entete


UNE ÉVOCATION DU 13ÈME ARRONDISSEMENT DE 1860 AUX ANNÉES 30

sans titre 1

SAVIEZ-VOUS QUE...

La société des fourneaux de Saint-Vincent de Paul, le 5 novembre 1897 ouvraient, comme chaque année, ses fourneaux (au nombre de 26 en 1897) qui restèrent ouverts jusqu’au 30 avril 1898, tous les jours non fériés, de huit heures à onze heures du matin. Trois d'entre eux étaient situés dans le 13ème : 45 rue Corvisart, 35 rue de la Glacière et 87 bis rue Jenner.
Avec un bon de dix centimes, les malheureux recevaient une portion de pain, bouillon, viande, légumes, etc. enfin, de quoi se réconforter.
Ces établissements charitables étaient dirigés par les Sœurs.


Le 4 octobre 1923, par suite d'un dérapage, un camion-auto, chargé de caisses vides, renversait un candélabre en face le numéro 41 de la rue de Tolbiac.


Le Paris-Soir du 24 octobre 1932 rapportait que, rue de la Glacière, un magasin de jouets affichait sur sa porte cette pancarte : « Ici on remplace les mauvaises têtes » et commentait en écrivant : « Quel dommage que cette chirurgie miraculeuse ne puisse encore s'appliquer qu'aux belles poupées de porcelaine rose ! »

menu-nouveautés Article - inclus

Noté dans la presse...

1891

La reconstruction des Gobelins

Il paraît décidé qu'on conservera pieusement les ruines de la Cour des Comptes, comme souvenir de 1871. Mais il est un autre monument, également ruiné par la Commune et dont la vue séduit beaucoup moins : la façade de la manufacture des Gobelins « provisoirement » remplacée par une construction en platras et une palissade en planches.

Lire la suite...

sans titre 1

C'est arrivé dans le 13ème

 L'Escroc des Pauvres - 1903

L'Escroc des Pauvres

Le Petit-Parisien — 28 mai 1903

M. Dion, cordonnier, âgé de soixante-cinq ans, demeurant 5, rue des Cinq-Diamants, ne peut presque plus travailler à cause de sa mauvaise vue aussi avait-il sollicité son inscription au bureau de bienfaisance du treizième arrondissement.

Hier, un individu très correct, portant à la boutonnière le ruban de la médaille militaire, se présentait chez le vieillard au nom de la municipalité; il venait au sujet de la demande, affirma-t-il, un supplément d'enquête étant nécessaire, et il lui réclama certains papiers.

Pendant que M. Dion bouleversait tout chez lui pour trouver les pièces réclamées, le faux inspecteur s'emparait des économies du pauvre vieux, une somme de onze francs représentant le maigre gain de sa semaine.

Ce n'est qu'après son départ que le cordonnier a constaté le vol odieux dont il venait d'être victime. Il a été narrer sa mésaventure à M. Pélatan, commissaire de police, qui fait rechercher le malfaiteur. Celui-ci a déjà fait, de la même façon, de nombreuses dupes dans le treizième arrondissement.


 Un pseudo-traître - 1897

Un pseudo-traître.

Le Journal — 24 novembre 1897

Hier, vers quatre heures, un employé de banque, M. Henri Larnaux, âgé de quarante ans, habitant boulevard de Port-Royal, se présentait au commissariat de police du quartier Croulebarbe et demandait à voir le commissaire en personne.

Mis en présence de M. Yendt, le pauvre employé déclara quo Dreyfus était Innocent et que c'était lui-même qui avait dérobé et vendu les documents à l'Allemagne. Puis, il prononça quantité d'autres paroles incohérentes.

Le malheureux fou a été envoyé l'infirmerie spéciale du Dépôt.


Faits divers

 Un Homme étranglé par un Inconnu - 1907

Le crime de la Cité Jeanne-d’Arc

Un Homme étranglé par un Inconnu

L'Assassin se constitue Prisonnier. ― Il raconte les Circonstances de son Forfait, mais refuse obstinément de faire connaître son Identité. ― Probablement a-t-il de sérieuses Raisons pour cela.

Le Petit-Parisien — 8 avril 1907

Un inconnu abordait, hier soir, vers quatre heures trois quarts, dans la rue Nationale, le sous-brigadier des gardiens de la paix Honoré Mariton, du treizième arrondissement, et lui déclarait :

Je viens de tuer un homme qui m'avait emmené dans sa chambre, 1, cité Jeanne-d'Arc. Conduisez-moi en prison.

Le sous-brigadier crut tout d'abord avoir affaire à un fou. L'individu, qui venait spontanément s'accuser ainsi donnait, effectivement, des signes d'une extrême exaltation. Il était d'une taille au-dessus de la moyenne et paraissait âgé de quarante ans environ. Ses vêtements en loques et sa barbe rousse hirsute décelaient son complet dénuement.

La Cité Jeanne d'Arc. Dans des locaux étroits, peu salubres, des gens vivent, entassés. Du matin au soir, des enfants, en nombre considérable donnent par leurs cris et leurs jeux, une animation étourdissante à ce coin de la capitale qui ne manque pas de pittoresque.

LE MYSTÉRIEUX J. H.

Conduit par devant M. Yendt, commissaire du quartier de la Salpêtrière assurant l'intérim du quartier de la Gare, l'homme renouvela ses déclarations et les précisa :

Je flânais, ce matin, le long des quais, lorsqu'un individu que je ne connaissais pas, mais qui bientôt me dit être un journalier du nom de Jean Guérineau, âgé de quarante-neuf ans, lia conversation avec moi. Il m'offrit à boire et à déjeuner. Vers trois heures et demie de l'après-midi, il me proposa de le suivre chez lui. Je ne pouvais deviner ses projets. Quand Guérineau eut refermé la porte de son logement, il me fit des propositions qui me déplurent. Je le lui dis. Comme il insistait, je me fâchai. Une violente discussion s'ensuivit. Fou de colère, je saisis à un certain moment mon compagnon et je l'étranglai avec un foulard.

C'est en vain que M. Yendt questionna l'individu sur son identité. Il se borna à répondre :

N'insistez pas, ce n'est pas la peine. Mon nom, je ne le révélerai à personne. Quant aux circonstances du drame, je ne puis vous en dire davantage. Lorsque je me trouverai devant le juge d'instruction, peut-être serais-je plus loquace.

A un inspecteur du commissariat qui, peu après, le questionnait, le mystérieux individu répondit :

Afin de vous satisfaire, je vais vous apprendre que je m'appelle J. H… Maintenant, j'espère que vous me laisserez tranquille.

A LA CITÉ JEANNE-D'ARC

Guidés par l'étrange personnage, le commissaire et ses agents se rendirent, vers cinq heures et demie, à la cité Jeanne-d'Arc. Situé entre la rue du même nom et la rue Nationale, le pâté d'immeubles de six étages qui compose la cité, occupe une superficie de 3.000 mètres carrés environ et ne comprend pas moins de 1.800 logements, tous habités par des ouvriers et surtout par des chiffonniers. Dans des locaux étroits, peu salubres, des gens vivent, entassés. Du matin au soir, des enfants, en nombre considérable donnent par leurs cris et leurs jeux, une animation étourdissante à ce coin de la capitale qui ne manque pas de pittoresque.

TUÉ SUR SON LIT

— C'est là, fit J. H...,  indiquant à M. Yendt la porte de l'immeuble portant le n° 1. Par l'escalier C, on monta au troisième étage. La porte de la chambre de Guérineau était fermée.

C'est moi qui l'ai fermée, dit le prisonnier. Je ne sais pas ce que j'ai fait de la clef.

D'un vigoureux coup d'épaule, un agent enfonça l'huis.

Le commissaire et ses agents ayant pénétré dans la chambre, constatèrent que l'inconnu avait dit la vérité. Le cadavre de Guérineau gisait, en effet, sur un lit de fer qui se trouvait à gauche de la pièce. Le malheureux journalier était encore chaud. Sa tête avait été placée entre deux barreaux du lit auxquels elle avait été attachée par le foulard qui lui serrait le cou. C'est avec ce foulard, une bande de coton noir à raies Manches, longue de quatre-vingt-quinze centimètres et large de trente que l'assassin avait commis son crime. Guérineau était nu-pieds, les vêtements en désordre. Sa jambe droite était allongée, la gauche repliée. Les mains à la hauteur du cou indiquaient encore son ultime geste de défense.

Dans la chambre, sommairement meublée d'un buffet, de quelques chaises et d'un poêle, tout paraissait en ordre. Le corps de Guérineau ne portait, d'autre part, aucune trace de violences.

De ces constatations, il semble résulter que le journalier, qui était doué d'une force peu commune, aurait pu se défendre s'il n'avait pas été surpris par l'attaque de son agresseur.

LA VICTIME

Une voiture des pompes funèbres vint, à ce moment, enlever le corps et le transporter à la morgue, où il sera soumis à l'autopsie.

Jean Guérineau appartient à une honorable famille, mais son inconduite en avait fait un dévoyé.

Un de ses frères, qui exploite un commerce, boulevard Sébastopol, lui venait en aide fréquemment, quand il se trouvait dans le besoin.

Il logeait, depuis trois ans, cité Jeanne-d'Arc et payait 2 fr. 25 de loyer par semaine. Aux Halles, où il s'astreignait à des corvées depuis un an, il avait fait la connaissance d'un sieur Eugène Cadine qui, depuis quelques mois, partageait son logis. Les deux hommes étaient très liés. Ils sortaient à la même heure le matin, pour se rendre au travail, et le soir, le gardien de la cité, M. Louis Perroudon, les voyait rentrer ensemble.

Il y a trois semaines, Cadine tomba malade. On le conduisit à l'hôpital Cochin. Son ami parut en éprouver un très vif chagrin. Guérineau était célibataire.

LE MEURTRIER

Après avoir procédé à la reconstitution du drame, dans la mesure où le mystérieux meurtrier voulut bien s'y prêter, M. Yendt le fit ramener à son commissariat et lui posa de nouvelles questions. Peine inutile. Le prisonnier se borna à répondre :

— Je ne sais plus, je ne me rappelle rien.

Dans la soirée, il est parti pour le dépôt. L'attitude que cet individu a observée laisse croire qu'il a déjà eu des démêlés avec la justice. Quel intérêt aurait-il, sans cela, à mettre tant d'énergie et de ténacité à cacher son nom ?

A-t-il la conscience chargée de quelque forfait plus horrible que celui qu'il commit, hier, cité Jeanne-d'Arc ?

Son mutisme autorise toutes les hypothèses.


A lire également

L'identité de l'étrangleur

L'audition de l'agent Mariton

Le procès

sans titre 1

Ailleurs sur Paris-Treizieme

La crue persiste

Au service hydrométrique, on escompte la cote de 5m. 20 à Paris-Austerlitz d'ici
à lundi matin et on espère qu'elle ne sera pas sensiblement dépassée. (1910)

Lire

Assainissement de la Bièvre

Le préfet de la Seine a déclaré d'utilité publique l'assainissement de la vallée de la Bièvre aux abords de la rue du Moulin-des-Prés. (1897)

Lire

Une inondation boulevard Kellermann

Dans la soirée d'hier, vers six heures et demie, une conduite d'eau passant à la poterne des Peupliers, près du boulevard Kellermann, dans le treizième arrondissement, s'est rompue brusquement. (1912)

Lire

Mort de M. Ernest Rousselle

Ainsi que nous le faisions pressentir, M. Rousselle, conseiller municipal du quartier de la Maison-Blanche (treizième arrondissement), président du conseil municipal de Paris, a succombé hier matin à la maladie qui, depuis un certain temps, le tenait éloigné de l'Hôtel de Ville. (1896)

Lire

Menu faits divers

Faits divers

La traite des blanches - 1923

La 11è chambre a jugé hier une victime de la traite des blanches devenue traitante à son tour, bien que n'ayant encore que dix-huit ans.

Lire


Un meurtre boulevard de la Gare - 1897

Une rivalité existait, depuis plusieurs mois, entre deux individus peu recommandables, François Palisse, âgé de dix-neuf ans, et Louis Champaumier, de deux années plus jeune.

Lire


Le crime de l'avenue d'Italie - 1897

A neuf heures du soir, à deux pas de l'avenue d'Italie, assez animée à pareille heure, trois bandits ont attaqué et dépouillé un passant qui a succombé aux blessures qu'ils lui avaient faites.

Lire


Attaqué par un lion - 1897

Le dompteur Letort, attaché à la ménagerie de M. Adrien Pezon, vient d'être victime d'un accident qui, heureusement pour lui n'aura pas de suites graves.

Lire


Le crime de la rue des Cordelières - 1879

La rue des Cordelières se trouve dans le treizième arrondissement, près du boulevard Arago, dans un quartier qui, la nuit, est peu éclairé, insuffisamment surveillé, et où les habitations sont assez clairsemées, entre de grands établissements de tannerie et de peausserie.

Lire


Un scélérat - 1896

Un nommé Alexis Fellion, âgé de trente-six ans, ouvrier corroyeur, avait fait la connaissance, il y trois mois environ, d'une jeune ouvrière mégissière avec laquelle il se mit en ménage. Ils demeuraient rue du Champ-de-l'Alouette.

Lire


En sortant du théâtre. - 1903

En sortant du théâtre, hier soir, un négociant du quartier des Gobelins, M. Léon Xavier, accompagné de sa femme, entrait dans un café du boulevard Saint-Marcel et entamait, avec un ami, une partie de jacquet.

Lire


Un drame sur un échafaudage. - 1903


Le drame de la rue Barrault - 1893


Une bataille sous une porte - 1903


Par amour ! - 1903


Un crédit néfaste - 1903


En jouant - 1912


Le crime de l’avenue de Choisy - 1889


Un drame rue de la Maison-Blanche - 1897


La bande des deux moulins - 1894


Rivalité d'amour. - 1895


Rue de Tolbiac, un voyageur est tué par des Apaches - 1908


Le drame de la rue Corvisart - 1905


Tentative d’assassinat - 1903


Un mari meurtier - 1903


sans titre 2

© paris-treizieme.fr pour la transcription du texte