Menu haut
sans titre 1

 13 novembre

Samedi
13 novembre 1897

LONDRES, 12 novembre. Les délégués de l'administration des postes françaises et anglaises, les représentants des Compagnies des chemins de fer du Nord et London-Chatharnbouth Eastern se sont réunis, hier, à Douvres, pour discuter les moyens d'accélérer le service entre Londres et Paris, surtout en ce qui concerne 1a transbordement des bagages.
Sur la proposition du représentant de la Compagnie du Nord et du délégué des postes françaises, il a été décidé qu'à partir du 1er janvier les bagages seraient enfermés, dans de grands paniers pouvant contenir de trente à quarante colis. Des grues électriques seront établies à Douvres et à Calais pour embarquer ces paniers. On espère gagner vingt minutes par ce moyen de transbordement.


L'AFFAIRE DREYFUS

On affirme que M. Scheurer-Kestner a chargé un avocat de lui rédiger un mémoire juridique lui permettant de poursuivre, auprès du ministère de la justice, les démarches nécessaires pour amener le garde des sceaux à user du droit qui lui est conféré de demander la révision du procès Dreyfus conformément à la loi.
Ce mémoire serait remis lundi ou mardi au garde des sceaux.


LA SANTÉ DE M. DE BISMARCK

Friedrichsruh, 12 novembre. Les bruits défavorables que l'on fait courir au sujet de l'état de santé du prince de Bismarck sont dénués de fondement.
Le prince soufre, il est vrai, de douleurs faciales et d'un peu de rhumatisme, mais il se porte d'ailleurs fort bien.


L'exposition internationale d'animaux de basse-cour et de faisanderie, organisée par le Jardin d'Acclimatation et la Société nationale d'aviculture, a ouvert ses portes hier. Elle comprend plus de deux mille lots d'oiseaux. Installée dans le palmarium, les promenoirs du jardin d'hiver et les galeries de chasse et de pêche, cette exposition présente le plus vif intérêt, non seulement par la variété et le haut mérite des sujets exposés, mais encore par le cadre unique dans lequel elle se développe. Cette exposition, ouverte gratuitement à tous les visiteurs du Jardin d'Acclimatation, ne durera que deux jours encore, aujourd'hui et demain. Le dernier jour, c'est-à-dire demain dimanche à trois heures, aura lieu un lâcher de six mille pigeons voyageurs.


Courrier des spectacles

Aujourd'hui à l'Odéon, à cinq heures précises, deuxième samedi populaire de poésie ancienne et moderne. Des poèmes de Voiture, Rotrou, Sainte-Beuve, Gérard de Nerval, Sully-Prudhomme, Léon Dierx, Georges Courteline, Victor Hugo, Albert Saint-Paul, Gabriel Vicaire, Émile Verhaeren, Ephraïm Mikimel seront lus par Mmes Segond-Weber, Devoyod, Lucy-Gérard, Chassaing, Rabuteau et MM. Philippe Garnier, Rameau, Janvier et Paul Franck.

Les variations tout à fait extraordinaires de la température actuelle réveillent bien des indispositions que l'on croyait finies avec l'été. De même qu'en août, on boit n'importe quoi, et l'on paye cher cette insouciance. Il serait si simple de ne jamais oublier la reine des eaux de table, la délicieuse eau de Saint-Galmier, dont la réputation demi-centenaire survit à toutes les concurrences, grâce à ses vertus reconnues.

Le Président de la République qui rentrait à Paris le 28 mars au matin, à huit heures et demie, par la gare Montparnasse, était salué à son arrivée par l'amiral Besnard, ministre de la marine; le général Billot, ministre de la guerre; MM. Mersey, chef du cabinet de M. Méline, représentant le président du Conseil absent Crozier, directeur du protocole Blondel, chef du secrétariat particulier du Président de la République; Blanc, directeur de la sûreté générale; Lépine, préfet de police, etc.
A TRAVERS PARIS

menu-bas