Menu haut
sans titre 1

 19 décembre

Dimanche
19 décembre 1897

Le brouillard.

Le brouillard qui a régné sur Paris pendant toute la journée d'hier a, malheureusement, occasionné quelques accidents. Disons tout de suite qu'ils sont peu graves. Cependant, vers neuf heures, une collision s'est produite, sur la ligne du Nord, entre les deux trains numéros 411 et 275 qui auraient dû se suivre à quelques minutes d'intervalle. Le train 411, omnibus entre Paris et Beauvais, fut arrêté par le brouillard presque aussitôt après avoir quitté la gare de Paris et le train. 275, bien que marchant très lentement, vint le heurter à hauteur du dépôt des locomotives;

Le choc n'a pas été très violent un instant plus tard, les deux trains continuaient leur route. Mais un voyageur a été très légèrement, contusionné-! Il est descendu à la gare de ceinture et s'est fait reconduire à son domicile.

De nouveau, vers neuf heures du soir, un brouillard compact s'est répandu sur Paris. Sur les quais, on ne voyait pas à deux pas, devant soi, et les becs de gaz dont on était proche apparaissaient comme de loin.

Fiacres et omnibus ont du s'arrêter sur les boulevards; les collisions ont été nombreuses.

A la sortie des théâtres, le brouillard était encore très intense, et les voitures ne pouvaient circuler que guidées par des gardiens de la paix porteurs de torches.

Le brouillard a persisté toute la nuit.


CHASSE PRÉSIDENTIELLE

Le Président de la République a quitté ce matin l'Élysée à neuf heures pour aller chasser dans la forêt de Marly.

Parmi les invités MM. Périvier, premier président de la cour d'appel, Bertrand, procureur général, Forichon et Fabreguette, conseillers à la cour de cassation, Sarrien, vice-président de la Chambre des députés, Drake, député, Decauville, sénateur. M. Félix Faure est de retour à Paris depuis six heures cinq.


Depuis quatre jours !

Depuis quatre jours Mme Guiltat Alphonsine, demeurant 17, rue Princesse, âgée de cinquante ans, n'avait pas donné signe d'existence. Son concierge ne l’avait pas vue; mais il était .certain qu'elle devait se trouver dans sa chambre. Inquiet de cette disparition prolongée, il alla chez le commissaire et l’on prit le parti d'ouvrir la porte du logement mystérieux. Mme Guiltat, morte, était étendue dans son vestibule.

La pauvre femme a dû succomber à une affection cardiaque. Elle exerçait le petit métier de marchande de mourron.


M. GOBLET A CHÂTEAUROUX

Châteauroux, 19 décembre. M. René Goblet a présidé, cet après-midi, une grande réunion au théâtre municipal.

Mille personnes environ étaient présentes. M. René Renoult a fait une conférence qui a été très applaudie.

M. Goblet a prononcé ensuite un discours qui a été salué par les applaudissements de l'auditoire.


L'époque des soirées arrive. C'est le moment de renouveler sa garde-robe de cérémonie et de la mettre à l'unisson de la mode actuelle. Fred Morle, le tailleur anglais, 10, rue Auber, dont le talent et le goût sont si appréciés, vient de lancer une étoffe nouvelle le drap grain de poudre, que tous nos élégants voudront porter. Cette nouvelle étoffe, la grande mode, peut servir aussi bien au smoking qu'à l'habit complet de bal ou de grande cérémonie.


La distraction réclamée aussi bien par les jeunes gens que par les jeunes filles pendant toute la période des vacances du jour de l'An, c'est un après-midi ou une soirée au palais de Glace des Champs-Élysées. Là, sous l'œil des parents, les enfants s'exercent au sport hygiénique du patinage, pour le plus grand bien de leur santé.


Voici les fêtes, le moment des dîners et soupers, chacun se souviendra des timbales milanaises, de homard, soles et ramereaux de la maison Boisset-Graff, 15, rue de Beaune. Téléphonie n°134.83.


Un décret royal été rendu, nommant l’Electrical Power Storage Company (Limited), à Londres, pour ses batteries électriques secondaires, fournisseur de la cour de S. M. la reine Victoria. C'est la première distinction royale de ce genre décernée à une firme d'électricité, quoique déjà, depuis la lumière électrique éclaire plusieurs .châteaux royaux d'Angleterre.

Tous les jours, aux grands, magasins Dufayel, exposition de mobiliers complets par milliers, articles de chauffage et de ménage

C’est M. Henri Brisson qui présidait la séance de la chambre des députés le 22 novembre 1897.
A TRAVERS PARIS

menu-bas