Menu haut
sans titre 1
Flash janvier

 8 novembre

Présidence de la République

II semble que le Président de la République ait renoncé totalement à l'idée de séjourner pendant les vacances au palais de Fontainebleau que M. Carnot avait choisi comme résidence d'été.
Le service des bâtiments civils vient, en effet, de faire installer au château de Rambouillet, pour le service de M. Félix Faure, un appareil à douches, qui provient du palais de Fontainebleau, où il avait été disposé lorsqu'à l'origine de la présidence de M. Carnot, Fontainebleau fut affecté à la villégiature du chef de l'Etat. Les travaux de démontage et de réinstallation de cet appareil se sont élevés à 2,800 francs. L'élévation relative de cette dépense indique que celle-ci n'est pas provisoire et que le choix de Rambouillet par le président actuel a un caractère définitif.
Ce qui achève de le prouver, c'est que la direction des bâtiments civils vient de faire exécuter au palais de Rambouillet pour 18,000 francs de travaux de réparations, tant dans les appartements que dans les parties réservées aux cuisines et autres services.


DANS LE HAUT-NIL

LONDRES, 8 novembre. On mande de Abou-Hamed : Quatre steamers ont reconnu les rives du Nil jusqu'à la sixième cataracte, c'est-à-dire jusqu'à un point situé à quarante milles au-delà de Metemneh et soixante-dix milles de Khartoum.


Besançon, 8 novembre. Aujourd'hui, à cinq heures du soir, un inconnu, pénétrant dans la sacristie de la cathédrale, a tiré un coup de revolver sur le sacristain, M. Mossemann, appartenant à la congrégation des frères de Marie.
La balle a atteint M. Mossemann sous la tempe gauche et brisé l'os maxillaire. L'assassin est sorti tranquillement par la porte latérale et a disparu. Ses traces sont perdues.


RENCONTRE ENTRE OFFICIERS

Une altercation des plus vives s'est produite, hier, avant dîner, au Cercle de l'escrime, entre deux officiers. Une rencontre dura lieu aujourd'hui même.
Parmi les. témoins choisis. figure M. Breittmayer, l'amateur bien connu.
La querelle aurait eu, dit-on, l'affaire Dreyfus pour point de départ.


UNE CONFÉRENCE DE M, J. ROCHE

Saint-Etienne, 7 novembre. M. Jules Roche, ancien ministre, a fait, ce matin, une conférence à laquelle assistaient quinze cents personnes. L'orateur a traité de la réforme parlementaire et du gouvernement républicain. Il a insisté sur la nécessité de la stabilité "ministérielle, le rôle des Chambres étant de contrôler et d'exprimer, au nom du pays, la direction à donner à la politique générale et non de gouverner, car gouverner n'est pas le rôle des Assemblées nombreuses.

Les deux plus grands établissements du monde le GRAND HÔTEL DE Paris et l'HÔTEL CECIL DE LONDRES, viennent de faire éditer un Album qui est une véritable petite merveille de goût et d'élégance où jamais l'art si délicat de l'affiche, qui nous a valu la production du Chéret, du Villette, n'a reçu une plus heureuse application. Cette jolie petite plaquette, qui comprend plus de cent illustrations charmantes, mérite de prendre place dans les collections de tous les gens de goût.

Le 17 décembre 1897, Le Figaro s’ouvrait sur cet article : « Une douloureuse nouvelle nous arrive, rendue plus douloureuse encore par son imprévu, sa foudroyante spontanéité Alphonse Daudet est mort! »

sans titre 1

Les femmes aux colonies

C'est une idée généreuse qui réunissait les participants et les amis de l'Union coloniale française à la conférence faite hier soir dans la salle de la Société de géographie par M. Chailley- Bert, sous la présidence de notre éminent collaborateur, M. le comte d'Haussonville, de l'Académie française.

Lire la suite ...

Question vitale

Le rapport officiel sur les résultats du dernier recensement de la population en France provoquerait bien des réflexions. Nous ne voulons faire ressortir qu'un point, mais un point capital, par où s'explique peut-être la faible natalité dont notre race fait preuve.

Lire la suite ...

Les Causes de l’Anthropophagie

Les savants ont longuement recherché en ces dernières années quelles étaient les causes et les origines de l'anthropophagie, dont les horribles coutumes subsistent encore puisque, il y a deux ou trois ans, un de nos compatriotes était dévoré par les indigènes de la côte de Guinée.

Lire la suite ...

Un drame de la jalousie

Léon Moynet, âgé de quarante ans, journalier, et Eugénie Jannin, femme Bossin, d'un an plus jeune, vivaient ensemble depuis plusieurs mois. Ils occupaient, 4, impasse de l'Astrolabe, une chambre au quatrième étage. Le faux ménage avait vécu très uni jusqu'à ces jours derniers ; mais Moynet, ayant cru s'apercevoir qu'un de ses voisins se montrait plus empressé qu'il ne fallait auprès de sa maîtresse

Lire la suite ...

Un fou criminel

Un attentat criminel a été commis hier, en plein jour, rue La Feuillade, près de la place des Victoires. Un jeune homme, le comte Guy de Malmignati, docteur en droit, qui se trouvait à Paris depuis une quinzaine de jours seulement, s'arrêtait là pour lire une des nombreuses affiches qui tapissent la muraille, quand, tout à coup, un individu armé d'un rasoir s'est approché de lui.

Lire la suite ...

menu-bas