Menu haut
sans titre 1

 12 novembre

Vendredi
12 novembre 1897

Hier, à cinq heures moins un quart, a eu lieu, au restaurant coopératif de l'Exposition le banquet offert par le personnel directeurs aux ouvriers du pont Alexandre-III. M..Picard, commissaire général, n'a pu, malgré son grand désir, y assister.


Une très longue et très importante promotion dans les différentes armes paraît aujourd'hui à l'Officiel.

Le général de brigade Sousselier, disponible, est nommé adjoint au commandant supérieur de la défense de Lille, gouverneur de Lille, en remplacement du général Gaschet, appelé au commandement de la 69ème brigade d'infanterie (18ème corps), à la Rochelle, en remplacement du général Chedeville, placé dans la section de réserve.

Suivent de nombreuses nominations de colonels.


Le président de la République a chassé, hier, chez le comte Potocki. Les invités étaient les grands-ducs Vladimir et Alexis, les généraux de Boisdeffre, Négrier, MM. Hanotaux, Berge, le commandant de la Garenne.

Un déjeuner a eu lieu à la Croix-Saint-Jacques.

A l'issue de la chasse, M. Félix Faure, M. Hanotaux et le commandant de la Garenne se sont rendus au château de Rambouillet. Les grands-ducs ont repris le train pour Paris.


Communication a été donnée, hier, l'Académie francise, d'une lettre par laquelle M. Ernest Daudet pose sa candidature au fauteuil du duc d'Aumale.


M. de Selves, préfet de la Seine, Peyron, directeur, et Voisin, président du conseil da surveillance de l'assistance publique, inviteront, lundi prochain, le président de la République à inaugurer l'hôpital Boucicaut.

La date de la cérémonie sera fixée par M. Félix Faure.


Hier matin, à dix heures et demie, a eu lieu, à Notre-Dame-des-Victoires, la messe solennelle que fait dire tous les ans, le jour de la Saint-Martin, la Société fraternelle des anciens officiers des armées de terre et de mer membres de la Légion d'honneur. S. Em. le cardinal Richard, archevêque de Paris, a présidé la cérémonie religieuse. Mine et Mlle Faure y assistaient avec Mme Hagron.


Un mari bien féroce.

Le nommé Georges Thurston vient de comparaître devant le tribunal de police, à Londres, sous l'inculpation d'avoir attenté à la vie de sa femme. Thurston avait inondé cette dernière de pétrole et y avait mis le feu ensuite.

La femme a été sauvée par un voisin et elle a pardonné à son mari.


Il vient de se fonder à Berlin une société d'assurances qui se propose d'indemniser les patrons employeurs en cas de pertes subies par suite de grèves. En même temps, cette société s'engage à protéger contre l'influence terrorisante des grévistes les ouvriers disposés à travailler.

Le gouvernement prussien a fait inscrire dans les conditions qu'aucune prime d'indemnité ne sera accordée aux patrons qui, par des mesures injustes ou vexatoires, auraient provoqué une grève. Le capital social de cette société, qui nom Industria, est fixé à cinq millions de marks.


Automobile.

Paris-Berlin. Nous avons annoncé, avant-hier, l'arrivée de Corre à Berlin ; l'endurant motocycliste a donc couvert les 1,165 kilomètres qui séparent Paris de Berlin en 94 heures 15 minutes.
Bardin et Osmont sont arrivés hier, à trois heures de l'après-midi à Berlin ; moins endurants que le Breton, ils ont mis vingt-neuf heures de plus, soit 123 heures 15 min. au total.
Ces doubles résultats ne donnent, ni pour Corre ni pour Bardin et Osmont, des vitesses folles, mais il faut tenir compte, en outre de la longueur du trajet, de la pluie, du vent, du brouillard, et surtout du froid.

Nous estimons cependant que l'on pourra, en belle saison, réduire de vingt heures le temps de Corre.

Sait-on avec quoi se désaltèrent ceux de nos députés qui montent le plus souvent à la tribune ? M. de Mun prend de l'eau pure ; M. Ribot, du café sucré ; M. Jaurès, du café étendu d'eau ; M. Jules Roche, café sucré et cognac ; M. Henri Brisson, eau sucrée et cognac; M. Poincaré, de la citronnade ; M. Méline, grog au rhum. Mais la plupart des autres orateurs prennent du quinquina Dubonnet additionné de sirop de citron et étendu d'eau fraîche.

En décembre 1897, M. Rambaud était ministre de l’instruction publique et des Beaux arts et défendait son budget à la Chambre.
A TRAVERS PARIS

menu-bas