sans titre 1

SAVIEZ-VOUS QUE...

Les batiments anciens de la gare d'Austerlitz ont été construits en 1867 sous la direction de l'architecte Renault.


En mars 1897, M. Yendt, officier de paix, était nommé commissaire de police des quartiers de la Salpêtrière et de Croulebarbe, en remplacement de M. Perruche, admis à faire valoir ses droits à la retraite.


Le Paris-Soir du 24 octobre 1932 rapportait que, rue de la Glacière, un magasin de jouets affichait sur sa porte cette pancarte : « Ici on remplace les mauvaises têtes » et commentait en écrivant : « Quel dommage que cette chirurgie miraculeuse ne puisse encore s'appliquer qu'aux belles poupées de porcelaine rose ! »

 menu-promenade sans titre 1

C'est arrivé dans le 13ème

 Le crime de la rue Michel-Bizot - 1897

Le crime de la rue Michel-Bizot.

Le Matin – 10 novembre 1897

Il est certainement très malheureux que le veilleur de nuit Tisseur ait trouvé une mort affreuse sous le marteau d'un inconnu, mais, d'après les renseignements recueillis à la préfecture de police, la victime ne serait guère plus intéressante que son assassin.

Lundi soir, on avait cru être sur la piste de l'auteur du crime, un jeune homme aux mœurs inavouables, qui, à diverses reprises, avait été vu en compagnie du veilleur et qui, samedi soir, était venu le trouver et était allé boire avec lui. Ce jeune homme a été retrouvé et il a pu fournir des indications tellement précises sur l'emploi de son temps qu'il a été reconnu innocent. Mais, en même temps, il a pu donner des indications sur des individus de son espèce que fréquentait le veilleur de nuit. Celui-ci menait une vie de débauche et attirait chez lui, rue de Patay, des filles mineures et des jeunes gens.

M. Cochefert s'est rendu, hier matin, à la Morgue, et, dans les vêtements du mort, il a trouvé des papiers établissant qu'il se nommait Charles Tisseur, né à Abbeville en 1854, ancien garçon boulanger, ayant subi trois condamnations en correctionnelle et une condamnation, par la cour d'assises de la Somme, à huit ans de travaux forcés pour viol de ses deux filles. Une des malheureuses est encore vivante.

La femme de Tisseur, qui habite Amiens, demanda et obtint le divorce. Après sa condamnation, sa peine subie, Tisseur vint à Paris, ou il se fit marchand des quatre saisons. Dans le jour, il poussait sa voiturette devant lui et, le soir venu, il gardait des chantiers de démolitions ou des immeubles en construction. On présume qu'il devait posséder un millier de francs d'économies. Cet argent n'a point été retrouvé au domicile du veilleur, 111, rue de Patay.


 Deux époux asphyxiés par le gaz

Deux époux asphyxiés par le gaz

Le tuyau en caoutchouc du radiateur était usé

Paris-Soir ― 17 novembre 1925

Une double asphyxie accidentelle s'est produite hier soir dans un immeuble situé au 79 de la rue du Gaz.

Ce matin, vers 7 heures. Mme Quilleret, 44 ans, concierge de l'immeuble, était fort étonnée de ne recevoir aucune réponse aux appels qu'elle multipliait à sa fille, Jeanne, qui habitait dans une chambre continue à la loge. Pourtant la lueur d'une lampe électrique filtrait à travers les rideaux. Inquiète, Mme Quilleret appela son mari. Après de nouveaux appels, toujours sans résultat, M. Quilleret brisa un carreau de la fenêtre et fit jouer l'espagnolette.

Un horrible spectacle le frappa aussitôt, A terre, sa fille Jeanne gisait morte.

Près d'elle, son gendre, Henri, était également asphyxié.

De l'enquête ouverte par M Barnabé, commissaire de police, il apparut bientôt que toute idée de suicide devait être écartée. Dans un angle de la pièce, on a découvert le tuyau en caoutchouc du radiateur. Il était dans un complet état de vétusté. Le gaz, qui s'était échappé par les interstices, avait asphyxié les deux jeunes gens.


Une promenade dans le 13ème

 Les vestiges pittoresques du passé de la Butte-aux-Cailles aux Gobelins - 1933

Les vestiges pittoresques du passé de la Butte-aux-Cailles aux Gobelins

Le Journal ― 20 octobre 1931

Le préfet de police étudie actuellement un certain nombre de mesures pour faciliter la surveillance de certains quartiers du 13e arrondissement, notamment les abords de la cour des Artistes, où, il y a un mois, tombait, victime du devoir, l'agent Verjus dont le meurtrier comparaissait, hier, en correctionnelle pour agression nocturne. La cour des Artistes fait partie d'un de ces îlots qui se différencient profondément des quartiers évolués qui les enserrent. Certains coins même ont un aspect tout à fait provincial et sont plus pittoresques que sinistres.

Il suffirait, semble-t-il, d'intensifier l'éclairage pour que le promeneur, le soir venu, se sente parfaitement en sécurité dans ce labyrinthe de ruelles étroites qui, autour de deux voies larges et longues, les rues de la Butte-aux-Cailles et des Cinq-Diamants, épousent les mouvements et les ondulations d'un sol accidenté.

Ces ruelles, où survit un passé long à mourir, serpentent, se croisent et s'enchevêtrent. Là, tous les bruits s'étouffent, le pouls de la vie bat au ralenti. Onze heures du matin. Des gamins, tels que les aime Poulbot, jouent sur le trottoir. Une fillette passe, portant dans ses bras une miche énorme, comme un trésor. Un homme sandwich déambule, perdu dans un pardessus trop ample, coiffé d'un gibus. Au fond d'un bistrot minuscule, sanglote une rengaine mécanique. Silence de petite ville. Une ménagère balaie le trottoir; une scie grinçante découpe des billots dans l'ombre d'un atelier. Pas de grands magasins, petites échoppes, petites bicoques. C'est vieillot toujours, trop souvent délabré. Des passages dégringolent, bordés de maisons aux façades noires et usées.

Ici et là, des lambeaux de jardinets avec des arbres nains. On voit bien que tout le monde se connaît, que le voisin n'ignore pas le voisin. C'est la Butte-aux-Cailles ! Qu'on descende, rue Jouas, cet escalier de pierre aux marches inégales, encaissé entre des palissades où viennent buter des baraques, où s'arcboutent des arbres aux troncs tordus, emmitouflés d'un vert feuillage, et l'on arrive, boulevard Auguste-Blanqui, aéré, moderne, semblable à ceux qui convergent vers la vaste place d'Italie, les boulevards de l'Hôpital et de la Gare, semblables à ces avenues lumineuses, charriant des foules actives comme un sang chaud et ardent, les avenues de Choisy, d'Italie et des Gobelins.

La Butte-aux-Cailles ! Elle forme, dans un arrondissement que des transformations successives ont disloqué, une enclave immobile, peuplée presque uniquement, maintenant, de braves gens laborieux et paisibles, dans un territoire où s'effacent peu à peu les traces du passé. Songez-qu'on a retrouvé, dans ce sous-sol du 13e, lors des fouilles faites en 1880, au fond d'une des galeries souterraines dont il est sillonné, une trousse de médecin romain et dans les carrières proches des Gobelins, les tombes chrétiennes les plus vieilles.

*
*       *

Le XIIIe arrondissement a une histoire particulièrement  riche et il est jalonné de souvenirs historiques dont il reste encore de nombreux vestiges.

Ce n'est point seulement sa physionomie, son relief même qui ont changé, mais aussi sa population. Celle-ci, si l'on en croit les chroniqueurs, était, jadis, turbulente et agitée, pauvre et indisciplinable. Il n'y a pas si longtemps encore ― au début de ce siècle ― et beaucoup de Parisiens s'en souviennent ―? le quartier qui s'étend au delà de la barrière d'Italie passait pour mal famé. Apaches et voyous descendaient volontiers des hauteurs de Montmartre et s'y donnaient rendez-vous. rendez-vous. vous dévalisait et vous assommait sans bruit, à la mode du père François.

Tout cela n'est plus aujourd'hui que chronique ancienne. Les années ont passé, chassant une pègre qui, d'ailleurs, a évolué, modelant et façonnant, jetant à bas des masures pour édifier des immeubles, ouvrant des voies spacieuses, n'épargnant que des constructions de style et certains fiefs où persiste un pittoresque évocateur d'une vie locale intense. Ces  noms de rues désuets et charmants ne sonnent-ils pas agréablement à vos oreilles ? Les uns emprisonnent des souvenirs champêtres : rues du Moulin-de-la-Pointe, du Moulinet, du Moulin-des-Prés, celle-ci devenue aujourd'hui la prosaïque rue du Banquier. D'autres sont d'un archaïsme savoureux comme les rues Croulebarbe, des Marmousets et des Reculettes.

C'est entre les rues des Marmousets et  Croulebarbe que s'insinue la ruelle des Gobelins, dont J.-K. Huysmans disait qu'elle est « le plus surprenant coin que le Paris contemporain recèle » De fait, quand on y pénètre on se croirait revenu à plusieurs siècles en arrière. Là se trouve l'Ile-des-Singes ― où bien peu de chauffeurs de taxi savent vous conduire ― décor étonnant qu'on croirait sorti de l'imagination d'un de nos modernes metteurs en scène de cinéma. Sur la plate-forme d'un terrain, défoncé au premier plan, s'élèvent des bâtisses de bois noir et, par contraste, une maison aux murs rougeâtres. Dans cette ruelle se cache le pavillon de Julienne, où Watteau aimait à venir, et, malgré les blessures du temps, d'un art architectural exquis.

Ce n'est point le seul trésor de ces lieux ignorés des touristes. Dans la rue Duméril se détache un antique rendez-vous de chasse de François Ier et dans la rue des Gobelins l'élégante maison de la reine Blanche, qui sert aujourd'hui d'entrepôt à un marchand de cuirs et qui vit se dérouler entre ses murs cette tragédie que fut le bal des Ardents : des seigneurs costumés en sauvages, enduits de poix et flambant pendant un bal comme des torches, sous les yeux affolés de Charles VI. Et puis, voici les tanneries, les peausseries, où, depuis que le teinturier Jehan Gobelin vint s'installer sur les bords de la Bièvre, tournent les machines qui broient les peaux.

Marchons un peu et, brusquement, le tumulte des rues animées nous frappe à nouveau. Cependant, nous avons encore à faire une petite station dans la cité Jeanne-d'Arc. C'est, entre deux rangées de hautes façades lépreuses, une cour qui s'étrangle. L'obscurité, la misère, les taudis, alors, qu'à quelques pas la lumière ruisselle.

Ainsi, le XXe siècle n'a pas terminé ses conquêtes dans le XIIIe arrondissement qui, moderne dans presque toutes ses parties, laborieux et actif, conserve, intacts, ces îlots que nous venons de parcourir rapidement. Ils semblent se dérober aux regards du visiteur, mais quand celui-ci les découvre, il est tout surpris de se trouver devant de sombres eaux fortes, figées parmi les tumultueuses images du présent.

ROGER DUTHIL.
sans titre 1

Ailleurs sur Paris-Treizieme

Le Cabaret des Peupliers (J.K. Huysmans

Le plaine s’étend, aride et morne. Les grandes cultures des orties et des chardons la couvrent, rompues, çà et là, par les mares séchées de la Bièvre morte. (1880)

Lire

La poterne des peupliers (la zone)

Elle est là_bas au bord du boulevard Kellermann, percée dans une butte de glaise impropre à soutenir toute construction. (1930)

Lire

Une nouvelle statue de Jeanne d'Arc

Une nouvelle statue de Jeanne d'Arc, due au ciseau du sculpteur Chatrousse, vient d'être placée dans le 13e arrondissement, à l'angle du boulevard Saint_M5rcel et de la rue Duméril. (1891)

Lire

Le square Kellermann

Le square Kellermann, qu'on est en train d'aménager entre la porte d'Italie et la poterne des Peupliers sera, une fois terminé, beaucoup mieux qu'un square, un magnifique jardin de huit hectares. (1942)

Lire

sans titre 2
sans titre 2

© paris-treizieme.fr pour la transcription du texte