entete


UNE ÉVOCATION DU 13ÈME ARRONDISSEMENT DE 1860 AUX ANNÉES 30

sans titre 1

SAVIEZ-VOUS QUE...

A la création de l'arrondissement, la mairie était installée dans l'ancien pavillon de l'octroi à la barrière de Fontainebleau.


Le 23 juillet 1892, un ouvrier tourneur en bronze, nommé Dubru, se suicidait en se jetant dans la Bièvre, boulevard d’Italie. Son corps fut transporté à la Morgue.


Le Paris-Soir du 24 octobre 1932 rapportait que, rue de la Glacière, un magasin de jouets affichait sur sa porte cette pancarte : « Ici on remplace les mauvaises têtes » et commentait en écrivant : « Quel dommage que cette chirurgie miraculeuse ne puisse encore s'appliquer qu'aux belles poupées de porcelaine rose ! »

menu-nouveautés sans titre 1

C'est arrivé dans le 13ème

 BAGARRE A LA MAISON-BLANCHE - 1897

Bagarre à la Maison-Blanche

Le Gaulois — 23 mars 1897

Une grave bagarre s’est produite, l’avant-dernière nuit, place Jeanne-d’Arc, dans le quartier de la Maison-Blanche : un Alsacien, Louis Klamber, a été à moitié assommé par la foule.

Klamber avait, en effet, infligé dans la soirée une correction violente à un passant qu’il avait pris pour un enfant dont il avait à se plaindre. Le bruit se répandit dans le quartier que « l’Alsacien » venait de tuer un enfant.

Bientôt plus de mille personnes s’amassaient devant le logis de Klamber et une douzaine de justiciers improvisés le frappaient cruellement.

Le pauvre homme allait succomber quand la police intervint. Dix arrestations ont été opérées Klamber a été transporté à l’Hôpital de la Pitié.


 Un drame de la jalousie - 1905

Un drame de la jalousie

Le Temps — 25 juin 1904

Ce matin, à huit heures, un voiturier. Paul Perrotel, âgé de quarante-cinq ans, demeurant 26, rue Bourgon, passait rue Abel- Hovelacque, en compagnie d'une femme, la veuve Fléchel, âgée de cinquante-cinq ans, avec laquelle il entretient des relations intimes.

Leur conversation était très animée. Soudain Perrotel, qui était porteur d'une canne à épée, en tira la lame et frappa la veuve Fléchel dans le dos, la blessant grièvement. Puis il sortit de sa poche un rasoir dont il tenta de se couper la gorge.

Des passants, intervenus immédiatement, firent donner des soins aux deux blessés qui ont été ensuite transportés à l'hôpital Cochin.


Lu dans la presse...

 La Reconstruction des Gobelins

La Reconstruction des Gobelins

Le Figaro — 9 juin 1886

Il paraît décidé qu'on conservera pieusement les ruines de la Cour des Comptes, comme souvenir de 1871 d'abord, et ensuite comme musée de la flore parisienne qui s'y épanouit à loisir. Les habitants du quartier y sont maintenant accoutumés et se désoleraient de ne plus-voir les tiges et les rameaux verts qui, de tous côtés, sortent par les fenêtres, parant de la façon la plus pittoresque les pierres noircies et les fers tordus.

Mais il est un autre monument, également ruiné par la Commune et dont la vue séduit beaucoup moins. Je veux parler de la façade que la manufacture des Gobelins avait autrefois sur l'avenue qui porte son nom, façade « provisoirement » remplacée par une construction en platras et une palissade en planches du plus déplorable aspect.

C'est surtout depuis que la place d'Italie a été nivelée et transformée en un square charmant ; depuis qu'on a démoli le déplaisant bureau d'octroi qui servait de mairie, pour élever un élégant Hôtel de Ville ; depuis que tout le quartier, si affreux et si obscur autrefois, a été percé, aéré et embelli, que la façade actuelle et « provisoire » des Gobelins paraît d'autant plus affreuse.

Longtemps on a attendu, espérant toujours une reconstruction qui serait le couronnement des embellissements de ce quartier rénové. Mais, comme Philis, à force d'espérer toujours, les habitants ont fini par désespérer, et ils viennent de passer de la période d'expectative à la période d'action.

Un comité s'est donc formé, comité composé de propriétaires et de commerçants des cinquième et treizième arrondissements, afin de provoquer un mouvement en faveur de la reconstruction si ardemment désirée. Le bureau se compose de MM. Limay, restaurateur, avenue des Gobelins, président ; Oger, négociant, vice-président ; Bouet, maître d'hôtel, secrétaire-trésorier ; Bidault et Commissaire, négociants, assesseurs.

Par les soins de ces messieurs, la question a été étudiée, et ils sont arrivés à ce résultat fantastique que « la façade peut être reconstruite sans qu'il en coûte rien ou presque rien » !...

En effet, il existe derrière la manufacture d'immenses terrains qui font partie du Domaine. Ces terrains sont depuis longtemps inoccupés, la destination pour laquelle ils avaient été conservés n'existant plus.

Sous l'Empire, des spéculateurs voyant à tirer parti de ces terrains pour y fonder des cités ouvrières, en avaient offert plus de quinze cent mille francs. On peut donc affirmer qu'aujourd'hui, avec la plus value que donnent les embellissements du quartier et celle qu'apportera encore l'assainissement de la vallée de la Bièvre, instamment réclamé par le Conseil de salubrité et le Conseil municipal, on peut affirmer, dis-je, qu'on tirerait de ces terrains de deux à trois millions.

Or, au maximum, il faudrait quatre millions pour refaire en entier la construction détruite. Comme on le voit, l'excédent de dépense ne serait pas considérable.

Le Comité se demande d'ailleurs si sur les neuf à dix millions qu'a rapportés la fameuse Loterie des Arts décoratifs, on ne pourrait pas prélever quelque obole pour ce monument qui touche suffisamment, croit-il, à l'art de la décoration - on pourrait même dire qui en forme la branche principale.

Une pétition, lancée dans les deux arrondissements, s'est rapidement couverte de signatures. Il y en a aujourd'hui plus de dix mille, ainsi qu'on l'a constaté dans la réunion tenue vendredi soir.

Le projet ne rencontre qu'une seule opposition, delà part... des ouvriers de la manufacture !... qui, logés dans les bâtiments, ont installé des jardins dans les terrains qu'on voudrait aliéner et se désespèrent à l'idée de renoncer aux magnifiques artichauts qu'on y récolte en ce moment.

Cette considération prévaudra-t-elle ? Nous espérons que non. Il est temps qu'on remédie à un état de choses qui, vu le nombre des étrangers qui viennent chaque jour visiter les Gobelins, est véritablement une honte nationale.

Georges Grison.

Sur le même sujet

Le verger des Gobelins

sans titre 1

Ailleurs sur Paris-Treizieme

La lune de miel fut de courte durée - 1923

Il est de notoriété publique que la cavalerie a de tout temps semé le trouble dans le cœur des femmes. Et l'effet ne manqua pas de se produire dans celui trop sensible de Mme Émilie Raysin, jeune femme de 28 ans, demeurant avenue de Choisy, lorsqu'elle vit, caracolant à ses côtés, ce gars à belle prestance.

Lire

Un pickpocket - 1885

M. Perruche, commissaire de police des quartiers de la Salpêtrière et de Croulebarbe, avait reçu, depuis une semaine, un certain nombre de plaintes émanant de personnes dont les poches avaient été indiscrètement explorées par des pickpockets à la fête foraine de la place d'Italie.

Lire

La bagarre de la cité Jeanne-d'Arc - 1902

Nous n'avons point à faire ici la description de la cité Jeanne-d'Arc. On a dépeint à plusieurs reprises, dans ce journal, cette cour des Miracles moderne, avec ses masures sordides ses cloaques infects et sa population de miséreux, de toute sorte.

Lire

Une femme étranglée - 1898

Les locataires et le concierge d'une maison située, 12, rue Buot (treizième arrondissement) étaient réveillés, l'avant-dernière nuit, par le bruit d'une querelle violente qui s'était élevée entre deux locataires

Lire

Menu article

Lu dans la presse...

La villa des chiffonniers

Il faudrait battre longtemps Paris pour y trouver quelqu\'un de comparable à M. Enfert, qui vient de faire bénir, à la Maison-Blanche, une nouvelle œuvre. (1897)

Lire


Nouvelle ligne d'autobus

A dater du 28 octobre 1923, la S. T. C. R. P. mettra en service une nouvelle ligne d’autobus dénommée AI bis, « Place d’Italie-Gare Saint-Lazare » (1923)

Lire


Nécrologie : Eugène Bonneton

Une triste nouvelle nous arrive du front. Eugène Bonneton, le peintre
délicat du vieux Paris, de la Bièvre et des hivers parisiens, vient de s'éteindre dans une ambulance de l'Argonne. (1915)

Lire


L'assainissement de la cité Jeanne-d'Arc

Au cours de sa dernière session, le Conseil municipal a été unanime à approuver le projet présenté par le préfet de la Seine relatif à l'assainissement de la cité Jeanne-d'Arc. (1934)

Lire


Un éboulement aux fortifications

Hier soir, il cinq heures, au moment où les élèves d'une école enfantine passaient boulevard Kellermann, à la hauteur de la rue des Peupliers, un formidable grondement souterrain se fit tout à coup entendre. En même temps, le talus des fortifications se soulevait sous l'irrésistible poussée d'une énorme gerbe d'eau. (1912)

Lire


Rue des Peupliers, une trombe d'eau dévaste tout sur son passage

Les habitants de la rue des Peupliers, dans le 13e arrondissement, étaient mis en émoi, hier matin à sept heures, par une violente détonation immédiatement suivie de longs et redoutables grondements. C'était une des nombreuses conduites d'eau placées dans la chaussée du boulevard Kellermann qui venait de se rompre brusquement ! (1911)

Lire


Fabrique d’asticots

S'il vous plait tomber sur une « trichinerie », allez au treizième arrondissement, prenez l'avenue des Gobelins et suivez la rue Croulebarbe. SI l'odeur ne vous arrête pas on route, poussez jusqu'au n°63, une maison « mangée aux vers » qui n'a pas besoin d'autre enseigne.
Tout le quartier est en émoi. La rue Croulebarbe est devenue la rue Croule-Peste ! (1883)

Lire


Le monument d'Ernest Rousselle

L'inauguration du monument élevé à la mémoire de M. Ernest Rousselle, qui fut président du Conseil municipal de Paris et du Conseil général de la Seine, a eu lieu hier dans le jardin du dispensaire de la Maison-Blanche. (1901)

Lire


Décentralisation artistique

Peu de lecteurs du Journal soupçonnaient qu’une exposition rassemblât, à la mairie du treizième, des œuvres exquises de fraîche beauté. Qu'ils fassent voyage. Ils connaîtront un vieux quartier de Paris dont il est aisé d'apprendre le charme. (1912)

Lire


M. Félix Faure à l’École Estienne

Les « écoles laïques » ont fait une armée de ratés, qui fatalement deviendra une armée de révolutionnaires. Les écoles professionnelles forment des ouvriers distingués, des artistes spéciaux qui sont placés avant d'avoir terminé leur apprentissage et qu'attend un avenir non moins heureux que paisible.
C'est donc avec joie que nous avons vu hier le chef de l'État honorer de sa présence l'inauguration de l'école Estienne. (1896)

Lire


Inauguration d'habitations à bon marché dans le XIIIè arrondissement

L'Office public des habitations de la Ville de Paris a entrepris, il y a quelques années, la construction de plusieurs groupes d'habitations à bon marché dans divers quartiers populeux de la capitale.
L'un de ces groupés, sis dans le XIIIè arrondissement et dont la construction a été commencée en 1930, vient d'être terminé. (1933)

Lire


M. Albert Lebrun inaugure le monument élevé « à la gloire des mères françaises »

Cet après-midi, à 15 heures, a eu lieu, boulevard Kellermann, près de la porte d'Italie, l'inauguration du monument érigé à la gloire des mères françaises. La cérémonie s'est déroulée en présence du président de la République et de Mme Albert Lebrun, et de hautes personnalités. (1938)

Lire


La statue du docteur Pinel

On va prochainement ériger sur la place de la Salpêtrière la statue en bronze du docteur Pinel. (1883)

Lire


Inauguration de l'hôpital école de la Croix-Rouge

La Société de la Croix-Rouge française a inauguré, hier après-midi, l'hôpital-école qu'elle a fait édifier, rue des Peupliers, dans le treizième arrondissement. (1908)

Lire


sans titre 2

© paris-treizieme.fr pour la transcription du texte