Menu haut

Dans les journaux

Le Gaulois


 VISION TRISTE

VISION TRISTE


Jours de brume

Ah ! le triste Paris que ce Paris de fin novembre ! Les vilains jours aux matins louches, où la lumière péniblement, comme sournoisement, filtre entre les paupières d'un ciel bas, d'où le soleil est exilé, exilée aussi toute joie, où la reprise de la vie, avec son cortège prévu de misères, son contingent d'avance escompté d'écœurements et de tristesses, nous serre le cœur comme dans un étau !

Les rues sont ternes, sombres, sales. Aux branches dépouillées des arbres, aux corniches humides des balcons, des lambeaux de brume opaque s'effilochent, pareils à d'impalpables haillons d'une étoffe grise et pauvre que les souffles d'un vent mou décrochent et traînent à terre sans avoir la force de les balayer. Et cette veulerie d'un hiver sans courage est un symbole. Et c'est bien de haillons, en effet, que nos rues sont pleines, de chimériques lambeaux d'une étoffe d'opprobre et de honte, celle dont on couvre les corps des prisonniers, des soldats qui ont failli, qui portent sur leurs visages blêmes l'odieux stigmate de la trahison.

Voilà huit jours pleins que cela dure. Huit jours que Paris vit sous ce cauchemar, dans cette ambiance de doute et d'angoisse, dans la hantise de cette bouche d'égout, où il a déjà vu sombrer tant de choses, tant de réputations, de probité et d'honneur, et où il ne lui semblait pas, ah ! non certes ! où il ne lui semble pas encore que cette chose suprême, la probité militaire, l'honneur de l'armée, on pût vouloir l'entraîner à son tour ?...

*
*     *

Et c'est pourquoi vous lui voyez, à ce grand Paris inquiet et nerveux, ces mains de fièvre, ces mains avides qui saisissent les journaux dont l'encre n'est pas encore séchée, et qui, à peine lus, les froissent, les rejettent avec une déception, avec l'injuste rancune de n'y pas trouver encore la solution attendue, espérée, voulue, celle qui ne sera la bonne qu'à la condition qu'elle soit le nettoyage catégorique et final, le coup de brosse définitif à ces taches de boue dont d'imprudentes mains ont éclaboussé l'uniforme de l'armée.

Et c'est pourquoi aussi dans tous les quartiers, dans les pauvres comme dans les riches, sur ces boulevards réputés frivoles, comme dans ces rues ouvrières qu'emplit le souci de la vie quotidienne, des groupes se forment, des regards anxieux se croisent, des paroles sombres s'échangent, chacun épiant dans l'œil, dans la voix de son voisin, de l'inconnu même, du passant qui peut-être sait quelque chose, la lueur d'espoir qui sera le commencement de la lumière consolatrice, l'annonce d'heure en heure plus ardemment souhaitée que c'est fini, que tout est remis en place, que les fourbes sont découverts, les hallucinés rendus à la raison et surtout, par-dessus tout, l'armée, la patrie elle-même consolidée sur le piédestal d'admiration, de reconnaissance et d'orgueil d'où quelques fous ont rêvé qu'ils le pourraient faire descendre.

Certes, il viendra ce moment. Mais qu'il est long à venir ! Et qu'ils sont lents à passer ces jours lugubres, ces jours complices où, sur le pavé de la grande ville désorientée, la brume qui empêche les yeux de voir clair se change en boue où les pieds glissent et s'enlisent.

Faverolles
Le Matin — 22 novembre 1897
 LE 1er MAI

LE 1er MAI

La journée a été plus que calme hier et le 1er mai a passé parfaitement inaperçu.

Dans l'après-midi, deux réunions à signaler seulement et encore ont-elles été tranquilles. Décidément les bonnes traditions s'en vont.

Les dépêches de nos correspondants ne nous signalent en province aucun incident digne d'être enregistré, ainsi d'ailleurs qu'on s'en rendra compte.

Nantes. — La journée du 1er mai n'offre pas le moindre incident qui la distingue des autres.

Lille. — La fête du 1er mai est à peine remarquée ici. Le travail ne chôme nulle part.

Les délégués du parti ouvrier se sont rendus sans incident de la Maison du peuple à l'Hôtel de Ville où des vins d'honneur leur ont été offerts.

Il ne s'est produit aucun incident.

Ce soir, différents concerts sont organisés sur divers points des quartiers ouvriers et une soirée aura lieu à la Maison du Peuple.

Limoges. — Le calme est absolu.

Saint-Etienne. — La journée est absolument calme. Pas de chômage et pas de manifestation.

Ce soir a lieu uae conférence de M. Charpentier, député.

Montceau-les-Mines. - Le calme est complet. Les ouvriers mineurs et autres travaillent comme d'habitude.

On ne prévoit aucun incident pour ce soir.

Bordeaux. — Le chômage est nul et aucune manifestation n'a eu lieu dans la matinée.

Une délégation de la Bourse du travail indépendante a été reçue, comme les années précédentes, à l'Hôtel de Ville ; elle a exposé les revendications du parti ouvrier.

Decazeville.— Le calme est absolu dans tout le bassin. Tous les ouvriers travaillent, et aucun service d'ordre n'a été organisé.

La Grand'Combe. — La matinée a été calme ; toutes les mesures d'ordre ont été prises.

Des dragons et des gendarmes se trouvent à la Levade.

Une délégation de vingt personnes, ayant à sa tête MM. Rouquette, président, et Lamendin, député, a été reçue à la mairie.

Le sous préfet d'Alais est sur les lieux ; l'entrevue a duré une demi-heure.

Marseille. — La journée du 1er mai s'est passée sans incident. Deux meetings ont eu lieu à la Bourse du travail.

MM. Carnaud, Antide Boyer, députés ; le docteur Flaissières,, maire; plusieurs adjoints et conseillers municipaux y assistaient.

Carmaux. — La journée a été absolument calme jusqu'à six heures, moment où M. Jaurès, attendu à la gare, est arrivé en voiture.

Le maire de Carmaux, M. Calmettes, voyant une grande pancarte rouge avec l'inscription :

«JAURÈS
 Misère »

tendue au travers de la rue et en face de la fenêtre du Cercle progressiste a abordé le commandant de gendarmerie, pour exiger l’enlèvement de cette pancarte.

Une vive discussion s'est engagée à la suite de laquelle le commandant de la gendarmerie a fait arrêter le maire, sous l'inculpation d'outrages.

M. Calmettes a été conduit à la gendarmerie et maintenu en état d'arrestation.

Le préfet est arrivé dans la soirée.

A l'étranger, et principalement dans les grandes capitales : Londres, Vienne, Bruxelles, la féte du 1er mai a été célébrée par les ouvriers-, sans néanmoins que la tranquillité soit troublée.

Gil Blas - 2 mai 1897
Séparation LES EAUX D'EVIAN - Fig. 24/05/97

LES EAUX D'ÉVIAN. Les Parisiens et les étrangers habitant Paris n'ont pas mis longtemps à apprendre le chemin du nouveau dépôt des eaux d'Évian (source Cachat). Il faut être bien arriéré pour aller encore au boulevard des Italiens où était l'ancien dépôt. Le vrai Parisien va tout droit, sans même consulter son carnet, au 18 de la rue Favart.

Séparation Le féniculaire de Montmartre

A travers Paris

Le féniculaire de Montmartre

Mieux vaut tard que jamais Depuis combien d'années les habitants de Montmartre, les pèlerins du Sacré-Cœur, les promeneurs nombreux qu'attire au sommet de la butte le plus beau panorama  de Paris, réclamaient-ils ce funiculaire? Belleville eut le sien, et même Bellevue, et Montmartre attendait toujours. Enfin, le rêve des Montmartrois se réalise. On a soumis enfin à la signature de M. Félix Faure un décret déclarant d'utilité publique la construction d'un funiculaire donnant accès au sommet de la butte Montmartre. L'avant-projet, mis à l'enquête au courant des derniers mois, vient de rentrer à l'Hôtel de Ville surchargé d'approbations au bas desquelles sont apposées les signatures des habitants de la butte Montmartre, des commerçants, industriels, artistes et ouvriers du dix-huitième arrondissement, de M. Delaunay-Belleville, président de la Chambre de commerce de Pans, et des membres d'une Commission spéciale, composée de MM. Sauton, conseiller municipal; Wiggishoff, maire de Montmartre; Huet, directeur des travaux de la Ville; Menant, Hélier, Boreux, Williot et Barras, chef du bureau du Domaine, qui tous ont émis des avis favorables.

Voici le projet d'établissement de ce funiculaire, tel que l'ont conçu les ingénieurs de la Ville de Paris, et il est si simple, entraîne si peu de frais, promet de si sûres recettes, donnera, une si grande satisfaction aux voyageurs montmartrois qu'on se demande comment il n'a pas été, exécuté déjà depuis longtemps.

« Le funiculaire de Montmartre consiste tout simplement en ceci deux wagons « en ficelle », c'est-à-dire deux wagons, l'un montant, l'autre descendant, suspendus par un câble d'acier à une poulie fixée au sommet de la Butte et s'équilibrant par leur pnids.

Le moteur ? Un réservoir d'eau à parois étanches est ménagé sous chaque wagon le réservoir du wagon montant est vide, celui du wagon descendant est chargé d'un volume d'eau calculé de telle façon que le wagon montant soit remorqué par le poids du wagon descendant, par la seule force de la gravité. Il est inutile d'aller jusqu'en Suisse pour trouver l'application de ce procédé si

connu il fait merveille aux oortes de Paris, où il est employé pour îc funiculaire de Bellevue, à Meudon..

La ligne du funiculaire de Montmartre est à double voie, installée sur le côté droit de l'escalier Foyatier, entre cet escalier et le square Saint-Pierre. Au sommet et dans l'axe de l'entre-voie est fixée

la poulie de suspension ou de roulement, dans la gorge de laquelle passe le câble reliant tes deux wagons. Le long de cette ligne, tous les huit mètres, des massifs de maçonnerie maintiennent la voie, l'empêchent* de glisser sur la pente de trente-huit centimètres par mètre qu'elle gravit, et ces massifs sont munis de poulies pour le câble dont elles éviteront l'usure sur le ballast.

Il aura deux stations l'une au bas de la colline, installée sur l'emplacement de la cour actuelle de l'école des filles de la rue Foyatier l'autre en haut de l'alignement de la rue Lamarck qui, on le sait,

passe devant le Sacré-Cœur, formant une sorte de.terrasse au sommet de- la butte Montmartre.

A la station du haut sera fixée la poulie de roulement, et aboutiront les conduites d'eau destinées à alimenter la caisse étanche du wagon supérieur, au moment de sa descente. L'eau, d'ailleurs, sera puisée par ces conduites au réservoir même de Montmartre, situé à quelques mètres de là.

Les voitures comportent chacune deux compartiments couverts et deux plates-formes cinquante places en tout. Elles seront munies d'un frein à main et d'un frein automatique agissant en cas de

rupture du câble.

La durée du trajet ne dépassera pas une minute. Il y aura environ cent quatre-vingt-douze voyages par jour dans chaque sens, les départs ayant lieu toutes les cinq minutes pendant douze

heures, et toutes les sept à huit minutes pendant six heures.

Enfin, le tarif des places sera, de dix centimes pour la montée et cinq centimes pour la descente.

Dauzats.
Le Figaro - 1er janvier 1897
Séparation HYGIÈNE - APENTA - 1897

HYGIÈNE

Dans notre numéro du 2 février, nous avons publié un article au sujet d'une eau, naturelle purgative hongroise, dont le nom est Apenta,- inconnue jusqu'alors chez nous et dont s'occupe déjà notre monde médical qui, après en avoir étudié la composition, l'a conseillée et a pu en constater les effets surprenants.

Cette eau est non seulement très facile a prendre, mais elle a, de plus, l'avantage de ne pas laisser de goût désagréable. Elle ne présente pas non plus l'inconvénient de fatiguer l'estomac ou d'irriter les intestins. C'est pourquoi les femmes et les enfants les plus délicats l'absorbent sans appréhension.

Aux renseignements déjà fournis à nos lecteurs nous pouvons ajouter que l'exploitation des sources qui produisent l'eau Apenta se fait sous un contrôle directe indépendant et scientifique.

Ce contrôle ainsi que le rapport élogieux de l'éminent professeur Pouchet, et de notre Académie de médecine sont des garanties que n'offre aucune autre eau, à ce que nous sachions. Du reste, la vente en France de l’Apenta, a été autorisée par l'État, sur l'avis favorable de l'Académie.

Les vertus thérapeutiques, uniques de l'Eau Apenta, jointes à ce contrôle scientifique, en font donc la première de toutes les eaux naturelles purgatives, et nous sommes heureux d'apprendre que, grâce à l'initiative d'une puissante Société, cette eau bienfaisante va bientôt être mise à la portée du public français.

Le Fig. 7/02/97
Séparation POURQUOI - C. PETITHOMME  Fig 16/12/97

POURQUOI, docteur, malgré votre grand âge, ne portez vous pas de lunettes ? Chère comtesse faites comme moi, laissez de côté 'tous ces éclairages factices qui vous brûlent la vue; n'employez pour votre usage journalier que la bonne Lampe merveilleuse, à l'huile, qui donne une lumière franche et douce comme la clarté du jour, ce qui repose la vue. adressez-vous chez C. PETITHOMME, rue du Quatre-Septembre, qui vient d'obtenir à l'Exposition nationale d'hygiène 1897, le diplôme d'honneur.

Séparation

Liebig

Séparation

czar

Séparation

malles

Séparation

vin aroud

Séparation Capsules de Quinine de Pelletier

Dès le début d’un rhume, d’une bronchite et de l’état fiévreux qui précède les maladies aigues, on appelle le médecin qui souvent ne peut arriver rapidement : deux à quatre Capsules de Quinine de Pelletier suffisent pour attendre l’arrivée du Docteur et conjurer la maladie.

1897

Séparation

Cycles Forward

Séparation

Moustaches Rateau

Séparation

Graphophone

Séparation

Liebig

Séparation

Liebig

Séparation

Cycles Forward

Séparation

Cycles Forward

Séparation

Cycles Forward

Séparation Gouttes Livoniennes de Trouette-Perret

En hiver, un médicament qui empêcherait sûrement de tousser et de s'enrhumer serait un grand bienfait pour tous. Pour se guérir et se préserver des rhumes, toux, bronchites, catarrhes, asthme, grippe pour se fortifier les bronches, l'estomac et la poitrine, il suffit de prendre à chaque repas deux « Gouttes Livoniennes de Trouette-Perret », et ce médicament, si peu coûteux, qui se vend trois francs le flacon de soixante petites capsules dans toutes les bonnes pharmacies, suffit toujours pour enrayer le mal. Bien prendre note que ce médicament ne se détaille pas, et se vend en flacons cachetés, avec le nom « Gouttes Livoniennes de Trouette-Perret », et le timbre de garantie de l'Union des fabricants pour la répression de la contrefaçon. »

Séparation

Cycles Forward

Séparation

Hammam

Séparation Les vieilles fausses dents sont en vérité encombrantes

Les vieilles fausses dents sont en vérité encombrantes, car elles ne peuvent servir ni à leur ancien propriétaire, ni à personne autre. On ne peut pas les donner et on hésite à les jeter, vu qu'elles vous ont coûté fort cher. A cette difficulté, une maison anglaise a trouvé une solution. Vous n'avez qu'à expédier par la poste ces intimes mises à l'écart à MM. R. D. et J. B. Fraser, 5, rue Jehan-Véron, à Dieppe, ils vous remettront soit un chèque du montant le plus élevé que l'on pourra donner, ou l'estimation, et si le prix offert ne vous convient pas, les objets vous seront retournés. Pourquoi conserver de telles choses quand vous pouvez en faire de l'argent si facilement ?



menu-bas