entete


UNE ÉVOCATION DU 13ÈME ARRONDISSEMENT DE 1860 AUX ANNÉES 30

sans titre 1

SAVIEZ-VOUS QUE...

Le Théâtre Saint-Marcel situé 31 rue Pascal, bâti en 1830, donnait essentiellement des drâmes, des comédies et des vaudevilles de l'ancien répertoire.


Compte tenu d'une croissance importante du nombre des décès accidentels dans Paris depuis la fin des années 1870, des postes de secours furent installés dans plusieurs arrondissements dont l'un se situait sur le Quai d'Austerlitz à l'embouchure du canal de la Bièvre. Ces pavillons étaient munis de couvertures, matelas, boites de secours et matériel approprié au sauvetage des noyés.


Le Paris-Soir du 24 octobre 1932 rapportait que, rue de la Glacière, un magasin de jouets affichait sur sa porte cette pancarte : « Ici on remplace les mauvaises têtes » et commentait en écrivant : « Quel dommage que cette chirurgie miraculeuse ne puisse encore s'appliquer qu'aux belles poupées de porcelaine rose ! »

menu-nouveautés sans titre 1

C'est arrivé dans le 13ème

 Perfectionniste - 1883

Perfectionniste !

Gil Blas — 5 aout 1883

M. V… employé du Chemin de fer d'Orléans, habitant rue Lahire, souffrait depuis longtemps d'une maladie incurable.

Les douleurs qu'il endurait devinrent telles qu'il prit la résolution de se suicider.

Hier soir,  vers cinq heures, il rentra chez lui et, après s'être tiré un coup de revolver dans la tête, il se pendit l'aide d'une corde au plafond de sa chambre.

M. V… était âgé de trente-huit ans.


 Un drame boulevard de l’Hôpital - Le Figaro – 5 mars 1897

Un drame boulevard de l’Hôpital

Le Figaro – 5 mars 1897

M. Edmond Laflesselle, employé dans une Compagnie d'assurances, se mariait il y a trois mois avec une jeune fille de dix-huit ans, Juliette Nassot, avec laquelle il entretenait des relations depuis longtemps déjà.

D'un caractère très jaloux, Laflesselle, se croyant trompé, avait averti sa femme qu'il la tuerait si jamais il apprenait… ce qu'il appelait couramment… son malheur.

En fut-il informé? On ne le sait. Toujours est-il que, rencontrant Juliette, hier soir, à neuf heures, en face du n° 119, du boulevard de l'Hôpital, il lui tira deux coups de revolver. Frappée au front, la jeune femme s'affaissa sans proférer un cri. Elle était morte. Le meurtrier se logea ensuite une balle dans la tempe droite. Il est soigné à l'hôpital de la Pitié. Son état est très grave.

Le corps de la défunte a été transporté d'abord a la Morgue, puis, après qu'on eut établi son identité à l'aide des papiers trouvés sur son mari, au domicile de sa mère.


Lu dans la presse...

 La Reconstruction des Gobelins

La Reconstruction des Gobelins

Le Figaro — 9 juin 1886

Il paraît décidé qu'on conservera pieusement les ruines de la Cour des Comptes, comme souvenir de 1871 d'abord, et ensuite comme musée de la flore parisienne qui s'y épanouit à loisir. Les habitants du quartier y sont maintenant accoutumés et se désoleraient de ne plus-voir les tiges et les rameaux verts qui, de tous côtés, sortent par les fenêtres, parant de la façon la plus pittoresque les pierres noircies et les fers tordus.

Mais il est un autre monument, également ruiné par la Commune et dont la vue séduit beaucoup moins. Je veux parler de la façade que la manufacture des Gobelins avait autrefois sur l'avenue qui porte son nom, façade « provisoirement » remplacée par une construction en platras et une palissade en planches du plus déplorable aspect.

C'est surtout depuis que la place d'Italie a été nivelée et transformée en un square charmant ; depuis qu'on a démoli le déplaisant bureau d'octroi qui servait de mairie, pour élever un élégant Hôtel de Ville ; depuis que tout le quartier, si affreux et si obscur autrefois, a été percé, aéré et embelli, que la façade actuelle et « provisoire » des Gobelins paraît d'autant plus affreuse.

Longtemps on a attendu, espérant toujours une reconstruction qui serait le couronnement des embellissements de ce quartier rénové. Mais, comme Philis, à force d'espérer toujours, les habitants ont fini par désespérer, et ils viennent de passer de la période d'expectative à la période d'action.

Un comité s'est donc formé, comité composé de propriétaires et de commerçants des cinquième et treizième arrondissements, afin de provoquer un mouvement en faveur de la reconstruction si ardemment désirée. Le bureau se compose de MM. Limay, restaurateur, avenue des Gobelins, président ; Oger, négociant, vice-président ; Bouet, maître d'hôtel, secrétaire-trésorier ; Bidault et Commissaire, négociants, assesseurs.

Par les soins de ces messieurs, la question a été étudiée, et ils sont arrivés à ce résultat fantastique que « la façade peut être reconstruite sans qu'il en coûte rien ou presque rien » !...

En effet, il existe derrière la manufacture d'immenses terrains qui font partie du Domaine. Ces terrains sont depuis longtemps inoccupés, la destination pour laquelle ils avaient été conservés n'existant plus.

Sous l'Empire, des spéculateurs voyant à tirer parti de ces terrains pour y fonder des cités ouvrières, en avaient offert plus de quinze cent mille francs. On peut donc affirmer qu'aujourd'hui, avec la plus value que donnent les embellissements du quartier et celle qu'apportera encore l'assainissement de la vallée de la Bièvre, instamment réclamé par le Conseil de salubrité et le Conseil municipal, on peut affirmer, dis-je, qu'on tirerait de ces terrains de deux à trois millions.

Or, au maximum, il faudrait quatre millions pour refaire en entier la construction détruite. Comme on le voit, l'excédent de dépense ne serait pas considérable.

Le Comité se demande d'ailleurs si sur les neuf à dix millions qu'a rapportés la fameuse Loterie des Arts décoratifs, on ne pourrait pas prélever quelque obole pour ce monument qui touche suffisamment, croit-il, à l'art de la décoration - on pourrait même dire qui en forme la branche principale.

Une pétition, lancée dans les deux arrondissements, s'est rapidement couverte de signatures. Il y en a aujourd'hui plus de dix mille, ainsi qu'on l'a constaté dans la réunion tenue vendredi soir.

Le projet ne rencontre qu'une seule opposition, delà part... des ouvriers de la manufacture !... qui, logés dans les bâtiments, ont installé des jardins dans les terrains qu'on voudrait aliéner et se désespèrent à l'idée de renoncer aux magnifiques artichauts qu'on y récolte en ce moment.

Cette considération prévaudra-t-elle ? Nous espérons que non. Il est temps qu'on remédie à un état de choses qui, vu le nombre des étrangers qui viennent chaque jour visiter les Gobelins, est véritablement une honte nationale.

Georges Grison.

Sur le même sujet

Le verger des Gobelins

sans titre 1

Ailleurs sur Paris-Treizieme

Les étrangleurs des Gobelins - Le Matin - 29 décembre 1894

On pourrait croire qu'il existe dans le quartier des Gobelins une véritable bande de rôdeurs nocturnes, qui ont la spécialité d'étrangler leurs victimes.

Lire

Boulevard Kellermann - un livreur est tué et dévalisé par deux rôdeurs - 1934

Dans la nuit de jeudi à vendredi, vers 1 heure, deux agents cyclistes effectuant une ronde, découvraient sur les fortifications, à l'angle de la rue Damesme et du boulevard Kellermann, un homme inanimé.

Lire

Mutilé par son amie - 1914

Malgré cinq ans de vie commune, Émile Daucourt, polisseur, âgé de trente ans, et sa maîtresse, Marie Pécret, une forte femme de trente-cinq ans, ne formaient pas un couple parfait.

Lire

Un Agent parachute - 1894

La jeune Louise Cardon, âgée de quatre ans, demeurant chez ses parents, rue Broca,était montée, sur une chaise...

Lire

Menu article

Lu dans la presse...

La question de la zone parisienne

Ce n'est jamais sans un sentiment de gêne, pour ne pas dire de honte, qu'en arrivait aux portes de la grande, cité parisienne, on franchit cet espace de 250 mètres de largeur qui longe encore en une ceinture presque continue les fortifications et qu'on appelle la Zone. (1932)

Lire


Les jardins des Gobelins menacés ?

Les jardins des Gobelins forment dans un quartier populeux une oasis de fraîcheur et de verdure. Ils couvrent près de trois hectares et constituaient naguère une île entre deux bras de la Bièvre. (1933)

Lire


Un syndicat des « rouspéteurs » vient de se créer à Paris

Nous sommes déjà près d'un millier dans le treizième arrondissement, déclare son fondateur, M. Chartrain de la rue Vaqndrezanne. (1927)

Lire


L'ancienne nécropole Saint-Marcel

Une large tranchée est actuellement creusée, pour l'établissement d'une conduite cimentée, sur le trottoir, à l'extrémité du boulevard St-Marcel, près de l'avenue des Gobelins. (1913)

Lire


La reconstitution des Gobelins

On sait que la reconstitution partielle des Gobelins fut entreprise, il y a près de deux ans, sous l'habile direction de MM. Formigé et Jossely.
La façade du nouveau, bâtiment est déjà en partie débarrassée, de ses échafaudages. (1913)

Lire


La passerelle de la Maison-Blanche

Tout un coin du quartier de la Maison-Blanche est en fête : dans quelques jours on inaugurera solennellement la nouvelle et légère passerelle métallique qui, passant au-dessus des voies du chemin de fer de Ceinture, à la Glacière, relie maintenant entre eux deux points jusqu'à présent fort éloignés l'un de l'autre. (1907)

Lire


Une masure s'effondre au « Camp marocain »

À deux pas de la porte d'Italie, dans un grand espace situé rue Bobillot, se trouve une succession de masures misérables qui furent habitées, il y a une vingtaine d'années, par des nomades africains, prompts à jouer du couteau. (1910)

Lire


Les quartiers pauvres

Les quartiers pauvres et populeux de Paris sont négligés ou dédaignés par l'administration, tandis que les quartiers élégants sont « embellis » à grands frais.
Cette iniquité, à laquelle personne ne songe, et dont beaucoup de citoyens ont malheureusement à souffrir, a fini par provoquer les plaintes légitimes des habitants du 13e arrondissement, c'est-à-dire du coin abandonné qui comprend la route d'Italie, les Gobelins, la Bièvre et la Butte-aux Cailles. (1869)

Lire


Un syndicat d'indigents

La cour des Miracles était hier soir en grand émoi ; elle avait transporté cahin-caha, béquillant et gesticulant, ses pénates dans le quartier de la Gare, rue Nationale, tout là-bas, au bout de Paris, près de la barrière d'Italie. Il faut dire que le 13° arrondissement a un maire, M. Thomas, « qui fait des économies sur les fonds alloués par la Ville au service de bienfaisance, et qui, cette année, a rendu 50,000 francs à l'Assistance publique ». (1897)

Lire


L'épidémie de la Maison-Blanche

Au moment où le service de statistique municipale constatait avec satisfaction une décroissance notable de la mortalité dans Paris, une épidémie éclatait dans un quartier excentrique et y jetait l'effroi. Le quartier contaminé est celui de la Maison-Blanche, situé dans le treizième arrondissement, sur les bords de la Bièvre. (1890)

Lire


La reconstruction des Gobelins

Il paraît décidé qu'on conservera pieusement les ruines de la Cour des Comptes, comme souvenir de 1871. Mais il est un autre monument, également ruiné par la Commune et dont la vue séduit beaucoup moins : la façade de la manufacture des Gobelins « provisoirement » remplacée par une construction en platras et une palissade en planches. (1891)

Lire


Sauvons les Gobelins !

Dans la pénurie lamentable des crédits affectés aux beaux arts, le budget des Gobelins est peut-être le plus précaire. (1912)

Lire


La voiture de la Mie de Pain

Souvent nous avons parlé de cette gentille œuvre la Mie de Pain, qui a rendu depuis six ans de si grands services aux pauvres de la Maison-Blanche. (1897)

Lire


Les travaux à réaliser dans le XIIIè

La revue "Les Annales industrielles" a dressé la liste des travaux de voirie à réaliser dans le XIIIè arrondissement (1893)

Lire


sans titre 2

© paris-treizieme.fr pour la transcription du texte