Menu haut
 L'ANNÉE LITTÉRAIRE 1896 Jugée par M. Émile Zola

L'ANNÉE LITTÉRAIRE 1896

Jugée par M. Émile Zola

— Juger l'année littéraire ? me répond en levant les bras au ciel l'auteur des Rougon, mais, en vérité, voilà une chose qui m'inquiète. Décider quels sont les meilleurs livres de l'année, mais, cher monsieur, il faudrait avoir la prétention de les avoir tous lus, et après les avoir tous lus d'en avoir retenu — au moins le titre. — Et, bien que je m'intéresse à toutes les nouveautés littéraires, il m'est bien difficile d'avoir parcouru les productions littéraires de l'année. D'autre part comment, pris par vous au dépourvu, et n'ayant pas le temps d'une mûre réflexion, puis-je vous citer des noms et porter des jugements sans commettre des omissions forcées et dont je me désolerais ?...

— Si nous essayions quand même ? Au point de vue général, qu'est-ce qui vous a frappé dans le mouvement littéraire de l'année dernière ? Y a-t-il seulement eu un mouvement littéraire?

— Quant à cela, certainement oui. Le champ de la littérature ne saurait être mieux comparé qu'à une montagne. Au sommet, sur le plateau, ceux qui, parvenus à la perfection, continuent à avoir beaucoup de talent. Dans cette catégorie, je rangerai quelques académiciens. C'est, avant tout, la génération à laquelle j'appartiens, et qui a marché dans la peinture de la vie, dans l'observation immédiate, c'est nous autres, Flaubert, Concourt, Daudet, Bourget aussi, et moi qui avons, à la suite de Balzac, fait des romans de mœurs. Sur la montée, qu'apercevons-nous ? L'ascension de nouveaux venus–ils s'intitulent symbolistes, décadents — qui pendant les dernières dix années se sont montrés opposés à nous autres, tout en ayant produit des garçons de talent, comme ce pauvre Paul Adam, qui vient de mourir.

» Et pendant cette année 1896, que voyons-nous enfin ? Une génération qui revient à la nature et que nous autres nous ne gênons déjà plus ; c'est la génération qui est au pied de la montagne, dont je vous parlais tout à l'heure, et qui cherche à tomber les symbolistes et les décadents. Chez les symbolistes nous avons trouvé des adversaires acharnés. Pourquoi ? Parce que, chronologiquement, ils venaient immédiatement après nous, et que les lois de la nature veulent que ceux qui détiennent les places soient délogés par ceux qui viennent immédiatement après eux.

» Nous avons été les représentants du naturalisme — et aujourd'hui encore nous tenons la scène — nous avons eu comme adversaires implacables les idéalistes, ceux-ci venant immédiatement après nous; maintenant, au contraire, nous avons des disciples qui nous acceptent au moins comme ancêtres. Ceux qui les gênent, ce n'est pas nous, assurément, ce sont ceux qui arrivent immédiatement avant eux.

» Pour me résumer, je constate pour l'année 1896, dans la littérature, un retour vers la nature, la passion, l'enthousiasme et aussi vers la santé : nous avons été l'honnêteté, quoi qu'on dise. J'affirme, quant à moi, que nous vivons d'honnêteté et de santé.

» Il semble que c'est vers la santé que tend aujourd'hui la littérature après cette névrose maladive et impuissante mêlée d'occultisme, de satanisme.

— Et les œuvres en elles-mêmes, qu'en pensez-vous ?

— Voyons, réfléchissons qu'est-ce qu'il y a eu ? Bourget ? Oui, il a donné Idylle tragique. Je dirai beaucoup de bien de lui, bien que je sois gêné un peu par sa qualité d'académicien. Son livre est très bien ; la fin, surtout, en est poignante ce débat entre l'amitié et l'amour est à coup sûr une de ses meilleures pages. Sa tentative est neuve et Bourget a voulu évidemment élargir sa formule et, tout en gardant ses qualités d'analyste psychologique, il a voulu aborder le roman social et le roman de mœurs.

» Voyons, encore parmi les académiciens ? Ah ! nous avons Claretie, dont le dernier roman a fait tant de bruit : Brichanteau comédien, mais c'est une œuvre d'excellente vérité dans son comique douloureux et touchant…

» Le Coupable, de Coppée, m'a beaucoup impressionné également. Coppée ? Mais c'est un des derniers sentimentaux qui a peint l'enfance coupable et malheureuse avec son cœur et sa .pitié. C'est du socialisme sentimental, traité avec une grande franchise, et un courage dont il faut savoir gré à l'académicien. Et puis, on dira tout ce qu'on voudra sur Coppée moi, je répète que pour faire mettre dans des yeux des larmes, pour émouvoir les petits, comme il sait les émouvoir dans ses articles du Journal, il faut vraiment avoir un altruisme, une émotion communicative. Il l'a, et il la met au service de causes touchantes qu'il plaide avec beaucoup de courage, si vous Considérez sa situation d'académicien et de commandeur de la Légion d'honneur.

— Et parmi les jeunes ?

— Mais Léon Daudet est un talent des plus curieux de la nouvelle génération…

Dans Suzanne, il a pris un sujet très délicat: beaucoup de frénésie dans l'analyse. Il y a toute la partie des amours en Espagne qui est une des plus belles pages que je connaisse, une peinture d'une passion intensive. Et moi, je suis pour la passion. Je me hâte d'ajouter que son volume n'est pas du tout construit dans mes idées, et que son dénouement n'est pas dans mes vues. Cela m'inquiète un peu pour la santé de son talent que j'aime beaucoup.

» Des jeunes, des jeunes : ah ! il y a eu Pierre Louys. Je trouve son volume délicieux, bien que son originalité ne soit pas très grande. Derrière son héroïne il y a la Salammbô de Flaubert et la Thaïs d'Anatole France, il y a aussi du Théophile Gautier.

»Seulement il y a une telle candeur dans l'impureté et une simplicité de lignes tellement délicieuse que je considère cela comme de l'impureté saine. J'avoue avoir été beaucoup séduit à la lecture de son Aphrodite. Je n'aime pas beaucoup les sentiments purement modernes que Louys y a introduits ; son héros a des subtilités qui m'inquiètent mais à côté de cette critique que de choses charmantes !... Qui encore ?

»De tout cela il découle qu'en 1896, la génération de ceux qui ont atteint 50 ans continue à avoir beaucoup de talent elle est sur le plateau.

» Les symbolistes — 30 à 35 ans — sont sur la montée, eux n'ont pas été féconds en œuvres qui resteront; les « naturiens » enfin, comme les appelle G. de Bouhelier dans son Hiver en méditation, qui m'est dédié, ils ont 20 à25 ans : c'est la génération nouvelle qui entreprend l'ascension nous les gênons moins et ils marchent davantage dans la voie que nous leur avons ouverte. »

Le Gaulois — 2 janvier 1897

 FÉVRIER

FÉVRIER

Tintez, grelots d'argent ! Sonnez, cornet de cuivre !

Le strass de tous ses feux fait flamber son cheval ;

Les fous ouvrent la marche et les sages vont suivre ;

Gloire au Maitre du jour, place au roi Carnaval !

 

Sous son sceptre enchanté qui donc ne voudrait vivre ?

Les pâtres, à sa voix, ont quitté monts et val ;

Partout, écope en main, le doux combat se livre,

Le plâtre ailé se heurte au bouquet, sou rival.

 

Nul merci ! coup pour coup ! Arlequins ou pierrettes

Dans un pan d’arc-en-ciel taillent leurs collerettes ;

Le baiser joyeux vole à qui veut le saisir…

 

Et tandis que bruit cotte ronde fantasque,

Soulevant à demi la barbe de son masque,

L'Aumône, en souriant, passe au bras du Plaisir.

STÉPHEN LIÉGEARD.
 UNE CRÉATION QUI S'IMPOSE

UNE CRÉATION QUI S'IMPOSE

Cette création serait celle d'un Panthéon provisoire, d'un Panthéon d'attente pour ainsi dire, où l'on placerait la dépouille mortelle de nos grands hommes, qui ferait là une sorte de stage avant de pénétrer dans le Panthéon définitif. Ce stage durerait plus ou moins longtemps, suivant la profession exercée par le défunt. Pour les hommes politiques, par exemple, il serait assez long. On attendrait cinq ou six ans, je suppose, et si, pendant ce laps de temps, la mémoire du grand homme n'était atteinte d'aucune souillure, si l'on n'apportait pas la preuve qu'il avait été corrompu de son vivant, si aucun talon de chèque posthume ne se retrouvait, le grand homme serait déclaré définitivement grand homme, et la patrie aurait le droit de se dire sans arrière- pensée qu'elle compte un grand homme de plus.
On pourrait même conserver l'inscription que l'on trace d'habitude sur les Panthéons, en la modifiant un peu Aux grands hommes, la Patrie provisoirement reconnaissante. Les avantages de ce système sont tellement évidents qu'il est superflu d'insister Quelle sécurité cela nous donnerait Combien notre admiration serait plus haute et plus fervente lorsque, le stage écoulé, nous nous sentirions en présence d'une mémoire inattaquable ! Et quelle belle cérémonie, ce transport suprême des cendres, après une si rude épreuve !
Dans le cas, au contraire, où les cinq ans de stage n'auraient pas été favorables au défunt, on organiserait la cérémonie inverse. Les cendres seraient déposées dans un cimetière quelconque ou rendues à la famille. Et ce serait encore une solennité pleine de philosophie et d'enseignement. Les mêmes orateurs reviendraient prononcer sur cette seconde tombe des discours où ils rétracteraient les premiers et où ils reconnaîtraient publiquement la vanité des jugements humains. Et la foule se retirerait, plus méfiante et moins disposée à acclamer le premier venu.

Alfred Capus.

Le Figaro - 2 avril 1897

 CRÉÉE POUR UN PAPE UTILISÉE PAR

CRÉÉE POUR UN PAPE
UTILISÉE PAR LES COQUETTES

 Une petite main mal soignée perd toute sa beauté, alors qu’une main ordinaire, mais rendue blanche, lisse et souple, donne un brevet d’aristocratie. Ce miracle est obtenu par la Pâte des Prélats, renommée depuis quatre siècles et chère aux jolies femmes après avoir été fort appréciée par un pontife très raffiné. La véritable Pâte des Prélats se trouve la parfumerie exotique, 5, rue du 4-Septembre au prix de 5 francs et 5.50, franco.

 LA LONGÉVITÉ DU PIGEON ET DU LOUP

Mouvement scientifique

HISTOIRE NATURELLE

LA LONGÉVITÉ
DU PIGEON ET DU LOUP

On ne saurait trop rassembler de documents sur la longévité des animaux. Nous n'en possédons guère de vraiment authentiques. En voici deux : un qui concerne le pigeon, l'autre qui vise le loup.
Un pigeon ramier fut pris adulte et donné à une dame qui l'a conservé pendant trente-trois ans. Ce pigeon avait une compagne qui est morte trois ans auparavant. Donc, le pigeon paraît pouvoir vivre au moins trente-quatre à trente-cinq ans.
Pour le loup, la constatation de l'âge a été aussi précise. Un garde forestier tua récemment près de Rauen, en Silésie prussienne, un loup qui portait un collier de métal avec la mention : « Koeniggraetz, 3 juillet 1866. » La veille de la bataille de Sadowa ou Koeniggraetz, un soldat prussien captura un jeune loup qu'il essaya d'apprivoiser, mais les instincts naturels de l'animal reprenaient trop souvent le dessus ; le soldat, qui avait emmené son compagnon chez lui, une fois la campagne finie, dut lui rendre définitivement la liberté ; mais pas cependant sans lui avoir mis au cou un collier avec l'inscription : « Koeniggraetz. » Or, c'est précisément, du moins c'est plus que probable, le loup du soldat prussien qui vient d'être tué. A ce compte, le loup capturé en 1866 aurait donc vécu plus de trente ans. Et il aurait pu vivre encore.

Henri de Parville

Les annales politiques et littéraires-
21 mars 1897

 Gouttes Livoniennes de Trouette-Perret

En hiver, un médicament qui empêcherait sûrement de tousser et de s'enrhumer serait un grand bienfait pour tous. Pour se guérir et se préserver des rhumes, toux, bronchites, catarrhes, asthme, grippe pour se fortifier les bronches, l'estomac et la poitrine, il suffit de prendre à chaque repas deux « Gouttes Livoniennes de Trouette-Perret », et ce médicament, si peu coûteux, qui se vend trois francs le flacon de soixante petites capsules dans toutes les bonnes pharmacies, suffit toujours pour enrayer le mal. Bien prendre note que ce médicament ne se détaille pas, et se vend en flacons cachetés, avec le nom « Gouttes Livoniennes de Trouette-Perret », et le timbre de garantie de l'Union des fabricants pour la répression de la contrefaçon. »


menu-bas