entete


UNE ÉVOCATION DU 13ÈME ARRONDISSEMENT DE 1860 AUX ANNÉES 30

sans titre 1

SAVIEZ-VOUS QUE...

La statue de Pinel, bienfaiteur des aliénés, installée devant l'hôpital de la Salpétrière est due à Ludovic Durand.


En 1929, il y avait une maison de tolérance au 9 du boulevard Blanqui.


Le Paris-Soir du 24 octobre 1932 rapportait que, rue de la Glacière, un magasin de jouets affichait sur sa porte cette pancarte : « Ici on remplace les mauvaises têtes » et commentait en écrivant : « Quel dommage que cette chirurgie miraculeuse ne puisse encore s'appliquer qu'aux belles poupées de porcelaine rose ! »

menu-nouveautés sans titre 1

C'est arrivé dans le 13ème

 On ne peut pas tout prévoir - 1909

On ne peut pas tout prévoir

Le Journal — 29 juillet 1909

Un employé de commerce, M. Julien Pichet, âgé de 24 ans et demeurant 12, rue des Peupliers, qui regagnait son domicile, passait la nuit dernière vers onze heures rue de Tolbiac quand, à l'angle de l'avenue d'Ivry, il fut accosté par trois individus qui, sans plus de façon, lui réclamèrent son porte-monnaie. Le jeune homme mit bien la main à la poche, mais pour en retirer un revolver qu'il braqua sur les rôdeurs en les invitant à prendre le large

Comme l'un des apaches esquissait un geste menaçant, l'employé fit feu, et le malandrin roula sur la chaussée, atteint à la jambe gauche.

Des agents, accourus, relevèrent le blessé, dont les compagnons s'étaient prestement enfuis.

Celui-ci, un nommé Gaston Moreau, dix-huit ans, dit le « Frisé de la Glacière », a été transporté à l'hôpital Cochin, à la disposition de M. Delanglade, commissaire de police du quartier.


 Singulier pari - 1891

Singulier pari

Le Figaro  ― 25 août 1891

Nous doutons fort que le pari suivant soit du goût des baigneurs du high life. Il faut en effet n'être pas très dégoûté pour accepter de faire la planche en pleine Bièvre, à la hauteur du n° 65 de la rue Croulebarbe. A cet endroit, le pauvre ruisseau, large au plus d'un mètre cinquante, sert de dépotoir aux mégissiers qui travaillent sur ses bords.

Bravement le parieur, un Belge, nommé Benoit Bydekerke, bronzier de son état, s'est mis hier, à deux heures de l'après-midi, dans le costume primitif de notre père Adam, et, pour gagner l'enjeu - cinq francs, pas davantage - a plongé dans la Bièvre.

Il en sortait triomphant lorsqu'un agent de police a surgi du milieu des spectateurs et l'a conduit au poste.

Benoît n'avait pas pensé que, des fenêtres voisines, plus d'un œil pudibond pouvait le contempler  !


Lu dans la presse...

 Sauvons les Gobelins

Sauvons les Gobelins !

Le Matin – 21 février 1912

Dans la pénurie lamentable des crédits affectés aux beaux arts, le budget des Gobelins est peut-être le plus précaire. Le monde nous envie les tapisseries de notre plus illustre manufacture mais il ignore que l'État lui alloue en tout 264.000 francs. Ils soldent maigrement les dépenses du matériel et partagent des salaires de famine entre cinq administrateurs, dix gardiens et soixante artisans, tapissiers, dont neuf artistes pour l'atelier de savonnerie.

Le plus décoratif de tous les arts français, celui « qui change en fééries les murailles » et qui, depuis Louis XIV, assure à notre pays une gloire unique, est condamné, faute d'argent, à végéter sans essor et à piétiner sans avenir. Et ce n'est pas là seulement une faute grave c'est aussi une inconcevable erreur.

La commercialisation des Gobelins leur rendrait la splendeur première elle ne coûterait rien au budget. Elle lui assurerait même des bénéfices considérables, si les Gobelins étaient autorisés à vendre au public quelques pièces de leurs collections.

Ces bénéfices permettraient de rajeunir l'ancien édifice, pittoresque cité d'un autre âge, mais où les procédés de fabrication datent encore de Louis XIV ! Exemple: dans l'atelier de teinture des Gobelins — où il n'y a que trois teinturiers — les chaudières sont chauffées au feu de bois ! Impossible de régler la chaleur d'où mécomptes forcés, obligation de recommencer parfois une gamme bien partie et qui avorte en route. Il a fallu renoncer aux excellents « colorants de cuve », parce qu'ils exigent une température constante ; on l'obtiendrait en dix minutes avec la vapeur : il faut une heure et demie avec le bois que les trois teinturiers s'exténuent à attiser.

Avec le bois, la ventilation de l'atelier est impossible un industriel le fermerait, car les buées et les courants d'air le rendent inhabitable. Mais dans une maison fondée par Louis XIV, rien à faire, parait-il quoique .le bois coûte trois fois plus cher que le charbon.

Résultats le mètre, carré de tapisserie revient, sans compter les bâtiments et en ne prenant que 20% des frais généraux à 4.000 francs environ.

L'usine nationale est munie aujourd'hui d'une palette de plus de 14.000 nuances

Depuis quelques années, on a fait ce qu'on a pu pour infuser un sang nouveau à la vieille manufacture. On lui a donné Gustave Geffroy pour directeur, ce qui est déjà tout un programme. Il a réagi contre l'enlisement des Gobelins. L'usine nationale est munie aujourd'hui d'une palette de plus de 14.000 nuances. Colbert, qui la fonda en 1662, Fouquet, Le Brun, Mignard, Coypel. Natoire, Van Loo, Boucher — pourquoi Watteau fut-il oublié ? — les fondateurs et les artistes des premiers temps étaient loin d'en avoir autant à leur disposition.

Les découvertes de Chevreul et la chimie ont doté nos Gobelins d'une gamme immense, capable de tout traduire et de tout copier. Et n'allons pas dire, comme certains-brocanteurs, que nos colorant ne valent pas les anciens Sur les vieil, les tapisseries, les tons clairs ont disparu la cochenille, l'indigo ont résisté les autres couleurs végétales se sont fanées.

Nos colorants d'alizarine (jaunes, rouges, bleus, violets et bruns) et nos excellentes couleurs naturelles défieront les années. N'hésitons donc plus à fabriquer pour le public des œuvres qui nous feront honneur. Nos tapisseries sont sans rivales, elles n'ont même pas de concurrentes. L'industrie privée ne fait pas de Gobelins. Personne n'a tenté d'imiter les huit pièces de l'Histoire de Méléagre, ni les neuf Muses, ni l'Histoire d'Esther ou la série des Don Quichotte.

Entr'ouvrons la porte séculaire des Gobelins aux acheteurs éclairés, aux généreux mécènes. L'État aura fait une excellente affaire et bien servi la gloire de la France !

Albert Gérard,
Rapporteur du budget des beaux-arts


A lire également

La reconstitution des Gobelins (1913)

sans titre 1

Ailleurs sur Paris-Treizieme

La police devra-t-elle assiéger dans la cité Jeanne-d'Arc Henri Odoux qui blessa sa voisine ? - 1935

La cité Jeanne-d'Arc, dont on connaît les titres à une triste célébrité, a été encore, hier soir, le théâtre d'un drame sanglant. Une mère de famille, une jeune femme, a été sauvagement égorgée par un alcoolique sans que les voisins, terrorisés, aient osé intervenir.

Lire

L'ivrogne qui avait blessé sa voisine est arrêté - 1935

Après une nuit d'anxiété, les locataires de la cité Jeanne-d'Arc ont appris avec soulagement l'arrestation d'Henri O..., qui avait blessé sa voisine d'un coup de couteau à la gorge.

Lire

Cité Jeanne-d'Arc - Les agents protègent les ouvriers démolisseurs des taudis - 1935

La cité Jeanne-d'Arc, que les bagarres du 1er mai 1934 avaient mise à l'ordre du jour, a présenté hier matin une certaine effervescence.

Lire

Tentative d'émeute cette nuit rue Nationale - 1er mai 1934

Des incidents très graves qui ont rapidement pris le caractère d'une véritable émeute, se sont produits tard dans la soirée rue Nationale, dans le XIIIè arrondissement.

Lire

Menu article

Lu dans la presse...

M. Albert Lebrun inaugure le monument élevé « à la gloire des mères françaises »

Cet après-midi, à 15 heures, a eu lieu, boulevard Kellermann, près de la porte d'Italie, l'inauguration du monument érigé à la gloire des mères françaises. La cérémonie s'est déroulée en présence du président de la République et de Mme Albert Lebrun, et de hautes personnalités. (1938)

Lire


La statue du docteur Pinel

On va prochainement ériger sur la place de la Salpêtrière la statue en bronze du docteur Pinel. (1883)

Lire


Inauguration de l'hôpital école de la Croix-Rouge

La Société de la Croix-Rouge française a inauguré, hier après-midi, l'hôpital-école qu'elle a fait édifier, rue des Peupliers, dans le treizième arrondissement. (1908)

Lire


M. Steeg, maire de Berlin, à l'école de la rue Küss

Le Docteur Steeg, maire de Berlin, ou plus exactement, président de l'administration municipale de la capitale du Reich est, depuis quelques jours, on le sait, l'hôte de Paris. (1941)

Lire


M. Félix Faure dans le 13è

Le pont de Tolbiac est dans le treizième arrondissement, c'est-à-dire dans une région de Paris où jamais, en aucun temps, chef d'État n'a mis le pied. (1895)

Lire


Ouverture d'une nouvelle voie dans le 13e arrondissement.

On va prochainement soumettre aux formalités d'enquête le projet d'ouverture de la rue du Transit, partie comprise entre la rue de la Glacière et la rue du Château-des-Rentiers. Cette portion du 13e arrondissement est généralement peu connue ces Parisiens du boulevard. C'est une région arrosée par la nauséabonde rivière de Bièvre, dont un des bras prend le nom de rivière morte. (1867)

Lire


La nouvelle place d'Italie en haut de la rue Mouffetard.

Entre l'église Saint-Médard et la place d'Italie, la vieille et étroite rue Mouffetard se transforme à vue d'œil en une belle avenue de 40 mètres de largeur. (1868)

Lire


La Bièvre en peinture

On visitait ces temps-ci, dans la salle des Fêtes de la mairie du 13e, une agréable exposition de toiles, aquarelles, dessins, organisé par le Cercle des Gobelins. (1928)

Lire


Chronique électorale

Dans la première circonscription du XIIIe arrondissement, M. Raymond Renaudière, qui a groupé sur son nom au premier tour près de 4.000 voix, est le seul candidat désigné pour battre au second tour le communiste dissident Gélis. (1932)

Lire


Gares et Stations du chemin de fer de ceinture (rive gauche)

Une enquête est ouverte, en ce moment, à la Préfecture de la Seine, sur le enquête est ouverte, en ce moment, à la Préfecture de la Seine, sur le projet des stations à établir sur le chemin de fer de Ceinture, dans les 13e, 14e, 15e et 16° arrondissements. (1862)

Lire


Extension de la Gare du chemin de fer d'Orléans

On a mis récemment à l'enquête un projet d'agrandissement de la Gare du chemin de fer d'Orléans, à Paris, qui consiste à étendre les dépendances de cette gare jusqu'au quai d'Austerlitz, par l'annexion de tout l'emplacement compris entre ce quai, la rue Papin et le boulevard de l'Hôpital. (1862)

Lire


Portrait : Emile Deslandres

Conseiller municipal du quartier Croulebarbe (1925)

Lire


Promenade électorale dans le XIIIè

Le treizième a toujours été la cité des pauvres. Il sue encore la misère avec ses îlots de maisons délabrées… avec la rue du Château-des-Rentiers, ô ironie, avec la Butte-aux-Cailles chère à Louis-Philippe. Et comme la misère va de pair avec la douleur, beaucoup d'hôpitaux, la Salpêtrière, la Pitié, Broca, Péan, des asiles, des refuges. Sur 33.500 électeurs, 28.000 paient de 500 à 1.200 francs de loyer par an. Au prix actuel du gîte, ces chiffres ont une triste éloquence ! On ne s'étonnera pas si le treizième est politiquement très à gauche… et même à l'extrême gauche. (1927)

Lire


Trop de clairons dans le quartier de la Maison-Blanche

Tandis que les chauffeurs ne pourront claironner ou trompeter par les rues de Paris, des escouades de bruiteurs autorisés continueront, embouchure aux lèvres, leur pas accéléré quotidien dans les rues du quartier de la Maison-Blanche en général, boulevard Kellermann en particulier. (1929)

Lire


sans titre 2

© paris-treizieme.fr pour la transcription du texte