entete


UNE ÉVOCATION DU 13ÈME ARRONDISSEMENT DE 1860 AUX ANNÉES 30

sans titre 1

SAVIEZ-VOUS QUE...

En 1897, il y avait un magasin de porcelaine au 196 de l'avenue de Choisy dans laquelle le cheval du fiacre n°7119 entra le 26 mars…


Gustave Geffroy, administrateur de la manufacture nationale des Gobelins, était aussi l'un des dix membres fondateurs de l'Académie Goncourt.


Le Paris-Soir du 24 octobre 1932 rapportait que, rue de la Glacière, un magasin de jouets affichait sur sa porte cette pancarte : « Ici on remplace les mauvaises têtes » et commentait en écrivant : « Quel dommage que cette chirurgie miraculeuse ne puisse encore s'appliquer qu'aux belles poupées de porcelaine rose ! »

menu-nouveautés Article - inclus

Noté dans la presse...

1897

Assainissement de la Bièvre

Le préfet de la Seine a déclaré d'utilité publique l'assainissement de la vallée de la Bièvre aux abords de la rue du Moulin-des-Prés.

Lire la suite...

sans titre 1

C'est arrivé dans le 13ème

 De singuliers visiteurs - 1923

De singuliers visiteurs

Paris-Soir — 9 octobre 1923

Vers minuit, Raoul Rouché, 67 ans, 39, rue du Château-des-Rentiers, dormait dans sa chambre lorsque deux inconnus firent irruption dans la pièce. L'un d'eux s'écria : « Dis-moi où est Marguerite, ma femme ? Il M. Rouché leur répondit qu'il l'ignorait. Après le départ des deux hommes, il se rendit au commissariat de son quartier où il porta plainte.


 Accident mortel d’un cambrioleur - 1898

Accident mortel d’un cambrioleur

Le Gaulois — 4 mars 1898

Hier, dans l'après-midi, un sieur Moniat entrait, avenue de Choisy, dans une boutique d'épicerie et profitant de l'absence du patron tentait de s'emparer du tiroir-caisse.

Surpris par le propriétaire, il réussissait à monter par l'escalier au premier étage de la maison et de là sur les toits. Mais en voulant sauter d'une maison à l'autre il tomba dans la rue de la hauteur d'un cinquième étage et se brisa les deux jambes. Moniat a été transporté à l'hôpital Cochin. Son état est désespéré.


Faits divers

 Le crime de la Buttes-aux-Cailles - 1930

Le crime de la Buttes-aux-Cailles

On ignore toujours pour quelles raisons fut tué le mystérieux Ismaïl Ali Kalfié

Paris-Soir — 6 mars 1930

Les inspecteurs de la brigade spéciale poursuivent avec activité, mais sans résultats réellement intéressants, leur enquête sur l'assassinat dont fut, lundi, la victime le mystérieux Yougoslave Joseph Werner.

Il semble cependant qu'un résultat soit à peu près acquis: l'identité du mort.

Joseph Werner doit se nommer, en réalité Ismaïl Ali Kalfié, et non Ali Halfie, comme on l'avait cru tout d'abord. Ce nom figure en effet sur une carte de circulation des chemins de fer yougoslaves et il est authentifié par la photographie du titulaire et le timbre sec de de la compagnie. Cependant on en est encore réduit à cette présomption, aucun renseignement n'ayant pu être recueilli sur le client de l'hôtel du « Papillon d'Or ». Les enquêteurs espèrent toujours que le jeune homme balafré qui amena Ali Kalfié rue des Cinq-Diamants, finira par se présenter à la police judiciaire ou au commissariat de la Maison-Blanche et qu'il pourra donner des précisions à la fois sur son compagnon et sur les motifs du crime, sinon sur les assassins.

S'agit-il réellement d'un crime politique ? Le fait qu'on a trouvé dans la chambre d’Ali Kalfié un journal de Belgrade, la Politika, relatant un complot terroriste dont le but avait été de faire sauter le train transportant une délégation de la ville de Zagreb, semble faire croire que le cordonnier-étudiant appartenait au parti terroriste croate. Mais rien n'est, jusqu'ici, venu élaver cette hypothèse.

Cette nouvelle affaire est-elle donc destinée à demeurer, elle aussi, mystérieuse? Les recherches n'en continuent pas moins dans certains milieux yougoslaves de Paris où Ismaïl Ali Kalfié était susceptible de fréquenter.

Werner travaillait sous un faux nom chez un fabricant de chaussures

De nombreux Yougoslaves ont été entendus ce matin quai des Orfèvres. Trois d'entre eux ont fait des déclarations importantes. Ils ont en effet déjeuné, la veille du crime, soit dimanche, avec le pseudo-Werner dans un restaurant de la rue de Grenelle. Grâce aux indications qu'ils ont pu donner sur les occupations et sur les relations ordinaires de la victime, les enquêteurs pensent pouvoir pousser leurs recherches d'une façon encore plus active qu'ils ne l'avaient fait jusqu'à présent.

D'autre pari, on a appris qu'Ismaïl avait travaillé chez un cordonnier du 13e arrondissement, spécialisé dans la fabrication des chaussures tressées, 10, rue Frémicourt.

Il s'y était également présenté sous le faux nom de Shumovach. Quelle impérieuse raison avait donc le Yougoslave pour dissimuler son identité même dans la maison où il travaillait ?


A lire également

L'article du 4 mars 1930

L'article du 5 mars 1930

sans titre 1

Ailleurs sur Paris-Treizieme

La question de la zone parisienne

Ce n'est jamais sans un sentiment de gêne, pour ne pas dire de honte, qu'en arrivait aux portes de la grande, cité parisienne, on franchit cet espace de 250 mètres de largeur qui longe encore en une ceinture presque continue les fortifications et qu'on appelle la Zone. (1932)

Lire

Les jardins des Gobelins menacés ?

Les jardins des Gobelins forment dans un quartier populeux une oasis de fraîcheur et de verdure. Ils couvrent près de trois hectares et constituaient naguère une île entre deux bras de la Bièvre. (1933)

Lire

Un syndicat des « rouspéteurs » vient de se créer à Paris

Nous sommes déjà près d'un millier dans le treizième arrondissement, déclare son fondateur, M. Chartrain de la rue Vaqndrezanne. (1927)

Lire

L'ancienne nécropole Saint-Marcel

Une large tranchée est actuellement creusée, pour l'établissement d'une conduite cimentée, sur le trottoir, à l'extrémité du boulevard St-Marcel, près de l'avenue des Gobelins. (1913)

Lire

Menu faits divers

Faits divers

On arrête une bande de voleurs - 1911

M. Jouin, sous-chef de la Sûreté, était avisé, il y a une quinzaine de jours, par des commerçants du quartier des Gobelins, qu'un ouvrier, occupé dans une usine voisine, vendait à vil prix des liqueurs et notamment de l'absinthe.

Lire


Encore un crime dans le 13ème - 1896

M. Combes, ancien conseiller municipal, dirige une institution de jeunes gens, rue Croulebarbe.

Lire


Mystérieuse affaire - 1887

Lire


La veillée tragique - 1915

Les gardiens de la paix Savineau et Grassi étaient de service hier matin vers cinq heures, rue de Tolbiac, lorsqu'ils virent apparaître, échevelé et les yeux hagards, l'ouvrier cordonnier Hippolyte Delmas

Lire


Le mystère de l'avenue d'Italie - 1899

Un crime dont les mobiles restent encore mystérieux a été commis hier soir, à six heures et demie, au numéro 23 de l'avenue d'Italie, dans une petite boutique habitée par un brocanteur, âgé de soixante-trois ans, nommé Estault.

Lire


Cette jeune femme s'est-elle donné la mort ? - 1925

Les époux Sallandre, demeurant 36, rue des Moulinets, quartier de la Maison-Blanche, ne s'entendaient guère.

Lire


Agression contre un encaisseur - 1912

Un jeune homme de dix-huit ans, M. Louis Hédoux, encaisseur, demeurant rue de la Colonie, passait avant-hier soir avenue d'Italie...

Lire


Sur les bords de la Bièvre - 1874


L'amoureux a la « guigne » - 1911


Les «Étrangleurs de Croulebarbe» - 1902


Thomas père perd patience - 1913


Une arrestation mouvementée - 1911


Une rafle fructueuse - 1895


Les étrangleurs des Gobelins - 1894


Singuliers dévaliseurs d'Église - 1895


Les étrangleurs des Gobelins - Trois arrestations - 25 & 26 janvier 1895


Les étrangleurs des Gobelins - Le Matin - 29 décembre 1894


Boulevard Kellermann - un livreur est tué et dévalisé par deux rôdeurs - 1934


Mutilé par son amie - 1914


Un Agent parachute - 1894


Inondation boulevard Kellermann - 1901


sans titre 2

© paris-treizieme.fr pour la transcription du texte