Menu haut
sans titre 1
Flash juin

 9 novembre

Mardi
9 novembre 1897

LONDRES, 9 novembre. La manifestation traditionnelle s'est effectuée sans donner lieu à aucun incident. Le temps était d'ailleurs défavorable un brouillard humide couvrait Londres. Les rues étaient boueuses, et par moments il tombait une pluie fine. C'était bien le temps qui règne à Londres au mois de novembre.


CHANGEMENT MINISTERIEL
AU JAPON

WASHINGTON, 9 novembre. Le ministre des Etats-Unis à Tokio télégraphie que le comte Okuma, ministre des affaires étrangères au Japon, a démissionné et a été remplacé par le baron Nishi.


LE CAIRE, 9 novembre, La nouvelle donnée par le Times que le prince Mehemet Ali renoncerait à ses droits d'héritier présomptif du khédive pour épouser une Américaine est dénuée de fondement.


LA HAVANE, 9 novembre. L'affaire du Competidor n'a .pas encore reçu de solution par suite d'une indisposition du président du tribunal.


CANDIDATURE DEMENTIE

PRIVAS, 9 novembre, Il est inexact que M. Chadenier, ancien préfet du Morbihan, ait posé sa candidature aux élections législatives dans la circonscription de Privas.


Vichy

Qui aurait cru, il y a quelques années, pouvoir emporter toute une caisse d'eau minérale dans une bonbonnière ! C'est pourtant le miracle réalisé aujourd'hui par tous les chasseurs, touristes ou autres voyageurs en emportant sur soi un flacon de ces comprimés de Vichy si peu volumineux et si commodes pour transformer en un clin d'œil toute eau potable ordinaire en une excellente eau digestive gazeuse.

La Madone


Conversation entendue en wagon : « Par ce temps de hâle, votre teint est toujours aussi frais, aussi pur, aussi rosé. Comment faites- vous, chére amie ? C'est bien simple ! j'ai soin de me poudrer avec la poudre de riz « La Madone », qui est excellente et d'une finesse sans pareille. Je ne saurais plus m'en passer. Où se vend-elle ? Chez n'importe quel parfumeur. La vente en gros est 26, rue d'Enghien. »

Les archiducs Otto et Ferdinand d'Autriche, arrivés le 7 janvier 1897 à Nice, s'embarquaient à cinq heures du soir à bord du Bocognano, se rendant à Ajaccio où Leurs Altesses Impériales devaient rejoindre l'archiduc François-Ferdinand.
A TRAVERS PARIS

menu-bas