entete


UNE ÉVOCATION DU 13ÈME ARRONDISSEMENT DE 1860 AUX ANNÉES 30

sans titre 1

SAVIEZ-VOUS QUE...

C'est par un décret impérial du 27 février 1867 que la rue de la Barrière des Gobelins prit le nom de rue Fagon et que la rue des Deux-Moulins prit celui de rue Jenner.


En 1890, la raffinerie de sucre Say, installée boulevard de la Gare, produisait 20.000 pains de sucre par jour soit 240.000 kilogrammes.


Le Paris-Soir du 24 octobre 1932 rapportait que, rue de la Glacière, un magasin de jouets affichait sur sa porte cette pancarte : « Ici on remplace les mauvaises têtes » et commentait en écrivant : « Quel dommage que cette chirurgie miraculeuse ne puisse encore s'appliquer qu'aux belles poupées de porcelaine rose ! »

menu-nouveautés sans titre 1

C'est arrivé dans le 13ème

 Procédés un peu violents - 1897

Procédés un peu violents.

Le Matin - 14 octobre 1897

Des cris Au secours ! A l'assassin ! partaient, la nuit dernière, du n° 96 de la rue de la Glacière. Les voisins et des gardiens de la paix accoururent et arrêtèrent un nommé Jules Remoissonnet, âgé de vingt-six ans, ouvrier couvreur, demeurant passage Prévoit, au moment où ce dernier, après avoir à moitié assommé sa mère, âgée de soixante et onze ans, allait précipiter sa sœur par la fenêtre.

Jules Remoissonnet, qui est marié depuis six mois, était venu pour enlever divers objets qu'il prétend appartenir à son père, lequel est âgé de soixante-quatorze ans et est actuellement interné à l'hospice de Bicêtre.

M. Remongin, commissaire de police, a envoyé l'ouvrier couvreur au Dépôt.


 Paris la nuit … - 1894

Paris la nuit …

Le Figaro ― 24 octobre 1894

M. Potut, professeur, suivait hier soir, vers minuit, la rue Lebrun, dans le quartier des Gobelins, lorsqu'il fut assailli par cinq rôdeurs qui, pour le dévaliser mieux à leur aise, l'accablèrent de coups. A moitié assommé, incapable d'opposer aucune résistance,. M. Potut dut se résigner à voir passer entre les mains des malfaiteurs sa montre et sa chaîne en or, son portefeuille renfermant des papiers de famille, son porte-monnaie contenant une centaine de francs et même son foulard.

Mais des gardiens de la paix qui étaient survenus avant que les agresseurs aient songé à prendre la fuite, ont pu arrêter trois d'entre eux. Ils ont été envoyés au Dépôt.

M. Potut a été transporté à son domicile dans un état alarmant.


L'EXPLOSION DU 20 OCTOBRE 1915

 La catastrophe de la rue de Tolbiac

La catastrophe de la rue de Tolbiac

Le Petit-Parisien ― 23 octobre 1915

Les travaux de déblaiement et les recherches dans les ruines de l'usine de la rue de Tolbiac ont continué, hier, sous la direction de M. Guillaume, commissaire divisionnaire. Une foule dense stationnait, comme la veille, aux alentours.

La réfection des immeubles endommagés se poursuit hâtivement. Quelques uns ont pu recevoir leurs locataires, d'autres devront être démolis complètement et reconstruits.

De nombreuses personnes ont défilé au commissariat de la Maison-Blanche, devant les objets trouvés dans les décombres, s'efforçant de découvrir ceux qui avaient pu appartenir aux disparus qu'ils recherchaient. La montre et la chaîne d'argent de M. Cazier, menuisier, 7. rue des Dames, ont été reconnues par son gendre. M. Lescout.

 Parmi ces objets figurent deux fusils brisés, projetés dans un des hôtels voisins ; un boîtier de montre en or, portant le numéro 47.377 et trouvé dans un débit situé au 182 de la rue de Tolbiac.

Les causes

Elles ne sont, quant à présent, pas encore établies d'une façon définitive.

Une blessée, Mme Blanchard, a déclaré que, traversant la cour de l'usine, au moment de la première explosion, il lui sembla qu'une caisse en chargement était tombée. Elle reçut aussitôt une terrible commotion et perdit connaissance. Elle fut relevée le fémur fracturé.

Néanmoins, l'enquête semble s'attacher à une autre version.

Le réservoir d'essence du camion automobile qui, dans une cour des établissements Billant s'ébranlait, emportant son chargement d'engins, aurait fait explosion et fait détonner les caisses pleines.

Parmi les personnes qui participèrent aux premiers secours, il faut citer tout particulièrement M. Henri Poupliée, 3, rue de Pouy le sous-brigadier des gardiens de la paix Lecoing, déjà titulaire de trois médailles de sauvetage et qui fut blessé: le clairon Visage, de la caserne des pompiers de la rue Nationale, le gardien de la paix Mathon.

Les gardiens Mancion, Bonnal, Huvelle, Moreau, l'inspecteur Bardin, du 4e district, arrachèrent les piquets de clôture et permirent à un groupe d'ouvriers, que les flammes allaient atteindre, de s'échapper. Ils emportèrent ensuite Mlle Husson, qui avait perdu connaissance.

Le gardien Carlier et M. Louis Nicolas, 149 rue de Tolbiac, qui est soigné à son domicile, furent blessés pendant les opérations de sauvetage. Mme Vinatier, marchande de vin fut sauvé par le gardien Guiraud. Mme Mistral et sa fille, qui sont à présent hors de danger, furent arrachées à la mort par les gardiens Savinaud et Chausson.

Enfin M. Gallot, « le roi des marcheurs » ― qui se trouvait à proximité des lieux ― sauva trois personnes.


Mort de l'aide-major Désandré

L'aide-major Désandré, des sapeurs-pompiers, frappé par l'explosion d'un engin resté sur le terrain de la catastrophe, ainsi que nous l'avons annoncé, est mort, hier, à l'hôpital du Val-de-Grâce.

Le docteur Désandré était médecin de l'Association amicale de la préfecture de police. Il convient de rappeler ce fait parce que, pendant des années, il soigna ainsi gratuitement de nombreux agents. Du moins, avant de mourir, cette victime du devoir eut-elle la consolation de recevoir la visite du président de la République qui, comme nous l'avons raconté, épingla lui-même sur sa poitrine la croix de la Légion d'honneur.

L'état de l'adjudant Lejeune, des sapeurs-pompiers, blessé aux côtés de l'aide-major et soigné également au Val-de-Grâce, n'inspire plus, heureusement, d'inquiétude.


Trois nouvelles reconnaissances ont eu lieu, hier, à la morgue

Le triste défilé des témoins devant les cadavres non identifiés a continué, hier, à la morgue.

Trois nouvelles reconnaissance seulement furent effectuées. La première régla l'incident douloureux de la veille l'erreur commise par un malheureux père. C'est ainsi que le corps, identifié d'abord sous le nom de la petite Gueudin, une fillette de treize ans, fut définitivement reconnu comme étant celui de Mlle Marie Coudert, vingt-neuf ans, célibataire, habitant 30, rue Vandrezanne.

On identifia ensuite le corps de Mme Alexandrine Paitre, trente et un ans, 5, rue de Montsouris

On ne connaissait que le nom d'un soldat du colonial ― Papieul ― reconnu la veille par ses camarades le livret militaire du défunt, apprit qu'il se prénommait Édouard-Ernest.

On identifia, enfin, définitivement, le cadavre de M. Henri Thomine, quarante-trois ans, directeur des établissements Billant, demeurant 40, rue Desmarais, dont nous avions déjà annoncé la mort. Cette victime fut reconnue par son fils et par M. Delavenne, conseiller municipal.

On avait annoncé la reconnaissance du corps de M. André Hugel, vingt-cinq ans c'est, au contraire, ce jeune soldat qui a été reconnaître le corps de son père, M. Hugel, cinquante-sept ans, 130, rue de Charonne.

Vers cinq heures, un fourgon des pompes funèbres amena à la morgue les débris humains découverts dans la journée sur les lieux de la catastrophe et aux environs.

En quittant la morgue, les docteurs Socquet et Dervieux se transportèrent à la Pitié et à l'hôpital de la place des Peupliers.

sans titre 2

Dans la presse

21 octobre

Le Figaro

Terrible explosion - nombreux morts et blessés

Le Petit-Parisien

Une usine explose

Funèbre défilé à la morgue

On recherche les causes de la catastrophe

Liste des blessés

Le Gaulois

Explosion dans une usine

Le Journal

Une catastrophe rue de Tolbiac


22 octobre

Le Figaro

La catastrophe de la rue de Tolbiac

Le Gaulois

La catastrophe de la rue de Tolbiac

Le Petit-Parisien

L'explosion de la rue de Tolbiac : on a une cinquantaine de morts à déplorer

Dernière heure

Le Journal

L'Explosion de la rue de Tolbiac a fait une centaine de victimes

Le Matin

Effroyable explosion dans une usine à Paris

Le Temps

L'explosion de la rue de Tolbiac

Dernières nouvelles


23 octobre

Le Gaulois

L'explosion de la rue de Tolbiac

Le Journal

Au fil des jours (éditorial)

La Catastrophe de la rue de Tolbiac

Le Petit-Parisien

La Catastrophe de la rue de Tolbiac


24 octobre

Le Gaulois

Les victimes de la rue de Tolbiac

Le Petit-Parisien

L'explosion de la rue de Tolbiac

Le Journal

La Catastrophe de la rue de Tolbiac


25 octobre

Le Journal

La Catastrophe de la rue de Tolbiac

Un nouvelle victime

Le Petit-Parisien

La Catastrophe de la rue de Tolbiac

Le Figaro

La Catastrophe de la rue de Tolbiac


26 octobre

Le Journal

Nouvelle reconnaissance

Le Petit-Parisien

La Catastrophe de la rue de Tolbiac


27 octobre

Le Journal

L'aide aux victimes

Les suites judiciaires

Le Petit-Parisien

La Catastrophe de la rue de Tolbiac


28 octobre

La Catastrophe de la rue de Tolbiac


29 octobre

La Catastrophe de la rue de Tolbiac


31 octobre

Le Journal

En banlieue

Le Petit-Parisien

La Catastrophe de la rue de Tolbiac


18 novembre

Le Gaulois

Obsèques des victimes inconnues


21 novembre

Le Petit Parisien

Une requête en faveur des victimes de l'explosion


10 décembre

Le Gaulois

Interpellation du Gouvernement à la Chambre des députés

Le Petit-Parisien

L'interpellation de M. Navarre sur l'explosion de la rue de Tolbiac


L'accident du 23 juillet 1915

Le Petit Parisien

Un mort, cinq blessés


sans titre 2

© paris-treizieme.fr pour la transcription du texte