entete


UNE ÉVOCATION DU 13ÈME ARRONDISSEMENT DE 1860 AUX ANNÉES 30

 menu - Sur la Bièvre

Sur la Bièvre ...

Paris qui s'en va

A. Hermant (1865)

La Bièvre (in Croquis parisiens)

J.K. Huysmans (1880)

La Bièvre

J.K. Huysmans (1886)

La disparition de la Bièvre

Le Journal des débats politiques et littéraires (1893)

La Bièvre

G. Lenotre (1896)

La Bièvre déborde

Pierre Véron (1897)

La Bièvre

Louis Sauty (1898)

La Bièvre (Paris qui s'en va)

Gustave Coquiot (1903)

Le long de la Bièvre

Georges Cain (1905)

La perdition de la Bièvre

Adrien Mithouard (1906)

La rivière perdue (Léo Larguier)

Le Journal des débats politiques et littéraires (1926)

sans titre 1

SAVIEZ-VOUS QUE...

La rue Küss honore le dernier maire français de la capitale alsacienne en 1871, année de sa mort, le jour même où les députés de l'Assemblée nationale décidèrent de céder l'Alsace et la Lorraine à l'Allemagne. Émile Küss était un savant physiologiste de la faculté de Strasbourg.


Avant de recevoir le nom de Paul Verlaine en 1905, la place Paul Verlaine était tout simplement appelée place du puits artésien.


Le Paris-Soir du 24 octobre 1932 rapportait que, rue de la Glacière, un magasin de jouets affichait sur sa porte cette pancarte : « Ici on remplace les mauvaises têtes » et commentait en écrivant : « Quel dommage que cette chirurgie miraculeuse ne puisse encore s'appliquer qu'aux belles poupées de porcelaine rose ! »

Article - inclus

Noté dans la presse...

1923

Nouvelle ligne d'autobus

A dater du 28 octobre 1923, la S. T. C. R. P. mettra en service une nouvelle ligne d’autobus dénommée AI bis, « Place d’Italie-Gare Saint-Lazare »

Lire la suite...

sans titre 1

C'est arrivé dans le 13ème

 Un fiacre dans un chantier - Quatre blessés - 1909

Un fiacre dans un chantier - Quatre blessés

Le Journal 20 janvier 1909

Un fiacre conduit par le cocher Henri Terrier, demeurant 13, rue Barrault, et dans lequel avaient pris place M. Paul Frébault. infirmier, 10, impasse Damesme ; Mme Marie Fournier, soixante-quatre ans, 88, rue de la Voie-Verte, et Mlle Angèle Leconte, 4 bis, rue Ernest-Cresson, a été se jeter, l'autre nuit, .dans un chantier  non éclairé de la rue Martin-Bernard.

La voiture renversa et ses trois voyageurs, ainsi que le cocher. ont eu plus ou moins à souffrir de la terrible chute. Les blessés, après avoir reçu des soins dans une, pharmacie voisine, ont été reconduits leurs domiciles respectifs.

M. Delanglade commissaire de police du quartier  de la Maison Blanche a ouvert une enquête sur ce bizarre accident.


 À coups de rasoir

À coups de rasoir

Le Petit-Parisien ― 4 octobre 1927

Après avoir vécu pendant quelque temps avec Mlle Gabrielle Hardy, vingt-six ans, demeurant 166 avenue de Choisy, le commissionnaire en pommes de terre, René Le Rouzic, même âge, informait hier son amie qu'il avait décidé de reprendre sa liberté. Vainement, la jeune fille essaya de le faire revenir sur sa détermination. Toute la nuit, Gabrielle Hardy songea cette séparation imminente, Puis, le jour venu, elle prit une décision. Se levant sans bruit et s'armant d'un rasoir, elle en porta un coup furieux à la gorge de celui qui voulait la quitter.

Le Rouzic a été transporté à la pitié, où son état a été jugé peu grave. La meurtrière a été arrêtée par M. Fauvel, commissaire de police de la Maison-Blanche.


Sur les bords de la Bièvre

 La rivièreperdue - Léo Larguier - 1926

La rivière perdue

Le Journal des débats politiques et littéraires ― 2 mai 1926

À propos de la mort de Gustave Geffroy, on a, ces derniers jours, beaucoup parlé des Gobelins, de la manufacture qui est une île paisible, habitée par des artistes et des artisans, au bord de Paris, et j'ai voulu revoir ce quartier ou l'on ne s'aventure que de loin en loin.

J'ai pris, dans ma poche, la Bièvre que Huysmans publia vers 1886, tenant à comparer ce qu'il vit et ce que je dois voir. Mettant mes pas dans les siens, et laissant l'avenue des Gobelins, immense et sans mystère, je gagne la ruelle des Gobelins. Là, comme un voyageur anglais ou hollandais, je tire mon livre et je lis que cette allée déserte est « à coup sûr, le plus surprenant coin que le Paris contemporain recèle…  Aucun alignement mais un amas de tuyaux et de gargouilles, de ventres gonflés et de toits fous. Les croisées grillées bambochent; des morceaux de sac et des lambeaux de bâche remplacent les carreaux perdus; des Y de fer, rouillés, retiennent des murs, que côtoie la Bièvre; et cela se prolonge jusqu'aux derrières de !a manufacture des Gobelins où cette eau de vaisselle s'engouffre en bourdonnant sous un pont... »

L'eau-forte de 1886 est encore exacte, mais, dans l'épreuve de 1926, la Bièvre est cachée.

Je ne crois pas qu'il puisse exister un coin aussi désolé que celui-là.

Imaginez ce qui reste d'une cite usinière, d'un faubourg, après un incendie ou un bombardement. A gauche, en allant vers la rue Croulebarbe, les vieilles bâtisses ont l'air encore solides, malgré leur lèpre, mais, à droite, quelques toits se sont envolés, et les murs croulent dans des terrains redevenus vagues où achèvent de pourrir et de se rouiller des camions brisés, des paquets de ressorts, des objets rompus, usagés et lamentables, parmi des tessons, des gravats et des hardes de pestiférés. Pas un être, dans ce chemin de ronde abandonné, dans cette ruelle d'usine morte qui semble conduire à quelque crassier grenu de scories et de mâchefer puant le soufre.

De l'autre côté, fument de hautes cheminées, et l'on va dans rôdeuses peausseries, des mégisseries, des fabriques proches, une odeur de tan, de goudron, d'alun et d'équarrissoir.

D'un côté, des palissades pareilles à celles contre lesquelles on fusilla, sous la pluie, des insurgés; de l'autre, des murs de maladrerie qui montrent de vieilles pâleurs farineuses, des faisandages humides, inquiétants, d'une détresse infinie. Ils souffrent des plus affligeantes maladies de peau; des scrofules et des dartres écaillent les vieux plâtres, des eczémas rongent les antiques badigeons... La ruelle sinistre s'élargit un peu. On aperçoit le toit monumental de la Manufacture des Gobelins, et, sur une plaque de marbre, on déchiffre cette inscription

Jean et Philibert Gobelin
marchands teinturiers en écarlate
qui ont laissé leur nom à ce quartier
de Paris et à la Manufacture de tapisseries,
avaient ici leurs ateliers
sur les bords de la Bièvre
à la fin du quinzième siècle.

Marchands teinturiers en écarlate ! Ces mots seuls confèrent tout de suite un prestige à ce couloir décrié. La ruelle s'ennoblit un peu. On voit !es vieux artisans aux mains garance qui vidaient là leurs cuves de pourpre. Mais où sont les bords de la Bièvre ? Où est, à présent, la rivière elle-même ?

Il ne faut plus la chercher que dans le petit livre de Huysmans, et, devant la plaque commémorative, je lis « ... Comme bien des filles de la campagne, la Bièvre est, dès son arrivée à Paris, tombée dans l'affût industriel des racoleurs, elle a dû se mettre à l'ouvrage et s'épuiser aux horribles besognes qu'on exigeait d'elle. Cernée par d'âpres négociants qui se la repassent, elle est devenue mégissière, et, jour et nuit, elle lave l'ordure des peaux écorchées, subi les pinces de l'alun, les morsures de !a chaux et des caustiques. Que de soirs, derrière les Gobelins, dans un pestilentiel fumet de vase, on la voit, seule, piétinant dans la boue, au clair de lune, pleurant, hébétée de fatigue, sous l'arche minuscule d'un petit pont… Jadis, près de la poterne des Peupliers, elle avait encore pu garder quelque semblant de gaîté, quelques illusions de site authentique et de vrai ciel. C'est fini, d'inutiles ingénieurs l'ont enfermée dans un souterrain, casernée sous une voûte, et elle ne voit plus le jour que par l'œil en fonte des tampons d'égout qui la recouvrent... »

Je suis la rue Croulebarbe, dont presque tout un côté est encore en palissades, et, là, un spectacle auquel les passants ne doivent pas prêter grande attention m'émeut profondément. A la crête de cette barrière de bois, un rameau vert, une branche qui va fleurir et que je crois être un chèvrefeuille. Il est anormal, ce chèvrefeuille de Paris, entre ces mégisseries et ces fabriques de peaux de tambour, à deux pas d'un bec de gaz et d'un hangar, et je songe invinciblement aux choses les plus paradoxales, à une couronne de myosotis ou de fleurs d'oranger, coiffant, par exemple, la tignasse de la vieille chiffonnière, qui va vers la rue Nationale où sont des cités de chiffonniers.

Léo Larguier.
sans titre 1

Ailleurs sur Paris-Treizieme

Expulsion de zoniers à la Porte de Gentilly

Espérons que la rudesse et la brutalité avec lesquelles la main de l'autorité militaire vient de s'abattre sur les pauvres zoniers de la porte de Gentilly, aura pour résultat de ramener cette importante question à l'ordre du jour, et de lui faire faire un pas vers une solution impatiemment attendue. (1895)

Lire

La Fondation Singer-Polignac

La fondation Singer-Polignac est une maison ouvrière. La maison a été construite en un an. Il y a trois mois, une bande de calicot tendue sur la façade annonçait que soixante-quatre logements étaient à louer dans cet immeuble. Deux cent quatre-vingt-dix-sept postulants se présentèrent. Il y a donc actuellement, au quartier de la Maison-Blanche, deux cent trente-trois ménages en quête d'un logis neuf. (1911)

Lire

Les fêtes de Jeanne d'Arc dans le 13e

Il semble que dans ce lointain faubourg parisien le peuple ait voulu fleurir avec plus de ferveur la fille du peuple, la petite bergère de Domrémy qui sauva la France. (1913)

Lire

La Butte-aux-Cailles

Situé sur les confins du XIVe et du XIIIe arrondissement, l'ancien quartier de la Glacière est, ou plutôt était, il y a peu de temps, un des côtés les plus curieux du nouveau Paris. Las deux bras de la Bièvre s'enchevêtrant, à peine ombragés par quelques maigres peupliers, dans les replis escarpés de la Butte-aux-Cailles. (1877)

Lire

sans titre 2
sans titre 2

© paris-treizieme.fr pour la transcription du texte