Menu haut

Dans les journaux

Le Gaulois


 La tour

La tour.

Il résulte d'une communication faite, l'autre jour, à l'Académie des sciences, par le colonel Bassot, que la tour Eiffel fléchit.

La dilatation est seule coupable, ainsi que nous l'a expliqué hier M. le colonel Bassot lui-même. Par suite de la dilatation des différentes pièces de cette énorme masse métallique, nous a dit l'aimable savant, la tour subit, du lever du soleil à la nuit, un mouvement de torsion qui se traduit par une courbe de dix centimètres. » Ce mouvement se répète, en sens inverse, pendant la nuit, c'est-à-dire quand la température se refroidit. De telle sorte que le paratonnerre, qui est le sommet idéal de la tour, est continuellement en mouvement.

» J'ai pu établir ce résultat après de longues et patientes observations, qui étaient rigoureusement contrôlées. » °

II parait que ce léger mouvement perpétuel n'empêche pas la tour Eiffel d'être aussi stable ï que jamais. Après tout, c'est sa respiration à elle !

Le Gaulois — 6 décembre 1897
 LA MURAILLE DE CHINE -- 12 février

LA MURAILLE DE CHINE

On s'occupe beaucoup en ce moment au Palais-Bourbon de la condition des étrangers résidant en France. Déjà on les a astreints à des déclarations de séjour que l'on n'exigeait pas autrefois. Un projet ministériel tend à sanctionner cette obligation par des pénalités assez sévères. Mais certains députés vont plus loin ils demandent, les uns, que l'on n'admette les immigrants, temporaires ou non, aux frontières que sur la production de pièces établissant leur moralité; les autres, qu'on les frappe d'une taxe fiscale.

Nous trouvons que nos législateurs s'engagent par là dans la voie de l'arbitraire et d'u particularisme imprévoyant. Que l'on arme nos fonctionnaires et nos officiers de police de tous les pouvoirs nécessaires pour exercer une surveillance efficace sur le mouvement des voyageurs à l'entrée de la France, et même sur la masse des artisans ou des ouvriers qui viennent chez nous chercher du travail ou tenter la fortune, rien de mieux. Mais isoler la France du reste du monde par une restriction du droit que les honnêtes gens et même les autres ont d'y pénétrer, ne trouvez-vous point cela excessif ?

Si les étrangers commettent des délits sur notre territoire, nous avons, Dieu merci, assez de magistrats et dé gendarmes pour les réprimer et lès punir; mais entourer notre pays d'une barrière morale qui en prohiberait l'accès, c'est contraire à nos traditions, à notre génie de nation franche et ouverte c'est imiter la Chine, à laquelle, sans le savoir, nous nous efforçons de ressembler de plus en plus. La fameuse muraille, moins efficace et résistante d'ailleurs qu'un règlement administratif, n'a pas sauvé la Chine des invasions ni des révolutions intérieures, mais elle a contribué à la figer dans cette immobilité stupide dont elle se meurt.

Avec des mandarins et nous en avons de toutes les couleurs sous le nom de fonctionnaires avec l'abus des examens et le culte des diplômes qui fleurissent aussi chez nous, un peuple a tout ce qu'il faut pour périr par l'inaction. La construction de la muraille prohibitive complèterait le système. Défions-nous-en restons un peuple accessible, sociable, ouvert aux échanges et aux relations d'affaires qui amènent les échanges et les renouvèlements d'idées, et, au lieu de nous enfermer dans une cellule ou dans une cave, ouvrons les portes et les fenêtres toutes grandes pour laisser entrer l'air, la lumière et la liberté.

Le Figaro - 12/02/1897
Séparation Abbé Brisset - 1897

A Travers Paris

M. l'abbé Brisset, curé de Saint-Augustin, dont nous avons annoncé la grave maladie, a reçu hier 15 décembre 1897, à trois heures, les derniers sacrements des mains de M. Captier, supérieur général de Saint-Sulpice, assisté de M. l'abbé Picard, premier vicaire, en présence de tout le clergé de la paroisse et de plusieurs amis, parmi lesquels M. Chesnelong.
L'abbé Brisset n'a pas été, comme on l'a dit, victime d'un accident de voiture. Il souffre depuis, trois semaines d'une maladie d'estomac qui l'obligeait il y a dix jours à s'aliter et qui a nécessité une opération extrêmement délicate.
Le cardinal Richard s'est rendu avant- hier au presbytère de l'avenue Portalis et s'est longuement entretenu avec M. Brisset, 'qui avait encore, hier soir, toute sa connaissance, mais dont l'état laisse peu d'espoir.

Le Figaro

Séparation LE MANUEL DU PARFAIT CYCLISTE

Bicyclisme


Le manuel du parfait cycliste

Voici que la vélocipédie entre à fond de train dans la littérature française. J’ai sur ma table un petit volume, sans nom d’auteur, et qui célèbre, en un style soigné, les grâces de la bicyclette. Il renferme des pensées, des maximes, des méditations, des considérations générales sur le caoutchouc plein comparé au caoutchouc pneumatique, et aussi des renseignements pratiques et des conseils d’hygiène.

Je cueille au hasard:

« Le bicycliste est comme le chameau. Il doit traverser au besoin le désert sans boire. »

« Que la nature est belle quand on la contemple du haut d’une bicyclette. »

« Si Buffon eût connu la bicyclette, il eût dit d’elle ce qu’il a dit du cheval. Et remarquez que le mot bicyclette, bien mieux que le mot cheval, rime avec conquête. »

J’en passe et des meilleurs....

Du train dont nous allons, l’Académie ne saurait tarder à mettre au concours, pour le prix de poésie : l’éloge du vélocipède. Et qui sait !... Peut- être recevrait-elle des pièces très éloquentes.

En attendant que la poésie daigne s’occuper de la bicyclette, la science s’en préoccupe.

Je feuilletais hier une revue spéciale, consacrée à l’examen des inventions nouvelles. J’étais frappé de l’envahissement croissant du cyclisme. A chaque page, quelque «perfectionnement» me sautait aux yeux.

Ce n’étaient que selles à huit ressorts, lanternes-phares, pneumatiques increvables, chaînes de sûreté, coupes et profils ressemblant à des figures de géométrie. Plus loin s’étalaient d’étranges machines : machines à courir, se manœuvrant à l’aide des pieds et des mains, vélocipède aquatique, fonctionnant sur routes et sur rivières, tricycle à deux places, démontable, se transformant en bicycle ou en voiture légère et se pliant instantanément à tous les caprices du promeneur.

Il est visible que le goût du cyclisme est en ce moment à son apogée. Le vélocipède a vaincu le ridicule qui s’attache toujours, en ce pays, aux modes récentes. Rappelez-vous ce qui s’est passé pour la photographie. Pendant des années, un homme du monde n’aurait pas osé se promener dans les rues avec un appareil photographique. Il était même d’usage, dans la conversation courante et dans les petits journaux, de railler les opérateurs que l’on représentait ornés de longues barbes incultes et de chevelures ébouriffées , semblables à ce légendaire Pierre Petit dont l’énorme tète décorait le kiosques du boulevard.

Un beau jour, quelques jeunes gens de bonne famille s’avisèrent de braquer un objectif sur les baigneuses des plages normandes. On trouva leur idée ingénieuse, ils eurent des imitateurs. Aujourd’hui les citoyens les plus sérieux ne rougissent pas de prendre des instantanés et de tirer des épreuves.

Adolphe Brisson
Séparation FLEURS ET FRUITS - PINK

FLEURS ET FRUITS

Conversation avec la femme d'un jardinier

D’un de nos correspondants

Un jardin a toujours eu pour moi un charme inexprimable, aussi est-ce avec un plaisir inouï que, sur l'invitation de l'excellent directeur du journal qui récompense toujours mes fleurs de rhétorique, je me suis rendu chez Mme FiIIon, dont le mari est jardinier à Laroche-Migenne (Yonne).
Le jardinier, habitué à vivre au milieu des séductions florales, est presque toujours aimable. Qu'est-il, en effet, de plus adorable que de créer, c'est presque le mot, des variétés de fleurs chaque année ?
C'est ce qui explique que je fus si bien reçu par Mme Fillon. J'avais à l'interroger au sujet des bons résultats par elle obtenus dans l'essai qu'elle avait fait d'un traitement qui lui avait été conseillé. Depuis trois ans, Mme Fillon, une ménagère modèle, avait été atteinte de douleurs rhumatismales articulaires qui avaient presque entièrement interrompu ses travaux domestiques.
Ses jambes, ses genoux, ses chevilles avaient enflé dans des proportions telles qu'elle ne pouvait plus marcher. Les souffrances continuelles qui la torturaient lui avaient enlevé le sommeil et l'appétit. Elle désespérait d'elle, quand elle lut dans un journal (ce doit être celui qui reproduit cet article) que les Pilules Pink pour personnes pâles du docteur Williams avaient, dans des cas semblables~ donné des résultats surprenants.
Elle prit des Pilules Pink, et le fruit de son traitement fut une guérison radicale de ses rhumatismes articulaires. Bien plus, des varices qui l'affligeaient depuis longtemps diminuèrent dans une proportion étonnante. Elle n'en est plus incommodée aujourd'hui.
Ceux qui feront usage des Pilules Pink en obtiendront les meilleurs résultats. Elles sont efficaces pour l'anémie, la paralysie, ataxie locomotrice, rhumatisme, sciatique, névralgie, danse de Saint-Guy, maux de tête, névroses, scrofules, etc.; elles sont un régénérateur du sang et un tonique des nerfs. Elles redonnent de belles couleurs aux teints pâles, agissent dans toutes les phases d'affaiblissement chez la femme et produisent sur les hommes une action efficace contre toutes les maladies causées par le surmenage physique et mental et par les excès. En vente chez tous les pharmaciens, mais on peut se les procurer au dépôt principal, Gablin et Ce, pharmacien de première classe, 3, cité Trévise, Paris, à 3 fr. 50 la boîte ou 17 fr. 50 par six boites, franco, contre mandat-poste.

Séparation Sur une voiturette

Sur une voiturette, une simple, une légère voiturette, MM. Paul et Georges ont entrepris d’accomplir le tour du monde en, automobile, tentative téméraire qui paraissait irréalisable de par les difficultés hivernales.
Or, partis de New-York, les aventureux chauffeurs viennent de terminer le traversée du continent américain ; eux et leur voiturette Werner ont, en effet, atteint Seattle où ils vont s’embarquer à destination de Yokohama et Vladivostok.
Ils ont ainsi réalisé un invraisemblable exploit grâce à la vaillance, à la robustesse, à la régularité du moteur de Dion-Bouton que la voiturette qu’il, actionnait portait dans ses flancs.
Leçon : si vous voulez une voiturette au moteur vaillant choisissez-en une munie d’un de Dion-Bouton.

Le Figaro - 24 avril 1908

Séparation

Liebig

Séparation

czar

Séparation

malles

Séparation

vin aroud

Séparation La bienfaisante eau de Saint-Galmier - Fig. 14/01/97

Les rhumes très fréquents en cette saison ont une fâcheuse répercussion sur l'estomac, en raison même de la médication que l'on est obligé de suivre pour se guérir. Afin de sauvegarder les voies digestives, il faut prudemment consommer aux repas la bienfaisante eau de Saint-Galmier, qui depuis un demi-siècle répand ses bienfaits sur tous ses fidèles, dans l'Europe entière, tributaire de ses sources célèbres.

Séparation

Cycles Forward

Séparation

Moustaches Rateau

Séparation

Graphophone

Séparation

Liebig

Séparation

Liebig

Séparation

Cycles Forward

Séparation

Cycles Forward

Séparation

Cycles Forward

Séparation Toutes les ménagères économes de

Toutes les ménagères économes devraient blanchir elles-mêmes leur linge; elles réaliseraient ainsi une économie sérieuse.
La machine à laver automatique, La Précieuse, dont la réputation est universelle, est simple et légère, elle est la plus économique, car on peut laver et éclaircir, en deux heures, avec une livre de savon, une balle de linge contenant 20 chemises, 60 serviettes, ou 100 paires de chaussettes, ce qui prendrait toute journée et coûterait cinq fois autant de toute autre manière.
Elle va sur tous les feux et n’a pas besoin de fourneau spécial.
Envoi franco. dans toute la France, contre mandat de 35 fr., à M. H. Dorville, 5, rue de Provence, Paris.

Séparation

Cycles Forward

Séparation

Hammam

Séparation Les vieilles fausses dents sont en vérité encombrantes

Les vieilles fausses dents sont en vérité encombrantes, car elles ne peuvent servir ni à leur ancien propriétaire, ni à personne autre. On ne peut pas les donner et on hésite à les jeter, vu qu'elles vous ont coûté fort cher. A cette difficulté, une maison anglaise a trouvé une solution. Vous n'avez qu'à expédier par la poste ces intimes mises à l'écart à MM. R. D. et J. B. Fraser, 5, rue Jehan-Véron, à Dieppe, ils vous remettront soit un chèque du montant le plus élevé que l'on pourra donner, ou l'estimation, et si le prix offert ne vous convient pas, les objets vous seront retournés. Pourquoi conserver de telles choses quand vous pouvez en faire de l'argent si facilement ?



menu-bas