Menu haut

Lundi 18 Décembre 1897


Aujourd'hui, Saint Gatien


 pots-pourris

CHRONIQUE DE L'ÉLÉGANCE

C'est l'époque de la récolte des dernières roses dont l'arôme est si vif, si pénétrant. On en composait jadis, en les mêlant avec d'autres parfums, ce que nos aïeules nommaient des pots-pourris, mélange de fleurs et de poudre, que l'on déposait dans des potiches et qui répandaient dans les appartements des senteurs exquises. On trouve différentes recettes de ces pots-pourris dans d'anciens recueils. Leur composition était presqu'un secret de famille, et les femmes se montraient très jalouses de ces mystérieuses recettes. On peut s'essayer, en les séchant, à en composer de diverses essences, les fleurs d'automne ayant une senteur plus durable. 

Une recette
de
Mme de Bonnechère

 Mou de veau à la poulette.

Mou de veau à la poulette. Coupez en morceaux carrés un mou de moyenne grosseur, faites dégorger à l’eau tiède et blanchir à l’eau bouillante, le rafraîchir et l’égoutter. Mettre clans une casserole un morceau de beurre, laisser un peu blondir, ajouter le mou en remuant avec une cuiller de bois, afin qu’il n’attache pas. Une fois revenu, mettre une cuillerée de farine, mouiller avec du bouillon, ajouter un bouquet garni, champignons, sel, poivre; le mou cuit aux trois quarts, dégraissez et faites une liaison de trois ou quatre jaunes d’œufs et un filet de vinaigre, et servez.



Une des oeuvres les plus connues d'Edouard Pailleron est L'Etincelle.
Aucun fait de haute importance concernant l’affaire Dreyfus ne s’est produit le lundi 22 novembre 1897.
Le 10 décembre 1909, le sénateur d’Estournelles de Constant à reçu le prix Nobel de la Paix.
Le dimanche 25 mai 1873, les Parisiens apprirent que le maréchal de Mac Mahon avait été nommé par la Chambre président de la République.

CONSEIL UTILE

 Conseil aux lecteurs

Conseil aux lecteurs

Ne lisez pas des heures entières sans vous reposer ; arrêtez-vous souvent pour regarder au loin à travers une fenêtre, ou portez vos yeux en haut si votre vue est bornée par un mur très rapproché ; prenez des notes en lisant, arrêtez vous pour réfléchir ; mieux encore, abandonnez votre siège et faites quelques pas dans votre appartement. Avant et après une lecture prolongée, prenez de l’exercice au grand air, en ayant le soin de fixer les objets éloignés, le bleu du ciel, le sommet des édifices, et, si l’on est à la campagne, les coteaux à l’horizon, la verdure des prairies.

Magasin Pittoresque—1880

 USAGES DU SIECLE

USAGES DU SIÈCLE


Les deuils de famille

On nous demande quelques renseignements sur la réserve que les gens du monde doivent observer pour les deuils de famille.

Le code du deuil est réglé par des usages fixes et que chacun connaît. Il est plus délicat d'observer les nuances mondaines qui s'imposent, pour les deuils de convenance.

Nous ne parlerons que de ceux-ci ; les deuils de cœur ne se portent pas sur les habits. Le deuil se divise généralement en trois périodes.

Le grand deuil de crêpe se porte pendant la première moitié du temps fixé le deuil en tout noir habillé, et le demi-deuil en gris, violet et blanc, se partagent la seconde période.

Que le deuil soit d'un an, comme celui d'un père ou beau-père, ou de trois mois, comme celui d'un oncle, il est de haute convenance de ne prendre aucune part à la vie mondaine et de se renfermer comme relations dans la plus stricte intimité tant que l'on porte le grand deuil. On reçoit les visites de condoléances, mais on n'est tenu de les rendre qu'après la première période écoulée. Après ce temps, on peut commencer à sortir, mais en gardant beaucoup de réserve, comme l'indique le décorum des vêtements, qui restent noirs. Les étoffes de soie, les passementeries et garnitures seront mates.

Les chapeaux, sans être voilés de crêpe, seront encore endeuillés les gants et accessoires entièrement noirs, point de bijoux, sinon des perles. Si l'on va au concert, au théâtre pour entendre de ta musique, ce qui pour bien des personnes est une diversion utile, on aura soin de ne pas se montrer en grande loge. Il est de bon goût de ne pas paraître dans les petits théâtres bouffes. On acceptera chez des amis des invitations soit pour diner, soit pour certaines réunions musicales, à condition que cela ne dépasse pas un cercle restreint. En un mot, sans proscrire toute espèce de relations, on évitera pendant la seconde période du deuil de se mêler aux réunions ayant un caractère de grande réception mondaine.

Cependant, on pourra se montrer en visite chez des amis, à leur jour, à des conférences, réceptions académiques, etc., etc. On pourra également donner quelques dîners intimes.

Dès que l'on est arrivé à la période du gris, du violet et du blanc, on peut sortir selon ses habitudes. Cependant, on devra attendre la fin du deuil pour rouvrir ses salons. Le deuil de veuve se porte dans la retraite absolue et austère, pendant huit mois au minimum. Après ce temps, la coupe des vêtements pourra perdre de son apparence monacale, on commencera à sortir dans une étroite intimité. Les femmes veuves qui ne sont plus jeunes, qui ont une nombreuse famille, continueront naturellement à s'en entourer, à recevoir leurs enfants et leurs petits-enfants à dîner chez elles, mais sans y admettre d'étrangers.

Le deuil de veuve se porte à l'anglaise, avec le bonnet blanc. Les cols et manchettes de linon à grand ourlet. Après un an et un jour, on quitte le crêpe et les lainages mats on commencera à porter des vêtements plus habillés et à pouvoir retourner chez ses amis. Après deux années, on peut rentrer dans le mouvement mondain.

Ce deuil se porte souvent toute la vie, ce qui sied aux femmes ayant dépassé ta jeunesse. Mais les obligations qu'il impose cessent avec les périodes que nous indiquons.

Le deuil s'impose aux hommes d'une façon moins sévère. Ils retournent à leurs affaires, à leur cercle dès que leur état d'esprit le permet. Il est admis de les voir au théâtre même en grand deuil. C'est une question de tact et .de cœur que chacun règle selon les obligations de la carrière ou des affaires. Mais leur présence est peu convenable dans les lieux de plaisir tant que le grand deuil s'impose.

Le Gaulois — 8 janvier 1897

 PETIT CARNET

PETIT CARNET

Le diner offert aux membres de la commission supérieure de classement par le général Saussier, gouverneur militaire de Paris, a eu lieu hier soir, à sept heures et demie, à l'hôtel Continental.

La table, ornée avec beaucoup de goût, comprenait quatre-vingt-dix couverts. Voici la liste des invités Le général Billot, le général Davoust, grand chancelier de la Légion d'honneur les membres du conseil supérieur de la guerre, le président de la commission de classement des troupes de la marine, l'inspecteur général de l'artillerie de marine, les commandants de corps d'armée, le préfet de la Seine, le préfet de police, le préfet de Seine-et-Oise, le secrétaire général de la présidence de la république et de la grande-chancellerie, le directeur du cabinet du président de la république, tous les officiers généraux et assimilés employés au ministère de la guerre et dans le gouvernement de Paris.

Le menu était ainsi composé :

Huîtres royal Zélande

Potage tortue aux quenelles de volaille

Bisque d'écrevisses

Turban de sole à la Joinville

Filet de bœuf à la Régence

Poulardes braisées aux truffes

Chaud-froid d'ortolans à la Russe

Homard à l'américaine

Granité au cherry-Brandy

Marquise à la bénédictine

Bécasses flanquées de cailles

Salade de romaine

Parfait de foie gras au Champagne

Pointes d'asperges à la crème

Oranges sautées à la bordelaise

Poches à l'Impératrice

Glace Comtesse Marie

Gâteau Plumcake

Corbeille de fruits Bonbons Petits fours

Amontilado supérieur

Château-Yquem 1890, Saint-Emilion en carafes Château-Latour 1878, Clos-Vougeot 1874

Moët impérial

Le général Saussier présidait, ayant à sa droite les généraux Coiffé, Hervé, Brugère, Varaigne, de Boisdeffre, Caillard, le préfet de la Seine, le général Borgnis-Desbordes.

Et à sa gauche, les généraux Caillot, de France, Larchey, Brault, Riff, de Sesmaisons, le préfet de police et le général de Saint-Germain.

En face du général Saussier avait pris place, le général Billot, ministre de la guerre. A droite du général Billot se trouvaient, les généraux Davout d'Auersuedt, grand chancelier de la Légion d'honneur Jamont, Mercier, Zurlinden, Jacquemin, Zédé, Duchesne, le préfet de Seine-et-Oise.

A la gauche du ministre avaient pris place, les généraux de Négrier, Fabre, Giovanninelli, Pierron, de Garnier des Garets, Guioth, Nismes et le secrétaire général de la grande chancellerie.

La musique de la garde républicaine s'est fait entendre pendant le dîner.

Le Gaulois — 1er décembre 1897
 Le petit support de voyage

Le petit support de voyage

Notre figure a besoin à peine de commentaire. La grande fatigue du chemin de fer provient de l'immobilité à laquelle on est condamné, assis, dans les compartiments complets : impossible de se reposer d’une attitude par une autre ; et que faire de ses bras ? Il y a bien dans les compartiments de première classe, à côté des portières, une courroie dans laquelle on peut passer un de ces appendices; mais c'est tout, que faire de l'autre  ? et que peuvent imaginer les voisins qui ne bénéficient pas du coin bienheureux ? Les voyageurs accueilleront avec joie le petit support de voyage que nous figurons en même temps qu'une de ses applications naturelles ; il n'est pas encombrant ; en dehors de son emploi spécial, il peut servir même à protéger un paquet et il ne nous étonnerait pas d'ailleurs outre mesure de le voir un jour voituré sur le quai des gares de départ, avec les petits coussins, en vue de la location pendant la durée du voyage.

Le Monde illustré — 27 mars 1897
 Narguons l’influenza

Causerie du foyer - Vin Désiles


Narguons l’influenza.

Pendant que les rigueurs de l’hiver s’empressent de déjouer, comme à l’ordinaire, les prédictions de la météorologie, un grand nombre de médecins annoncent un retour offensif de l’influenza, qui nous viendrait encore de Russie. Heureusement nous sommes mieux armés qu’il y a quelques années pour lutter contre cette épidémie meurtrière.
Nous savons que les reconstituants généraux, lorsqu’ils sont dépuratifs et stimulants, agissent plus utilement que n’importe quelle autre médication. C’est ainsi que le Vin Désiles est éminemment décongestif et anti catarrhal par l’ensemble de sa composition iodo-phosphatée, quinique et caféique. (Kola, coca, quinquina, tanin, iode et phosphate de chaux représentent, en effet, les principaux éléments de cette composition si intelligemment pondérée.)
Nous avons observé nombre de cas de laryngites, d’enrouements, d’asthmes, etc., que la saison automno-hivernale avait réveillés et qui furent améliorés ou guéris par l’usage du Vin Désiles. Chez les influenzés, et chez tous les sujets dont la poitrine est faible et délicate, ce précieux cordial remonte le bien-être général, accroît les forces et la vitalité et donne le coup de fouet à l’organisme hésitant sur le seuil de la maladie.
L’influenza menace surtout les faibles prédisposés à une irritabilité congestive constitutionnelle des poumons. Le Vin Désiles lutte contre ces tendances catarrhales et modifie promptement les constitutions lymphatiques ou arthritiques qui constituent une prédisposition à toutes les affections des voies respiratoires.

Dr Cendre.

Le mois de juillet favorise les premières ascensions aux glaciers et aux pics de l'Engadine. Aussi le Maloja-Palace, devenu le centre élégant de cette splendide nature alpestre, est-il plein de touristes accourus des points les plus opposés. Dans cet établissement modèle, la Compagnie internationale des Grands Hétels offre une hospitalité é laquelle il ne manque rien de ce qui constitue aujourd'hui le vrai confort et le bon gout.
On peut s'y installer pour un ou deux mois, sans regretter jamais le mouvement des villes.

 TOUT PASSE… -- lixir Saint-Vincent-de-Paul

TOUT PASSE…

« Tout passe. Encore une maladie qui disparaît » s'écriait hier un médecin connu.

En effet, l'anémie c'est de cette terrible maladie que parlait le docteur est définitivement vaincue et sa disparition totale n'est plus qu'une question de temps, grâce à l'Élixir et à la Confiture Saint-Vincent-de-Paul, dont la Mère générale supérieure de l'ordre autorisa les Filles de la Charité à livrer l'exploitation à la pharmacie. Dépôt général Pharmacie centrale des Grands Boulevards, 178, rue Montmartre. En vente dans toutes les pharmacies. On trouve également l’Élixir Saint-Vincent-de-Paul au couvent des Filles de la Charité, 105, rue Saint-Dominique, Paris. Se méfier des imitations.

Il y a des poudres de riz à tous les prix, mais les personnes soucieuses de leur santé ont adopté la Poudre Simon, dont le suave parfum obtient partout le plus vif succès.


N°6 ― Le feuilleton du journal

 La malicieuse personne avait app

La malicieuse personne avait appris à son pensionnat que les jeunes gens n'ont été créés que pour la commodité et la distraction des belles personnes, et comme elle se savait très jolie, elle cherchait en quoi le voisin de son père pourrait lui être utile ou agréable. Elle l'avait trouvé assez gauche dans ses mouvements, assez mal tourné dans ses vêtements noirs. Son visage, à vrai dire, lui avait paru sup- portable, encore qu'il fût déparé par un air de timidité qui le rendait glacial. Ce monsieur riait-il quelquefois, causait-il seulement, était-il capable de danser ? Enfin quelle ressource pouvait-il être pour une jeune fille, qui sortait des classes de Mlle Formentin, après dix ans de compression pédagogique, avec un désir immodéré de s'amuser ?

Paul Daniel ne paraissait pas vraiment offrir de sérieuses garanties, et il faut avouer que la première impression qu'il produisit fut défavorable. Mais il n'avait pas encore parlé, et tous ceux qui le connaissent savent quelle puissance de grâce et de séduction réside dans sa voix et dans son regard, quand il s'anime et veut convaincre. Le lendemain, après avoir étonné ses élèves par la distraction inusitée qu'il eut en faisant son cours, vers quatre heures, comme Mlle Guépin se promenait dans le petit jardinet qui s'étendait derrière la maison, juste assez grand pour contenir deux carrés de légumes, un puits et une plate-bande de giroflées, Paul se hasarda à pénétrer dans cet Éden. La jeune fille paraissait s'y ennuyer prodigieusement. Depuis le déjeuner, elle y faisait prendre l'air à sa rêverie, peut-être y cherchait-elle le serpent. Elle n'y trouva qu'un professeur de philosophie. Mais, ce jour-là, Daniel n'était plus paralysé par une terreur folle, il osa faire la conversation, et comme il avait de l'esprit, et surtout comme il désirait plaire, il sut distraire la charmante Florence qui dut s'avouer que la vie serait vraiment acceptable, à Beaumont, pour peu qu'il s'y trouvât une demi-douzaine de jeunes gens, professeurs ou autres, qui songeraient à mettre en commun leur ingéniosité et leur verve afin de lui procurer de l'amusement.

En attendant elle s'accommoda de son voisin, lui prodigua les sourires, les coquetteries, et l'affola si bien qu'il s'en ouvrit naïvement à sa mère, comme un véritable enfant qu'il était resté pour elle, lui déclarant que, hors de la possession de cette aimable fille, il ne connaissait pas de bonheur possible pour lui dans la vie. La mère Daniel fut très étonnée de cette soudaine éruption que rien n'avait fait prévoir, elle en fut même inquiète. Elle avait à peine soupçonné la présence de la jeune Florence dans la maison, et déjà elle en voyait les effets foudroyants. Son fils, à n'en pas douter, était en proie à une fièvre d'amour qui ne lui laissait plus la libre disposition de ses facultés. Et si le malheur voulait que du côté de la jeune fille il se heurtât à une résistance, très possible sinon probable, qu'allait-il devenir et qu'en pourrait-elle faire ?

Elle essaya de le raisonner, de lui remontrer qu'il était bien jeune, que sa situation, pour assurée qu'elle fût, n'était pas brillante, que la fille de M. Guépin montrait un goût d'élégance et un raffinement de toilette qui détonnaient avec le métier modeste de son père. Elle insinua que la jeune Florence lui semblait évaporée et coquette, et que la gravité du caractère de Paul s'accommoderait mal de cette légèreté. Les femmes de messieurs les professeurs étaient toutes personnes sérieuses et même un peu sévères; elle n'ajouta pas qu'elles étaient toutes laides, ce qui était vrai, et qu'il fallait que la femme de Paul le fût aussi. Il ne lui parut pas que le devoir d'un membre de l'Université dût aller jusqu'à un pareil renoncement professionnel. Elle ajouta à son discours beaucoup d'exclamations et un nombre considérable de soupirs, mais elle n'eut aucune prise sur l'esprit de son fils qui lui déclara, après comme avant, qu'il voulait devenir le mari de Mlle Florence, sous peine de ne prendre aucun plaisir à la vie. La mère Daniel était une brave femme, elle n'avait pas pensé une seule fois à elle-même, à son avenir, en tenant à son fils le langage raisonnable qui venait de le laisser si insensible. Elle dit alors : « Tu veux épouser cette jeune personne. C'est bien, je vais demain en parler à son père. »

Guépin était extrêmement appliqué à cheviller une persienne, quand Mme Daniel se présenta pour parler à son voisin. Celui-ci, sans remettre sa veste, introduisit la mère du jeune professeur dans sa salle à manger, qui était contigüe à son atelier, et pendant que ses ouvriers sciaient, rabotaient, clouaient avec un bruit diabolique, il fit asseoir la visiteuse et lui demanda, en criant, pour se faire entendre, ce qui lui valait le plaisir de la voir. Il se disait en lui-même : « Voilà une brave dame qui a besoin d'une bonne caisse pour serrer ses affaires à l'abri des mites et des papillons, pendant l'été, et qui vient me la commander. » Mme Daniel aussitôt, sans précaution oratoire déclara, en criant aussi, que son fils était amoureux fou de Mlle Florence et qu'il en perdait le boire et le manger. Le menuisier dit : « Fichtre ! » et comprenant qu'il n'était guère possible de continuer une conversation aussi importante au milieu d'un pareil vacarme, il se leva, ouvrit la porte de l'atelier, regarda l'heure au coucou qui battait, ajoutant son tic tac à tous les bruits du travail, et dit : « Garçons, il est 4 heures, tournez-moi les talons, allez goûter. Vous reviendrez à la demie. »

Il ferma la porte, se rapprocha de Mme Daniel et la regardant avec une surprise attendrie : « Alors comme ça, votre fils trouve ma Florence à son gré ? Ça ne m'étonne pas, car c'est une personne très instruite et qui sait se tenir comme dans la société. Il est sûr qu'elle n'est point faite pour épouser un ouvrier comme son père. Mais vous savez, ma voisine, je ne la contrarierai pas, et avant tout il faut que M. le professeur lui plaise. Pour ce qui est de l'instruction, je trouve flatteur d'avoir un gendre savant, moi qui ne suis qu'un âne. Ma Florence aura un joli sac, quand j'aurai fini de travailler le bois, et pour l'instant je lui constitue dix mille francs en dot. » Mme Daniel dut confesser avec un peu de souci que son fils n'aurait rien que ses appointements, mais qu'il pouvait compter sur l'avenir. Un homme de sa valeur n'était pas fait pour s'enterrer toute sa vie dans un lycée de province. Elle prononça le mot de « Paris » et vit la figure du menuisier s'épanouir. Il était évident que le brave homme, si simple et presque humble quand il s'agissait de lui-même, avait rêvé pour sa fille de brillantes destinées. Mais il devint réservé, presque silencieux, à partir de ce moment-là, et accueillit les amplifications de Mme Daniel avec un air de gravité. Il déclara à la voisine qu'il parlerait à sa fille de la proposition qui lui était faite, et que si elle ne la repoussait pas de prime abord, il consulterait certaines gens dans lesquels il avait grande confiance, afin de savoir au juste ce que la carrière d'un professeur de philosophie pouvait offrir de satisfaction à la juste ambition d'une femme.

Mme Daniel, comprenant qu'il n'y avait plus une parole utile à échanger avec Guépin, prit congé de lui en le priant de ne pas laisser languir son fils qui se morfondrait en attendant une réponse. Le menuisier retrouva sa langue pour dire qu'il savait ce que c'était qu'aimer, et qu'il ne voulait faire de chagrin à personne. Il se montra bonhomme, comme au début de l'entretien, et ses ouvriers recommençant à faire rage dans l'atelier, il reconduisit Mme Daniel jusqu'à l'escalier, et lui fit ses adieux en pantomime.

GEORGES OHNET
La suite ...

menu-bas