Menu haut
Nouvelles diverses
 Comme pour justifier les précautions

A travers Paris

Comme pour justifier les précautions que la Préfecture de police impose aux baraques foraines, un incendie s'est déclaré avant-hier soir, vers onze heures, à la fête des Invalides.

Un manège de « gondoles russes » était en train de marcher, quand tout à coup le feu a pris dans la toiture. On juge de l'épouvante des personnes présentes qui, tout entières encore au souvenir de l'incendie de la rue Jean-Goujon, se sont enfuies précipitamment. Les issues étant libres de tous les côtés, il n'y a heureusement eu aucun accident. Les employés du manège ont pu éteindre l'incendie au moyen d'extincteurs à acide carbonique dont ils étaient pourvus et la bâcha seule a brûlé.

Le feu paraît avoir été mis à cette bâche par des étincelles parties de la machine à vapeur qui actionne le mouvement des gondoles.


Un individu pénétrait hier, au moment de la messe, dans la chapelle des Sœurs de Marie Auxiliatrice, 25, rue de Maubeuge, et allait s'agenouiller à côté d'une des religieuses. II paraissait absorbé par la prière quand, tout à coup, il se leva brusquement et se mit à se déshabiller.

Les Sœurs, épouvantées, s'enfuirent de la chapelle. L'une d'elles, la Sœur Marie Claver, sortit du couvent et alla requérir un gardien de la paix. L'homme .fût arrêté, au moment où il était en train de faire tranquillement ses ablutions dans le bénitier.

Cet homme, qui est évidemment un monomane, a déclaré se nommer Jean Borgarino.»

C'est un Italien, marié et père de famille. II voulait, a-t-il dit, se purifier de ses péchés.

M. Bénézech, commissaire de police l’a envoyé au Dépôt.

Le Figaro - 1er juin 1897
Séparation Le drame de l'avenue de la République -- Le Matin 15 juin

Le drame de l'avenue de la République.

Un drame de la jalousie s'est déroulé, hier, vers quatre heures dix de l'aprèsmidi, sur l'avenue de la République, en face le n° 1, à la station des tramways électriques de Romainviile. Un sieur Jean Vibert, âgé de quarante-sept ans, ouvrier plombier, demeurant 77, rue Julien-Lacroix, a tiré quatre coups de revolver sur un conducteur de tramways, Jules Herschenez, âgé de vingt-neuf ans, demeurant 37, rue Carnot, à Romainville.

Vibert, qui est marié à une femme de dix ans plus jeune que lui, avait souvent remarqué que Herschenez avait pour elle des attentions un peu trop particulières. Il lui en avait fait l'observation mais le conducteur de tramways avait répondu qu'il connaissait Mme Vibert depuis longtemps et que, s'il lui parlait parfois, c'était simplement en ami.

Le plombier prévint alors le conducteur que, s'il ne cessait pas de courtiser sa femme il lui ferait un mauvais parti. Une lettre anonyme ne tarda pas à réveiller la jalousie de Vibert, qui décida de mettre sa menace à exécution.

Il se rendait, hier, vers quatre heures, avenue de la République et faisait les cent pas devant la station. Quand la voiture que conduisait Herschenez arriva, il s'avança vers le véhicule, tira un revolver de sa poche et, profitant d'un moment où le conducteur était occupé à faire virer sa voiture sur la plaque tournante, il flt feu quatre fois de suite sur le malheureux. Vibert, désarmé, fut aussitôt conduit chez M. Daltroff, commissaire de, police, auquel il déclara ne regretter nullement son crime. Quant à la victime, elle a été transportée à l'hôpital Saint-Louis. Son état est grave.

Le Matin — 15 juin 1897
Séparation L'accident des Champs-Élysées.

L'accident des Champs-Élysées.

Encore un accident, qui a failli être mortel, causé par le fameux tramway des Champs-Élysées.

Vers midi, un tandem, monté par deux jeunes gens, descendait l'avenue à une allure un peu vive, lorsque le tramway de Montrouge déboucha de l'avenue de l'Alma.

Pour éviter le véhicule municipal, les tandémistes firent un crochet à gauche, mais ils se jetèrent dans une voiture qui remontait l'avenue.

Tous deux furent précipités sur le sol tandis que le cheval effrayé, se cambrait et leur labourait le visage avec ses sabots puis l’animal finit par s'abattre sur eux, les écrasant littéralement de tout son poids. On parvint à dégager les infortunés jeunes gens, MM. Émile B. et Georges B. et des agents les conduisirent dans une pharmacie de l'avenue d'Antin, où des-soins leur furent prodigués.

Les infortunés tandémistes étaient couverts de sang ; l'un d'eux avait le maxillaire inférieur brisé, et l'autre se plaignait de douleurs internes. Ils ont été reconduits en voilure à leur domicile»

Le Matin — 16 juin 1897
Séparation La désespérance d'un poète.

La désespérance d'un poète.

Le boulevard des Capucines retentissait, dans la nuit d'hier, des vifs éclats de voix d'un jeune homme paraissant âgé d'une vingtaine d'années. Traversant la chaussée, changeant constamment de trottoir, ses paroles incohérentes eurent vite fait d'attirer l'attention de deux gardiens de la paix de service à cet endroit. S'étant approchés, ils crurent tout d'abord avoir affaire à un joyeux noctambule, quand, tout à coup, celui-ci,- fondant en larmes, poussa ces exclamations:

— Non, c'est trop souffrir ! La désespérance s'est emparée de moi. Je suis irrémédiablement perdu !

Puis, brusquement, passant à un autre ordre d'idées, il se mit à chanter le Biniou, s’accompagnant sur une guitare imaginaire

 

Les douleurs sont des folles,

Et qui les écoute est encore plus fou…

 

Un des agents s'approcha alors :

— Venez, dit-il au pauvre fou nous allons vous mener au temple de l'or. Là, vous trouverez des richesses innombrables et le secret du vrai bonheur.

— Puissiez-vous dire la vérité ! fit le jeune homme, qui n'hésita pas à suivre ses nouvelles connaissances.

Arrivé au poste de police de la rue de Provence, il se jeta à genoux pour réciter une prière avec ferveur, puis il se mit à pleurer à nouveau, cependant qu'on l'interrogeait sur son domicile et son identité.

Ne pouvant obtenir de lui que des sons inarticulés, M. Guénin, commissaire de police, prit le parti-de le fouiller. On trouva sur lui une enveloppe au nom de Jules Morand, demeurant 4, rue de Belleville. Une mélodie signée de lui et ayant pour titre Regrets et Souffrances, était transcrite sur un petit calepin. Nous en ferons grâce à nos lecteurs.

M. Guénin a fait conduire Jules Morand à l'infirmerie spéciale du Dépôt afin qu'il y soit examiné.

Le Matin - 25 septembre 1897
SéparationLes variations tout à fait extraordinaires de la température actuelle réveillent bien des indispositions que l'on croyait finies avec l'été. De même qu'en août, on boit n'importe quoi, et l'on paye cher cette insouciance. Il serait si simple de ne jamais oublier la reine des eaux de table, la délicieuse eau de Saint-Galmier, dont la réputation demi-centenaire survit à toutes les concurrences, grâce à ses vertus reconnues. Séparation Drame de la jalousie

Drame de la jalousie.

Nous en demandons bien pardon à nos lecteurs, mais il s'appelait Cochon, Alfred Cochon, par un o et habitait au n° 14 de la rue Poliveau.

Le susdit Alfred Cochon manifestait de très tendres sentiments pour une jeune femme du nom de Céline Verrier qui ne répondait à sa flamme persistante que par des feux intermittents. Quand Céline n'était pas dans-les bras d’Alfred ; elle se trouvait dans ceux d'autres adorateurs, car il fallait toujours qu'elle fût dans les bras de quelqu'un.

Cependant, dimanche soir, Céline. Verrier avait consenti à suivre Alfred Cochon ; elle le suivit même si loin que, vers minuit, tous deux entraient l'hôtel meublé situé au n° 30 de la rue Laferrière. On présenta aux nouveaux locataires le bulletin traditionnel, qu'Alfred remplit incontinent.

« M. et Mme Cochon » écrivit-il. La patronne eut un léger sourire, et donna aux jeunes gens une chambre confortable située au troisième étage.

Une heure de silence.

Brusquement trois détonations d’arme à feu mettaient sens dessus, dessous tout le personnel et tous les locataires de l'hôtel. On grimpa au troisième étage, où les coups de revolver s'étaient, fait entendre ; l’on perçut des râles travers la porte de la Chambre où Alfred Cochon avait abrité ses amours et l'on pensa qu'un drame sanglant venait de s'accomplir là.

L'hôtelier enfonça la porte d'un coup d'épaule, et il se trouva bientôt face à face avec le farouche Cochon, qui tenait à la main un revolver encore fumant. A ses pieds, Céline Verrier gémissait. La pauvre fille avait reçu un projectile dans l'œil gauche, une seconde balle lui avait traversé le bras.

Dans le brouhaha provoqué par l'évènement, le meurtrier avait trouvé moyen de se glisser dans l'escalier et de gagner la rue.

Après avoir reçu des soins dans une pharmacie de la rue Notre-Dame-de-Lorette, Céline Verrier fut envoyée à l'hôpital Lariboisière, où il fut constaté que l'œil gauche était crevé.

M. Cornette, commissaire de police du quartier Saint-Georges, a interrogé très sommairement la victime de ce drame.

L'infortunée jeune fille a déclaré, qu'Alfred Cochon avait tiré sur elle à la suite d'une scène de jalousie.

Le signalement du meurtrier a été transmis au service de sûreté. Il paraît que les mœurs particulières que professe cet individu justifient triplement le nom qu'il porte.

Le Matin – 28 septembre 1897
Séparation Un concierge maître chanteur

Un concierge maître chanteur.

Une curieuse histoire de chantage nous arrive de Levallois-Perret.

M. X. est plombier dans, cette, localité sa femme tient, rue Marjolin, un petit magasin de fruiterie. Elle est aidée dans son commerce par M. René L. son beau-frère.

Le 15 du présent mois, M, L. congédiait la bonne de la maison, une gamine de seize ans à peine, Marguerite B…, laquelle apportait dans son service une rare négligence. Des idées de vengeance germèrent dans l'esprit de. la petite domestique, qui s'en fut trouver rue Julie ; à Plaisance, un rusé concierge, le père Sacharis, homme d'affaires et agent de recouvrements à ses heures.

— Pendant que j'étais à son service, M. L. a abusé de moi par la violence, dit Marguerite B. au tricoche tire-cordon. S'il ne me donne pas de l'argent, je vais déposer une plainte contre lui.

— Parfaitement, mon enfant, répondit le concierge. Je me charge de la défense de vos intérêts. Si votre ancien maître ne « casque » pas, il ira à Mazas, c'est moi qui vous le dis.

Et Sacharis fit le voyage de Levallois-Pérret.

— Vous avez commis- une faute grave, dit-il à M. L. L'heure est venue de la réparer. Sinon…

Le beau-frère du fruitier ne comprit tout d'abord rien à ce préambule il fallut que le concierge-homme d’affaires lui réclamât forme une somme de six cents francs comme prix de l'outrage brutal fait à la petite bonne pour que ses yeux se dessillassent.

— Revenez demain, dit-il Sacharis.

Et Sacharis revenait le lendemain, à l'heure convenue. Mais, sur ces entrefaites, M.L. avait informé M. Boutineau, commissaire de police, de la tentative de chantage dont il était l'objet, et, sur son conseil, il avait caché deux agents dans le magasin.

Le concierge avait à peine achevé cette phrase « Six cents francs ou la cour d'assises... » que les agents le happaient et l'entraînaient au commissariat de Levallois-Perret.

L'infortuné Sacharis médite en ce moment, dans une cellule du Dépôt, sur les dangers qu'il peut y avoir, même pour un concierge à vouloir faire chanter des gens qui ne sont point musiciens.

Le Matin – 28 septembre 1897
Séparation Un grand entrepreneur de travaux

Un grand entrepreneur de travaux publics du quinzième arrondissement était victime, depuis plusieurs mois, de vols dont se rendaient coupables quelques-uns de ses charretiers qui, détournant des marchandises qu'ils étaient chargés de transporter, les revendaient à des tâcherons Un employé de l'entrepreneur, nommé Firmin Perrot, s'en étant aperçu, signala le fait à son patron. Celui-ci ne voulut pas porte plainte; il se contenta de prendre des mesures pour empêcher désormais lés détournements signalés.
Mais les charretiers apprirent que Perrot les avait dénoncés et ils jurèrent de se venger. Trop lâches pour le faire eux-mêmes, ils confièrent le soin de leur vengeance à des charretiers travaillant chez d'autres entrepreneurs. Ceux-ci, non moins lâches, se mirent à. cinq pour tomber sur le malheureux employé, au moment où il passait rue Péclet, une rue presque toujours déserte. Le pauvre garçon fut mis en piteux état par ces misérables qui s'enfuirent comme une volée d'urubus quand arrivèrent les agents, attirés par les appels de la victime. C'est dans un état très grave que le blessé a été transporté chez lui, rue de Vaugirard.
La police est à la recherche des cinq agresseurs, qui ne tarderont pas à être arrêtés.

Le Figaro - 3 août 1897

Séparation Les mauvais héritages.

Causerie du foyer - Vin Désiles


Les mauvais héritages.

On appelle ainsi les maladies constitutionnelles, celles dont nous apportons en naissance le germe héréditaire et qui, par Ia mauvaise hygiène ou les à-coups accidentels, s’accentuent et s’aggravent. Pour lutter contre la diathèse, un médicament est évidemment illusoire : ce qu’il faut, c’est un ensemble de médications longuement continué : à maladie chronique sied un traitement également chronique.
Il faut surtout refaire le sang et le système nerveux (cellule nerveuse et globule rouge). On s’adresse, pour cela, aux modificateurs métalliques, comme le fer, le phosphore et l’iode.
Il faut refaire du muscle : on y arrive par le quinquina, par le tanin, par la kola et la coca ; ces puissants incitateurs de l’énergie, appréciés de longue date par les nègres d’Afrique et par les anciens Incas.
Le Vin Désiles a l’avantage très apprécié de réunir, sous un petit volume et sous une forme agréable, toutes les médications précédentes. Aussi, son usage empêche très efficacement les complications des diathèses
Ainsi le Vin Désiles réussit très bien à calmer les manifestations nerveuses des rhumatisants et des goutteux héréditaires. En opérant, la restauration nutritive chez les diathésiques, la médication toni- stimulante qu’il représente facilite la rééquillibration du système nerveux détraqué et inharmonique et évite les récidives morbides de l’avenir.

Dr ALEVEQUE.

Séparation Terrible accident

Terrible accident.

Un malheureux accident, qui a causé la mort de deux personnes, est survenu, hier soir, à sept heures et demie, rue de l'Université.

M. Charlet, qui gère un établissement de vin au numéro 127 de cette rue, faisait brûler de la paille dans les water-closets afin, disait-il, de détruire les miasmes. A quelques mètres de là, le concierge de l'immeuble, M. Lédard, âgé de quarante et un ans, et sa fille Marcelle, âgée de cinq ans, suivaient l'opération ; ils s'étaient placés sur la trappe même qui recouvre la fosse d'aisances.

La paille flambait joyeusement et des flammèches voltigeaient dans tous les sens, quand soudain une violente explosion se produisit. La trappe de la fosse fut violemment soulevée et M. Lédard, ainsi que sa fille, tombèrent dans le trou béant et nauséabond.

Le bruit de la détonation fut entendu de très loin ; des voisins, puis des passants accoururent.

Le gardien de la paix Baurie, du septième arrondissement, qui habite l'immeuble et qui était en train de s'habiller pour aller prendre son service, se rendit en toute hâte dans la cour et se dirigea vers la fosse où déjà des voisins avaient descendu des échelles. Le gardien Baurie se hasarda dans le trou, saisit le corps de Lédard et le remonta-à l'air libre.

Hélas ! l'infortuné concierge avait été asphyxié par les gaz délétères. Son cadavre fut transporté dans la loge. Le gardien de la paix Baurie. s'évanouit à son tour. On le conduisit aussitôt dans une pharmacie, où des soins énergiques lui furent donnés, puis on le remonta chez lui.

Bientôt arrivaient rue de l'Université MM. Danjou, commissaire de police ; Kuntzler, officier de paix, et les pompiers du poste dela rue des Entrepreneurs. On dut faire évacuer l'immeuble par les curieux qui avaient envahi la cour et le couloir et qui gênaient les opérations de sauvetage.

A huit heures seulement, un sapeur descendait dans la fosse, d'où les gaz morbidiques s'étaient évaporés, et pouvait sans danger remonter le cadavre de l'infortunée petite Marcelle.

Les corps du père, et de l'enfant portent de légères blessures. La trappe de la fosse a été brisée par la violence de l'explosion.

L'émotion soulevée dans le quartier par l'accident a été d'autant plus vive qu'au début, on a cru, naturellement, à un attentat anarchiste.

L'enquête à laquelle procèdera M. Danjou, permettra de fixer les responsabilités.

Le Matin — 31 août 1897
Séparation La chassse aux morts

La chassse aux morts

Un incident plutôt macabre s'est passé, 34, boulevard de Clichy.

Une dame R… occupe, à cette adresse, un appartement au quatrième étage. Alitée depuis prés de deux mois, elle reçoit les soins du docteur X... qui venait, deux fois par jour, lui faire des injections d'un sérum quelconque. Mais ce médecin, ayant une clientèle importante à visiter, avait prié M. Tissot, pharmacien, habitant la maison, de le suppléer, partiellement du moins, dans les soins à donner à la malade.

Ces jours derniers, un individu tout de noir vêtu, comme il convient aux employés des entreprises funéraires, se présentait chez le concierge de l'immeuble, priant qu'on lui indiquât l'étage où venait de décéder Mme R…

— Mais, répondit le concierge tout interloqué, cette dame n'est pas morte ! Elle est, au contraire, en voie de guérison.

— Vous ne savez ce que vous dites, mon brave homme. Indiquez-moi l'étage, c'est tout ce que je vous demande.

— Au quatrième, puisque vous y tenez. L'homme gravit les escaliers quatre à. quatre. Le hasard voulut que ce fût M. Tissot qui le reçût.

— C'est bien ici, questionna le funèbre visiteur, qu'il y a une morte ?

— Qu'est-ce que c'est que cette mauvaise plaisanterie ? fit M. Tissot en empêchant d'entrer le visiteur

— Il n'y a pas de mauvaise plaisanterie, reprit celui-ci, et je sais ce que je dis !

Et alors il expliqua qu'appartenant à une agence de transports funèbres il avait été informé, à la mairie de Montmartre, du décès de Mme R... Il venait, en conséquence, faire ses offres de service à la famille ou, à son défaut, aux amis de la défunte.

Indigné, à bon droit, de l'extrême légèreté des employés de l'état civil et de l'incorrecte insistance du macabre courtier, M. Tissot l'engagea, en termes nets, à décamper. L'homme, un nommé P. S..., furieux de voir lui échapper l'aubaine qu'il s'était promise, se montra d'une telle inconvenance que M. Tissot se vit dans l'obligation de le faire conduire par un gardien de la paix chez M. Dupuis, commissaire de police. Là, tout s'expliqua, et l'agent funèbre fut invité à plus de circonspection à l'avenir.

Mais, hélas! L’algarade avait été malheureusement entendue de Mme R... La pauvre femme, vivement impressionnée par cette scène qui n'avait rien de folâtre, s'était évanouie et c'est à grand’ peine qu'on put lui faire reprendre connaissance.

Le Figaro – 19 août 1897
Séparation Chien noir

Au Chien Noir, le poète Émile Goudeau dit ses merveilleuses romances sans musique, M. Paul Delmet, chante ses nouvelles compositions « Les lèvres » et « Chanson à boire », M. Bonnaud , les Engelures de l'Hippopotame, M. Hyspa le Toast du Président…
Les auteurs Lemercier, Botrel, Fabri, Monis, et les excellents artistes Harmand, Mlles Balfa, Déchamp, Nadine Delpierre, etc., complètent un ensemble parfait.

Fig. 8/01/97


Pastilles Poncelet
menu-bas