entete


UNE ÉVOCATION DU 13ÈME ARRONDISSEMENT DE 1860 AUX ANNÉES 30

sans titre 1

SAVIEZ-VOUS QUE...

A la création de l'arrondissement, la mairie était installée dans l'ancien pavillon de l'octroi à la barrière de Fontainebleau.


La Butte-aux-Cailles culmine à 60 mètres au dessus du niveau de la mer tandis que le point le plus haut du reste du quartier Maison Blanche n'est qu'à 53 mètres.


Le Paris-Soir du 24 octobre 1932 rapportait que, rue de la Glacière, un magasin de jouets affichait sur sa porte cette pancarte : « Ici on remplace les mauvaises têtes » et commentait en écrivant : « Quel dommage que cette chirurgie miraculeuse ne puisse encore s'appliquer qu'aux belles poupées de porcelaine rose ! »

menu-nouveautés sans titre 1

C'est arrivé dans le 13ème

 Discussion dangereuse - 1897

Discussion dangereuse.

Le Journal — 20 mars 1897

Réunis dans un débit de vins de l'avenue des Gobelins, une douzaine d'Italiens discutaient politique, hier soir. Calmes d'abord, les discoureurs ne tardèrent pas à s'échauffer, et bientôt plusieurs d'entre eux se levaient de table pour en venir aux mains. Une bagarre générale se produisit et, comme entre Italiens le couteau est facile, deux des combattants tombèrent presque aussitôt dangereusement blessés.

L'arrivée des agents mit fin à la rixe. Tout le monde s'enfuit, sauf Jules Rossi et Etienne Zanelli — les deux blessés — qui ont été transportés à la Pitié.


 Macabre découverte - 1893

Macabre découverte.

Le Matin - 22 mars 1893

Des enfants qui jouaient, hier, vers trois  heures, dans le fossé des fortifications, résolurent de faire une excursion dans les égouts qui traversent l'avenue de Choisy.

A peine s'y étaient-ils engagés qu'ils reculèrent frappés d'épouvante. Le cadavre d'un homme de quarante ans environ, moitié dévoré par les rats, barrait voie souterraine,

M. Siadoux, commissaire de police, informé, a commencé une enquête à l'effet d'établir si l'on se trouve en présence d'un suicide ou d'un crime.

Le cadavre de l'inconnu transporté la Morgue.


Lu dans la presse...

 La Reconstruction des Gobelins

La Reconstruction des Gobelins

Le Figaro — 9 juin 1886

Il paraît décidé qu'on conservera pieusement les ruines de la Cour des Comptes, comme souvenir de 1871 d'abord, et ensuite comme musée de la flore parisienne qui s'y épanouit à loisir. Les habitants du quartier y sont maintenant accoutumés et se désoleraient de ne plus-voir les tiges et les rameaux verts qui, de tous côtés, sortent par les fenêtres, parant de la façon la plus pittoresque les pierres noircies et les fers tordus.

Mais il est un autre monument, également ruiné par la Commune et dont la vue séduit beaucoup moins. Je veux parler de la façade que la manufacture des Gobelins avait autrefois sur l'avenue qui porte son nom, façade « provisoirement » remplacée par une construction en platras et une palissade en planches du plus déplorable aspect.

C'est surtout depuis que la place d'Italie a été nivelée et transformée en un square charmant ; depuis qu'on a démoli le déplaisant bureau d'octroi qui servait de mairie, pour élever un élégant Hôtel de Ville ; depuis que tout le quartier, si affreux et si obscur autrefois, a été percé, aéré et embelli, que la façade actuelle et « provisoire » des Gobelins paraît d'autant plus affreuse.

Longtemps on a attendu, espérant toujours une reconstruction qui serait le couronnement des embellissements de ce quartier rénové. Mais, comme Philis, à force d'espérer toujours, les habitants ont fini par désespérer, et ils viennent de passer de la période d'expectative à la période d'action.

Un comité s'est donc formé, comité composé de propriétaires et de commerçants des cinquième et treizième arrondissements, afin de provoquer un mouvement en faveur de la reconstruction si ardemment désirée. Le bureau se compose de MM. Limay, restaurateur, avenue des Gobelins, président ; Oger, négociant, vice-président ; Bouet, maître d'hôtel, secrétaire-trésorier ; Bidault et Commissaire, négociants, assesseurs.

Par les soins de ces messieurs, la question a été étudiée, et ils sont arrivés à ce résultat fantastique que « la façade peut être reconstruite sans qu'il en coûte rien ou presque rien » !...

En effet, il existe derrière la manufacture d'immenses terrains qui font partie du Domaine. Ces terrains sont depuis longtemps inoccupés, la destination pour laquelle ils avaient été conservés n'existant plus.

Sous l'Empire, des spéculateurs voyant à tirer parti de ces terrains pour y fonder des cités ouvrières, en avaient offert plus de quinze cent mille francs. On peut donc affirmer qu'aujourd'hui, avec la plus value que donnent les embellissements du quartier et celle qu'apportera encore l'assainissement de la vallée de la Bièvre, instamment réclamé par le Conseil de salubrité et le Conseil municipal, on peut affirmer, dis-je, qu'on tirerait de ces terrains de deux à trois millions.

Or, au maximum, il faudrait quatre millions pour refaire en entier la construction détruite. Comme on le voit, l'excédent de dépense ne serait pas considérable.

Le Comité se demande d'ailleurs si sur les neuf à dix millions qu'a rapportés la fameuse Loterie des Arts décoratifs, on ne pourrait pas prélever quelque obole pour ce monument qui touche suffisamment, croit-il, à l'art de la décoration - on pourrait même dire qui en forme la branche principale.

Une pétition, lancée dans les deux arrondissements, s'est rapidement couverte de signatures. Il y en a aujourd'hui plus de dix mille, ainsi qu'on l'a constaté dans la réunion tenue vendredi soir.

Le projet ne rencontre qu'une seule opposition, delà part... des ouvriers de la manufacture !... qui, logés dans les bâtiments, ont installé des jardins dans les terrains qu'on voudrait aliéner et se désespèrent à l'idée de renoncer aux magnifiques artichauts qu'on y récolte en ce moment.

Cette considération prévaudra-t-elle ? Nous espérons que non. Il est temps qu'on remédie à un état de choses qui, vu le nombre des étrangers qui viennent chaque jour visiter les Gobelins, est véritablement une honte nationale.

Georges Grison.

Sur le même sujet

Le verger des Gobelins

sans titre 1

Ailleurs sur Paris-Treizieme

Fiançailles d'Apaches - 1904

La subite passion de «Gueule d'Or» pour «La Tringle» fait une victime collatérale en la personne d'un terrassier dont l'état est presque désespéré.

Lire

Un meurtre rue Baudricourt - 1904

La rue Baudricourt a été hier soir le théâtre d'un drame passionnel. Un nommé Armand Féler, journalier, a tué de deux coups de couteau un ouvrier serrurier, Napoléon Stevenotte.

Lire

Quadruple empoisonnement - 1893

On appelle arlequins les restes des grands restaurants, lycées, etc., qui, après avoir été accommodés par certains commerçants exploitant ce commerce, sont revendus par eux, pour quelques sous, aux ouvriers nécessiteux.

Lire

Une bataille boulevard "Liabeuf" entre Agents et Apaches - 1911

À trois heures du matin, boulevard Arago — le boulevard Liabeuf, comme l'appellent maintenant, les apaches du quartier — une fusillade terrible s'est engagée entre agents et rôdeurs, sur l'emplacement même où fut exécuté le meurtrier de la rue Aubry-le-Boucher.

Lire

Menu article

Lu dans la presse...

Trop de clairons dans le quartier de la Maison-Blanche

Tandis que les chauffeurs ne pourront claironner ou trompeter par les rues de Paris, des escouades de bruiteurs autorisés continueront, embouchure aux lèvres, leur pas accéléré quotidien dans les rues du quartier de la Maison-Blanche en général, boulevard Kellermann en particulier. (1929)

Lire


La Butte aux Cailles se modernise

Dans une semaine ou deux, on inaugurera la grande piscine de la Butte aux Cailles. C'est un établissement vraiment remarquable, de briques et de mortier, aux revêtements vernissés blancs, dominé d'une immense cheminée en ciment armé, de grande allure avec sa quadrature de colonne droite évidée aux angles, lesquels sont ainsi arrondis. (1924)

Lire


Rue Charles-Bertheau plusieurs immeubles menacent maintenant de s'effondrer

Dimanche, dans la nuit, un craquement sinistre a éveillé les locataires d'un des vieux immeubles de cette rue. une maison d'un étage, portant le numéro 10. D'un coup la maison s'était lézardée du haut en bas. menaçant de s'effondrer. (1929)

Lire


54 habitants de la rue Charles Bertheau sont sans logis

Le quartier de la Gare est en émoi. A la suite de perturbation du sol, peut-être aussi de fissures de conduites d'eau et d'infiltrations, la plupart des immeubles de la rue Charles-Bertheau, dont certains sont neufs, menacent ruine (1937)

Lire


Les sinistrés de la rue Charles-Bertheau attendent en vain un logement et des secours

Les 84 sinistrés de la rue Charles-Bertheau ont manifesté pour obtenir de la ville de Paris des logements ou un secours suffisant. (1937)

Lire


Les Bijoutiers

Savez-vous ce que c'est qu'un Bijoutier ?...
C'est un de ces industriels qui achètent aux laveurs de vaisselle des restaurants les débris de viande cuite jugés indignes d'être offerts à la clientèle, et qui vendent ces débris, connus sous le nom d'arlequins, aux pauvres gens des quartiers populeux.
Or, depuis quelque temps, les étalages des bijoutiers du marché des Gobelins étaient mieux fournis que d'habitude... (1872)

Lire


La Fête Nationale du 30 juin 1878 dans le 13e arrondissement

Il faudrait tout notre journal pour être complet sur le treizième arrondissement. (1878)

Lire


Le bal des Quart'z'Arts

C'est derrière la mairie du treizième arrondissement, dans le vieux marché des Gobelins, que la jeunesse des Beaux-arts avait organisé hier soir le bal annuel des Quat'z'Arts. (1914)

Lire


Des ossements humains découverts par des terrassiers

Une rumeur étonnante et capable d’alimenter toutes les conversations circulait, hier après-midi vers 5 heures, dans le quartier de la Maison-Blanche. Des terrassiers, en creusant pour faire une cour, avaient découvert des ossements... (1923)

Lire


Expulsion de zoniers à la Porte de Gentilly

Espérons que la rudesse et la brutalité avec lesquelles la main de l'autorité militaire vient de s'abattre sur les pauvres zoniers de la porte de Gentilly, aura pour résultat de ramener cette importante question à l'ordre du jour, et de lui faire faire un pas vers une solution impatiemment attendue. (1895)

Lire


La Fondation Singer-Polignac

La fondation Singer-Polignac est une maison ouvrière. La maison a été construite en un an. Il y a trois mois, une bande de calicot tendue sur la façade annonçait que soixante-quatre logements étaient à louer dans cet immeuble. Deux cent quatre-vingt-dix-sept postulants se présentèrent. Il y a donc actuellement, au quartier de la Maison-Blanche, deux cent trente-trois ménages en quête d'un logis neuf. (1911)

Lire


Les fêtes de Jeanne d'Arc dans le 13e

Il semble que dans ce lointain faubourg parisien le peuple ait voulu fleurir avec plus de ferveur la fille du peuple, la petite bergère de Domrémy qui sauva la France. (1913)

Lire


La Butte-aux-Cailles

Situé sur les confins du XIVe et du XIIIe arrondissement, l'ancien quartier de la Glacière est, ou plutôt était, il y a peu de temps, un des côtés les plus curieux du nouveau Paris. Las deux bras de la Bièvre s'enchevêtrant, à peine ombragés par quelques maigres peupliers, dans les replis escarpés de la Butte-aux-Cailles. (1877)

Lire


La Place Paul Verlaine

Une délibération municipale, approuvée par un arrêté préfectoral que ratifia, le 28 juillet dernier, un décret présidentiel, a donné le nom de Paul Verlaine à une place sise à Paris dans le 13e arrondissement, à l'intersection des rues Bobillot, du Moulin-des-Prés et de la Butte-aux-Cailles. (1905)

Lire


sans titre 2

© paris-treizieme.fr pour la transcription du texte