entete


UNE ÉVOCATION DU 13ÈME ARRONDISSEMENT DE 1860 AUX ANNÉES 30

sans titre 1

SAVIEZ-VOUS QUE...

La consécration de l'église Sainte-Anne de la Maison Blanche eut lieu le 24 octobre 1912.


La Bièvre descend des plateaux de Satory, arrose Buc, Jouy, Igny, Verrières, la Croix de Berny, Antony, Bourg-la-Reine, Arcueil,Gentilly et pénètrait dans l'enceinte fortifiée de Paris par deux ouvertures entre les bastions. Ses deux bras serpentaient ensuite dans les prés de la Glacière et enclosaient ces terrains submersibles qui étaient autrefois le seul skating ring des Parisiens.


Le Paris-Soir du 24 octobre 1932 rapportait que, rue de la Glacière, un magasin de jouets affichait sur sa porte cette pancarte : « Ici on remplace les mauvaises têtes » et commentait en écrivant : « Quel dommage que cette chirurgie miraculeuse ne puisse encore s'appliquer qu'aux belles poupées de porcelaine rose ! »

menu-nouveautés sans titre 1

C'est arrivé dans le 13ème

 La folie du cordonnier - 1921

La folie du cordonnier

Le Gaulois  — 20 mars 1921

Un sujet russe, Bernard Steimann, cordonnier âgé de cinquante et un ans, demeurant 22, avenue de Choisy, menacé d'expulsion fut pris d'un acte de folie et se barricada dans sa boutique, menaçant de tuer ceux qui s'approcheraient.

L'intervention du commissaire de police n'eut aucun succès. Steimann restait enfermé. Alors il fut décidé qu'hier matin on lancerait par une fente de la porte de la boutique deux ampoules remplies d'un gaz soporifique, afin de pouvoir se rendre maître du forcené.

Or, à sept heures du matin, deux agents en surveillance aperçurent soudain deux jambes qui s'allongeaient sous le rideau de fer. Chacun en prit une et tira ; Steimann n'opposa aucune résistance. Le pauvre fou s'était blessé dans la, région du cœur avec un de ses tranchets à  chaussures.

Transporté immédiatement à la Pitié, le malheureux y a reçu les soins nécessaires.

Comme ses blessures ne présentent aucun caractère de gravité, il sera dirigé sur l'asile de Sainte-Anne.

A. Magne

 Sanglante querelle - 1911

Sanglante querelle

Le Petit Parisien — 2 janvier 1911

Avenue des Gobelins, vers cinq heures et demie du matin, deux ouvriers âgés de vingt-sept et de vingt-neuf ans, Maurice Lindet et Armand François, demeurant, le premier, 4, rue Jonas, le second 46, rue des Cinq-Diamants, se prirent de querelle, on ne sait pour quel motif, avec des inconnus.

La disputé tourna tien vite au tragique et les couteaux se mirent de la partie.

Quand, attirés par le bruit, des gardiens de la paix intervinrent, ils aperçurent plusieurs individus qui fuyaient à toutes jambes, et trouvèrent étendus sur le sol, grièvement blessés, Armand François et Maurice Lindet.

Celui-ci avait la joue gauche traversée d'un coup de couteau son camarade avait été atteint à la tête et au côté gauche.

Transportés à l'hôpital de la Pitié où M. Yendt, commissaire de police, alla les interroger, les deux blessés n'ont pu donner qu'un signalement assez vague de leurs agresseurs.


Lu dans la presse...

 Sauvons les Gobelins

Sauvons les Gobelins !

Le Matin – 21 février 1912

Dans la pénurie lamentable des crédits affectés aux beaux arts, le budget des Gobelins est peut-être le plus précaire. Le monde nous envie les tapisseries de notre plus illustre manufacture mais il ignore que l'État lui alloue en tout 264.000 francs. Ils soldent maigrement les dépenses du matériel et partagent des salaires de famine entre cinq administrateurs, dix gardiens et soixante artisans, tapissiers, dont neuf artistes pour l'atelier de savonnerie.

Le plus décoratif de tous les arts français, celui « qui change en fééries les murailles » et qui, depuis Louis XIV, assure à notre pays une gloire unique, est condamné, faute d'argent, à végéter sans essor et à piétiner sans avenir. Et ce n'est pas là seulement une faute grave c'est aussi une inconcevable erreur.

La commercialisation des Gobelins leur rendrait la splendeur première elle ne coûterait rien au budget. Elle lui assurerait même des bénéfices considérables, si les Gobelins étaient autorisés à vendre au public quelques pièces de leurs collections.

Ces bénéfices permettraient de rajeunir l'ancien édifice, pittoresque cité d'un autre âge, mais où les procédés de fabrication datent encore de Louis XIV ! Exemple: dans l'atelier de teinture des Gobelins — où il n'y a que trois teinturiers — les chaudières sont chauffées au feu de bois ! Impossible de régler la chaleur d'où mécomptes forcés, obligation de recommencer parfois une gamme bien partie et qui avorte en route. Il a fallu renoncer aux excellents « colorants de cuve », parce qu'ils exigent une température constante ; on l'obtiendrait en dix minutes avec la vapeur : il faut une heure et demie avec le bois que les trois teinturiers s'exténuent à attiser.

Avec le bois, la ventilation de l'atelier est impossible un industriel le fermerait, car les buées et les courants d'air le rendent inhabitable. Mais dans une maison fondée par Louis XIV, rien à faire, parait-il quoique .le bois coûte trois fois plus cher que le charbon.

Résultats le mètre, carré de tapisserie revient, sans compter les bâtiments et en ne prenant que 20% des frais généraux à 4.000 francs environ.

L'usine nationale est munie aujourd'hui d'une palette de plus de 14.000 nuances

Depuis quelques années, on a fait ce qu'on a pu pour infuser un sang nouveau à la vieille manufacture. On lui a donné Gustave Geffroy pour directeur, ce qui est déjà tout un programme. Il a réagi contre l'enlisement des Gobelins. L'usine nationale est munie aujourd'hui d'une palette de plus de 14.000 nuances. Colbert, qui la fonda en 1662, Fouquet, Le Brun, Mignard, Coypel. Natoire, Van Loo, Boucher — pourquoi Watteau fut-il oublié ? — les fondateurs et les artistes des premiers temps étaient loin d'en avoir autant à leur disposition.

Les découvertes de Chevreul et la chimie ont doté nos Gobelins d'une gamme immense, capable de tout traduire et de tout copier. Et n'allons pas dire, comme certains-brocanteurs, que nos colorant ne valent pas les anciens Sur les vieil, les tapisseries, les tons clairs ont disparu la cochenille, l'indigo ont résisté les autres couleurs végétales se sont fanées.

Nos colorants d'alizarine (jaunes, rouges, bleus, violets et bruns) et nos excellentes couleurs naturelles défieront les années. N'hésitons donc plus à fabriquer pour le public des œuvres qui nous feront honneur. Nos tapisseries sont sans rivales, elles n'ont même pas de concurrentes. L'industrie privée ne fait pas de Gobelins. Personne n'a tenté d'imiter les huit pièces de l'Histoire de Méléagre, ni les neuf Muses, ni l'Histoire d'Esther ou la série des Don Quichotte.

Entr'ouvrons la porte séculaire des Gobelins aux acheteurs éclairés, aux généreux mécènes. L'État aura fait une excellente affaire et bien servi la gloire de la France !

Albert Gérard,
Rapporteur du budget des beaux-arts


A lire également

La reconstitution des Gobelins (1913)

sans titre 1

Ailleurs sur Paris-Treizieme

Une scène scandaleuse - 1894

Une scène scandaleuse s'est passée, avant-hier soir, vers cinq heures, sur la ligne du chemin de fer de Ceinture, dans la gare de la Maison-Blanche.

Lire

Une mère tue sa fillette et tente de se suicider - 1912

Un drame navrant, stupide, cruel, a douloureusement ému, hier, le quartier Croulebarbe. Dans la paisible rue de la Reine-Blanche vivait, depuis dix mois, au numéro 28, la famille Vaissair, composée du père, de la mère, et d'une fillette de trois ans.

Lire

La lune de miel fut de courte durée - 1923

Il est de notoriété publique que la cavalerie a de tout temps semé le trouble dans le cœur des femmes. Et l'effet ne manqua pas de se produire dans celui trop sensible de Mme Émilie Raysin, jeune femme de 28 ans, demeurant avenue de Choisy, lorsqu'elle vit, caracolant à ses côtés, ce gars à belle prestance.

Lire

Un pickpocket - 1885

M. Perruche, commissaire de police des quartiers de la Salpêtrière et de Croulebarbe, avait reçu, depuis une semaine, un certain nombre de plaintes émanant de personnes dont les poches avaient été indiscrètement explorées par des pickpockets à la fête foraine de la place d'Italie.

Lire

Menu article

Lu dans la presse...

Les travaux à réaliser dans le XIIIè

La revue "Les Annales industrielles" a dressé la liste des travaux de voirie à réaliser dans le XIIIè arrondissement (1893)

Lire


Les prochains grands travaux de Paris

Sur l'emprunt de 900 millions, dont la majeure partie doit servir à exécuter dans Paris de grands travaux de voirie (ce qui n'exclut pas ceux qui ont été décidés antérieurement à l'adoption de ce vaste plan de campagne), les quatre quartiers du treizième arrondissement auront une assez forte part. (1910)

Lire


La crue persiste

Au service hydrométrique, on escompte la cote de 5m. 20 à Paris-Austerlitz d'ici
à lundi matin et on espère qu'elle ne sera pas sensiblement dépassée. (1910)

Lire


Assainissement de la Bièvre

Le préfet de la Seine a déclaré d'utilité publique l'assainissement de la vallée de la Bièvre aux abords de la rue du Moulin-des-Prés. (1897)

Lire


Une inondation boulevard Kellermann

Dans la soirée d'hier, vers six heures et demie, une conduite d'eau passant à la poterne des Peupliers, près du boulevard Kellermann, dans le treizième arrondissement, s'est rompue brusquement. (1912)

Lire


Mort de M. Ernest Rousselle

Ainsi que nous le faisions pressentir, M. Rousselle, conseiller municipal du quartier de la Maison-Blanche (treizième arrondissement), président du conseil municipal de Paris, a succombé hier matin à la maladie qui, depuis un certain temps, le tenait éloigné de l'Hôtel de Ville. (1896)

Lire


La suppression de la Bièvre

Le conseil ayant décidé, en 1899, après de lentes et nombreuses études, de faire procéder à la couverture de la Bièvre « dont les émanations exercent une influence fâcheuse sur la santé des riverains... (1907)

Lire


La villa des chiffonniers

Il faudrait battre longtemps Paris pour y trouver quelqu\'un de comparable à M. Enfert, qui vient de faire bénir, à la Maison-Blanche, une nouvelle œuvre. (1897)

Lire


Nouvelle ligne d'autobus

A dater du 28 octobre 1923, la S. T. C. R. P. mettra en service une nouvelle ligne d’autobus dénommée AI bis, « Place d’Italie-Gare Saint-Lazare » (1923)

Lire


Nécrologie : Eugène Bonneton

Une triste nouvelle nous arrive du front. Eugène Bonneton, le peintre
délicat du vieux Paris, de la Bièvre et des hivers parisiens, vient de s'éteindre dans une ambulance de l'Argonne. (1915)

Lire


L'assainissement de la cité Jeanne-d'Arc

Au cours de sa dernière session, le Conseil municipal a été unanime à approuver le projet présenté par le préfet de la Seine relatif à l'assainissement de la cité Jeanne-d'Arc. (1934)

Lire


Un éboulement aux fortifications

Hier soir, il cinq heures, au moment où les élèves d'une école enfantine passaient boulevard Kellermann, à la hauteur de la rue des Peupliers, un formidable grondement souterrain se fit tout à coup entendre. En même temps, le talus des fortifications se soulevait sous l'irrésistible poussée d'une énorme gerbe d'eau. (1912)

Lire


Rue des Peupliers, une trombe d'eau dévaste tout sur son passage

Les habitants de la rue des Peupliers, dans le 13e arrondissement, étaient mis en émoi, hier matin à sept heures, par une violente détonation immédiatement suivie de longs et redoutables grondements. C'était une des nombreuses conduites d'eau placées dans la chaussée du boulevard Kellermann qui venait de se rompre brusquement ! (1911)

Lire


Fabrique d’asticots

S'il vous plait tomber sur une « trichinerie », allez au treizième arrondissement, prenez l'avenue des Gobelins et suivez la rue Croulebarbe. SI l'odeur ne vous arrête pas on route, poussez jusqu'au n°63, une maison « mangée aux vers » qui n'a pas besoin d'autre enseigne.
Tout le quartier est en émoi. La rue Croulebarbe est devenue la rue Croule-Peste ! (1883)

Lire


sans titre 2

© paris-treizieme.fr pour la transcription du texte