entete


UNE ÉVOCATION DU 13ÈME ARRONDISSEMENT DE 1860 AUX ANNÉES 30

sans titre 1

SAVIEZ-VOUS QUE...

L'Eglise Saint-Marcel de la Salpétrière fut construite en 1856 par l'architecte Blot aux frais de l'abbé Morisot qui, en septembre 1865, la céda à la ville de Paris moyennant 275.285 francs.


Compte tenu d'une croissance importante du nombre des décès accidentels dans Paris depuis la fin des années 1870, des postes de secours furent installés dans plusieurs arrondissements dont l'un se situait sur le Quai d'Austerlitz à l'embouchure du canal de la Bièvre. Ces pavillons étaient munis de couvertures, matelas, boites de secours et matériel approprié au sauvetage des noyés.


Le Paris-Soir du 24 octobre 1932 rapportait que, rue de la Glacière, un magasin de jouets affichait sur sa porte cette pancarte : « Ici on remplace les mauvaises têtes » et commentait en écrivant : « Quel dommage que cette chirurgie miraculeuse ne puisse encore s'appliquer qu'aux belles poupées de porcelaine rose ! »

menu-nouveautés Article - inclus

Noté dans la presse...

L'élargissement de la rue Mouffetard et l'aménagement de la place d'Italie

L'administration vient de faire déposer à la mairie du 13e arrondissement le plan parcellaire des propriétés dont la cession est nécessaire en tout ou en partie pour exécuter l'élargissement de la rue Mouffetard et la transformation d ela place d'Italie.

Lire la suite...

sans titre 1

C'est arrivé dans le 13ème

 Excédé de l'inconduite de sa femme un gazier la blesse d'un coup de revolver - 1929

Excédé de l'inconduite de sa femme un gazier la blesse d'un coup de revolver

Le Petit-Parisien  ― 10 janvier 1929

Au cour» d'une querelle de ménage, survenue, hier soir, vers 21 heures, au sixième étage, 137, boulevard de l'Hôpital, Henri Noirot, vingt-huit ans, gazier, a tiré deux coups de revolver sur sa femme, Alice, vingt-neuf ans. Celle-ci  a été atteinte d'une balle dans le dos.

Prévenus par des voisins, des gardiens de la paix ont transporté la blessée à la Pitié où son état n'a pas été jugé grave. Arrêté, le mari meurtrier a déclaré que depuis trois années, ses trois enfants et lui menaient une existence lamentable, sa femme se livrant à la boisson et à la débauche.

Hier soir, comme d'habitude, Noirot, en rentrant de son travail, n'avait pas trouvé le diner  prêt ; ses enfants n'étaient pas encore débarbouillés. Il adressa  à sa femme des reproches, auxquels elle répondit par des injures et des menaces. D'où le drame. Les témoignages des voisins sont favorables au gazier.


 Le crime de la rue Michel-Bizot - 1897

Le crime de la rue Michel-Bizot.

Le Matin – 10 novembre 1897

Il est certainement très malheureux que le veilleur de nuit Tisseur ait trouvé une mort affreuse sous le marteau d'un inconnu, mais, d'après les renseignements recueillis à la préfecture de police, la victime ne serait guère plus intéressante que son assassin.

Lundi soir, on avait cru être sur la piste de l'auteur du crime, un jeune homme aux mœurs inavouables, qui, à diverses reprises, avait été vu en compagnie du veilleur et qui, samedi soir, était venu le trouver et était allé boire avec lui. Ce jeune homme a été retrouvé et il a pu fournir des indications tellement précises sur l'emploi de son temps qu'il a été reconnu innocent. Mais, en même temps, il a pu donner des indications sur des individus de son espèce que fréquentait le veilleur de nuit. Celui-ci menait une vie de débauche et attirait chez lui, rue de Patay, des filles mineures et des jeunes gens.

M. Cochefert s'est rendu, hier matin, à la Morgue, et, dans les vêtements du mort, il a trouvé des papiers établissant qu'il se nommait Charles Tisseur, né à Abbeville en 1854, ancien garçon boulanger, ayant subi trois condamnations en correctionnelle et une condamnation, par la cour d'assises de la Somme, à huit ans de travaux forcés pour viol de ses deux filles. Une des malheureuses est encore vivante.

La femme de Tisseur, qui habite Amiens, demanda et obtint le divorce. Après sa condamnation, sa peine subie, Tisseur vint à Paris, ou il se fit marchand des quatre saisons. Dans le jour, il poussait sa voiturette devant lui et, le soir venu, il gardait des chantiers de démolitions ou des immeubles en construction. On présume qu'il devait posséder un millier de francs d'économies. Cet argent n'a point été retrouvé au domicile du veilleur, 111, rue de Patay.


Faits divers

 On repêche de la Seine, le cadavre d'un enfant - 1911

L'AFFAIRE DU QUAI D'AUSTERLITZ

On repêche de la Seine, le cadavre d'un enfant

Tout semble indiquer que c'est celui du petit Lepape, disparu, avec sa mère, depuis le mardi gras. — Celle-ci, neurasthénique, avait annoncé, ce jour-là, qu'elle allait se jeter à l'eau.

Le Petit Parisien — 26 mai 1911

M. Jean Fatigué, un gars de vingt-quatre ans, lavait à grande eau, hier matin, le pont de la Louise, une longue péniche noire qui, depuis quelques jours, est amarrée au quai d'Austerlitz, non loin du pont de Bercy. Machinalement, ses yeux s'étant portés sur le milieu du fleuve, il aperçut une masse informe, quelque chose comme un gros paquet, qui descendait rapidement le fil de l'eau.

Prendre une gaffe, sauter dans un bachot fut pour lui l'affaire d'un instant. Alors, il reconnut un cadavre et le harponna. Quand il fut tout près, il saisit une petite main qui s'offrait, et tira. Horreur La main se détacha du bras et resta dans la sienne. Il la lâcha. Quand il voulut la rattraper, il était trop tard. Le courant l'avait emportée.

Décomposé!

Le corps fut déposé sur la berge. Des maçons qui travaillent en ce moment à la réfection du quai, prêtèrent des sacs de plâtre pour le recouvrir et un agent courut, passage Ricaut, prévenir M. Lompré, commissaire du quartier.

Le noyé était un garçonnet d'une dizaine d'années environ à en juger par l'état de décomposition dans lequel il se trouvait, il avait dû séjourner dans l'eau assez longtemps.,

De la tête, seuls les cheveux noirs restaient intacts. Le reste était méconnaissable.

De la tête, seuls les cheveux noirs restaient intacts. Le reste était méconnaissable et ne présentait plus qu'une boule de chair verdâtre où la bouche, le nez, les yeux, se confondraient dans une bouffissure difforme. Un limon fangeux et épais faisait un masque à ce visage défiguré que coiffait, enfoncé jusqu'à la nuque, un béret de grosse laine bleue.

En plus du cache-nez noir qui protégeait son cou et couvrait en partie ses épaules, l'enfant portait sur sa chemise de grosse toile un maillot de laine grise paraissant avoir été tricoté à la main, et deux blousettes de velours à côtes, l'une rouge grenat, l'autre très usagée et de couleur indéfinissable. Une culotte en cheviote noire, des bas de même nuance et des souliers à lacets complétaient son costume. Ces effets ne portaient aucune marque apparente, ne contenaient aucun papier permettant d'identifier ce petit malheureux.

M. Lompré constata que le petit cadavre ne portait aucune trace de violence. Après l'avoir envoyé à la Morgue, il commença son enquête.

La disparition de Romuald Lepape

Ses premières recherches lui firent retrouver une déclaration de disparition, enregistrée le 1er mars dernier, et émanant de M. Lepape, ouvrier cordonnier, habitant, 28, rue du Moulin-de-la-Pointe.

La veille, entre huit et dix heures du soir, la femme de ce malheureux, Mme Alicia-Marie Lepape avait quitté le domicile conjugal, emmenant avec elle son fils Romuald, un joli bambin de six ans. En partant, elle avait annoncé à des voisins son projet d'aller se jeter à l'eau, mais ceux-ci avaient cru qu'elle plaisantait.

Rien, cependant, n'était plus vrai, puisque, un mois plus tard, on avait repêché son cadavre au quai d'Auteuil. Mais il avait été impossible de retrouver la trace de son petit. Sans aucun doute, elle s'était suicidée avec lui. Or, le signalement de celui-ci correspondait, point pour point, avec celui de l'enfant repêché au pont de Bercy, M. Lompré envoya un de ses inspecteurs au domicile de M. Lepape. L'ouvrier était absent. Ce ne fut que dans la soirée qu'il se présenta au commissariat. Il était trop tard pour qu'il se rendit à la morgue afin d'être mis en présence du noyé.

Mais, dès qu'il eut pris connaissance des renseignements que lui communiqua le magistrat, M. Lepape n'eut aucun doute.

— Mon fils était vêtu -de même, dit-il.

C'est assurément lui qu'a trouvé M. Jean Fatigué.

La douleur d'un père

Non loin de la porte de Bicêtre s'étend la rue du Moulin-de-la-Pointe, bordée de maisonnettes entourées de jardinets. C'est dans l'une d'elles que nous avons rencontré le père du petit Romuald. M. Lepape y occupe depuis cinq ans un petit logement en rez-de-chaussée. C'est- un excellent ouvrier. Il travaille chez le même patron, dans le quartier Croulebarbe, depuis onze ans.

Originaire de Nantes, il épousa, à Gentilly, en une de ses compatriotes, Alicia--Marie Le Pollen, née à Rennes en 1883. Le petit Romuald naquit de leur union, le 20 avril 1906.

"Nous étions parfaitement heureux, nous dit M. Lepape j'adorais ma femme et mon petit, et je gagnais largement notre vie."

— Nous étions parfaitement heureux, nous dit M. Lepape j'adorais ma femme et mon petit, et je gagnais largement notre vie, lorsque, au commencement de cette année, à la suite d'une courte maladie, ma jeune compagne devint neurasthénique.

Je l'obligeai à cesser de travailler de son état de fleuriste, le médecin ayant prescrit d'éviter tout surmenage, et je fis admettre notre petit garçon à l'école maternelle de la rue de Tolbiac.

L'enfant devenait de plus en plus fort, de plus en plus amusant, au contact des gamins de son âge son intelligence s'éveillait ; c'était un délicieux bambin.

Quant à ma femme, son mal allait s'aggravant; son pauvre cerveau était hanté d'idées fixes, Je fis tout pour la distraire un peu. Ce fut en pure perte. Le 28 février, c'était le jour du mardi gras, nous dînâmes gaiement Alicia avait préparé des beignets, elle semblait aller mieux.

Après le repas, comme je me disposais à sortir pour me rendre chez un de mes clients, elle me sembla contrariée. Tu, nous quittes, me dit-elle. Eh ! bien je vais faire un tour, moi aussi, et j'emmène le petit…

— Oh oui, maman, s'écria le gamin, c'est cela : sortons, allons voir les déguisés.

Sans inquiétude je partis. A onze heures, lorsque je rentrai, je ne trouvai ni ma femme, ni mon enfant.

Je passai la nuit à les attendre. Le lendemain, je me rendis chez ma belle-sœur, puis chez tous nos amis : personne n'avait vu ni ma femme ni mon fils. C'est alors que je fis ma déclaration de disparition. Vous savez le reste.

Une déclaration de M. Fatigué

Monsieur Jean Fatigué

Nous avons vu, d'autre part, M. Jean Fatigué qui effectua le repêchage.

— En approchant du cadavre, nous a-t-il dit, j'ai remarqué que le buste et les jambes seulement flottaient à la surface de l'eau. La tête était enfoncée et paraissait maintenue en arrière par un poids lourd.

Au moment où j'ai soulevé le corps pour l'étendre dans mon bachot, j'ai cru distinguer comme un cercle de fer ou un laiton de cuivre qui se détachait du cou.

— Je n'ai eu qu'une vision très rapide de ce singulier collier, car il a coulé aussitôt, entraîné par un objet noirâtre, quelque chose comme un paquet qui y était attaché et que je n'ai fait qu'entrevoir.

M. Fatigué n'a pas été très affirmatif. Il n'a eu qu'une impression. Le médecin nous dira, avant peu, si elle a été bonne ou mauvaise.


 

A lire également : la version du Figaro de ce même fait-divers :

Noyé par sa mère

Le Figaro 26 mai 1911

Le marinier Jean Fatigué, de la péniche Louise, a retiré de la Seine, au quai d'Austerlitz, hier matin, à dix heures, le cadavre d'un garçonnet de cinq à six ans qui avait séjourné plusieurs jours dans l'eau. Il avait la tête complètement enveloppée dans un fichu de laine- noire, attaché derrière le cou.

Une enquête, immédiatement ouverte, a permis de découvrir quel était cet enfant.

En février dernier, une dame Lepape, âgée de vingt-huit ans, fleuriste, disparaissait avec son fils, le jeune Romuald. On crut à une fugue. Mais un mois après le corps de la jeune femme était repêché près d'Auteuil. Le costume que portait l'enfant lors du départ de la mère étant le même que celui du petit repêché hier, il parait certain que ce cadavre est celui du jeune Romuald Lepape, que sa mère a noyé en même temps qu'elle.

sans titre 1

Ailleurs sur Paris-Treizieme

Inauguration de l'hôpital école de la Croix-Rouge

La Société de la Croix-Rouge française a inauguré, hier après-midi, l'hôpital-école qu'elle a fait édifier, rue des Peupliers, dans le treizième arrondissement. (1908)

Lire

M. Steeg, maire de Berlin, à l'école de la rue Küss

Le Docteur Steeg, maire de Berlin, ou plus exactement, président de l'administration municipale de la capitale du Reich est, depuis quelques jours, on le sait, l'hôte de Paris. (1941)

Lire

M. Félix Faure dans le 13è

Le pont de Tolbiac est dans le treizième arrondissement, c'est-à-dire dans une région de Paris où jamais, en aucun temps, chef d'État n'a mis le pied. (1895)

Lire

Ouverture d'une nouvelle voie dans le 13e arrondissement.

On va prochainement soumettre aux formalités d'enquête le projet d'ouverture de la rue du Transit, partie comprise entre la rue de la Glacière et la rue du Château-des-Rentiers. Cette portion du 13e arrondissement est généralement peu connue ces Parisiens du boulevard. C'est une région arrosée par la nauséabonde rivière de Bièvre, dont un des bras prend le nom de rivière morte. (1867)

Lire

Menu faits divers

Faits divers

Le drame de la rue Jenner n°27 - 1893

Au n°27 de la rue Jenner habitent Mme veuve Guilbert et sa fille Julia, âgée de vingt-deux ans. Un cocher, Baptiste Morand, était le commensal ordinaire de !a maison.

Lire


Le drame de la rue Jenner n°6 - 1893

Des cris déchirants, partant d'un logement du deuxième étage, mettaient eu émoi, hier, vers deux heures de, l'après-midi, les locataires de la maison portant le numéro 6 de la rue Jenner.

Lire


Le drame de la rue des Tanneries - 1932

Cet après-midi, à 13 h. 30, dans un petit logement, 4, rue des Tanneries, s'est déroulé un rapide drame de l'amour.

Lire


Le drame des Gobelins - 1904

Il y a trois ans, les époux Vey louaient un appartement d'un loyer annuel de 185 francs, au rez-de-chaussée d'un immeuble sis 28, rue des Cordelières, dans le quartier des Gobelins.

Lire


Le crime de la rue de Tolbiac - 1902

Hier soir, vers huit heures et demie, un drame de la jalousie s'est déroulé dans le treizième arrondissement.

Lire


Fiançailles d'Apaches - 1904

La subite passion de «Gueule d'Or» pour «La Tringle» fait une victime collatérale en la personne d'un terrassier dont l'état est presque désespéré.

Lire


Un meurtre rue Baudricourt - 1904

La rue Baudricourt a été hier soir le théâtre d'un drame passionnel. Un nommé Armand Féler, journalier, a tué de deux coups de couteau un ouvrier serrurier, Napoléon Stevenotte.

Lire


Quadruple empoisonnement - 1893


Une bataille boulevard "Liabeuf" entre Agents et Apaches - 1911


Une équipe de terrassiers découvre cinq squelettes à la Maison-Blanche - 1923


Le crime de l'avenue d'Italie - 1899


Le drame de la rue Coypel - 1888


Le drame de l'avenue de Choisy - 1888


Le drame de l'avenue de Choisy - 1911


Bataille rangée entre consommateurs à la porte d'un café - 1939


Le soldeur Gauzy qui donna asile à Bonnot est blessé mystérieusement d'un coup de revolver - 1914


On a tenté de tuer Gauzy qui naguère abrita Bonnot fugitif et chez qui M. Jouin trouva la mort - 1914


Le meurtrier de Gauzy est connu - 1914


Le meurtrier de Gauzy est arrêté - 1914


Sous la protection de la police, des ouvriers ont entrepris la démolition de la trop fameuse cité Jeanne-d'Arc - 1935


Je disparaîtrai sans donner d'ennui à personne », avait dit le professeur - 1938


sans titre 2

© paris-treizieme.fr pour la transcription du texte