entete


UNE ÉVOCATION DU 13ÈME ARRONDISSEMENT DE 1860 AUX ANNÉES 30

sans titre 1

SAVIEZ-VOUS QUE...

Dans la semaine du 15 au 22 mars 1929, le cinéma Clisson Palace (61-63 rue de Clisson) jouait "Trois jeunes filles nues".


La Butte-aux-Cailles culmine à 60 mètres au dessus du niveau de la mer tandis que le point le plus haut du reste du quartier Maison Blanche n'est qu'à 53 mètres.


Le Paris-Soir du 24 octobre 1932 rapportait que, rue de la Glacière, un magasin de jouets affichait sur sa porte cette pancarte : « Ici on remplace les mauvaises têtes » et commentait en écrivant : « Quel dommage que cette chirurgie miraculeuse ne puisse encore s'appliquer qu'aux belles poupées de porcelaine rose ! »

menu-nouveautés sans titre 1

C'est arrivé dans le 13ème

 Deux oeufs cuisaient - 1915

Deux oeufs cuisaient.

Le Matin — 6 juin 1915

Deux œufs cuisaient dans la poêle, et le porteur aux Halles Adolphe Vialard, âgé de quarante ans, allait se mettre à table, hier matin, dans la modeste chambre qu'il occupe 166 bis, rue Nationale.

— Décidément, j'en ai assez ! déclarât-il soudain sa maitresse, Maria Monteiller, âgée de trente-quatre ans. Je sais que tu as remis à la maitresse de mon père une partie des outils qui me servent à « bricoler », et je t'en veux à mort !

La menace n'était pas vaine, car le coltineur — il est réparateur de parapluies, à l'occasion — s'empara d'un long poignard, et, à six reprises, le planta dans le flanc de sa compagne. Puis avec la même arme, toute ruisselante de sang, il se porta une douzaine de coups dans la poitrine. Prévenu aussitôt, M. Prodhon, commissaire de police du quartier de la Gare, fit transporter le couple à l'hôpital de la Pitié. L'état de Maria Monteiller n'inspire pas d'inquiétude. Par contre, on désespère de sauver le porteur aux Halles.


 Le coup de l'anévrisme..- 26 février 1897

Le coup de l'anévrisme.

Le Matin — 26 février 1897

On avait annoncé qu'une dame Caroline Foussier, demeurant quai de la Gare, dans le quartier des Gobelins, était morte victime d'un empoisonnement criminel. On avait même échafaudé sur la fin de cette femme tout un roman auquel les affirmations des voisins paraissaient donner un semblant de vérité.

M. le docteur Vibert a pratiqué, hier, à la Morgue, l'autopsie du cadavre de Mme Foussier et il a reconnu que cette personne avait tout simplement succombé à la rupture d'un anévrisme.

Néanmoins, les viscères ont été envoyées au laboratoire de toxicologie M. le docteur Ogier en fera l'analyse.


Lu dans la presse...

 LE XIIIe ARRONDISSEMENT EN 1884

Le XIIIe arrondissement
vu par "Le Temps" en 1884

Gobelins — 91,735 habitants

Entre deux hautes collines une vallée profonde, avec des prairies submersibles bordées de grandes lignes de peupliers; l'une des montagnes se nomme la Butte-aux-Cailles et l'autre les Deux-Moulins. De temps en temps des sites pittoresques avec des noms charmants comme la Fontaine-à-Mulard ou le Moulin-des-Près. A peu de distance une cité de chiffonniers et une sorte de petite ville close où demeurent 4,000 vieilles femmes voilà le 13e arrondissement de Paris.

49è quartier (Salpêtrière)

18,281 habitants. — Électeurs inscrits: 2,845. — Conseiller sortant, M. Pichon, autonomiste élu par 627 voix contre M. Navarre, qui en avait obtenu 527 sur 1,279 votants.

Ce quartier est limité par le boulevard Saint-Marcel, partie de celui de l'Hôpital, la place Walhubert, le quai d'Austerlitz, le boulevard de la Gare, la place d'Italie.et l'avenue des Gobelins. Il contient l'hospice de la vieillesse (femmes), la gare des voyageurs du chemin de fer d'Orléans, le marché aux chevaux, etc. Le boulevard de l'Hôpital traverse en diagonale le reste du quartier. Du côté de Paris on trouve des ateliers de construction de machines, de chaussures et des ateliers pour la construction des cristaux employés dans l'optique. De l'autre côté on fabrique des charbons agglomérés et on fait le commerce des chiffons. C'est là que se trouve la cité Doré, habitée exclusivement par les chiffonniers.

50è quartier (Gare)

32,877 habitants. — Électeurs inscrits 5,009. — Conseiller sortant, M. Georges Martin, autonomiste, élu par 2,364 voix sur 2,364 votants.

Ce quartier est limité par le boulevard de la Gare, le quai de la Gare, le boulevard Masséna et l'avenue de Choisy. C'est le plus vaste de Paris. Il a environ 225 hectares de superficie.

Il contient la gare des marchandises, le dépôt des machines et les vastes ateliers de construction du chemin de fer d'Orléans, dont les employés et ouvriers habitent tous une sorte de quartier appelé le Chevaleret. Il possède une importante raffinerie des usines de produits chimiques et de terre réfractaire, des scieries.

Les ouvriers habitent un peu partout. Cet immense quartier contient un vieux village dit les Deux Moulins, dans lequel rien ne fait supposer qu'on soit à Paris. Un quartier neuf, dit de Jeanne d’arc, au centre duquel s'élèvent une grande église et de vastes écoles, ne contient encore que de chétives constructions.

51è quartier (Maison-Blanche)

29,991 habitants. — Électeurs inscrits 5,275. — Conseiller sortant, M. Rousselle, autonomiste, élu par 2,430 voix sur 3,192 votants.

Ce quartier est limité par le boulevard d'Italie la place d'Italie, l'avenue de Choisy, partie du boulevard Masséna, le boulevard Kellermann la rue de la Glacière, des fortifications à la rue de Tolbiac, la rue de la Santé jusqu'au boulevard d'Italie.

Il se compose de plusieurs villages séparés par la vallée profonde de la Bièvre la Glacière cité ouvrière; la Butte aux Cailles, sorte de haut promontoire partant du boulevard d'Italie et s'avançant vers Gentilly en dominant la vallée; la Maison-Blanche, quartier industriel situé vers le milieu des avenues d'Italie et de Choisy, et où l'on trouve, entourées de maisons d'ouvriers, de grandes fabriques de Bel-Air, quartier de petite industrie. Enfin, à l'endroit pittoresque où la Bièvre entre à Paris par une arcade percée dans un redan des fortifications, la Fontaine-à-Mulard offre tout un assortiment de jolis jardins maraîchers dans lesquelles on cultive spécialement les légumes de primeurs.

52è quartier (Croulebarbe)

10,586 habitants. — Électeurs inscrits 1,911. —Conseiller sortant, M. Combes, indépendant, élu par 813 voix sur 1,337 votants.

Ce quartier est limité par le boulevard de Port-Royal, l'avenue des Gobelins, la place et le boulevard d'Italie et la rue de la Santé.

L'industrie des cuirs et peaux, tanneries, corroieries, mégisseries, hongroieries, maroquineries, etc., a une très grande importance dans ce quartier, dont elle fait vivre tous les ouvriers. On travaille aussi les laines dans quelques ateliers. La manufacture des Gobelins dépend de ce quartier, dans lequel la Bièvre forme une grande île cultivée en jardins.

Le Temps — 28 avril 1884
Supplément " Paris électoral" en vue des élections municipales
 
sans titre 1

Ailleurs sur Paris-Treizieme

Une rafle fructueuse - 1895

M. Cochefert, chef de la Sûreté, a, la nuit dernière, jeté un beau coup de filet dans quelques-uns des repaires où grouille la pègre de Paris.

Lire

Les étrangleurs des Gobelins - 1894

La fameuse bande des Étrangleurs des Gobelins dont la presse s'était fort occupée il y a cinq ans, vient de faire de nouveau son apparition dans le treizième arrondissement, où elle paraît vouloir recommencer la série de ses sinistres exploits.

Lire

Singuliers dévaliseurs d'Église - 1895

Hier matin, le curé de la paroisse de Saint-Marcel, venait déclarer à M. Perruche, commissaire de police, que des malfaiteurs s'étaient introduitsdans l’église.

Lire

Les étrangleurs des Gobelins - Trois arrestations - 25 & 26 janvier 1895

Avant-hier soir, à dix heures et demie, un nommé Pierre Gustave, livreur dans un magasin du quai d'Orsay, traversait la place Jeanne d'Arc pour rentrer chez lui, lorsqu'il fut assailli par deux individus qui lui jetèrentune corde autour du cou.

Lire

Menu article

Lu dans la presse...

Gares et Stations du chemin de fer de ceinture (rive gauche)

Une enquête est ouverte, en ce moment, à la Préfecture de la Seine, sur le enquête est ouverte, en ce moment, à la Préfecture de la Seine, sur le projet des stations à établir sur le chemin de fer de Ceinture, dans les 13e, 14e, 15e et 16° arrondissements. (1862)

Lire


Extension de la Gare du chemin de fer d'Orléans

On a mis récemment à l'enquête un projet d'agrandissement de la Gare du chemin de fer d'Orléans, à Paris, qui consiste à étendre les dépendances de cette gare jusqu'au quai d'Austerlitz, par l'annexion de tout l'emplacement compris entre ce quai, la rue Papin et le boulevard de l'Hôpital. (1862)

Lire


Portrait : Emile Deslandres

Conseiller municipal du quartier Croulebarbe (1925)

Lire


Promenade électorale dans le XIIIè

Le treizième a toujours été la cité des pauvres. Il sue encore la misère avec ses îlots de maisons délabrées… avec la rue du Château-des-Rentiers, ô ironie, avec la Butte-aux-Cailles chère à Louis-Philippe. Et comme la misère va de pair avec la douleur, beaucoup d'hôpitaux, la Salpêtrière, la Pitié, Broca, Péan, des asiles, des refuges. Sur 33.500 électeurs, 28.000 paient de 500 à 1.200 francs de loyer par an. Au prix actuel du gîte, ces chiffres ont une triste éloquence ! On ne s'étonnera pas si le treizième est politiquement très à gauche… et même à l'extrême gauche. (1927)

Lire


Trop de clairons dans le quartier de la Maison-Blanche

Tandis que les chauffeurs ne pourront claironner ou trompeter par les rues de Paris, des escouades de bruiteurs autorisés continueront, embouchure aux lèvres, leur pas accéléré quotidien dans les rues du quartier de la Maison-Blanche en général, boulevard Kellermann en particulier. (1929)

Lire


La Butte aux Cailles se modernise

Dans une semaine ou deux, on inaugurera la grande piscine de la Butte aux Cailles. C'est un établissement vraiment remarquable, de briques et de mortier, aux revêtements vernissés blancs, dominé d'une immense cheminée en ciment armé, de grande allure avec sa quadrature de colonne droite évidée aux angles, lesquels sont ainsi arrondis. (1924)

Lire


Rue Charles-Bertheau plusieurs immeubles menacent maintenant de s'effondrer

Dimanche, dans la nuit, un craquement sinistre a éveillé les locataires d'un des vieux immeubles de cette rue. une maison d'un étage, portant le numéro 10. D'un coup la maison s'était lézardée du haut en bas. menaçant de s'effondrer. (1929)

Lire


54 habitants de la rue Charles Bertheau sont sans logis

Le quartier de la Gare est en émoi. A la suite de perturbation du sol, peut-être aussi de fissures de conduites d'eau et d'infiltrations, la plupart des immeubles de la rue Charles-Bertheau, dont certains sont neufs, menacent ruine (1937)

Lire


Les sinistrés de la rue Charles-Bertheau attendent en vain un logement et des secours

Les 84 sinistrés de la rue Charles-Bertheau ont manifesté pour obtenir de la ville de Paris des logements ou un secours suffisant. (1937)

Lire


Les Bijoutiers

Savez-vous ce que c'est qu'un Bijoutier ?...
C'est un de ces industriels qui achètent aux laveurs de vaisselle des restaurants les débris de viande cuite jugés indignes d'être offerts à la clientèle, et qui vendent ces débris, connus sous le nom d'arlequins, aux pauvres gens des quartiers populeux.
Or, depuis quelque temps, les étalages des bijoutiers du marché des Gobelins étaient mieux fournis que d'habitude... (1872)

Lire


La Fête Nationale du 30 juin 1878 dans le 13e arrondissement

Il faudrait tout notre journal pour être complet sur le treizième arrondissement. (1878)

Lire


Le bal des Quart'z'Arts

C'est derrière la mairie du treizième arrondissement, dans le vieux marché des Gobelins, que la jeunesse des Beaux-arts avait organisé hier soir le bal annuel des Quat'z'Arts. (1914)

Lire


Des ossements humains découverts par des terrassiers

Une rumeur étonnante et capable d’alimenter toutes les conversations circulait, hier après-midi vers 5 heures, dans le quartier de la Maison-Blanche. Des terrassiers, en creusant pour faire une cour, avaient découvert des ossements... (1923)

Lire


Expulsion de zoniers à la Porte de Gentilly

Espérons que la rudesse et la brutalité avec lesquelles la main de l'autorité militaire vient de s'abattre sur les pauvres zoniers de la porte de Gentilly, aura pour résultat de ramener cette importante question à l'ordre du jour, et de lui faire faire un pas vers une solution impatiemment attendue. (1895)

Lire


sans titre 2

© paris-treizieme.fr pour la transcription du texte