Menu haut

 Pour sauver une jeune fille - Fer Bravais

Pour sauver
une jeune fille

Nous avons, il y a près d'un mois, publié un avis concernant une jeune tille anémique au dernier degré, en priant ceux de nos lecteurs ayant connu des cas analogues de faire savoir quel remède avait le mieux réussi et d'adresser leurs réponses au Courrier français. Or, sur les quatre mille réponses environ reçues par notre confrère, près de la moitié témoignaient en faveur des vertus énergiques et reconstituantes du Véritable Fer Bravais. Quant aux autres lettres, elles donnaient l’énumération de quatre cent remèdes divers Nous apprenons que cette jeune fille, mise il a quinze jours au régime du Fer Bravais, dès que le résultat de ce plébiscite fut connu, a déjà repris ses forces et ses couleurs et que la gaieté est revenue avec l'appétit! Voilà un renseignement précieux pour les anémiques, et c'est vraiment faire preuve d'humanité que de l'indiquer au public.

 UN DINER AMÉRICAIN - 1897

Mouvement scientifique

UN DINER AMÉRICAIN

On s'amuse en Amérique. Les physiciens les plus renommés ne dédaignent pas par aventure de mystifier leur prochain. L'histoire nous est parvenue par le dernier courrier. Plusieurs professeurs de Philadelphie et d'ailleurs, y compris M. Elihu Thomson, l'ingénieux électricien, avait convié à un dîner un certain nombre d'amis, dans un restaurant célèbre de Lynn (Massachusetts). On se met à table. Le potage arrive brûlant. Une seconde après : « Mais il est glacé votre potage ! » objecte-t-on. Et, en effet, ces derniers mots étaient à peine prononcés que le potage était transformé en un bloc de glace. Stupéfaction du maître d'hôtel.
Premier service. A peine les garçons avaient-ils le dos tourné que l'on entend encore les convives se récrier : « Mais, vous vous moquez ! Regardez votre poisson ; il est en bois ! » Et, en effet, la fourchette ne pouvait l'entamer, et l'on tapait sur le poisson comme sur un morceau de chêne. ? « Cependant, Messieurs, il sort du fourneau. ? Remportez votre poisson. »
Second service; troisième service. Les entrées, les rôtis gelaient instantanément sur la table aussitôt servis. Le pain était dur comme de l'acier et s'émiettait en poussière quand on essayait de le couper. Le vin se solidifiait dans les verres. Les carafes pleines d'eau se brisaient et il en sortait un bloc de glace opaque. On changeait les bouteilles ; une minute plus tard, on entendait un petit bruit et le vin, poussant le bouchon, s'échappait sous la forme d'un gros cylindre rosé. Tout se solidifiait en un clin d'oeil.
Les garçons appelèrent le maître d'hôtel qui appela le propriétaire du restaurant, qui prit à témoins tous les convives, jurant bien que tous ses fourneaux étaient rouges de feu, que le thermomètre marquait 18 degrés dans la pièce et que tout cela ne pouvait être que surnaturel. Il fallut refaire un dîner. On en jasa dans tout Lynn un mois durant jusqu'à ce que l'on eût enfin, par une indiscrétion, découvert le mot de l'énigme.
M. Thomson avait emporté du laboratoire un petit réservoir plein d'air solidifié par la méthode de M. Dewar, de Londres. Or, cet air, en se liquéfiant et en reprenant la forme gazeuze, produit une température inférieure à 200 degrés au-dessous de zéro. Pendant que les gens de service n'y prenaient garde, il saupoudrait les plats et les liquides d'un peu d'air solidifié. Et aussitôt les viandes et les vins prenaient la température du pôle Nord et se refroidissaient à la grande stupéfaction de l'assistance. On a beaucoup ri au second dîner. Mais, quinze jours après, le restaurateur renseigné réclama deux dîners pour un. C'est égal, on avait bien ri pour son argent. On s'amuse en Amérique.

HENRI DE PARVILLE.

APL - 12/12/1897

 Gouttes Livoniennes de Trouette-Perret

En hiver, un médicament qui empêcherait sûrement de tousser et de s'enrhumer serait un grand bienfait pour tous. Pour se guérir et se préserver des rhumes, toux, bronchites, catarrhes, asthme, grippe pour se fortifier les bronches, l'estomac et la poitrine, il suffit de prendre à chaque repas deux « Gouttes Livoniennes de Trouette-Perret », et ce médicament, si peu coûteux, qui se vend trois francs le flacon de soixante petites capsules dans toutes les bonnes pharmacies, suffit toujours pour enrayer le mal. Bien prendre note que ce médicament ne se détaille pas, et se vend en flacons cachetés, avec le nom « Gouttes Livoniennes de Trouette-Perret », et le timbre de garantie de l'Union des fabricants pour la répression de la contrefaçon. »


menu-bas