entete


UNE ÉVOCATION DU 13ÈME ARRONDISSEMENT DE 1860 AUX ANNÉES 30

sans titre 1

SAVIEZ-VOUS QUE...

En 1929, le 13e comptait 11 cinémas : Le Bobillot, le Cinéma des Bosquets, le Clisson-Palace, l'Éden des Gobelins, le Cinéma des Familles, le Jeanne d'Arc, le cinéma Moderne, le Palais des Gobelins, le Royal-Cinéma, le Sainte-Anne et le Saint-Marcel.


La galerie de la manufacture nationale des Gobelins située sur l'avenue du même nom est l'oeuvre de l'architecte Jean Camille Formigé (1845-1926).


Le Paris-Soir du 24 octobre 1932 rapportait que, rue de la Glacière, un magasin de jouets affichait sur sa porte cette pancarte : « Ici on remplace les mauvaises têtes » et commentait en écrivant : « Quel dommage que cette chirurgie miraculeuse ne puisse encore s'appliquer qu'aux belles poupées de porcelaine rose ! »

menu-nouveautés Article - inclus

Noté dans la presse...

1912

Une inondation boulevard Kellermann

Dans la soirée d'hier, vers six heures et demie, une conduite d'eau passant à la poterne des Peupliers, près du boulevard Kellermann, dans le treizième arrondissement, s'est rompue brusquement.

Lire la suite...

sans titre 1

C'est arrivé dans le 13ème

 Le crime de la rue Michel-Bizot - 1897

Le crime de la rue Michel-Bizot.

Le Matin – 10 novembre 1897

Il est certainement très malheureux que le veilleur de nuit Tisseur ait trouvé une mort affreuse sous le marteau d'un inconnu, mais, d'après les renseignements recueillis à la préfecture de police, la victime ne serait guère plus intéressante que son assassin.

Lundi soir, on avait cru être sur la piste de l'auteur du crime, un jeune homme aux mœurs inavouables, qui, à diverses reprises, avait été vu en compagnie du veilleur et qui, samedi soir, était venu le trouver et était allé boire avec lui. Ce jeune homme a été retrouvé et il a pu fournir des indications tellement précises sur l'emploi de son temps qu'il a été reconnu innocent. Mais, en même temps, il a pu donner des indications sur des individus de son espèce que fréquentait le veilleur de nuit. Celui-ci menait une vie de débauche et attirait chez lui, rue de Patay, des filles mineures et des jeunes gens.

M. Cochefert s'est rendu, hier matin, à la Morgue, et, dans les vêtements du mort, il a trouvé des papiers établissant qu'il se nommait Charles Tisseur, né à Abbeville en 1854, ancien garçon boulanger, ayant subi trois condamnations en correctionnelle et une condamnation, par la cour d'assises de la Somme, à huit ans de travaux forcés pour viol de ses deux filles. Une des malheureuses est encore vivante.

La femme de Tisseur, qui habite Amiens, demanda et obtint le divorce. Après sa condamnation, sa peine subie, Tisseur vint à Paris, ou il se fit marchand des quatre saisons. Dans le jour, il poussait sa voiturette devant lui et, le soir venu, il gardait des chantiers de démolitions ou des immeubles en construction. On présume qu'il devait posséder un millier de francs d'économies. Cet argent n'a point été retrouvé au domicile du veilleur, 111, rue de Patay.


 Jetée dans le fossé - 1897

Jetée dans le fossé

Le Figaro — 28 juin 1897

Des gardiens de la paix ont trouvé, hier matin, à quatre heures, dans le fossé des fortifications, en face de la rue du Château-des Rentiers, une femme Augustine Jourdan, âgée de trente-huit ans, demeurant avenue d'Italie. Cette femme a dit, d'abord, aux agents qu'elle avait fait une chute accidentelle puis, se ravisant, elle a déclaré qu'elle avait été précipitée dans le fossé par deux hommes et une femme parce qu'elle avait refusé de leur donner l'argent qu'elle avait sur elle.

La femme Jourdan qui se plaignait de vives douleurs internes a été conduite à l'hôpital Cochin.


Faits divers

 Les fortifications s'effondrent sur plus de cent mètres - Le Journal 28 janvier 1912

Deux Conduites d'Eau éclatent

LES FORTIFICATIONS S'EFFONDRENT
sur plus de cent mètres

Le Journal — 28 janvier 1912

La poterne des Peupliers, située à l'extrémité de la rue des Peupliers, entre les portes de Gentilly et de Bicêtre, fait partie d'un groupe d'ouvrages militaires se rattachait au système des fortifications de Paris reconstruit en 1889 pour assurer la défense de la vallée de la Bièvre. Elle est chevauchée maintenant par le boulevard Kellermann dont la chaussée et les larges trottoirs renferment quatre grosses conduites d'eau de 90 centimètres de diamètre qui alimentent les deux réservoirs assurant la distribution de l'eau à Paris. Deux de ces artères, placées en bordure des fortifications, se sont rompues, hier soir, et le torrent qui s'est formé a entraîné tout le flanc droit de l'ouvrage militaire : cent mètres environ du mur des fortifications. Les conséquences de l'accident, qui s'est déjà produit plusieurs fois mais sans avoir la même gravité, sont nombreuses Il est à craindre qu'il ne provoque, en particulier une certaine perturbation dans la distribution de l’eau de Paris.

Nous avons pu rencontrer un témoin de ce grave accident, Mme Leroy, qui tient un commerce de vins à proximité, avenue de la Poterne, extra-muros. Elle nous en a fait le récit suivant :

— Ce soir, vers cinq heures et quart, nous dit-elle, je me trouvais à quelques pas de chez moi, en compagnie de deux voisins, lorsqu'un bruit terrible attira brusquement notre attention du côté de la Poterne. Nous voulions nous avancer pour nous renseigner, mais des employés de l'octroi dont le bureau est installé sous la voûte accoururent au-devant de nous pour nous conseiller de ne pas approcher. Ils nous apprirent alors qu'une conduite venait encore de se rompre dans la chaussée du boulevard Kellermann ; c'était la quatrième fois en dix mois. Il y avait danger. L'eau jaillissait du sol avec une force extraordinaire, et ses flots descendaient les rampes du boulevard en brisant tout sur leur passage. Les agents, les pompiers prévenus, accoururent bientôt pour prendre les dispositions nécessaires et arrêter la circulation. L'eau formait maintenant un véritable lac sous la poterne. L'on avait informé également les divers services compétents ; nous pensions tous que l'affaire allait en rester là. Et, comme tous nous étions habitués à ce genre de surprises, nous n'étions pas émus outre mesure. Mais voilà qu'à six heures et demie environ un fracas épouvantable se produisit. Nous vîmes les arbres du boulevard Kellermann osciller, les moellons des fortifications sauter comme des bouchons de Champagne. Tout le flanc droit de la Poterne — cent mètres de murs — s'écroulait. Et dans l'excavation apparurent, béantes, et projetant avec une force extraordinaire d'énormes colonnes d'eau, deux des conduites du boulevard. Nous étions là une dizaine de témoins de cet événement imprévu. Et, tous alors, malgré l'émotion qui nous étreignait, poussâmes le même cri d’angoisse et de terreur. Un homme qui conduisait un cabriolet s'engageait sous la poterne au moment même où les blocs de pierre se détachaient du mur des fortifications et s'abattaient sur la route. Le malheureux allait être effroyablement broyé !...  Ce fut un soulagement général lorsque nous le vîmes se dégager vivement, sauter de son siège et échapper à l'écroulement. Le service des eaux réussissait enfin, à sept heures moins le quart, à fermer les vannes des conduites rompues.

Les dégâts causés sont considérables. Ce coin des fortifications offre maintenant un aspect lamentable. Les rampes du boulevard Kellermann sont ravinées et la chaussée disparaît sous une couche de limon qui a près de 40 centimètres hauteur. Le trottoir qui longe le côté extra-muros des fortifications a été emporté à peu près sur la même longueur que le mur. Près de deux mètres de la paroi de pierre sont lézardés; aux alentours, le sol s'est affaissé ou crevassé. On craint que tout ce bloc de terre et de moellons de deux cents mètres de longueur et de près de dix mètres de largeur ne s'effondre encore.

Avant l'éboulement, les eaux s'étaient répandues, comme nous l'avons dit, sous la poterne. Elles filtrèrent à travers le sol et engorgèrent les égouts et la Bièvre, provoquant ainsi, par infiltration, l'inondation de presque toutes les caves du voisinage.

Quand l'excavation extra muros se fut produite, les flots se déversèrent dans le fossé des fortifications, qui s'emplit sur une étendue de 150 mètres.

Le mur des fortifications qui s'est effondrée, a 10 mètres de hauteur. La base en est fermée par des fondations de 8 mètres d'épaisseur.

D'après les premières constatations faites par les ingénieurs de la Ville et du service des eaux, la cause initiale de l'accident a été la rupture d'une conduite du réservoir de Villejuif.

L'eau, en se répandant sous terre, aurait miné le mur des fortifications qui s’est alors écroulé. Ce serait, dans ce cas l'éboulement qui aurait provoqué l'éclatement de la seconde conduite.

Comme nous l'indiquions, il faut s'attendre à ce qu'une perturbation se produise dans la distribution de l'eau à Paris par suite de la mise hors service de deux artères brisées, mais l'on nous a assuré qu'elle ne toucherait que certains quartiers et qu'elle ne durerait pas plus de quarante-huit heures.

Le « rescapé » dont nous parlait Mme Leroy est un représentant de commerce. M. François Cocard, demeurant 63, rue de Montcalm. Il en a été quitte pour une forte émotion. La voiture où il se tenait, a eu les roues brisées.

Dès la première minute, la circulation avait été interdite, boulevard Kellermann, rue des Peupliers et sur un rayon de trois cents mètres. Cette mesure, prise par M. Ringel, officier de paix du treizième arrondissement, sera maintenue pendant un certain temps, en prévision de nouveaux éboulements.


A lire également

Rue des Peupliers, une trombe d'eau dévaste tout sur son passage - 1911

L'inondation du 27 janvier 1912

Une inondation boulevard Kellermann - Le Figaro - 28 janvier 1912

Un éboulement aux fortifications - Le Petit-Parisien - 28 janvier 1912

L'Accident de la Poterne des Peupliers a fait 300,000 francs de dégâts- Le Journal - 29 janvier 1912

sans titre 1

Ailleurs sur Paris-Treizieme

La villa des chiffonniers

Il faudrait battre longtemps Paris pour y trouver quelqu\'un de comparable à M. Enfert, qui vient de faire bénir, à la Maison-Blanche, une nouvelle œuvre. (1897)

Lire

Nouvelle ligne d'autobus

A dater du 28 octobre 1923, la S. T. C. R. P. mettra en service une nouvelle ligne d’autobus dénommée AI bis, « Place d’Italie-Gare Saint-Lazare » (1923)

Lire

Nécrologie : Eugène Bonneton

Une triste nouvelle nous arrive du front. Eugène Bonneton, le peintre
délicat du vieux Paris, de la Bièvre et des hivers parisiens, vient de s'éteindre dans une ambulance de l'Argonne. (1915)

Lire

L'assainissement de la cité Jeanne-d'Arc

Au cours de sa dernière session, le Conseil municipal a été unanime à approuver le projet présenté par le préfet de la Seine relatif à l'assainissement de la cité Jeanne-d'Arc. (1934)

Lire

Menu faits divers

Faits divers

Une bataille boulevard "Liabeuf" entre Agents et Apaches - 1911

À trois heures du matin, boulevard Arago — le boulevard Liabeuf, comme l'appellent maintenant, les apaches du quartier — une fusillade terrible s'est engagée entre agents et rôdeurs, sur l'emplacement même où fut exécuté le meurtrier de la rue Aubry-le-Boucher.

Lire


Une équipe de terrassiers découvre cinq squelettes à la Maison-Blanche - 1923

Mardi, vers trois heures du soir, au coin de la rue Damesme et de la rue Bourgon, le terrassier Fleurât qui, avec ses camarades, creusait la terre, pour l'aménagement d'un fournil, découvrait à moins d'un mètre du sol et quinze métrés environ de la rue, une caisse en bois tout à fait vermoulu, de 1 mètre 50 de large et 2 mètres de long.

Lire


Le crime de l'avenue d'Italie - 1899

Au numéro 23 de l'avenue d'Italie, dans une petite boutique, un vieillard de soixante-trois ans avait installé, il y a quelque temps, un atelier de réparations de bicyclettes. Une jeune fille de vingt-six ans, nommée Lucie Carronneille, qu'il faisait passer pour sa fille, demeurait avec lui.

Lire


Le drame de la rue Coypel - 1888

Un drame sanglant s'est déroulé hier, vers cinq heures, au numéro 13, de la rue Coypel. A cette adresse habite un ex-brigadier de gardiens de la paix , âgé de soixante-quatre ans, qui maria sa fille, il y a quelques années, à un marchand ambulant..

Lire


Le drame de l'avenue de Choisy - 1888

Les locataires d'un hôtel situé au n°33 de l'avenue de Choisy étaient réveillés, la nuit dernière, par les plaintes d'une femme.

Lire


Le drame de l'avenue de Choisy - 1911

Marius Lafontaine, un robuste ouvrier emballeur de trente-deux ans, et Juliette Berthier, vingt-quatre ans, teinturière, s'étaient épousés il y a six ans. Ils pensaient avoir trouvé le bonheur. Hélas ! la désillusion vint vite., Quinze jours à peine y suffirent.

Lire


Bataille rangée entre consommateurs à la porte d'un café - 1939

Éventré d'un coup de couteau, à demi assommé à coups de talon par une femme, un des combattants est enfin jeté sous les roues d'un taxi

Lire


Le soldeur Gauzy qui donna asile à Bonnot est blessé mystérieusement d'un coup de revolver - 1914


On a tenté de tuer Gauzy qui naguère abrita Bonnot fugitif et chez qui M. Jouin trouva la mort - 1914


Le meurtrier de Gauzy est connu - 1914


Le meurtrier de Gauzy est arrêté - 1914


Sous la protection de la police, des ouvriers ont entrepris la démolition de la trop fameuse cité Jeanne-d'Arc - 1935


Je disparaîtrai sans donner d'ennui à personne », avait dit le professeur - 1938


Un veuf tire sur sa maîtresse puis se suicide - 1914


Un soir à la Porte d'Italie - 1895


Drame de la jalousie - 1897


Chronique du feu - 1879


Le drame du quartier de la Gare - 1896


Le drame de la rue Dunois - 1892


Le drame de la rue Dunois - 1892 - dernières nouvelles


L'Affaire de la Place Jeanne-d’Arc - 21 mars 1897


sans titre 2

© paris-treizieme.fr pour la transcription du texte