses bords, les religieux de Saint-Victor l'avaient un peu taquinée, lui imposant de traverser leur enclos, dans les parages où une rue garde encore son nom, et de se jeter dans la Seine en face de Notre-Dame. Louis XII voulut lui faire reprendre son cours ; mais depuis lors son embouchure resta douteuse. Dites-moi si une rivière peut se bien conduire, qui est incertaine de sa destination. Au XVIè siècle il advint une fois que la Bièvre fut grosse, la pauvre petite. On allait lui faire son procès, lorsque deux jours plus tard la Seine se livra à son tour à un débordement. L'inondation de la Seine refoula celle de la Bièvre, dont les eaux coulèrent à l'envers. Elle devait en voir bien d'autres.

C'est à sa source en réalité que ses tribulations commencent. A peine elle est venue au monde qu'on lâche sur elle les eaux de l'étang de Saint-Quentin pour augmenter son débit et l'empêcher de flâner en route. Aussitôt née, on lui flanque une douche — toutefois quand on a de l'eau ! Elle arrive à Buc : on la fait passer sous un gigantesque pont de pierre, non pas un de ces honnêtes ponts à deux pentes sur lesquels un âne paraît si gentil, mais un ouvrage babylonien, un énorme pont à deux étages, en haut duquel passe une autre rivière. « Regarde bien, lui dit-on, les rivières, nous les faisons couler dans le ciel, nous savons de même les faire circuler dans les ténèbres de la terre. Toi aussi tu joueras un jour à saute-mouton. » En sorte que, tandis qu'on la tance à Bouviers pour ce qu'elle n'a pas assez d'eau, on lui retire ici les eaux du Trou-Salé, de Saclay, de la Mare Malheureuse, pour les faire passer sur sa tête et les mener aux jeux royaux de Versailles. Bientôt, pour qu'elle perde décidément le fil de son cours, on lui persuade de s'en aller à son tour en l'air et on la conduit à flanc de coteau, dans la montagne russe des moulins. Le lit qu'elle abandonne au fond de la vallée n'est plus qu'un cloaque où pullulent les rats et les moustiques jusqu'à ce qu'elle y retombe échevelée. C'est le hard-labour qui commence et le peu de force qu'elle véhicule est plié à d'incroyables travaux. On la courbe, on l'estropie, on la sangle, on la met à la meule. En 1822, au moulin Croulebarbe elle mouvait une tréfilerie, au moulin Fidel elle pulvérisait du charbon animal, au moulin Copeau elle faisait du vermicelle, au moulin Ponceau du papier. Aujourd'hui au moulin de l'Hay, elle lave du varech; au moulin de la Roche, elle fabrique des capsules métalliques pour bouchage ; au moulin de Gentilly, elle broie de la moutarde. Elle ne travaille pas, elle turbine. Trente-deux blanchisseries à Cachan, cent douze à Arcueil y déversent, roses, laiteuses ou fumantes, leurs eaux résiduaires. En échange de ses dérisoires services, les lieux habités lui rejettent tout ce qu'il y a de liquide ou de presque liquide dans leurs immondices. À mesure que les communes s'accroissent et que leurs habitants se multiplient, la Bièvre, se conformant à la densité des populations, devient plus sirupeuse. Ses eaux noirâtres ont des reflets tantôt vert réséda et tantôt bleu corbeau où filent de grandes baves d'argent. Les raffinements avec lesquels est patinée sa souillure sont inconcevables. Paris y infuse ses relents secrets en envoyant tremper son linge sale dans cette vallée.

À Gentilly toute une cuadrilla de mégissiers, de tanneurs, de corroyeurs, de laveurs de bourre et de laine, de féculiers entre en scène, plus de soixante fabriques, et passe son ancienne robe d'innocence dans des jus nouveaux. C'est une messe noire. On lui applique, moites encore, la peau des bêtes et l'écorce des chênes; les crimes se marient sauvagement en elle : elle est en proie à ceux qui écorchent les animaux et à ceux qui écorchent les arbres.

Ses affluents d'ailleurs sont dans la conspiration, tous les petits débits d'eau qui la pourraient rafraîchir d'un filet de vinaigre, le ruisseau des Godets qui prétexte des rétentions, le ruisseau de la Fontaine du Moulin qui reçoit les eaux louches de Bourg-la-Reine et de Sceaux et dont la rigole immonde promenait un tel choléra qu'on a dû le supprimer de peur qu'il ne figeât d'un seul coup la Bièvre et ne mît la peste dans le pays, le ruisseau de Fresnes qui mesure avec un compte-goutte les petites doses de ses violents extraits. Quant au ruisseau de Wissous qui du moins en hiver pourrait lui apporter le réconfort d'une certaine quantité d'eau, une société de glacières l'a supprimé.

La Bièvre recevait autrefois les belles eaux des fontaines de Rungis. On les a subornées. Une criminelle Italienne se chargea de consommer l'empoisonnement, jadis en effet un nommé Constance Chlore (il s'appelait ainsi et son nom dans l'histoire de la Bièvre est d'une âcreur particulière) avait capté les sources de Rungis et construit à Arcueil, pour les amener aux thermes de Julien, un aqueduc depuis lors tombé en ruines. Marie de Médicis recommença l'entreprise de ce chlorhydrique Gréco-Latin et fit édifier un nouvel aqueduc pour alimenter le Luxembourg qu'elle venait de construire. C'est cette Florentine qu'il convient de charger des calamités de la Bièvre, attendu que jusqu'à Henri IV la Bièvre et ses riverains vivaient heureux ensemble, sans que nul n'eût jamais porté plainte contre elle. Une situation nouvelle fut déterminée par la reconstruction de l'aqueduc d'Arcueil. C'était la grève des eaux qui commençait. À force de s'écouter jaser, tous ces ruisselets avaient fini par se laisser monter. La Bièvre fut mise en quarantaine par tous ces menus bavards. L'aventure méphistophélique de Bue n'avait fait que redoubler la brimade à d'Arcueil. Et c'est ainsi que par deux fois ses affluents s'envolèrent méchamment au-dessus d'elle.

Alors abrutie, asexuée, vidée, elle n'eut même plus la force de se dépoisser d'entre ses bords, où désormais elle collait trop pour s'écouler. Pour la surexciter par des sensations neuves, de temps à autre on la forçait encore à quitter son lit, des truands lui faisaient des passes, on la magnétisait, on l'obligeait de dédoubler sa personne en rivière vive et rivière morte, comme s'il lui était possible d'être plus sale qu'elle-même. Quand il fut bien démontré qu'elle n'en pouvait plus, on lui donna un affreux gardien, chargé de la suivre pas à pas, de peur qu'une bonne âme ne la prît en pitié et pour écarter d'elle, à force de parfums, la commisération du dernier poète. On lui adjoignit une rigole d'eau sale, parallèlement. C'est le collecteur départemental qui, sous prétexte de la soulager, l'accompagne, la soutient avec des flacons d'horribles salures, recueille les excédents de l'eau puante qu'on lui destinait, la déshonore par surcroît, parfois même emprunte son bras mort, le voyou enfin qui couche dans son lit pour la garder.

Et comme il n'y a pas de mauvaise aventure dans laquelle un savant ne puisse avec le plus grand sérieux jouer un rôle ridicule, on pria un jour Arago d'intervenir, car on en avait tant et tant fait, on avait tellement mortifié la pauvre petite, que l'on redoutait qu'elle ne tombât en l'état comateux. Le savant décida avec gravité qu'il convenait de lui inoculer du sérum. Il fit donc, en 1845, forer quelques puits artésiens pour lui transfuser de l'eau !


Suite
sans titre 1

Ailleurs sur Paris-Treizieme

Un éboulement aux fortifications

Hier soir, il cinq heures, au moment où les élèves d'une école enfantine passaient boulevard Kellermann, à la hauteur de la rue des Peupliers, un formidable grondement souterrain se fit tout à coup entendre. En même temps, le talus des fortifications se soulevait sous l'irrésistible poussée d'une énorme gerbe d'eau. (1912)

Lire

Rue des Peupliers, une trombe d'eau dévaste tout sur son passage

Les habitants de la rue des Peupliers, dans le 13e arrondissement, étaient mis en émoi, hier matin à sept heures, par une violente détonation immédiatement suivie de longs et redoutables grondements. C'était une des nombreuses conduites d'eau placées dans la chaussée du boulevard Kellermann qui venait de se rompre brusquement ! (1911)

Lire

Fabrique d’asticots

S'il vous plait tomber sur une « trichinerie », allez au treizième arrondissement, prenez l'avenue des Gobelins et suivez la rue Croulebarbe. SI l'odeur ne vous arrête pas on route, poussez jusqu'au n°63, une maison « mangée aux vers » qui n'a pas besoin d'autre enseigne.
Tout le quartier est en émoi. La rue Croulebarbe est devenue la rue Croule-Peste ! (1883)

Lire

Le monument d'Ernest Rousselle

L'inauguration du monument élevé à la mémoire de M. Ernest Rousselle, qui fut président du Conseil municipal de Paris et du Conseil général de la Seine, a eu lieu hier dans le jardin du dispensaire de la Maison-Blanche. (1901)

Lire

sans titre 2
sans titre 2

© paris-treizieme.fr pour la transcription du texte