Menu haut
sans titre 1
Flash janvier

 15 novembre

Lundi 15 novembre 1897

Le président de la République a chassé, hier, à Marly-le-Roi, en compagnie d'amis personnels et des officiers de sa maison militaire.

A la gare Saint-Lazare, dans la matinée, il a été reçu par MM. Blanc, préfet de police; Viguier, directeur de la sûreté générale, et le haut personnel de la Compagnie de l'Ouest.

Il était de retour à Paris à six heures du soir.


L'hôpital Boucicaut.

On se rappelle que cet hôpital devait être inauguré par le président de la république en même temps que le pont Mirabeau. Comme les travaux étaient, à cette époque, loin d'être terminés, la date de l'inauguration fut ajournée.

Mais maintenant qu'il ne reste plus que quelques questions de détails à régler, la date de l'inauguration du nouvel hôpital reste subordonnée à l'agrément de M. Félix Faure.

Nous croyons savoir, en effet, que le directeur de l'Assistance publique M. Peyron s'est rendu ces jours derniers à l'Élysée afin de prier le Président d'assister à cette inauguration. M. Félix Faure aurait répondu affirmativement à cette requête, se réservant toutefois d'en fixer la date. Néanmoins nous pouvons affirmer que cette cérémonie aura lieu incessamment, du 25 au 30 novembre, très probablement.


La paroisse de Saint-Eugène a célébré, hier, sa fête patronale avec une pompe inusitée.

Mgr Clari, nonce apostolique, présidait, assisté de Mgr de Belmonte, conseiller, et de Mgr Perri Morosini, secrétaire de la nonciature.

La maîtrise a exécuté, hier matin, la messe de Pimagne, sous la direction de M. l'abbé Ruel, maître de chapelle.

Dans l’après-midi, aux vêpres, le R. P. Finot, prieur des dominicains de Nancy, a prononcé le panégyrique de saint Eugène, et le nonce a béni une nouvelle statue de saint Pierre et donné la bénédiction papale.


Ce soir, mardi, à huit heures trois quarts, au théâtre des Bouffes-Parisiens, première représentation des P'tites Michu, opérette en trois actes; de MM. Albert Vanloo et Georges Duval, musique de M. André Messager.


LE COUP DU FUMISTE

La police recherche doux individus qui, porteurs d'un sac semblant renfermer des outils, se sont présentés dans diverses maisons bourgeoises sous prétexte de ramoner les cheminées.

Une fois dans le salon, s'ils ne sont pas surveillés, ces individus font main basse sur certains bibelots de prix et disparaissent sans avoir été inquiétés. Leur dernier vol a été opéré chez. Mme de V. rue Madame. Ils ont réussi à dérober pour plus de six cents francs, de bijoux placés dans une cassette.


Les journaux de Londres nous apprennent qu'un vétérinaire, très connu, M. Henri Smith, vient de pratiquer une opération unique peut-être en son genre.

Un chien terrier, appartenant M. Wells, de Warwick road, Worthing, eut un œil dangereusement malade, dernièrement. M. Smith, à qui l'animal fut confié, n'hésita pas; il endormit le patient, fit l'ablation de l'organe, qu'il remplaça par un œil de verre.

Aujourd'hui, le chien se porte il merveille.


Qui aurait cru, il y a quelques années, pouvoir emporter toute une caisse d'eau minérale dans une bonbonnière ? C'est pourtant le miracle réalisé aujourd'hui par tous les chasseurs, touristes ou autres voyageurs, en emportant sur soi un flacon de ces comprimés de Vichy si peu volumineux et si commodes pour transformer en un clin d'œil toute eau potable ordinaire en une excellente eau digestive gazeuse.


Les réceptions qui suivent le mariage sont une joie pour la jeune femme qui a su décorer son home et choisir avec goût son ameublement. C'est pour elle un vrai succès, dont le plus souvent elle est redevable à Mercier frères, des collaborateurs précieux en cette matière si délicate.


AUX ANÉMIQUES

La plupart des eaux purgatives amères exercent une action débilitante sur les constitutions faibles. Cet inconvénient, l'Apenta, la célèbre eau minérale hongroise, ne le possède pas. D'après les travaux du docteur Bogoslowsky, professeur à l'Université impériale de Moscou, son emploi modéré et régulier est sans aucun danger pour les anémiques, les enfants et les vieillards.

On ne saurait rêver plus aristocratique société que celle qui se presse autour des sources de Royat. Aperçu entre les buvettes, le parc et l'établissement le prince Louis de Broglie, le baron et la baronne de Maleprade, la comtesse de Moré-Pontgibaud, la comtesse d'Adhémar, le colonel et Mme Campbell, la baronne de Bressolles, H. de Lahoze, etc., etc.

Le 2 juillet 1897, Le Figaro se félicitait du rétablissement du compositeur Henri Meilhac. Le 6 juillet, il était mort !
A TRAVERS PARIS

menu-bas