Menu haut
sans titre 1

 7 novembre

Dimanche
7 novembre 1897

CONSEIL DE CABINET

Les ministres se sont réunis hier matin en conseil de cabinet sous la présidence de M. Méline.

La séance a été consacrée à l'examen des affaires courantes.


L'exposition générale de chrysanthèmes et de fruits organisée par la Société nationale d’horticulture de France s'ouvrira le 10 novembre, à midi, au jardin des Tuileries.
Clôture de l'exposition le 14 novembre, à six heures du soir.


M. HENRY BOUCHER

M. Henry Boucher, ministre du commerce, a visité hier après-midi, à Saint-Denis, un certain nombre d'usines et d'établissements industriels.

En arrivant à Saint-Denis, le ministre s'est rendu directement à l'hôtel de ville où il a été reçu par la municipalité.

M. Boucher a remis les palmes académiques à divers employés et des médailles d'honneur aux plus anciens ouvriers des établissements qu'il visitait.

M. Henry Boucher présidera, aujourd'hui, à Lagny, l'inauguration du pont de Torcy.


M. ANDRÉ LEBON

M. André Lebon, ministre des colonies a pris hier le paquebot à Dakar pour rentrer en France.


INTERVIEW-EXPRESS

Entré un instant hier chez le graveur Roty que nous trouvons dans son atelier en train de terminer la médaille commémorative du centenaire de l'École d'Athènes.

— Eh bien, nous allons donc voir paraître les nouvelles pièces dont depuis si longtemps on nous annonce la mise en circulation ?

— Oui, cette fois c'est définitif, le 28 ou le 30 de ce mois, on frappera à la Monnaie pour une dizaine de mille francs de pièces de cinquante centimes du type nouveau. Les coins ont été livrés il y a environ trois ou quatre mois, les essais faits en présence du ministre des finances ont été des plus satisfaisants et vu la iécente convention monétaire on pourra excéder de beaucoup le chiffre qui avait été primitivement arrêté. Tout en causant, notre regard s'était dirigé sur deux gigantesques photographies placées à l'extrémité de l'atelier, sur deux chevalets.

— Ce sont deux médailles qui vont incessamment être éditées, nous dit le maître, sainte Geneviève et Jeanne d'Arc. Quoique cela paraisse bizarre, ces médailles n'existaient pas dans nos musées. C'est le conservateur du musée de Hambourg qui, l'an dernier, me le fit remarquer. L'idée était tentante aussi, comme vous voyez, je l'ai mise à profit.


L'assemblée générale annuelle de la Maison maternelle, dont Mlle Louise Koppe est la fondatrice, aura lieu dimanche prochain, à deux heures, sous la présidence de M. Léon Bourgeois.


A la suite d'une polémique de presse, une rencontre à l'épée a eu lieu, hier, entre MM. Armand Silvestre et Henri Bauer.

A la première reprise, M. Armand Silvestre a été atteinte à l'avant-bras droit d'une blessure à la suite de laquelle, sur l'avis des médecins, les témoins ont arrêté le combat.

Les témoins étaient, pour M. Armand Silvestre MM. Jean Béraud et B. Marcel pour M. Henri Bauer, MM. Henri Becque et Alfred Capus.

Les combattants étaient assistés da docteur Desfossez pour M. Armand Silvestre, et du docteur Iscovesco pour M. Henri Bauer.


Le commandant baron Suesskind est nommé attaché militaire à l'ambassade d'Allemagne à Paris, en remplacement de M. de Schwartz. Koppen, qui prend le commandement du régiment des grenadiers de la garde «Empereur-François » n° 2.


LES DRAMES DE PARIS

Hier matin, le concierge de l'immeuble portant le numéro 77, du boulevard Ornano n'ayant pas vu descendre, depuis la veille, deux de ses locataires, les époux C., se rendit chez le commissaire de police du quartier auquel il confia ses inquiétudes.

Suivi d'un serrurier, le magistrat fit ouvrir la porte de l'appartement, et, selon les prévisions du concierge, trouva les époux C. étendus sur leur lit et complètement asphyxiés.

Sur une table se trouvait une lettre dans laquelle M. C. déclarait qu'ayant perdu toute sa petite fortune aux courses: il préférait se suicider avec sa femme que de vivre dans la misère.

M. G. était âgé de cinquante-six ans et sa femme de cinquante et un.

Erquelines thermal. Pendant sa dernière visite à l'Exposition de Bruxelles, le Roi s'est arrêté avec intérêt devant la vitrine où est exposée l'eau de la Pépinière d'Erquelines, eau en grande faveur auprès de tous ceux qui souffrent de l'estomac.

Le 29 avril 1897, le président Félix Faure a reçu le grand-duc Nicolas oncle du Tsar Nicolas II.
A TRAVERS PARIS

menu-bas